Encyclopédie Wikimonde

Coût élargi partagé

Aller à : navigation, rechercher

L’évaluation économique d’une activité peut s’étendre au-delà des seuls effets intentionnels qu’elle produit. On peut ainsi considérer également les effets utiles (externalités) générés ou captés par l’activité, vis-à-vis du territoire, de l’économie, de l’environnement, de la société…

« Le concept de « coût élargi partagé » est ainsi défini pour rendre compte d’un coût qui prend en charge la valeur de ces effets utiles. Ce coût se distingue du « coût global » plus fréquemment utilisé, au sens où le terme « global » tend à penser que le coût peut être considéré comme un ensemble homogène. Le terme « élargi » exprime la prise en compte des périmètres d’acteurs qui interviennent dans la construction du coût. La notion de « partagé » est employée au sens où ce coût résulte d’une contribution entre les différentes parties[1]. »

Son élaboration repose sur des systèmes de coopération /compensation entre les bénéficiaires qui captent la valeur sans rémunérer le service/dispositif qui en est à l’origine, et celui qui porte l’investissement.

Cette forme de comptabilité présente des difficultés : d’une part, elle nécessite de définir les périmètres d’acteurs à prendre en compte dans l’évaluation, d’autre part, elle demande de valoriser les effets qui pour certains, ne sont pas toujours quantifiables, et pour d’autres, pas observables à court terme.

La capacité à construire un « coût élargi partagé » est cependant indispensable dans la réalisation d’un modèle économique répondant aux enjeux du développement durable.

Le coût élargi partagé est un « construit social », qui nécessite la participation et l'accord des parties associées. Ce qui implique de :

  • Mettre en place une gouvernance participative et citoyenne,
  • S’appuyer sur des dispositifs institutionnels,
  • Développer les ressources immatérielles (confiance, compétences, pertinence).

Le coût élargi partagé dans la construction

  • Projet DECADIESE (Déploiement des Ensembles Construits avec une Aide à la Décision sur les Impacts Économiques, Sociétaux et Environnementaux), projet ANR 2011-2013, Méthode d’évaluation globale des projets constructifs tertiaires. Participants : EDF R&D (chef de projet), Bouygues Construction, Vinci Construction, la Foncière des Régions, Paris 7 Diderot /LADYSS, École Centrale de Paris/LGI, Mines Paris Tech/CGS, ATEMIS.
  • Le coût élargi partagé suppose la prise en compte des périmètres d’acteurs intrinsèques au cadre bâti : les usagers et les exploitants du bâtiment, mais aussi les acteurs extrinsèques au bâtiment : la collectivité, les riverains, les associations, etc[2].
  • "L’élaboration du « coût élargi partagé » suggère d’établir pour l’intégrer, la contribution des parties prenantes au coût du projet constructif au moyen de la mise en œuvre de nouveaux systèmes de compensation /coopération entre acteurs. Pour chaque externalité, les bénéficiaires identifiés sont invités à fixer une valeur à laquelle ils consentent en compensation de l’avantage qu’ils en tirent"[3].

Articles connexes

Économie de la fonctionnalité

Développement Durable

Économie circulaire

Liens externes

Club Économie de la Fonctionnalité et Développement Durable [1]

Laboratoire ATEMIS [2]

Institut Européen de l’Économie de la Fonctionnalité et de la Coopération [3]

Club NOE [4]

Notes et références

  1. L’économie de la fonctionnalité, un nouveau modèle économique pour accompagner la transition énergétique dans la construction tertiaire, Paris 7 Diderot, Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value). .
  2. Bourgogne Bâtiment Durable, Instant DEBAT’iments, novembre 2013, Valorisation d’un projet constructif, intervention de B. PASQUELIN.
  3. ADEME, 2016, étude prospective L’économie de la Fonctionnalité en 2050.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).