Encyclopédie Wikimonde

Corinne Monique Belliard

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Corinne Monique Belliard est historienne, angliciste, spécialisée en histoire et civilisations de la Grande-Bretagne et de la France au XIXe siècle.

Biographie

Née à Madagascar mais vivant depuis sa tendre enfance entre les South Downs du Sussex et la vallée de la Seine, elle commence des études supérieures à Berkeley aux États-Unis. Puis, elle revient en Europe où elle intègre l'université de York en Grande-Bretagne. En 2004, elle réalise une thèse de doctorat intitulée L'Émancipation des femmes à l'épreuve de la philanthropie[1] sous la direction d'Arlette Farge[2], à l’École des hautes études en sciences sociales. Mais en 2005, elle perd son compagnon l'anthropologue Africaniste Claude Meillassoux[3] qui l'a familiarisée à une autre discipline des sciences sociales et rapprochée du pays où elle est née.

Sa carrière d'enseignante dans le supérieur se déroule sur plusieurs établissements. Elle débute comme chargée de cours en anglais en Institut Universitaire de Technologie dans les universités Paris 8 et Paris 12. Puis, elle est recrutée pour 4 ans par le département d'histoire de l'université François-Rabelais de Tours[4]. Ensuite, elle travaille aux côtés des civilisationistes et notamment pour le compte de l'Université Sorbonne Nouvelle et de Cergy-Pontoise.

Ses travaux portent sur l’histoire sociale et politique des femmes en France et en Grande-Bretagne. Elle participe aux célébrations des 40 ans de l'EHESS[5] en organisant une exposition sur les alumnae en tant que vice-présidente du conseil d’administration de l'association des anciens étudiants de l'école des hautes études en sciences sociales, l'EHESS alumni[6]. L'histoire des femmes dans l'enseignement supérieur va continuer de l'intéresser. En 2016, elle va ainsi mener une étude sur le genre à l'Institut Universitaire de France dans le cadre de l'association Réussir l'Egalité Femmes-Hommes[7].

De sa participation aux associations scientifiques, il est a noté qu'elle est aussi membre Mnémosyne[8] et des Archives du Féminisme[9]. Elle est également membre du Centre de recherches et d'études en civilisation britannique et du Women History Network.

Travaux

L'apport de sa thèse à l'histoire des femmes

  • Publiée en 2009 aux éditions de L'Harmattan, elle y développe l'idée selon laquelle "les associations philanthropiques se révèlent imprégnées d'un paternalisme insidieux en Grande-Bretagne et patent en France". Selon elle, "l'avancée féminine ne viendra pas de ce côté mais d'autres femmes agissant indépendamment de leur prétendue nature et de leur féminité"[10]. Remarquée dans la presse généraliste comme la revue bruxelloise Vie Féminine Axelle Magazine[11] ou encore Nice-Matin (rubrique "Livres", jeudi 20 août 2009) dans l'hexagone, son travail de thèse a aussi fait l'objet d'une note dans La Cliothèque[12] et Vie Sociale[13]. En 2010, elle a été invitée à La Fabrique de l'histoire[14] une émission sur France Culture pour présenter son travail.

Chapitres dans des ouvrages collectifs

  • Être patriote ou devenir femme à la veille de 1914, 2009, in Claire Laux (dir) Le monde britannique de 1815 à 1931, manuel et dissertations corrigées CAPES/Agrégation, Paris, Ellipses : 143-154.
  • Début des femmes en politique, 2009, in Claire Laux (dir) Le monde britannique de 1815 à 1931, manuel et dissertations corrigées CAPES/Agrégation, Paris, Ellipses : 195-199.
  • Women's Philanthropy tested by paternalism, 2013, in Hubert Bonin & Paul Thomes (dir) Old Paternalism, New Paternalism, Post-Paternalism, Brussels, Peter Lang : 115-126.

Articles publiés dans des revues à comité de lecture

Notes et références

  1. Thèse en ligne, consultée en ligne le 4 novembre 2014.
  2. Arlette Farge a reçu le prix de la Dan David Foundation de Tel-Aviv (2016) pour l'ensemble de son travail et notamment pour son étude sur la pauvreté.
  3. Claude Meillassoux, né en 1925, est un anthropologue français, médaille d'argent du CNRS (1984), auteur d'une thèse intitulée Anthropologie économique des Gouro de Côte d'Ivoire, publiée en 1964. Il est décédé en 2005.
  4. Charge de cours d'histoire à l'université de Tours, consulté en ligne le 4 novembre 2014.
  5. « L'Ecole des femmes » (consulté le 28 juillet 2015)
  6. Association des étudiants et anciens étudiants de l'EHESS, consulté en ligne le 4 novembre 2014.
  7. « Réussir l'Egalité Femmes-Hommes »
  8. « Mnémosyne - Association pour le développement de l'histoire des femmes et du genre - »
  9. « Archives du Féminisme »
  10. « Émancipation des femmes à l'épreuve de la philanthropie » (http://www.sudoc.fr/149762887), sur SUDOC - catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur
  11. « Vie Féminine » (http://www.viefeminine.be/spip.php?rubrique157), , numéro 125
  12. Geneviève Royer, « Corinne M Belliard. L'émancipation des femmes à l'épreuve de la philanthropie. », La Cliothèque,‎ (lire en ligne (http://www.clio-cr.clionautes.org/l-emancipation-des-femmes-a-l-epreuve-de-la-philanthropie.html#.VEEG--ekHPA))
  13. Brigitte Bouquet, « Histoire. Corinne M Belliard. Émancipation des femmes à l'épreuve de la philanthropie. », Vie Sociale, no 1,‎ (lire en ligne (http://www.cedias.org/article/notes-lecture-5))
  14. « France Culture » (http://www.franceculture.fr/emission-histoire-de-la-philanthropie-24-2010-01-19.html),

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur Lua dans Module:Bases_recherche à la ligne 226 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Corinne Monique BELLIARD (http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/mnemosyne/annuaire/belliard-corinne-monique/) sur Mnémosyne
  • Histoire de la philanthropie (http://www.franceculture.fr/emission-histoire-de-la-philanthropie-24-2010-01-19.html) sur France Culture


Cet article « Corinne Monique Belliard » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).