Encyclopédie Wikimonde

Coordination communiste

Aller à : navigation, rechercher

Coordination communiste
Idéologie Communisme, Marxisme-Léninisme, Anticapitalisme
Couleurs rouge
Site web http://www.rassemblementcommuniste.org

La Coordination communiste 59-62[1] est une organisation marxiste-léniniste, agissant sur différents fronts (antilibéral, anti-impérialiste, syndical, démocratique, antifasciste, anticolonial) de la lutte générale contre le capitalisme. Son objectif est de contribuer à la reconstruction d'un véritable parti communiste en France, outil indispensable pour organiser les luttes jusqu'à la révolution socialiste et la dictature du prolétariat. Elle publie le journal Chantiers.

Histoire

Durant toute la période d'abandon progressif des principes marxistes-léninistes du PCF jusqu'à sa « mutation » à l'époque de Robert Hue, différentes organisations politiques se réclamant du marxisme-léninisme se sont constituées successivement en rompant avec celui-ci.

Alors que les organisations gauchistes de type trotskiste ou maoïste étaient accusées de travailler à hâter la chute idéologique et politique du PCF, des militants marxistes-léninistes opposés au développement du révisionnisme au sein du parti historique de la classe ouvrière, affirmaient la possibilité d'une renaissance communiste du Parti. Ils y ont lutté dans cette perspective jusqu'à la période de liquidation définitive des bases politiques et organisationnelles marxistes-léninistes du Parti, dans les années quatre-vingt dix.

Au sein de la Coordination communiste pour le renouveau révolutionnaire du PCF, courant interne créé en octobre 1991, puis (nouveau nom marquant déjà une évolution en février 1994 après le 28e congrès du PCF) de la « Coordination Communiste pour la renaissance léniniste et continuité révolutionnaire du PCF », se sont distingués très vite les partisans de la « reconstruction », thèse selon laquelle la social-démocratisation du PCF est désormais irréversible, et les partisans de la « renaissance », thèse selon laquelle le PCF peut être encore sauvé de cette transformation en « Parti socialiste bis ».

Les seconds, devenus minoritaires, quittèrent l'organisation à l'issue de la 2e session de la IVe Conférence nationale en décembre 1999 pour fonder la « Coordination des militants communistes du PCF (CMC) », devenue, après regroupement avec d'autres militants, notamment ceux rassemblés autour de Georges Hage - député PCF du Douaisis (Nord) - la FNARC[2] (début 2002) puis le PRCF, pôle de renaissance communiste en France, en janvier 2004.

Les majoritaires, affirmant de plus en plus la nécessité d'en finir avec la simple lutte interne pour « aller aux masses », affirmaient leur rupture organisationnelle totale avec le PCF au printemps 2000 au moment du 30e congrès du PCF (congrès de Martigues). Ils modifiaient alors leur appellation, passant de « Coordination communiste pour la renaissance léniniste et la continuité révolutionnaire du PCF » en « Coordination communiste pour la reconstruction d'un parti communiste révolutionnaire ». Depuis 1991, les animateurs du Comité du Nord de la Coordination communiste - qui étaient parmi les fondateurs de l'organisation - se reconnaissaient dans ce courant-là.

Cette « nouvelle » Coordination communiste affirmant ouvertement se battre pour la reconstruction d'un nouveau parti fut dès 2000 traversé de vifs débats, qui conduisirent début 2001 à l'exclusion (contre l'avis de la Coordination communiste 59) du Comité de Haute-Savoie [aujourd'hui la « Coordination communiste 74 », toujours autonome, est « associée » au PRCF], puis à la scission, autour notamment d'un membre de la direction nationale, de quelques camarades qui fondèrent le groupe « Communiste en Lutte » (CeL).

Les divergences entre la direction nationale et le comité du Nord (et le comité du Pas-de-Calais) éclatèrent au grand jour fin 2001, essentiellement autour de la question des tendances de la direction nationale à se prétendre les seuls marxistes-léninistes en France, à s'autoproclamer, de fait, le Parti : le Comité du Nord, puis celui du Pas-de-Calais sont exclus de la Coordination communiste au printemps 2002. Ils décident aussitôt de poursuivre leur activité, se regroupant en Coordination Communiste Nord-Pas-de-Calais et publiant (en janvier 2003) un premier document public analysant les raisons de cette exclusion. Le reste de la Coordination communiste nationale deviendra, à l'automne 2003, l'actuelle URCF (Union des révolutionnaires-communistes de France).

Pour la Coordination Communiste 59-62, Ce morcellement progressif des organisations marxistes-léninistes en France est l'héritage du révisionnisme dominant d'une période de reflux du mouvement communiste à l'échelle internationale et à l'échelle nationale dans la seconde moitié du vingtième siècle. Elle considère la lutte pour l'unification des cercles et organisations communistes émanant ou non du PCF comme une lutte principale aujourd'hui, en vue de la reconstruction d'un parti communiste révolutionnaire en France.

En décembre 2007, la Coordination communiste 59-62 a participé à la création du Rassemblement des cercles communistes (RCC), avec le Cercle Henri Barbusse, le Cercle Communiste d'Alsace et le Cercle Communiste de Région Parisienne. En 2010, l'organisation Rouges Vifs 13 (Bouches du Rhône), rejoint le RCC. Le journal "Chantiers" est désormais celui de l'ensemble du RCC.

