Encyclopédie Wikimonde

Claude Covassi

Aller à : navigation, rechercher

Claude Covassi, ( - (à 42 ans)[1]), est un ancien agent du service secret suisse.

Biographie

Il est enseignant de boxe thaïe[2].

Il travaille tout d'abord au sein de la police genevoise comme agent provocateur et comme indicateur dans le domaine du trafic de stupéfiant.

En 2004, il est recruté par le service d'analyse et de prévention (fusionné en 2010 avec le Service de Renseignement Stratégique au sein du Service de Renseignement de la Confédération) pour espionner le Centre islamique de Genève[3].

Il est reputé avoir empêché un attentat à l'aéroport de Genève sur un avion de la compagnie israélienne El Al en décembre 2005[4].

En 2006, Il déclenche l'affaire médiatique du CIG mettant en cause Hani Ramadan[5].

En avril 2006, il est condamné à 8 mois de prison avec sursis pour trafic d'anabolisants en 2002 durant les leçons de boxe thaï qu'il donnait[6].

Le 8 mai 2006, son cas fait l'objet d'une interpellation au Conseil national par le député Ueli Leuenberger[7].

18 décembre 2006, quelques jours après la première audition de l'ancien agent infiltré, le conseiller national Ueli Leuenberger s'est fait voler sa mallette sur le quai de la gare, à Genève. A l'intérieur, son ordinateur portable, une pile de courriers à son nom et les documents que lui avait remis Claude Covassi. Leuenberger organise une rencontre entre Covassi et Dick Marty. Un autre parlementaire qui suit également le dossier, le conseiller national zurichois Daniel Vischer, président de la commission des affaires juridiques se fait lui aussi fait voler sa mallette.

Après enquête de la commission de gestion du parlement, ses dires ne sont pas prouvés[8].

Il est fondateur du site mecanopolis.org[9].

Selon le Réseau Voltaire, avant son décès, il travaillait pour une société de sécurité et il organisait des stages de formation de survie[10] et il enquêtait sur le rôle du PJAK et de l'UCK dans le trafic de drogue en Europe[10].

Il serait mort des suites d'un excès de stupéfiant chez un tiers[11].

Liens et références externes

Voir aussi les sites: Egalité et Réconciliation et Réseau Voltaire ou figure de nombreux articles et pour en savoir plus.

Notes et références

  1. L'ex-informateur genevois Claude Covassi est mort à l'âge de 42 ans
  2. http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/20828490
  3. Hani Ramadan dans le collimateur des services suisses, par Aude Marcovitch, 30/05/2006, Le Figaro
  4. Swiss agent who saved El Al plane fears colleagues, Ronen Bodoni, 21.05.06, Yediot Aharonot
  5. Affaire Claude Covassi: l'ex-informateur genevois est mort, 10.02.2013, Tribune de Genève
  6. Swiss Spy in a War of Words, 22 mai 2006, par Sebastian Rotella, Los Angeles Times
  7. http://www.parlament.ch/F/Suche/Pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20063192
  8. lundi19 novembre 2012 Espion renégat, Claude Covassi réapparaît et dérape sur Internet, par Alexis Favre (http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/f2c76dd6-31c3-11e2-8abb-55275fe36784/Espion_ren%C3%A9gat_Claude_Covassi_r%C3%A9appara%C3%AEt_et_d%C3%A9rape_sur_Internet), Le Temps
  9. Mecanopolis répond aux allégations de l'hebdomadaire le Point, 4 septembre 2011 (http://www.mecanopolis.org/?p=24292,)
  10. 10,0 et 10,1 Claude Covassi ne pourra pas publier son enquête sur le PJAK et l'UCK, (http://www.voltairenet.org/article177453.html)Réseau Voltaire, 11 février 2013
  11. 20 minutes, L'ex-espion victime d'une overdose, RLE, 12.02.2013

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).