Encyclopédie Wikimonde

Danse forum

Aller à : navigation, rechercher

Le concept de danse forum est emprunté à celui de théâtre forum mais se développe autour des spécificités de la danse.

C'est une forme de danse « coopérative » qui sollicite l'imagination créatrice[1] pour résoudre les problèmes exposés à travers des thèmes choisis, qu'ils soient artistiques, sociaux ou relationnels. Elle a la possibilité d'interagir à volonté avec d'autres arts : musique vivante ou enregistrée, peinture (tableau ou happening), sculpture ou installation.

Dans cette approche, comme dans celle du théâtre forum, l'expertise est rendue à l'humain et non à l'interprète qui a la technique la plus aboutie. La « technique » de danse fait place à l'infra-technique[2].

La problématisation[3] et la résolution du thème choisi sont au centre de la danse forum. Elle a pour buts de ramener la danse dans la vie et la vie dans la danse, ainsi que d'éduquer le regard, alliant l'esprit critique au non-jugement.

Les participants sont : les danseurs, les « spectadanseurs » et le joker.

Historique

La danse forum est née d'une expérience de « scène ouverte » le 9 juillet 2005, dans le cadre du festival du Plus Beau Théâtre du Monde à Mirabeau, près de Forcalquier (04), où intervenait Augusto Boal, fondateur du théâtre forum et du théâtre de l'opprimé.

Déroulement typique d'une représentation publique de danse forum

Ce schéma est donné à titre indicatif, principalement pour illustrer les convergences et divergences entre danse forum et théâtre forum ou théâtre de l'opprimé. De nombreuses variantes ont été expérimentées en atelier fermé.

Les participants

  • Les danseurs doivent être au moins deux. Ils forment la troupe qui élabore et interprète la chorégraphie.
  • Les « spectadanseurs » constituent le public. Aux moments pertinents pour la représentation, certains montent sur scène, en faisant de nouvelles propositions aux danseurs. Le spectadanseur peut alors soit s'ajouter aux danseurs, soit en remplacer un après avoir touché son épaule.
  • Le « joker » est garant du bon déroulement de la danse forum, dans le respect de chacun et l'attention à l'autre. Il consulte oralement le public et les danseurs, articule les propositions et facilite le passage entre la salle et la scène. Il s'occupe aussi du démarrage des séquences de danse, de la musique et du dialogue avec les spectadanseurs.
  • C'est le joker qui interrompt une scène lorsqu'il sent qu'elle est aboutie, mais aussi lorsqu'elle s'enlise, devient hors sujet ou hors cadre/règles, ou redondante. Comme dans le théâtre forum, son intervention vise à favoriser une prise de consience des problèmes plutôt que de proposer des solutions. Il lui faut mettre immédiatement en discussion ce qui vient de se dérouler de manière à ce que chacun puisse faire partie du processus de création des éléments de la danse forum. De cette façon, les participants travaillent à la fois sur le fond et sur la forme.
  • Le joker s'assure de la bonne circulation de la parole entre les participants lors des bilans.

La mise en route

L'accent est mis sur l'émergence des sensations. Pour faciliter cette émergence deux procédés peuvent être utilisés :

  • L'expressivité : se relier aux sensations de l'instant et les laisser donner naissance au mouvement.
  • La pré-expressivité[4] : L'attention se focalise sur ce qui se passe en amont de l'expression, la position de chaque partie du corps, et laisse l'expression naître d'elle-même sans intention de la produire.
  • Les deux approches visent à préserver à chaque instant une neutralité de base : avoir un regard extérieur et intérieur à la fois, pour ne pas verser dans le psychodrame ni la danse-thérapie qui ne sont pas du ressort de la danse forum.
  • L'équilibre entre ces deux pôles que sont l'expressivité et la pré-expressivité nourrit une forme d'auto-apprentissage par le discernement et stimule la créativité par l'abandon des habitudes de mouvements/pensées.