Considérant que le Front de Gauche est à la fois la traduction politique forte du NON au TCE (2005) marquant une démarcation nette, visant à l'élargir, entre sociaux-libéraux (PS) et antilibéraux (à l'intérieur desquels les communistes peuvent développer leur ligne), l'espace de travail politique susceptible de renouer le camp militant avec les masses travailleuses et le front à partir duquel les communistes (dans et hors du PCF) peuvent travailler à leur unification en lien avec le travail de masse, autour d'un véritable projet révolutionnaire pour sortir de la crise du capitalisme, le RCC s'investit dans le Front de Gauche. En 2012, la Coordination Communiste adhère localement au Front de Gauche Nord.

Depuis Août 2010, le RCC coorganise et participe aux "rencontres communistes" annuelles de Marseille, espace de discussions politiques, idéologiques et d'interventions communes, rassemblant des sections du PCF (Béziers, Vénissieux, etc.) et des groupes non affiliés au PCF. Pour la première en 2012, un stand "pour des Assises du Communisme" organisé par les participants de ces rencontres, dont le RCC, se tenait à la fête de l'Humanité.

Elections

Faute d'un candidat unique des collectifs antilibéraux (précurseurs du Front de Gauche), elle soutient Marie Georges Buffet (PCF) aux élections présidentielles. En 2010, dans la liste "L'Humain d'Abord" conduite par Alain Bocquet pour les élections régionales, la Coordination Communiste présente une candidate. En 2011, Roland Diagne, de la Coordination Communiste, représente le Front de Gauche aux élections cantonales à Villeneuve d'Ascq. William Roger, également membre de la Coordination, est candidat suppléant pour le Front de Gauche sur le canton Nord-Est de Tourcoing. En 2012, Béatrice Théllier, de la Coordination Communiste, est candidate suppléante pour le Front de Gauche sur la première circonscription de Lille aux élections législatives. [à noter: Fabienne Tousch, du Cercle Communiste d'Alsace -RCC-, est candidate suppléante pour le FdG dans la deuxième circonscription de Strasbourg].

Ligne politique

La Coordination communiste 59-62 défend les expériences de construction du socialisme au XXe siècle, et en particulier l'expérience soviétique, sources historiques, théoriques et pratiques incontournables pour le « socialisme du XXIe siècle ».

La Coordination Communiste considère qu'en France l'étape actuelle est « l'étape des cercles », à partir desquels l'éducation et l'organisation d'une avant garde prolétarienne d'une part et un mouvement d'unification idéologique sur les principes marxistes-léninistes d'autre part aboutiront à la création d'un parti communiste (fusion du socialisme scientifique et du mouvement ouvrier et populaire), revendiquant l'héritage historique du PCF du Congrès de Tours, du Front populaire antifasciste, de la résistance antinazie et du Conseil national de la Résistance. Elle se reconnaît dans le mouvement des organisations (internes ou externes au PCF) fondées sur la double opposition au trotskisme, qu'elle considère comme le fossoyeur historique du communisme, d'une part et à la « mutation social-démocrate » du PCF d'autre part.

En ce sens, la Coordination communiste 59-62 articule la lutte pour l'unité d'action, l'unité idéologique entre les cercles communistes existant en France et l'action politique sur différents fronts actuels au travers desquels s'exprime la lutte générale contre le capitalisme.

La Coordination communiste s'est engagée dans le combat des collectifs antilibéraux issus de la victoire de classe du NON au référendum sur la constitution européenne en 2005. Elle considère que ce front contre le libéralisme ne pourra remporter des victoires solides qu'en se dotant d'une aile anticapitaliste, regroupant toutes les forces de la reconstruction communiste pour développer ses analyses, manifester ses capacités d'organisation et orienter l'ensemble du front vers le renversement de la dictature capitaliste. En ce sens, elle participe désormais au Front de Gauche, expression politique actuelle principale de ces collectifs antilibéraux.

Prioritairement pour l'unité de la classe ouvrière, la Coordination communiste participe aux luttes nationales et internationalistes, revendiquant entre autres :

  • La sortie de la France de l'Union européenne contre l'illusion d'une « Europe sociale »,
  • La nationalisation des entreprises qui ferment ou délocalisent,
  • Le rejet de la loi discriminatoire et islamophobe sur le « foulard »,
  • La régularisation de tous les sans-papiers,
  • Le droit de vote pour les immigrés à toutes les élections,
  • Le soutien au socialisme cubain, nord-coréen, aux victoires anti-impérialistes et d'indépendance nationale latino-américaines, aux luttes anti-impérialistes du peuple palestinien martyre, des peuples irakien, afghan, des peuples d'Afrique soumis notamment à l'impérialisme français,
  • La dénonciation de toutes les offensives de l'impérialisme ; « révolutions orange », colonisations et agressions sionistes, guerres menées ou orchestrées par l'OTAN, les États-Unis, l'UE, etc.

La devise de la Coordination communiste est celle qui a été propagée par la Révolution d'Octobre 1917 : « Prolétaires de tous pays et peuples opprimés, unissez-vous ! ».

Notes et références

  1. Coordination Communiste 59/62
  2. Fédération nationale des associations pour la renaissance communiste

Cet article « Coordination communiste » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).