Encyclopédie Wikimonde

Damien Deville

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Damien Deville, né le à Châtenay-Malabry, est un géographe et un militant écologiste franco-burkinabé.

Il est depuis 2018 le coprésident de l’association AYYA qu’il a lui-même cofondée. Il est inscrit depuis 2016 en doctorat à l’université Paul-Valéry-Montpellier en géographie et aménagement des territoires.

Biographie

Damien Deville a grandi dans un petit hameau dans le sud des Yvelines[1]. Son père est ingénieur en télécommunication et sa mère agent immobilière. Passionné de nature, il s'oriente très jeune vers un lycée agricole pour un Baccalauréat en écologie[2]. Il obtient par la suite une licence en géographie et aménagement et un diplôme universitaire en ingénierie de l'espace rural à l'Université Jean Moulin Lyon 3. Il intègre l'AgroParisTech et le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris pour un master interdisciplinaire en anthropologie de la nature et en agroécologie. Il continue ses études avec un deuxième master 2 en "études et critiques et du développement" à l'Institut du Développement Economique et Social de La Sorbonne. Depuis 2016, il est inscrit en thèse à l'Université Paul Valéry de Montpellier[3].

Marié à la militante écologiste burkinabé Josiane Dicko, il obtient en 2018 la nationalité burkinabé.

Recherches académiques

Ancrant ses recherches dans ce qu’il appelle lui-même une « géo-anthropologie », Damien Deville travaille sur les territoires qui connaissent des difficultés sociales et économiques[4]. À travers l’objet des jardins en ville, il essaye de comprendre comment des liens renouvelés à la nature permettent de lutter contre la précarité d’une part, et de repenser les coexistences entre nature et culture d’autre part. Il défend dans ses travaux une écologie populaire[5] répondant à des processus d’émancipation pour les populations les plus précaires[6].

Ses recherches croisent des réflexions à des micro-échelles en essayant de comprendre les liens qui peuvent unir les humains et les non-humains[7] avec des analyses macro-économiques qui pensent des rapports d’égalité sociale et environnementale entre les territoires[8],[9],[10].

Il ancre ses recherches dans le tournant ontologique des sciences humaines et sociales proposé par des auteurs tels que Philippe Descola, Augustin Berque ou Corine Pelluchon[11].

Ses recherches lui valent le deuxième prix du concours « ma thèse en 180 secondes » 2018 en Occitanie en version française[12], et le premier prix en version anglaise[13].

Depuis 2016, il enseigne en tant que chargé de cours à l’Université Paul Valéry de Montpellier.

Engagements et émergence de l'association Ayya

En 2014, alors résident à la Cité internationale universitaire de Paris, Damien Deville est élu premier représentant des résidents et administrateur de la fondation[14],[15]. Il place son mandat sur une dialectique de valorisation de la diversité culturelle et de démarches de sensibilisation écologique. Dans ce cadre, il créé avec Aubin Garcia le « jardin du monde »[16],[17], un jardin partagé international dans le 14e arrondissement de Paris[18],[19]. La réussite du projet dans un contexte international lui offre une reconnaissance[20] et une invitation à venir théoriser la démarche à l’Institut de France lors du colloque international « L’environnement et ses métamorphoses »[21].

En 2016 Damien Deville s’engage au Réseau Français des Étudiants pour le Développement Durable en tant que coordinateur régional[22].

En 2017, Damien Deville devient membre du parti politique Europe Écologie Les Verts. Il intègre notamment le bureau de la commission « agriculture et ruralité », tout en concentrant majoritairement ses engagements en société civile[23].

Avec Josiane Dicko, Pierre Spielewoy, Chloé Landrot et Weilian Zhu, il fonde en 2018 l’association AYYA. Une association internationale qui a pour objectif de forger et de développer le concept d’écologie relationnelle en société[24]. Leurs actions s’articulent majoritairement à travers des démarches de sensibilisation et l’émergence de projets territoriaux qui pensent des liens renouvelés entre nature et culture[25],[26].

En mai 2018, il écrit une lettre ouverte remarquée au ministre de l’agriculture Stéphane Travert intitulée « une autre écologie aux mots au gout de cendre » où il propose de repenser l’écologie à travers trois approches : l’affirmation de la vulnérabilité, un art de vivre, et de nouvelles voies de liberté[27]. Cette même année, lors du débat sur les végans, il prend parti pour le mouvement en affirmant que ce dernier reste « indispensable au débat public »[28]. Sans être végan lui-même, il affirme que « la force du véganisme est de questionner de nouveau les coexistences entre nature et culture et ouvre un dialogue sur la responsabilité que nous avons envers les autres espèces »[29].

En novembre 2018, il est invité par le mouvement Slow Food a donné une conférence TEDx. Il intitule son intervention : « l’écologie relationnelle, la voix de la diversité »[30].

Distinctions

Deuxième prix du jury « ma thèse en 180 secondes » Occitanie 2018 version française[12].

Premier prix du jury « ma thèse en 180 secondes » Occitanie 2018 version anglaise[13].

Publications

Mémoires

  • Damien Deville, Construire un compromis ou compromettre une construction : quelles faisabilités d'un projet agri-urbain pour les murs à pêches de Montreuil, Paris, AgroParisTech (mémoire de master 2 en géo-anthropologie), 2015, 108 p.[31]

Contributions dans un ouvrage collectif

  • Damien Deville, « Citoyenneté du monde : le cas du jardin de la Cité internationale universitaire de Paris », dans Catherine Bréchignac, Gabriel de Broglie et Mireille Delmas-Marty (dir.), L’environnement et ses métamorphose, éditions Hermann, 2015 (ISBN 2705691308).

