Encyclopédie Wikimonde

Cosmétique home made

Aller à : navigation, rechercher

La cosmétique « home made » (ou cosmétique « fait maison ») est une pratique où l’on fabrique soi même ses produits d’hygiène, de soin et ses cosmétiques à partir de matières premières brutes. Cela permet de contrôler très exactement le contenu de ses produits.

Cosmétique homemade

La cosmétique homemade est pratiquée par les personnes ayant souvent une peau sensible ou réactive aux composants des produits industriels. On peut y avoir recours suite à des allergies à ces composants, ou alors tout simplement si l’on se soucie du contenu des produits utilisés sur notre peau et celle de nos enfants[1].

La cosmétique homemade s’inscrit souvent dans une démarche de retour au naturel visant à faire prendre conscience au consommateur du contenu des produits d’hygiène et de soin ainsi que des produits cosmétiques industriels utilisés au quotidien.

Les problèmes des produits industriels

Il est de plus en plus courant de trouver des articles et des reportages sur les méfaits des produits chimiques utilisés au quotidien dans bon nombre des produits de la salle de bain. Les parabens sont les plus connus, mais pas les seuls. Le méthylisothiazolinone commence aussi à être décrié comme dangereux. Ce sont des substances que l’on retrouve dans les shampoings, les gels douches, les déodorants, et aussi dans les produits d’entretien[2]. Il est donc à signaler qu’ils ne concernent pas exclusivement les cosmétiques utilisés principalement par les femmes, mais bien des produits d’hygiène qu’hommes et enfants consomment aussi.

Ces substances à risques[3] sont de plus en plus décriées. Les plus « connues » sont les suivantes : Parabens[4], Méthylisothiasolinone[5], Sodium laureth sulfate[6], PEG[7]. Une liste de la plupart de ces produits préjudiciables est visible sur le site de la fondation David Suzuki, qui a dressé une liste noire comportant les noms des principaux composants chimiques à risques.

Ces substances à risques provoquent de nombreuses réactions allergiques[8] pouvant se déclarer très tôt, chez des enfants qui seraient exposés quotidiennement aux produits en contenant par exemple. Il est à préciser que certains de ces produits ne sont pas nocifs après une ou deux utilisations mais au contraire présentent des risques s’ils sont utilisés à répétition, de manière régulière. Une crème de jour contenant du methylisothizolinone peut donc devenir allergisante après plusieurs mois d’utilisation[9].

On retrouve aussi des substances à risques dans les déodorants, comme les sels d’aluminium, probable cause d’un nombre croissant de cancers, particulièrement chez les femmes avec le cancer du sein[10],[11].

Greenwashing, les marques qui se prétendent naturelles

Certaines marques proposent des gammes « naturelles », dans le but de séduire les consommateurs, sans pour autant être soutenues par un label reconnu, certifiant un cahier des charges strict, écologique et économique. On appelle cela le « greenwashing », contraction des termes anglais "whitewashing" (dissimuler) et « brainwashing » (lavage de cerveau), mais axé sur la tendance « green » (écologique et naturel). Ainsi, leur technique de marketing repose sur l'attribution de couleurs (vert, beige) ou d' appellations non vérifiable (« naturel », « aux extraits naturels », etc…) à certains produits dont la composition est tout aussi chimique que n’importe quel autre produit industriel.

Sites internet, sources d'informations

Certains journalistes se sont déjà penchés sur le sujet des cosmétiques bio, afin de prévenir le plus grand nombre de consommateurs, mais les lobbys de cette industrie sont très importants, ce qui empêche souvent une dissémination massive de l’information.

Le site de Rita Stiens est une source d’information non-négligeable, et permet au consommateur, grâce au moteur de recherche INCI, de décrypter la liste des ingrédients figurant sur les produits industriels.

Références dans le milieu des cosmétiques homemade

Les blogs de « tambouilleuses » (nom donné entre elles aux filles qui pratiquent la cosmétique homemade) attestés sont aussi des sources d’idées de recettes. On y trouve souvent des tests de produits homemade et de recettes qui ont fait leurs preuves[réf. souhaitée], ainsi que des conseils quand on débute.

De nombreuses « bloggeuses naturelles » font aussi de multiples interventions sur différents groupes Facebook qui rassemblent des « addicts » de la cosmétique maison, permettant un échange rapide et personnel entre « tambouilleuses », lien essentiel quand on se lance dans la cosmétique homemade avec de nombreuses interrogations.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).