Encyclopédie Wikimonde

Club Marpen

Aller à : navigation, rechercher
Club Marpen
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). |frameless |upright=1 |alt=Logo de l’association ]]
Cadre
Forme juridique association loi de 1901
But mise en valeur du patrimoine et action sociale
Zone d’influence Nord-Charente
Fondation
Fondation 1969 à Cognac
Fondateur Jackie Flaud
Identité
Siège Tusson, Charente
Personnages clés Vincent Enard, directeur
Président Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Méthode actions de partenariat
Financement adhésions, autofinancement, subventions publiques, mécénat
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Site web [1]

Le Club Marpen est une association loi de 1901 dont le siège est à Tusson (Charente). Il a été fondé en 1969 à Cognac sous le nom de Club archéologique Marpen. Sa vocation est d'agir pour le développement culturel, social et économique régional.

Histoire

Le Club archéologique Marpen a été fondé en 1969 par Jackie Flaud, jeune Cognaçais féru d'archéologie. Son action débuta par l'organisation de chantiers de jeunes avec le soutien de Paul Mallet, alors maire de Merpins, pour la mise en valeur des vestiges du château médiéval de Merpins-Vieux-Bourg. Le succès de l'entreprise permit l'extension des activités. Le Club Marpen entreprit la mise en valeur des ruines de l'abbaye de La Frenade (Merpins) puis, dans les années 1970, il organisa des chantiers de jeunes à Marcillac-Lanville (1971) pour la sauvegarde de l'église abbatiale de Lanville alors à demi-ruinée. Vinrent ensuite les chantiers de Tusson (1976), de Maine-de-Boixe, de Saint-Ouen (Saint-Ouen-la-Thène). Dès l'origine, le Club archéologique Marpen affilié à l'Union REMPART s'est ouvert à l'international en accueillant, l'été, des jeunes venus d'autres pays européens (Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Italie, Yougoslavie, Tchécoslovaquie, Espagne, Suisse…)

En 1976, le club archéologique Marpen bénéficia d'une aide financière substantielle de la société Rank Xéros qui lui permit de se doter de locaux adaptés à ses missions (musée-dépôt de fouilles, salle de réunion, achat de matériels etc.)[1].

Les exigences de l'archéologie scientifique amenèrent le club à abandonner cette activité et à se recentrer sur les activités de mise en valeur du patrimoine et à l'action sociale. Le Club archéologique Marpen devint le Club Marpen et quitta Merpins-Vieux-Bourg pour fixer son siège à Tusson. Les objets exposés au musée de Merpins-Vieux-Bourg furent donnés, pour partie, au Musée de Cognac.

Activités

Le club MARPEN est agréé d'Education populaire et habilité d'Utilité sociale.

L'association a pour objectifs :

  • la conduite d'actions de réhabilitation et de mise en valeur du patrimoine archéologique, architectural, ethnologique et naturel;
  • la participation au développement économique, touristique et culturel de la région;
  • l'insertion sociale et professionnelle des jeunes et des adultes;
  • l'initiation et formation au patrimoine du public.

Le Club Marpen a, depuis sa fondation, restauré plusieurs dizaines de monuments de la Charente et de la Charente-Maritime : églises, abbaye, maisons rurales, site industriel etc.

Le Club Marpen a également mené à bien plusieurs projets à caractère socio-culturel en partenariat avec l'État, l'Union européenne, la région Poitou-Charentes, le Conseil général de la Charente et les communes et communautés de communes concernées, l'Union REMPART, la Fondation Abbé-Pierre, la Fondation de France, la Fondation du patrimoine, la Fondation Crédit coopératif, la Fondation Caisse d'Epargne, la Fondation Adecco[2]… ainsi que des partenaires étrangers notamment d'Europe centrale et orientale et d'Algérie dans le cadre des actions suivantes :

  • Chantier-École du patrimoine proposant depuis 1989 des formations dans les domaines de la restauration et valorisation du patrimoine bâti et des espaces verts;
  • Formation de base et de perfectionnement BAFA;
  • Chantiers d'insertion (plantation de haies…);
  • Création de logements sociaux pour jeunes en insertion professionnelle[3];
  • Maison du Patrimoine (Couvent des Hommes) avec le Musée rural des arts et des traditions populaires avec une salle consacrée à Marguerite de Navarre, la bibliothèque thématique "patrimoine"[4];
  • Jardins Jardin monastique de Tusson, Jardins européens de Salles-de-Villefagnan[5], circuit fleuri à Tusson, verger conservatoire de Villesoubis à Juillé…);
  • Hébergement pour groupe ou individuels;
  • Chantiers de restauration de bâtiments pour adolescents et adultes venus de France ou de l'étranger pendant les vacances d'été[6]

Patrimoine ethnologique

Le Club Marpen possède un fonds d'archives ethnologiques publiques et privées provenant de la commune de Villejésus, des témoignages audiovisuels les traditions religieuses et artisanales de la région, une collection de cartes postales, des lithographies religieuses, des cartes murales du début du XXe siècle, près de 10 000 photographies consacrées au patrimoine architectural local… et une collection de près de 30 000 objets :

  • coiffes,
  • mobilier régional provenant du fonds Marie Valtaud (maison, meubles (38) dont ceux de l'épicerie, une armoire de compagnon, un piano) ;
  • coffres de la période néo-gothique (XIXe siècle)
  • tables et sièges,
  • outils d'artisans : bourrelier, charpentier, cordonnier, forgeron, sabotier, tailleur de pierre, tonnelier,
  • outils agricoles : labour, battage, travail de la vigne,
  • objets de vie quotidienne : céramiques ; faïences ; cuivres ; vanneries et petits objets usuels (4 000 environ)
  • objets du culte catholique : reliquaires, christ, bénitiers[7]

Au fil des années, le Club Marpen est devenu un acteur socio-culturel majeur du Nord-Charente.

Pour approfondir

Liens

Notes et références

  1. Club archéologique Marpen, Rapport de travaux 75-76, Marcillac-Lanville, Merpins, C. a. Marpen
  2. La Lettre de Marpen n° 34, 2008
  3. La Lettre de Marpen n° 34 2008
  4. La Lettre de Marpen n° 34, 2008
  5. La Lettre de Marpen n° 36 2010
  6. La Charente Libre du 26 août 2008
  7. http://www.culture.gouv.fr/mpe/carto/fiches/88.htm#haut

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).