Encyclopédie Wikimonde

Conditions des femmes au Xinjiang

Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente la condition des femmes ouïghoures dans la région autonome du Xinjiang du point de vue de critiques du régime chinois.

Stérilisations forcées

D'après un rapport écrit par Adrian Zenz (en) et publié par la fondation Jamestown, les autorités forceraient les femmes à porter des stérilets et à se faire stériliser, à travers une politique des naissances coercitive[1],[2],[3]. Certaines, contraintes d'absorber des drogues, ont été stérilisées contre leur gré[4][source insuffisante].

La sinologue Marie Holzman signale que 80 % des stérilets posés en Chine concerne le Xinjiang, pour empêcher les femmes ouïghours de procréer. « On assiste à une forme de génocide »[5].

Les stérilets sont introduits de force aux femmes ouïghoures. Elles sont attachées et saisies, puis on leur écarte les jambes lors de « l’intervention » qui se fait à vif quand bien même elles se débattent[6].

En 2014, un peu plus de 200 000 stérilets ont été insérés au Xinjiang. En 2018, ce chiffre a bondi de plus de 60% pour atteindre près de 330000 stérilets. Des médecins locaux soupçonnés d'aider les femmes ouïghoures sont détenus dans les camps[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14].

Une campagne de stérilisation massive des femmes est conduite à partir de 2019 et en 2020, par les collectivités du sud du Xinjiang : elle vise les femmes ayant déjà atteint le quota autorisé d’enfants – c’est-à-dire deux enfants dans les villes et trois pour les zones rurales[15]. Avoir « trop d’enfants » est une des raisons de transfert dans un camp d'internement[16].

Le but assumé serait de stériliser une femme sur trois en âge de procréer, en procédant, notamment à la ligature des trompes de Fallope[17].

Viols

Des viols massifs seraient perpétrés à l’encontre de cette ethnie. Jusqu'à 2 millions d'Ouïghours seraient soumis à une «rééducation» politique et religieuse forcée dans des camps de concentration surpeuplés, où ils risqueraient quotidiennement de subir des viols[7].

Beaucoup de ces femmes se plaignent d’avoir subi des humiliations sexuelles. Filmées sous la douche, les geôliers leur frotteraient les parties intimes avec de la pâte de chili (extrêmement piquante et irritante)[18],[19].

Ces violences sexuelles seraient également perpétrées dans le cadre du processus d'endoctrinement avec le waterboarding et d'autres formes de torture. À l'intérieur de ces camps, les détenus seraient soumis à un «lavage de cerveau», ainsi qu'à des tortures physiques et des viols[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29].

Politiques d'incitation au mariage mixte et mariages forcés

Au Xinjiang, le gouvernement a explicitement proposé d'augmenter les mariages mixtes entre la majorité Han et les peuples autochtones de Chine. En effet, le 25 août 2017, le gouvernement local du comté de Cherchen (en chinois, Qiemo) dans la préfecture autonome mongole de Bayin'gholin au Xinjiang, a annoncé sa « stratégie d'incitation au mariage et à la famille ouïghour-han ». Dans cette opération un Chinois Han (l’ethnie majoritaire de Chine Populaire) qui se marie avec une femme ouïghoure gagne 10 000 yuans. Tursun Emet, le chef du Bureau des affaires ethniques et religieuses du comté de Cherchen a déclaré que ce choix politique avait été annoncée après avoir sollicité l’opinion de la population locale. L'intention ici serait d'encourager les mariages interraciaux pour les officiels du régime.

Mais l'analyste ouïghour Enver Tohti (basé à Londres) a déclaré qu'il considère cette politique comme faisant partie d'une stratégie d'assimilation forcée des Ouïghours, considérés comme « un obstacle sérieux aux ambitions nationales de la Chine ». Pour Tohti, la Chine craint que le monde s’aperçoive d’un « nettoyage ethnique du peuple ouïghour » Par conséquent, la stratégie chinoise passerait par l'assimilation[30]. Ainsi, des femmes et des jeunes filles sont régulièrement violées et mariées de force à des Hans[31].

Pour ce type de mariage forcé, on parle de « mariage à lavage de gènes » entre les hommes hans et les femmes ouïghoures. Plusieurs de ces femmes sont forcées d'épouser des Hans qu’elles ne connaissent que depuis quelques semaines dans le cadre de ce programme d'assimilation du gouvernement.

Après avoir enfermé tous les hommes ouïghours dans des camps, la Chine populaire oblige les femmes ouïghoures à épouser des Hans. Un génocide est en cours[32].

Avortements forcés

De plus en plus de preuves suggèrent que pendant les raids nocturnes, les responsables et les forces de sécurité ont recherché des enfants cachés et des femmes enceintes. Ils ont également condamné à une amende et détenu les parents de trois enfants ou plus, ainsi que des avortements forcés[7],[33].

Notamment, en décembre 2017, Gulzira Mogdyn, une citoyenne d'origine kazakhe et chinoise de 38 ans, a été détenue au Xinjiang et assignée à résidence. Elle a déclaré au Washington Post en octobre 2019 que pendant sa détention, elle avait été forcée de subir un examen physique. Elle était enceinte de 10 semaines ; un mois plus tard, les médecins ont interrompu sa grossesse contre son gré[34],[35].

