Encyclopédie Wikimonde

Coco Tkt

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Coco Tkt, de son vrai nom Julien Cocoa, est un rappeur et braqueur français, né le à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Biographie

Il est condamné en 2006, pour le braquage d'un bureau de poste, à sept ans de prison ferme. En juin 2013 à trois mois de sa libération, il profite d'une permission pour prendre la fuite[1].

Il se fait connaitre en apparaissant dans une série de vidéos intitulée La Réalité des prisons dénonçant les conditions carcérales, relayées par les journalistes de rap underground comme Tonton Marcel et Sinox[2].

Durant sa cavale, il réalise un premier album en autoproduction, dont un clip à la gloire de Dieudonné dans lequel on le voit faire une quenelle devant le restaurant où a eu lieu l'attentat de la rue des Rosiers. Il déclare, sur le plateau de l'émission de télévision Salut les Terriens !, qu'il ignorait l'histoire de ce lieu et que Dieudonné avait insisté et même payé pour qu'il le fasse[3],[4].

Il crée également une marque de vêtement[5].

Il est arrêté le 23 janvier 2014 sur la voie publique à Sarcelles[1],[6]. Il est libéré en septembre 2015 et s'engage, auprès du rabbin Michel Serfaty, dans l'association Amitié judéo-musulmane de France (AJMF), avec qui il réalisera un clip[7],[8]. Mais la collaboration prend fin quelques mois plus tard ; Coco Tkt est pris dans le jeu des clashs sur les réseaux sociaux et notamment periscope, ce qui ternit l'image de l'association[9].

Le 27 avril 2016, Coco tkt doit se rendre à Dijon pour affronter un blogueur de la région lyonnaise, à la suite de nombreuses confrontations par le biais de réseaux sociaux. Finalement, il ne s'y rend pas et se filme dans un véhicule, brandissant un fusil mitrailleur, qui s'avérera être une arme d'airsoft, trahi par ce qu'il appellera un « porte bonheur » mais qui est un anneau en plastique utilisé pour indiquer le prix d'un article. Le lendemain, il se rend devant une armurerie à Paris et fait intervenir un ami, censé être un employé du magasin et un expert en armes, lequel mime la fermeture du magasin avant d'affirmer que l'arme est bien un pistolet mitrailleur. La mascarade sera mise à jour lorsque l'armurier démentira et affirmera ne pas connaître la personne prétendant travailler dans l'armurerie et assurera n'avoir rien à voir avec les protagonistes[10].[pertinence contestée]

Il est de nouveau condamné à cinq ans de prison en octobre 2016 pour le braquage d'une station-service, avec un butin de 476 €[11],[12].

Albums

  • Retour aux sources (2013)
  • Human Ex Thug (2016)

Lien externe

Références

  1. 1,0 et 1,1 « Fin de cavale pour Coco Tkt, le rappeur fugitif qui narguait la police », France Info, 23 janvier 2014.
  2. La Réalité des prisons
  3. « La nouvelle vie de Coco TKT, le braqueur rappeur », Le Parisien, 13 septembre 2015.
  4. Salut les terriens du 19 mars 2016, Canal +
  5. la boutique officielle Coco tkt
  6. Un fugitif qui narguait la police depuis six mois interpellé à Sarcelles
  7. Antisémitisme : l'union du rabbin et du rappeur
  8. ce rappeur envoie bouler la quenelle de dieudonne pour rejoindre le rabbin serfaty (http://alyaexpress-news.com/ce-rappeur-envoie-bouler-la-quenelle-de-dieudonne-pour-rejoindre-le-rabbin-serfaty/)
  9. le rappeur et le rabbin (http://www.fdesouche.com/699821-musique-le-rappeur-et-le-rabbin#)
  10. http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2016/04/28/blogueur-contre-rappeur-le-combat-n-a-pas-eu-lieu
  11. Frédéric Naizot, « Coco Tkt, le braqueur rappeur, replonge » (http://www.leparisien.fr/deuil-la-barre-95170/villiers-le-bel-deuil-coco-tkt-le-braqueur-rappeur-replonge-26-10-2016-6255924.php), Le Parisien, 27 octobre 2016.
  12. Maxime Laffiac, « Cinq ans de prison pour le rappeur Coco Tkt » (http://www.gazettevaldoise.fr/2016/11/03/cinq-ans-de-prison-pour-le-rappeur-coco-tkt/), La Gazette Val d'Oise, 3 novembre 2016.
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).