Articles scientifiques principaux

  • Damien Deville et Florence Brondeau, « Appropriations citoyennes et jeux d’acteurs dans un espace en devenir. Le quartier des Murs à Pêches à Montreuil », Géographie et cultures, no 103,‎ , p. 109–129 (ISSN 1165-0354, lire en ligne, consulté le 21 décembre 2018).

Notes et références

  1. « Damien Deville, un passionné d’écologie à suivre ! », sur Les curieuses, (consulté le 21 décembre 2018)
  2. « #2050 Le Podcast - Ep.62 - Du Jardin en 2050 avec Damien Deville », sur L'ATELIER, (consulté le 22 décembre 2018)
  3. Damien Deville, « Jardiner la ville en crise : penser une écologie de la précarité », sur http://www.theses.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  4. « L’agriculture urbaine des citadins pauvres : de l’acte nourricier au droit à (...) », sur MSHSUD.TV (consulté le 22 décembre 2018)
  5. « Alès : jeune doctorant, Damien Deville défend le "droit à la ville" », sur midilibre.fr, (consulté le 21 décembre 2018)
  6. Mr Mondialisation, « L'écologie n'est pas qu'un problème de riches, elle peut participer à l'émancipation des populations les plus modestes », sur Mr Mondialisation, (consulté le 21 décembre 2018)
  7. « Ma thèse en 180 secondes : l’écologie n’est pas un problème de riches ! », sur www.colibris-lemouvement.org (consulté le 21 décembre 2018)
  8. « La société duale : repenser les territoires », sur AYYA (consulté le 21 décembre 2018)
  9. « Transports, habitat, justice sociale et environnement. Droit à la ville et droit à la mobilité : dans quelle société voulons-nous vivre ? », sur L'Humanité, (consulté le 21 décembre 2018)
  10. Damien Deville, Lecture paysagère de la précarité à Alès : de la crise urbaine à la pratique agricole, (lire en ligne)
  11. « Une histoire de la biodiversité : naissance et concept », sur REFEDD - RÉseau Français des Étudiants pour le Développement Durable, (consulté le 22 décembre 2018)
  12. 12,0 et 12,1 « MT180s édition 2018 - Collège Doctoral », sur www.college-doctoral.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  13. 13,0 et 13,1 « CG 3 Minutes Thesis audition - COIMBRA - 13 février 2018 - Languedoc-Roussillon Universités », sur languedoc-roussillon-universites.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  14. « Biographies Damien Deville », sur Cité internationale universitaire de Paris (consulté le 21 décembre 2018)
  15. « Immersion dans l'université internationale au cœur de Paris », sur Franceinfo, (consulté le 22 décembre 2018)
  16. « Resolis - Fiche pratique », sur www.resolis.org (consulté le 23 décembre 2018)
  17. « Damien Deville et Aubin Garcia, portraits croisés à la CIUP », sur Cité internationale universitaire de Paris (consulté le 22 décembre 2018)
  18. « CIUP - Un jardin au cœur de la cité », sur Cité internationale universitaire de Paris (consulté le 21 décembre 2018)
  19. « Quand les étudiants créent un nouvel imaginaire autour du campus idéal », sur La RSE et le développement durable en entreprise : e-RSE.net, (consulté le 23 décembre 2018)
  20. La-Croix.com, « À Paris, la cité universitaire pour la paix », sur La Croix, (consulté le 21 décembre 2018)
  21. « CIUP - COP21 : Le jardin de la cité à l'Institut de France » (http://www.ciup.fr/accueil/le-jardin-partage-de-la-cite-presente-par-les-residents-a-linstitut-de-france-54083/), sur Cité internationale universitaire de Paris (consulté le 21 décembre 2018)
  22. « L’équipe – Inventaire fac » (https://www.inventairefac.com/equipe/), sur www.inventairefac.com (consulté le 22 décembre 2018)
  23. « Le bureau » (https://agriculture.eelv.fr/le-bureau/), sur Commission Agriculture et Ruralité (consulté le 21 décembre 2018)
  24. « Ayya par ses cofondateurs » (http://www.ayyamouvement.org/a-propos.html), sur http://www.ayyamouvement.org/
  25. « Un débat EELV autour de « l’écologie relationnelle » avec Damien Deville » (http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2018/10/21/40165/un-debat-eelv-autour-de-l-ecologie-relationnelle-avec-damien-deville/), sur Info Chalon (consulté le 21 décembre 2018)
  26. « Découvrez AYYA : une association qui veut renouveler l’écologie » (http://refedd.org/ayya-association-ecologie/), sur REFEDD - RÉseau Français des Étudiants pour le Développement Durable, (consulté le 21 décembre 2018)
  27. « Une autre écologie contre les mots au goût de cendre » (https://www.liberation.fr/debats/2018/05/30/une-autre-ecologie-contre-les-mots-au-gout-de-cendre_1655368), sur Libération.fr, (consulté le 21 décembre 2018)
  28. « Le véganisme : avenir de la consommation ou bulle médiatique ? » (http://celsalab.fr/longform/le-veganisme-avenir-de-la-consommation-ou-bulle-mediatique/) (consulté le 21 décembre 2018)
  29. « Le mouvement végan est indispensable au débat public » (https://www.liberation.fr/debats/2018/04/05/le-mouvement-vegan-est-indispensable-au-debat-public_1641288), sur Libération.fr, (consulté le 21 décembre 2018)
  30. « TEDxDijon » (https://www.ted.com/tedx/events/31615), sur TED (consulté le 21 décembre 2018)
  31. Damien Deville, Construire un compromis ou compromettre une construction : quelles faisabilités pour un projet agri-urbain pour les Murs à Pêches de Montreuil, Paris (lire en ligne (https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01628930/file/M%C3%A9moire%20Damien%20Deville.pdf))

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).