Références

  1. AFP, « La Chine accusée de stériliser de force des Ouïghours », Le Figaro, (consulté le 26 juillet 2020).
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées AFP_2020_06_30
  3. « Ouïghours : un génocide est-il en cours en Chine ? », sur TV5 Monde, .
  4. (en) « China’s Forced Sterilization of Uighur Women Is Cultural Genocide », Heritage Foundation, (consulté le 25 juillet 2020).
  5. "On attendait une réaction" : la prise de position française sur la situation des Ouïghours saluée par des spécialistes de la Chine, France Info, .
  6. Libération : Ouïghours : «On m’a fait m’allonger et écarter les jambes, et on m’a introduit un stérilet», 20 juillet 2020.
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Jewish Wordl Wach 3 juillet 2020 : Genocide alert: New evidence shows that Uyghurs subjected to the crime of crimes
  8. The Conversation : Legal expert: forced birth control of Uighur women is genocide – can China be put on trial? 14 juillet 2020
  9. Metro : 3 octobre 2020 Inside China’s ‘re-education camps’ where women are raped and sterilised
  10. Dailymail : Chinese muslims reveal rapes, abortions and forced sterilisations 'using chilli paste' at 'concentration camps' as shocking footage emerges of hundreds of shackled and blindfolded prisoners
  11. Uighurs Human Right Project : Abortions, IUDs and sexual humiliation: Muslim women who fled China for Kazakhstan recount ordeals 10/07/2019
  12. France 3 : Orléans : un rassemblement organisé le 8 août en soutien au peuple Ouïghour, persécuté en Chine, 29 07 2020
  13. News Today : Compelled sterilizations of Uyghur ladies: "I knew what to anticipate if I refused"Compelled sterilizations of Uyghur ladies: "I knew what to anticipate if I refused"
  14. The Diplomat : China Forces Birth Control on Uyghurs to Suppress Population , 30 06 2020
  15. Brice Pedroletti, « Un groupe de parlementaires occidentaux attaque la Chine sur la stérilisation des Ouïgoures », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020).
  16. Manon Pignot Le Goulag en version chinoise Libération, 8 juillet 2020.
  17. France TV Info 30/06/2020.
  18. RTBF 7 octobre 2019 : Des femmes musulmanes violées et stérilisées de force en Chine, au nom de "la lutte contre le terrorisme"?
  19. Indian Times : Chinese Muslims Report Rapes, Abortions & Forced Sterilisation At China's 'Concentration Oct 10, 2019
  20. Vox : Concentration camps and forced labor: China’s repression of the Uighurs, explained There is more and more evidence of China’s human rights abuses in Xinjiang 28 juillet 2020
  21. World Uyghur Congress : INTERVIEW WITH JEWHER ILHAM, DAUGHTER OF JAILED ACTIVIST ILHAM TOHTI Posted on April 14, 2020
  22. Time.com : Uighur Academic's Daughter Faces Lonely Road After His Life Sentence on Separatism Charges
  23. Human Right Pulse : A Conversation With Jewher Ilham: “Free My Father” – China’s Repression Of The Uyghurs June 23, 2020
  24. Taiwan News : China's treatment of Muslim Uighurs in Xinjiang: 'I had the chills' 208 By Deutsche Welle 22 f&vrier 2020
  25. Washington Post :
  26. Reuters : Daughter accepts EU Parliament prize on behalf of Uighur activist 18, 12, 2019
  27. Arab News : Activist urges EU to ‘not be complicit in Chinese persecution of Muslim Uighurs’, 19 dec 2019
  28. New York Times : A Uighur Father’s Brave Fight 4 mai 2014
  29. Asian News : 11/01/2019, Send to a friend Rape, abuse and sterilisation in Xinjiang’s ‘boarding schools’ for Uyghurs
  30. RFA : Xinjian Authorities push Uyghurs to marry Han Chinese
  31. Le journal International : Ouïghours: Génocide au XXIe siècle, 13 juillet 2020 (http://www.lejournalinternational.info/ouighours-genocide-au-xxi-siecle/).
  32. Taiwan News : Netizens outraged by 'gene washing' wedding between Chinese man and Uyghur woman Netizens outraged by sad expression on face of Uyghur woman forced to marry Chinese man as part of government assimilation program, 28 mai 2018 (https://www.taiwannews.com.tw/en/news/3442256).
  33. Inside China’s ‘re-education camps’ where women are raped and sterilised (https://metro.co.uk/2019/10/08/inside-chinas-re-education-camps-women-raped-sterilised-10879874/).
  34. Washington Post (https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/?next_url=https%3a%2f%2fwww.washingtonpost.com%2fworld%2fasia_pacific%2fabortions-iuds-and-sexual-humiliation-muslim-women-who-fled-china-for-kazakhstan-recount-ordeals%2f2019%2f10%2f04%2f551c2658-cfd2-11e9-a620-0a91656d7db6_story.html)
  35. One News Now : Forced abortions now part of ethnic cleansing in Chinese province, 7 juillet 2020 (https://onenewsnow.com/persecution/2020/07/07/forced-abortions-now-part-of-ethnic-cleansing-in-chinese-province).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).