Encyclopédie Wikimonde

Dentisterie holistique

Aller à : navigation, rechercher

La dentisterie holistique est une médecine non conventionnelle qui prétend tenir compte du patient dans sa globalité, sa totalité. Le terme « holistique » vient du grec ancien « holos » qui signifie « tout ». La dentisterie holistique ne considère pas la dent comme un organe isolé du reste du corps mais comme un élément vivant en interaction permanente avec l'individu à de multiples niveaux. Alors que la dentisterie classique s'arrête au niveau physique, celui de la matière palpable, la dentisterie holistique prend en compte deux autres niveaux : la dimension énergétique et la dimension psycho-émotionnelle.

La dentisterie holistique n'est pas reconnue comme une spécialité dentaire, son exercice n'est pas réglementé (n'importe qui peut utiliser l'appellation « dentisterie holistique ») et ne repose sur aucune preuve d'efficacité documentée. Elle est très loin de la dentisterie scientifique et peut avoir des conséquences nuisibles. L'holisme a tendance à devenir un terme de marketing efficace[1].

Histoire

Dans les années 1970, les travaux du Docteur Jean Orsatelli de l'université de Marseille, ont postulé des liens existant entre les dents et le reste du corps[2]. Aux Etats-Unis en 2005, la dentisterie holistique était le secteur du marché de la santé qui connaissait la plus forte croissance économique[3].

Plan physique

Dentisterie

Orthodontie

L'orthodontiste holistique ou fonctionnel pense que tout déplacement dentaire a d'énormes incidences sur l'occlusion et donc sur la posture. Un traitement d'orthodontie holistique se préoccupe de l'incidence globale des forces mécaniques appliquées sur les dents pour les déplacer. Cette forme d'orthodontie qu'on peut qualifier d'écologique s'oppose en outre aux extractions de dents saines, (y compris les dents de sagesse) considérées comme une mutilation incompatible avec une vision respectueuse de la globalité de l'être humain[4].

Plan énergétique

Liens dents-organes

L'énergétique est le plan plus subtil où la dent interagit avec le reste du corps par un ensemble de circuits : connexions nerveuses, réactions biochimiques, champs électromagnétiques et autres circuits énergétiques subtils décrits dans les médecines traditionnelles, comme par exemple les méridiens d'acupuncture. L'existence de ces circuits, nerveux ou autres, expliquerait l'incidence des pathologies dentaires sur certains organes. Au sujet des connections nerveuses, il faut savoir que le nerf trijumeau qui innerve le système dentaire est le plus réflexogène de l'organisme. Cette particularité explique un grand nombre de troubles à distance générés par une dent abîmée ou mal soignée (problèmes cutanés, tendinites, etc.).[réf. nécessaire]

Choix des matériaux

Conscient de l'interaction de la dent avec la vitalité du corps, le dentiste holistique veille à employer les matériaux les plus biocompatibles possibles. La partie de la dentisterie holistique qu'est l'énergétique dentaire a été popularisée par les controverses sur la toxicité de l'amalgame dentaire (plombage)[réf. nécessaire]. Le dentiste holistique évite d'employer le plombage en particulier ceux contenant du mercure, métal lourd tératogène et neurotoxique[5]et lui préfère des matériaux non métalliques comme les résines (ou composites) et la céramique, matériau le plus neutre existant à ce jour. Cependant, la dentisterie holistique ne se limite pas à retirer des amalgames et à les remplacer par des résines. Beaucoup d'autres produits et matériaux toxiques, employés en dentisterie conventionnelle, sont bannis de l'arsenal thérapeutique du dentiste holistique. D'une manière générale, l'emploi des métaux, dont beaucoup sont nocifs, allergisants, voire cancérogènes (nickel, béryllium, chrome, cobalt, titane) et qui se corrodent au contact de la salive, doit être raisonné et se faire a minima. La dentisterie holistique bannit les métaux les plus toxiques et doit s'abstenir d'associer certains métaux entre eux (alliages nobles avec des alliages vils) afin d'éviter les phénomènes de plurimétallisme générateurs d'une intoxication chronique. En outre les pansements employés pour sceller les racines après dévitalisation doivent être les plus naturels possibles, sans additifs chimiques tels que dérivés formolés, antibiotiques, anti-inflammatoires, colorants, etc. Aux spécialités classiques, souvent saturées en produits chimiques, le dentiste holistique préfère les huiles essentielles et l'aromathérapie.[réf. nécessaire] De plus, il s'agit également de prévenir les phénomènes d'électrogalvanisme, ou courant micro-électriques dans la bouche provoqués par des métaux. Le test Melisa (Memory Lymphocyte Immuno-Stimulation) peut être recommandé afin de détecter une éventuelle allergie du patient à des métaux présents dans les amalgames[6].

Par ailleurs, la dentisterie holistique s'oppose à la fluoration de l'eau effectuée dans l'intention de combattre la carie[7].

