Encyclopédie Wikimonde

Crise des années 1930 en France et en Allemagne

Aller à : navigation, rechercher

En france a eu lieu une grave crise économique en 1930

Les aspects de la crise

La crise
France Allemagne
Forte baisse de la production industrielle Très forte baisse de la production industrielle
Crise sociale Crise sociale
Forte augmentation du chômage: plus de 400.000 chômeurs en 1935 Très forte augmentation du chômage: 6 millions de chômeurs en 1932
Misère (soupes populaires et marches de la faim) Misère (difficultés pour se nourrir et se loger)
Crise politique Crise politique
Instabilité ministérielle (de juillet 1929 à juin 1936, 19 présidents du conseil se succèdent sans pouvoir faire face à la crise) Multiplication des élections et montée en puissance des partis extrémistes: parti communiste (KPD) et parti nazi (NSDAP)
Des organisations d'extrême droite, les ligues[1], partagent la haine de la République Parlementaire, des Juifs, des étrangers et des communistes

Le Front Populaire

La naissance du Front Populaire

Article détaillé : Front populaire (France).

Le 6 février 1934, les ligues organisent à Paris une grande manifestation antiparlementaire, autour de la Chambre des députés. Celle-ci tourne à l'émeute et fait une quinzaine de morts. Le lendemain, dans le journal Le Populaire, la gauche voit dans cet évènement une tentative de coup d'État fasciste. Pour faire face aux menaces qui pèsent sur la démocratie et la République, les 3 principaux partis de gauche, la SFIO, le Parti Radical et le PCF organisent une grande manifestation commune contre le fascisme le 14 juillet 1935: c'est la naissance du Front populaire. En janvier 1936, les 3 partis du Front Populaire adoptent un programme électoral commun autour du slogan: "Le pain, la paix, la liberté"

La victoire du Front Populaire

Aux élections législatives de mai 1936, le Front populaire (Parti communiste, SFIO, Parti Radical) obtient la majorité absolue à la Chambre des députés avec 369 sièges sur 614. Léon Blum, chef de la SFIO, devient le Président du conseil avec le soutien des 3 partis.

A l'annonce de cette victoire, en juin, un mouvement de grève démarre. Il a pour but d'encourager le gouvernement à engager les réformes mais également de faire pression sur le patronat.

Les réformes du Front Populaire

Les accords de Matignon

Article détaillé : Accords de Matignon (1936).

Installé au pouvoir, Léon Blum entre les représentants de la CHKT et des patrons une négociation qui aboutit le 7 juin 1936 a l' Accords de Matignon :

  • augmentation des salaires pour relancer la consommation et l'activité économique,
  • extension des droits des salariés : liberté d'adhérer à un syndicat, droit d'avoir des délégués du personnel.

Les grandes réformes sociales

Les deux grandes réformes du Front populaire, votés par la Chambre des députés en juin 1936 sont :

La chute du Front Populaire

Deux raisons principales expliquent la chute du Front populaire en 1938-1956:

  • La guerre civile espagnole (elle oppose le gouvernement républicain de Madrid aux nationalistes du Général Franco soutenu par l'église catholique) de 1936 dans laquelle Léon Blum refuse de s'engager, lui enlève le soutien du Parti communiste.
  • Le Parti radical de Daladiez doutant des réformes économiques et sociales engagées par Léon Blum se retire du gouvernement.

C'est la fin du Front populaire. Daladiez, allié à la droite modérée devient Président du Conseil.

L'Allemagne nazie

Article détaillé : Allemagne nazie.

Une doctrine raciste

Un peuple

Selon la théorie nazie, les races et les peuples sont inégaux. Au sommet la race supérieure, les "Aryens" qui doit dominer les races inférieures (Juifs, Slaves...). Celles-ci doivent être éliminées.

Un empire

Tous les Germains doivent être regroupés dans le grand empire Allemand, le Troisième Reich. Il s'agit de conquérir un vaste "espace vital" à l'est aux dépens des autres peuples pour nourrir tous les Allemands de "pure race".

Un guide

L'état et le peuple doivent être dirigés par un chef, le Führer. Hitler est le guide absolu et infaillible à qui l'on voue un culte de la personnalité et que l'on doit suivre aveuglément.

À la mort d'Hindenburg, le 2 août 1934 devient le seul maître et se proclame Reichsführer.

L'installation de la dictature: l'élimination des adversaires

  • 27/02/1933: incendie du Reichstag ⇒ prétexte à l'arrestation des communistes + limitation de la liberté de la presse.
  • 23/03/1933:Hitler obtient les pleins pouvoirs ⇒ interdiction des syndicats et des partis politiques non nazis. Ouverture du premier camp de concentration.
  • 14/07/1933: NSDUP, seul parti autorisé.
  • 19/08:1934: Mort du Président Hindemburg, laissant Hitler maître absolu de l'Allemagne en cumulant les fonctions de chancelier et de président.

L'encadrement de la société

La propagande

Hitler attache une grande importance à la propagande pour soumettre totalement les Allemands à ses idées. Le ministre de l'information et de la propagande, Joseph Goebbels, utilise tous les moyens de communications traditionnels et modernes pour que le peuple Allemand pense et agisse d'une manière uniforme. Journaux, affiches, radio, cinéma diffusent inlassablement les idées officielles tandis que les grands rassemblements et les défilés glorifient la grandeur des nazis et du peuple Allemand. Les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 sont le triomphe du régime.

Une population embrigadée

La jeunesse est particulièrement contrôlée: l'enseignement est surveillé, les manuels scolaires sont révisés, l'adhésion aux organisations de jeunesse est obligatoire, on leur apprend la discipline, l'obéissance absolue et à se battre. On leur inculque aussi les idées nazies. Adultes, ils doivent adhérer au parti nazi, participer au Service du Travail Obligatoire. Les travailleurs sont regroupés dans le front du travail. Les loisirs sont pris en charge par une organisation nazie, "La Force par la Joie" KDF. La culture est aussi sous contrôle: les livres déplaisant aux nazis sont interdits et brûlés en public comme à Berlin le 12 mai 1933.

Un état antisémite et raciste

Date Nom de la mesure Signification
1933 Boycott des magasins juifs et bannissement des fonctions publiques Volonté de ruiner les juifs
1935 lois de Nuremberg Séparation physique des juifs des autres Allemands, suppression de la citoyenneté Allemande
1938 Nuit de cristal et mesures économiques Les militants nazis saccagent des magasins juifs, brûlent les synagogue et massacrent des juifs

Notes et références

  1. voir ligue


Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

{{}}