Encyclopédie Wikimonde

David Azéma

Aller à : navigation, rechercher

David Azéma, né en 1961, est un haut fonctionnaire et dirigeant d'entreprise français. Son passage à la Bank of America, alors qu'il n'était que depuis 2012 directeur général de l'Agence des participations de l'État, suscite en 2014 la polémique.

Biographie

Formation

David Azéma est diplômé en droit de Sciences-Po Paris et de l'ENA (promotion Fernand-Braudel)[1].

Carrière et polémique

Il commence sa carrière en 1987 comme auditeur à la Cour des comptes avant de rejoindre le cabinet du ministre du travail puis la SNCF en 1993 comme chargé de mission à la direction de la stratégie, conseiller du président et directeur des filiales et des participations.

Ensuite il quitte la France pour le Royaume-Uni, où il prend les fonctions de président de ICRRL (Intercontinental and Regional Railways Limited). Par la suite il est nommé président-directeur général d'Eurostar Group Ltd, filiale de la SNCF. En 2002 il rejoint Vinci en occupant les fonctions de directeur général délégué de Vinci Concessions. En , David Azéma réintègre la SNCF comme directeur général délégué Stratégie & finances avant d'être nommé directeur général délégué du groupe SNCF en [2].

En , il prend la présidence du directoire du groupe Keolis [3] en restant au comité exécutif du groupe SNCF. Quelques mois plus tard il devient directeur général de l'Agence des participations de l'État[4],[5].

En février 2014, Arnaud Montebourg demande à David Azéma de saisir la commission de déontologie s'il confirme son intention de candidater à la direction de Veolia environnement, mais David Azéma se retire alors de la course[6]. Le 14 juillet 2014 il annonce quitter son poste à l'Agence des participations de l'État pour rejoindre la Bank of America « pour gagner de l'argent »[1]. Le rapprochement de ce transfert avec celui, en sens inverse, de Laurence Boone vers l'Élysée a pu faire parler d'un « indécent chassé-croisé entre Bank of America et le pouvoir socialiste » (Laurent Mauduit)[7],[8].

Autre mandat

  • Membre du comité scientifique de La Fabrique de la Cité.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Philippe Jacqué et Cédric Pietralunga, « David Azéma, de la banque d'affaires de l'Etat à Bank of America », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « David Azéma bras droit de Guillaume Pepy à la SNCF », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  3. « Azéma, l'autre ministre de Bercy », Le Point,‎
  4. Décret du 1er août 2012 portant nomination du commissaire aux participations de l'Etat - M. Azema (David), JORF n°0179 du 3 août 2012 page 12776 texte n° 91
  5. Elsa Conesa, «  L'État peut être un actionnaire stratégique tout en mobilisant son portefeuille pour se désendetter  », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  6. Raphaël Legendre, « Veolia : David Azéma retire sa candidature à la succession d'Antoine Frérot », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  7. Laurent Mauduit, L'indécent chassé-croisé entre Bank of America et le pouvoir socialiste
  8. Gérard Karageorgis, L'indécent chassé-croisé entre Bank of America et le pouvoir socialiste (Laurent Mauduit)

Liens externes

Cet article « David Azéma » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).