Encyclopédie Wikimonde

Colonie palestinienne

Aller à : navigation, rechercher

Une colonie palestinienne[Note 1]  est un avant-poste palestinien ou une nouvelle collectivité, construits par des Palestiniens (parfois avec l'aide de l'étranger) dans les territoires de la Cisjordanie sous le contrôle d'Israël en violation du droit militaire et civil israélien. Ce phénomène est relativement nouveau, il date de 2006 quand l'armée israélienne a signifié la saisie de 0,6 hectare aux villageois de Bil'in[1]. Toutefois, en 2007, la Cour suprême d'Israël a donné raison aux habitants de Bil'in[2].

Les colonies palestiniennes les plus connues en Cisjordanie, qu'Israël considère comme "illégales" ont été construites en janvier 2013 sur le territoire E1 de Jérusalem-Est. La colonie qui a été nommée "Bab al-Shams", était composée d'une vingtaine de tentes, qui avaient été installées par le Comité de coordination de la lutte populaire[3]. Quelques jours après l'évacuation de cette colonie, une nouvelle colonie, celle de "Bab al-Karama", a été construite dans le village de Beit Iksa , près de la barrière de séparation israélienne et a également été évacuée quelques jours plus tard[4],[5].

En février 2013, un avant-poste palestinien a été évacué par l'Administration Civile Israélienne près de Yitzhar[6]. 200 militants, notamment des Palestiniens et des Israéliens de gauche, avaient tenté d'y installer 10 tentes. Pour protester, les Arabes, pour la plupart venant de la ville voisine de Burin ont attaqué l'armée israélienne ce qui a conduit les soldats a riposté avec des armes anti-émeutes. 7 Arabes et 1 Juif furent arrêtés lors de l'incident .

Depuis 2008, Bachar Masri et Qatar Investment Authority soutiennent un projet de construction d'une nouvelle ville palestinienne de 40000 habitants, Rawabi, installée en « zone A », comme on appelle les territoires qui, selon les accords d’Oslo de 1993 sont sous le contrôle de l'Autorité palestinienne. La construction est perçue par des habitants de Rawabi comme une « compétition entre colonies », allusion à la colonie israélienne voisine d'Ataret[7]. Une porte-parole de Rawabi fait par ailleurs remarquer : « On ne peut pas comparer les deux projets: Rawabi est une ville palestinienne légale en territoire palestinien ; Ataret est une colonie israélienne illégale en territoire palestinien »[7].

L'Union européenne finance la construction illégale de 400 bâtiments en Cisjordanie, dans les zones sous contrôle israélien depuis les accords d'Oslo, dont le but est, à terme, d'intégrer les terrains à un futur État palestinien par une politique du fait accompli[8]. La première des structures de ce genre est détruite sur le mont Scopus à proximité de l'université hébraïque de Jérusalem[9]. L'association Regavim documente les constructions illégales de l'Union européenne.

Notes

  1. L'anglais utilise le mot « settlement » pour désigner toute nouvelle implantation, que ce soit ce que la presse française appelle des colonies généralement israéliennes ou tout autre nouvel établissement.

Références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).