Encyclopédie Wikimonde

Critique de la monarchie

Aller à : navigation, rechercher

La critique de la monarchie peut se référer à la monarchie en tant que forme de gouvernement ou au cas particulier d'un État monarchique, à mettre en relation avec le délit de lèse-majesté. La monarchie et les principes du « droit divin » de la royauté ont été critiqués au XVIIIe siècle, et le 4 juillet 1776 à la déclaration d’indépendance à la suite de la révolution américaine[1].

Ainsi, plusieurs gouvernements monarchiques ont été remplacés par des Républiques, alors que d'autres pays ont remplacé leur monarchie absolue par une monarchie constitutionnelle et inversement, (Restauration, Monarchie de Juillet, Second Empire, monarchie espagnole).

Les détracteurs du système monarchique estiment souvent que nombre de principes fondamentaux ne sont pas respectés et que la liberté est limitée.

Thèse de l'incompatibilité de la monarchie

La Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948

Le système monarchique ne respecte généralement pas plusieurs articles de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948.

Article premier : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. »

Les règles de dévolution de la Couronne des monarchies donnent des droits et des privilèges aux familles royales et à leurs descendants créant des dynasties.

Article 7 : « Tous sont égaux devant la loi (…) »

Pour les monarchies absolues où il n’y a aucune séparation du pouvoir, la garantie de l’égalité de la loi n’est pas possible.

Article 21 :

« (1) Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. »

« (2) Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.»

« (3) La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. »

Le principe de prince héritier qui s’applique aux monarchies héréditaires empêche toute autre personne de devenir roi. D’où l’apparition de dynastie.

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques

Article 25 : « Tout citoyen a le droit et la possibilité, sans aucune des discriminations visées à l’article 2 et sans restrictions déraisonnables :

(a) De prendre part à la direction des affaires publiques, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis ;

(b) De voter et d’être élu, au cours d’élections périodiques, honnêtes, au suffrage universel et égal et au scrutin secret, assurant l’expression libre de la volonté des électeurs ;

(c) D’accéder, dans des conditions générales d’égalité, aux fonctions publiques de son pays. »

Le principe de prince héritier qui s’applique aux monarchies héréditaires empêche toute autre personne de devenir roi et ainsi de jouir de l'article 25 Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne

l’Article 21 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne dispose :

« Article II-21 : Non-discrimination 1. Est interdite, toute discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle…. »

« Article II-23 : Égalité entre hommes et femmes L'égalité entre les hommes et les femmes doit être assurée dans tous les domaines »[2]

Certaines monarchies conservent encore des règles de dévolution de la Couronne par primogéniture mâle, excluant les femmes de la succession (primogéniture masculine) c’est le cas pour le Japon et toutes les monarchies de pays avec l'islam comme religion d'État (Arabie saoudite, Jordanie, Maroc

Légitimité des familles royales actuelles

Les différents modes de désignation des rois n’impliquent aucun principe démocratique et notamment l’élection des rois au suffrage universel par le peuple qu’ils gouvernent. Pour les monarchies héréditaires, la transmission du pouvoir royal s’effectue de génération en génération.

Légitimités contestées

La légitimité des familles royales est contestée dans le monde.

La famille royale espagnole

La légitimité du roi Juan Carlos Ier et plus généralement de la famille royale espagnole est critiquée à la suite de plusieurs scandales dus à son niveau de vie de milliardaire (alors que le pays est en crise et que des coupes budgétaires sont effectuées par le gouvernement). En plus des affaires d’infidélités et de corruption[3],[4].

L'affaire Nóos mettant en évidence le détournement de 6.5 millions d’euros de fonds public choque les Espagnols car elle implique la famille royale avec le mari de l'Infante Cristina ainsi que l’infante Cristina de Borbón y Grecia qui sont mis en examen pour appropriation illicite de fonds publics par le juge de Palma de Majorque[5],[6].
Il faut néanmoins nuancer et préciser que suite à cette crise, Iñaki Urdangarin, conjoint de l'Infante Cristina de Borbón y Grecia et cette dernière seront exclus de la Famille Royale. Ils sont bien membres de la famille du roi, mais la distinction est faite en Espagne entre la famille "officielle", et la famille biologique. Le couple a, à cause de cette crise été déchu de son titre de "Duc et Duchesse de Palma de Majorque" par le roi lui-même.

La famille royale marocaine

La légitimité du roi du Maroc, Mohammed VI est contestée en 2011[7] avec le Mouvement du 20-Février qui tente de remettre en cause le fonctionnement du régime, pour la première fois dans l'histoire de ce pays[8] et cela en appelant à manifester lors de la« journée de la dignité » le 20 février 2011, pour exiger des réformes politiques, la limitation des pouvoirs du roi, la fin des injustices et de l’affairisme, y compris au palais royal. Ces manifestations sont les plus importantes de l’histoire du Maroc[9].

Alors que le "roi des pauvres" s’enrichit plus vite que son ombre, son peuple d'après le rapport 2013 du PNUD à un Indice de Développement Humain qui classe le Maroc à la 130e sur 186 pays[10] ainsi comme le souligne l’article sur Slate Afrique[11] la monarchie marocaine est la monarchie qui s’attribue le plus d’argent public, en effet le budget alloué à la monarchie marocaine est régulièrement en hausse et dépasse de loin celui de plusieurs grands ministères[12].

La contestation du pouvoir du roi est apparu aussi en Août 2013 lors de l'affaire Daniel Galvan Viña et l’amnistie de ce pédophile récidiviste qui a entrainé des manifestations de milliers de Marocains dans les grandes villes du pays[13],[14] comme à Rabat, Tanger, Tétouan[15], Casablanca, Agadir[16].

Notes et références

  1. B.Cottret, La Révolution américaine…, 2003, p. 429
  2. Charte des droits fondamentaux - Wikisource
  3. (fr) « Justice. Ces affaires qui font trembler la couronne d'Espagne »,
  4. (fr) « Les faux pas de Juan Carlos »,
  5. El juez cita como imputada a la infanta Cristina en el ‘caso Urdangarin’, El País, 03-04-2013
  6. (es) La Fiscalía Anticorrupción recurrirá la imputación de la Infanta Cristina, El Mundo, 3/4/2013.
  7. Florence Beaugé, « L'espoir d'un changement, insufflé par l'exemple tunisien, gagne le Maroc », Le Monde, 2 mars 2011, p. 8
  8. [Interview de Aboubakr Jamaï, « Maroc : "C’est la première fois dans l’histoire du pays que celui-ci est confronté à un mouvement pour un changement de la nature même du régime" », Institut de relations internationales et stratégiques, publié le 9 mars 2011, consulté le 15 juin
  9. Allan Popelard, Paul Vannier, « A Marrakech, le mouvement du 20 février se poursuit », publié le 5 mai 2011
  10. http://hdr.undp.org/fr/data
  11. ref>http://www.slateafrique.com/89389/mohammed-vi-quatrieme-couronnee-la-plus-riche-du-monde-arabe
  12. http://www.demainonline.com/2013/11/19/maroc-la-mafia-pantagruelique/
  13. Sit-in ce soir à Rabat pour dénoncer la grâce royale du pédophile de Kénitra sur lakome.com
  14. Plusieurs sit-in pour dénoncer la grâce royale accordée au violeur de 11 enfants sur mamfakinch.com
  15. Une manifestation contre la grâce royale du pédophile espagnol dispersée sur Aufait
  16. VIDEO. Maroc : manifestations contre la libération d'un pédophile espagnol sur Le Parisien

Voir aussi

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).