Le forum

  • L'espace scénique est aménagé en demi-cercle ou U, avec les spectateurs devant et sur les côtés, et un fond de scène.
  • Choix d'un thème par les danseurs ou par tous les participants, et définition de sa problématique.
  • Mise en scène chorégraphique de ce thème, par un chorégraphe improvisé qui choisit ses danseurs et leur donne des consignes d'improvisation.
  • Réalisation par les danseurs de cette improvisation dansée.
  • Retour verbal des spectadanseurs qui donnent leur avis et suggestions.
  • Intervention d'un ou plusieurs spectadanseurs, préparée ou non, qui s'ajoute(nt) ou remplace(nt) un danseur selon sa (leur) décision. Les propositions du spectadanseur vont influer sur la danse en cours. Les danseurs doivent s'adapter et évoluer en gardant souple mais ferme leur ligne directive et leurs consignes.
  • Variantes autour d'un même thème, aussi nombreuses que souhaitées.
  • Bilan général par tous les participants.

Spécificités de la danse forum

  • La danse peut être concrète ou abstraite. Plus qu'un langage, elle est la poésie du « non-dit ». L'abstraction permet l'exploration de la complexité de la vie, de l'être et des situations.
  • La danse partage avec le langage la possibilité de se pencher sur la vie, sur l'art - tous les arts. Elle peut toucher du corps les problèmes de vie: le trac, le jugement, la castration artistique ; les problèmes artistiques: le vide et le plein, la projection et l'imagination, l'illustration et la distance, la destruction et la reconstruction, l'ordre et le chaos... Elle se marie avec le monde sonore, pictural et architectural qui la nourrissent de sensations.
  • La résolution du problème choisi se fait par touches successives au fil des interventions des spectadanseurs.
  • Lorsque la danse forum se donne comme base « les sensations » (plutôt que l'esthétique, ou l'onirique, le contact, l'abstraction etc.), la forme improvisée s'impose. La sensation est aussi bien le fruit du moment que celui de toute une histoire. Elle est hautement élaborée, et en même temps spontanée et immédiate.
  • A chaque reprise d'un thème, le danseur ne l'exprime pas de la même façon. Il y a une évolution dans l'expression et dans le rendu, quel que soit le nombre de fois qu'un thème est choisi.
  • danseurs et spectadanseurs participants se trouvent dans un équilibre instable entre volontaire et involontaire, prévision et spontanéité, consigne du moment et créativité, expression « mondaine » et extra-quotidienne[5].
  • Le recours au mimétisme du quotidien et à la théâtralité du geste dans la danse est une solution de facilité qui aboutit à la redondance des signes et à l'illustration du propos : le rendu est plat et l'ennui s'installe. Par contre, mime et théâtre peuvent avoir leur place ponctuellement dans la danse forum, pourvu qu'ils soient choisis et employés à bon escient.
  • L'économie des moyens : celle-ci aide à aller à l'essentiel tout en ouvrant des possibilités infinies. Le danseur ne peut se cacher derrière une technique, ni un esthétisme de circonstance, une mise en scène et des éclairages coûteux, ni même une chorégraphie aboutie. Il doit trouver ses ressources en lui-même, dans son authenticité et sa capacité à être à l'écoute de l'autre et de ce qui l'entoure.

La carte joker

(Cette procédure n'existe pas en théâtre forum.)

Lorsque le joker est débordé ou inattentif, les danseurs peuvent le relayer en utilisant leur « carte joker », ce qu'ils signifient en levant la main et en prenant la parole. La carte joker peut être utilisée par chaque membre de la troupe autant de fois que nécessaire :

  • en introduction : présentation de la danse forum, rappel des consignes et des buts principaux.
  • pendant la danse forum : répondre aux besoins exprimés par les spectadanseurs, possibilité de recentrer les débats, cibler les questions, dégager les thèmes, proposer des mises en scène chorégraphiques, favoriser la participation de tous, veiller au rythme global.
  • pendant le bilan : la carte joker permet à tout danseur de veiller au bon fonctionnement des échanges verbaux. Un équilibre est à trouver entre les stimulations et régulations de ces interventions, et l'espace de création et de liberté nécessaires à la danse forum.

