Encyclopédie Wikimonde

Confrérie de la cousinerie de Bourgogne

Aller à : navigation, rechercher

La cousinerie de Bourgogne a été créée à Savigny-lès-Beaune le 22 janvier 1960 sous l'influence du Syndicat d'initiative, elle promeut l'hospitalité bourguignonne et a pour devise « Toujours gentilshommes sont cousins »[1].

Les « cousins »

Les membres de cette confrérie se définissent comme étant des « cousins à la mode de Bourgogne » de la même façon que les hauts personnages de la noblesse appelaient ceux qui se trouvaient dans leurs bonnes grâces.

De nombreuses personnalités du monde sportif, journalistique, politique ou des arts et spectacles sont membre de cette confrérie[2].

Les « ambassadeurs »

Depuis 2009, le Grand Conseil attribue des titres d'Ambassadeur aux cousins  qui ont contribué à la renommée de la Cousinerie, des vins de Bourgogne et plus particulièrement ceux de Savigny-lès-Beaune ou encore à ceux qui leur ont été les plus fidèles.

Le Grand conseil

La Cousinerie est présidée par le Mayeur. Il est entouré :

  • d'un maître de maison
  • d'un Intendant
  • d'un Bouteiller
  • d'un Argentier
  • des Heurleurs (qui rédigeront les discours)
  • d'un Maître-sommelier et des Sommeliers.

Lorsqu'ils officient, les membres du conseil portent le costume de gentilhomme campagnard du XVIIIe siècle : tricorne et jaquette de velours vert-bronze, long gilet en damassé blanc cassé, chemise blanche à jabot, culottes beiges, bas beiges et souliers noirs.

Ils portent également une écharpe azur et or aux couleurs des premiers Ducs de Bourgogne.

Les « goutaillons »

Organisés dans le caveau communal de Savigny-lès-Beaune datant du XVIIIe siècle, les goutaillons sont des banquets qui ont lieu trois samedis par an :

Lors de ces banquets, les convives sont accueillis par les Trompes de la Saint-Hubert et le traditionnel verre de l'amitié. Le repas est ensuite animé par la troupe des Joyeux Bourguignons qui interprètent des chansons à boire et des chansons traditionnelles bourguignonnes (notamment Joyeux enfants de la Bourgogne) le tout entrecoupé par des bans bourguignons[Quoi ?].

Un peu avant le fromage vient le temps des intronisations : c'est le « cousinage ».

Le « cousinage »

Pour devenir « cousin », il faut être intronisé. Le plus souvent cette intronisation n'est possible que par le parrainage d'un autre cousin.

Lors des goutaillons, ils jurent sur l'honneur de pratiquer l'hospitalité bourguignonne « bouteille sur table et cœur sur main ». Leur serment est ensuite consacré en buvant une gorgée de vin de Bourgogne.

Les nouveaux « cousins » reçoivent ensuite un diplôme, le texte de leur harangue, signent le livre d'or et se voient remettre une écharpe azur et or.

Cette écharpe est le signe de ralliement de cette confrérie, elle est portée en baudrier sur l'épaule droite pour les « cousins » et sur l'épaule gauche pour les « cousines ».

Le Cousinage se termine par leurs devise « Toujours gentilshommes sont cousins ».

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).