Encyclopédie Wikimonde

Cyril Meunier

Aller à : navigation, rechercher

Cyril Meunier (né le 22 juin 1962 à Paris[1]) est maire de Lattes depuis mars 2001. Sa profession originelle est le conseil auprès des collectivités territoriales[2]

Carrière politique

Il s'installe à Lattes en 1992 et mène en 1995 une liste d'opposition sans étiquette face au maire Michel Vaillat. Sa liste obtient finalement la victoire en 2001, alors que Vaillat s'est retiré de la vie publique, et il est élu maire par le conseil municipal. Au sein de la communauté d'agglomération de Montpellier, il est l'un des 27 vice-présidents.

Depuis 2004, Cyril Meunier est également conseiller général du canton de Lattes. Au Conseil général, il appartient au groupe majoritaire « Socialistes et apparentés »[3]

Politique conduite

Successeur de Michel Vaillat, Cyril Meunier se montre plus conciliant que celui-ci avec Georges Frêche, maire de Montpellier et président de la communauté d'agglomération[4] : il négocie par exemple le prolongement temporaire et l'extension sur les Jardins de Maguelone de la décharge du Thôt, près de Maurin, jusqu'au 1er juillet 2006 maximum.[5] Elle reste cependant encore en 2007, un centre de transfert d'ordures.

La commune reçoit depuis son élection davantage de services communautaires (qui remplacent des services communaux) : améliorations des dessertes par les trois lignes de bus (en termes de tracé pour la ligne de Lattes-centre[6] et de nombre de rotations pour celle de Maurin), réflexion et premiers travaux pour lutter contre les inondations du Lez à l'échelle communautaire et gestion communautaire du musée archéologique de Lattara.

Il poursuit l'urbanisation du nord de Lattes-centre avec le quartier de Port Ariane, réalisé par Michel Vaillat.

Références

  1. D'après sa notice biographique sur la page du canton de Lattes, sur le site du conseil général de l'Hérault, consultée le 5 juillet 2006.
  2. Entretien de Cyril Meunier pour le site lacitoyennete.com, 22 février 2002, consulté le 5 juillet 2006.
  3. D'après sa fiche sur le site du Conseil général de l'Hérault.
  4. « On ne peut pas s'en sortir en restant village gaulois », dit-il face aux rappels du problème de la décharge du Thôt et des inondations du Lez, cité dans « Le technicien de la politique sans étiquette », article paru dans un dossier du Monde sur Montpellier, numéro daté 14-15 décembre 2003.
  5. « Décharge du Thôt : une nouvelle vie à 40 ans », article du Midi libre, 1er juillet 2006
  6. La ligne de bus n°18 desservait seulement Lattes-centre d'ouest en est à partir de la route de Palavas. À partir de 2002, elle dessert les trois villes et village de la commune d'est en ouest à partir de la route de Carnon. Elle remplace ainsi une navette communale gratuite stoppée en 2001.


Article publié sur Wikimonde Plus.