Plan psycho-émotionnel

Antenne psychique

Pour être véritablement globale, la dentisterie holistique doit inclure le niveau psychique ou émotionnel. En effet, chez l'être humain doué de conscience de soi, le psychisme est au cœur du processus pathologique aussi bien que de guérison. Connectée par le nerf trijumeau directement au cerveau et de même origine embryologique que celui-ci, la dent est une antenne du psychisme. Organe lié à la parole, la dent est un lieu privilégié de somatisation des émotions non exprimées et des non-dits. Ainsi le dentiste holistique sait que le patient qui s'installe sur son fauteuil est porteur d'une histoire, d'un vécu. Il est également conscient que, pour une grande part, c'est ce vécu, le plus souvent inconscient, qui conditionne la réaction du patient à un traitement donné. En effet, la dent, organe cristallin, engramme le vécu, le mémorise dans sa structure. Chaque dent est un résonateur puissant des états émotionnels en rapport avec une période de l'enfance et un domaine de vie précis.[réf. nécessaire]

Langage des dents et décodage dentaire

Dans la vision holistique, le problème dentaire (carie dentaire, déchaussement, etc.) n'est pas seulement la conséquence de facteurs externes (sucres, bactéries) mais aussi l'expression d'un mal-être intérieur, la traduction d'émotions refoulées ou bloquées qui trouvent un exutoire par la somatisation au niveau de l'organe dentaire. Dans cette perspective, chaque problème dentaire devient un message à comprendre, transmis par le corps, vecteur de l'inconscient. La compréhension du sens de la dent atteinte et la prise de conscience de l'émotion bloquée pour la libérer participe au processus thérapeutique dans lequel le patient doit prendre une part active.[réf. nécessaire]

Certains dentistes emploient l'expression "décodage dentaire" pour en tirer des conclusions d'ordre relationnel psycho-affectif lié à la dentition[8].

Outils et techniques spécifiques

Aromathérapie

Remplacement des spécialités irritantes ou toxiques par les huiles essentielles employées pour leurs propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes ou désinfectantes.

Biorésonance ou morathérapie

Biorésonance est le terme global qui recouvre l'emploi de la technique de morathérapie ou simplement Mora[9] ainsi qu'une autre approche nommée Vega[10]. Le terme "Mora" tire son nom de ses deux concepteurs, Franz Morell, docteur en médecine et acupuncteur, et Erich Rasche, ingénieur électronicien qui ont décidé en 1977 de construire des appareils de traitement selon le principe de l'oscillation cellulaire[11]. La morathérapie fait appel à un appareil spécifique et permet de détecter si les amalgames sont préjudiciables pour le patient, en particulier si les matériaux dans la bouche sont bien tolérés (par exemple obturée avec une pâte ou un matériau toxique), si ces matériaux peuvent être mis en relation avec des symptômes ressentis par le patients (par exemple une dent se comportant comme un foyer dentaire pathogène si elle est dévitalisée ou infectée), détecter si le patient souffre d'une intoxication au mercure ou de problèmes en relation avec la présence d'autres métaux dans sa bouche. Le dentiste s'en servira également pour tester le matériel qu'il se propose d'insérer dans la bouche du patient. La morathérapie permet aussi de tester la tolérance d'un produit ou matériau avant de l'insérer en bouche[12]. Elle est également employée pour rééquilibrer le système énergétique du corps. La biorésonance s'emploie également pour traiter des problèmes liés aux courants galvaniques dans la cavité buccale[13].

Mesure du courant électrique dans la cavité buccale

La présence de métaux en bouche (et l'association de métaux de différentes natures) sont réputés produire du courant électrique au contact de la salive pouvant aller jusqu'à 600 milivolts[14]. Un simple voltmètre est utilisé pour mesurer l'intensité des courants electro-galvaniques dans la cavité buccale. Ils sont réputés entrainer, en cas de production électrique suffisante, un phénomène d'electrolyse ainsi que différents maux corporels[15].

Neuralthérapie

On utilise la neuralthérapie, qui est une technique qui consiste à injecter un anesthésique local[16], soit pour tester la causalité d'une dent dans une pathologie à distance, soit pour lever un barrage énergétique qui serait du à un défaut de cicatrisation après une extraction[17].

Kinésiologie appliquée

Les tests employant la mesure de la résistance musculaire en Kinésiologie appliquée sont utilisés pour vérifier la compatibilité de l'occlusion avec la posture. Ils servent également à tester les matériaux dentaires, avec une fiabilité moins grande cependant que les appareils de biorésonance[18].

Pouls chinois

Certains dentistes formés à la perception du pouls en énergétique traditionnelle chinoise s'en servent pour établir des diagnostics sur la toxicité des matériaux et des produits employés ou pour détecter une dent pathogène[19].