Ancrage conceptuel

  • La danse forum se réclame de l'approche coopérative en recherche-action, termes empruntés au sociologue Guy Poitevin.
  • Les thèmes couvrent l'exploration de problématiques sociales, collectives ou individuelles. Ils évoquent de plus les problématiques existentielles ou plus spécifiquement artistiques.
  • L'éducation du regard se fait par l'alliance de l'esprit critique avec le non-jugement, pour le spectadanseur comme pour le danseur. Dès que l'attention est portée sur les sensations (plutôt que sur l'esthétisme ou la virtuosité), la non-compétition entre danseurs est spontanée. Le danseur se présente en dansant, en dialogue avec ses sensations. Il est à la rencontre de lui-même et des autres, de son art et des autres arts, dans l'échange immédiat des expertises, des savoirs, et de questions qui se posent à lui.[6]
  • Le fait que les rôles puissent s'échanger à tout instant entre le danseur et le spectateur donne au regard une « qualité d'écoute » naturellement empathique, tout en éveillant son sens critique. Les propositions de résolution des problèmes peuvent être essayées sur le champ, mises en situation et en interaction avec les autres protagonistes, et réévaluées par leurs auteurs. Le « retour » verbal ou non-verbal de cet essai de résolution est immédiat. Cette démarche critique peut aussi se désigner comme « réflexive » puisqu'un temps est pris après la présentation pour commenter le processus et élargir la réflexion.
  • Les autres arts (la peinture, la musique, la sculpture...) peuvent entrer en action instantanément, en opposition ou en fusion, à distance variable, ils peuvent proposer des solutions en dialogue avec la danse.

Rôle du chorégraphe improvisateur

Mettre en scène, donner les rôles aux danseurs qu'il désigne pour commencer. Puis laisser l'expérimentation se faire sans donner d'indications supplémentaires. Soit il s'inclut dans la chorégraphie en dansant son propre rôle ou un autre, au moins une fois, soit il retourne dans le public et devient spectadanseur.

Notes

  1. L'imagination créatrice, ou « bhavana », est un concept introduit aux environs du 10e siècle par les philosophes indiens Anandavardana et Abhinavagupta. Il a été développé plus tard en Occident par l'anthropologie théâtrale, voir notamment Taviani (1985).
  2. L'infra-technique « donne à voir » ce qui ne peut être perçu à l'œil nu : l'expertise du mouvement et de l'art, apportée par la vie, qui se matérialise dans la pratique. Comme la poésie, elle peut se transmettre mais pas s'enseigner, sous peine de la dénaturer.
  3. La problématisation s'inspire de Paulo Freire (comme dans le cas du théâtre de l'opprimé) : problématiser, selon Freire (2002, cité par Goulet, p.ix), revient à laisser le soin aux acteurs de codifier la réalité dans son ensemble, au moyen de symboles qui leur permettent ensuite d'exercer une conscience critique et de devenir des agents de transformation de leur réalité sociale. Devenir des sujets, plutôt que des objets, de leur propre histoire.
  4. Selon Barba & Savarese (1985, p.22-35)
  5. Terme emprunté à Barba & Savarese, op.cit. Voir aussi (Bel 1992).
  6. La question de l'altérité est constamment reformulée dans cette pratique. Voir à ce sujet (Bel 1992, 1993)

Bibliographie

  • Barba, Eugenio ; Savarese, Nicola (1985). Anatomie de l'acteur. Un dictionnaire d'anthropologie théâtrale. International School of Theatre Anthropology (ISTA). Cazilhac : Bouffonneries Contrastes. ISSN 0248 4455
  • Bel, A. & B. (1990). Activité créatrice 'transformationnelle' — Théorie et pratique. Colloque Musique et Assistance Informatique (MAI 90), Marseille, Octobre 1990.
  • Bel, A. & B. (1992). 'Fusion' Performing Arts: a Plea for Diversity. Interface, 21, 3-4, p.263-280. (PDF)
  • Bel, Andréine (1993). Crossing the River. Dance Now, Summer 1993, p.64-70
  • Bel, Andréine (2005). Théâtre forum et danse
  • Freire, Paolo (2002). Education for Critical Consciousness. New York : Continuum. (1e édition 1973) ISBN 0826412769
  • Taviani, Ferdinando (1985). Les deux visions : vision de l'acteur, vision du spectateur. In Barba & Savarese, Anatomie de l'acteur (op.cit.), p. 197-206.

Groupes de pratique

(À compléter)

Sujets apparentés

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.