Écoute du patient et de ses réactions

L'écoute du patient, de son comportement, de ses réactions à un traitement joue un rôle particulièrement important en dentisterie holistique. C'est le patient et ses réactions qui guident le traitement, par essence personnalisé, plus qu'une technique ou un protocole standard. Pour autant, le dentiste holistique n'est pas un psychologue. Ce n'est ni son rôle ni sa formation. Le dentiste peut suggérer des pistes au patient, en aucun cas se substituer à un psychothérapeute. Il appartient avant tout au patient de se prendre en charge par des lectures, un travail personnel ou de se faire aider par un thérapeute spécifique si le besoin s'en fait sentir.[réf. nécessaire]

Symbolique des dents

En offrant une grille de lecture basée sur des archétypes fondamentaux, la symbolique des dents donne au patient la possibilité de contacter la problématique émotionnelle cachée derrière le problème dentaire. Pour le dentiste, c'est un outil thérapeutique complémentaire du soin classique et énergétique, qui lui permet d'aiguiller son patient dans la bonne direction. La signification proposée par la symbolique des dents n'est pas une fin en soi mais le point de départ d'un travail personnel à effectuer seul ou accompagné d'un psychothérapeute. Il appartient au patient de s'approprier le sens du problème dentaire dont il souffre afin de le traduire par ses propres mots, mots qui l'aideront à contacter la racine émotionnelle de son mal.[réf. nécessaire]

Polémique sur la dévitalisation

Certains praticiens comme Weston Price[réf. nécessaire], ont prôné l'extraction systématique des dents dévitalisées au motif qu'elles représentent une source d'auto-intoxication chronique et un foyer septique permanent, que la conservation d'un organe mort dans la bouche est contraire à la nature et que cela bloque la circulation des « énergies » dans le corps, causant parfois de multiples maladies chroniques plus ou moins graves.

Pour d'autres, cette pratique est un excès qui conduit à des pertes dentaires irréversibles, très dommageables pour la posture, la qualité de la mastication et le confort buccal du patient (un implant dentaire ne vaut pas une dent naturelle). La systématisation est contraire à l'esprit de la dentisterie holistique dont les solutions thérapeutiques seraient au service de la conservation de l'organe dentaire et non de son extraction et doivent être adaptées au cas par cas.

Critiques

La dentisterie holistique n'est pas reconnue officiellement et son exercice n'est pas réglementé, n'importe qui peut utiliser l'appellation « dentisterie holistique »[20].

Références

  1. « La dentisterie non conventionnelle », Burton H. Goldstein, Joel B. Epstein, sur le site de l'association dentaire canadienne.
  2. La Dentisterie holistique, 9 Septembre 2009
  3. http://www.odemagazine.com/doc/26/a_new_way_of_looking_down_in_the_mouth/
  4. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  5. Biocontact, n°197, décembre 2009, Autisme et mercure dentaire, par Estelle Vereeck, p.10
  6. http://www.holodent.com/pages/Melisa_test-6018.html
  7. http://www.amdhq.qc.ca/publications/l_fluorure.aspx
  8. http://www.dentsvivantes.net cliquer sur décodage dentaire:introduction
  9. http://www.haroutunian.ch/English_resonance.htm
  10. http://www.haroutunian.ch/English_screening_of_energy.htm
  11. http://dents.vivantes.free.fr/acupuncture/acu7.htm
  12. http://www.haroutunian.ch/English_resonance.htm
  13. http://www.energetismedentaire.ch/principes.html
  14. http://www.holodent.com/article-13521791.html
  15. http://www.samdebard.com/6203.html
  16. QU'EST-CE QUE LA NEURALTHÉRAPIE?p.29/30
  17. http://newreflex.com/index.php?option=com_content&view=article&id=45:dentisterie-holistique&catid=26:therapies-douces&Itemid=32
  18. http://newreflex.com/index.php?option=com_content&view=article&id=45:dentisterie-holistique&catid=26:therapies-douces&Itemid=32
  19. http://newreflex.com/index.php?option=com_content&view=article&id=45:dentisterie-holistique&catid=26:therapies-douces&Itemid=32
  20. Stay Away from "Holistic" and "Biological" Dentists, critique de Stephen Barrett.

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article sources utilisées pour la rédaction de cet article:

Ouvrages sur la dentisterie holistique
  • Yves Gauthier, Les dents lumière, Éditions Vivez Soleil
  • Michel Moreau, Traité de neuralthérapie odonto stomatologique et bucco-dentaire, Éditions Résurgence
  • Estelle Vereeck, Le Pratikadent, dictionnaire holistique des atteintes dentaires et de leurs soins, Éditions Luigi Castelli
  • Jean-Marie Danze, the system MORA or the rational one in energy medicine, Edition INK
Ouvrages sur la vision holistique de la dent
  • Max Henri Beguin, Mon enfant aura de bonnes dents, Éditions de l'Étoile
  • Pascal Châtelet, Les dents d'Adam, Éditions Synthèse Carthame
Ouvrages sur la signification des dents
  • Jacques Hababou, Art dentaire, art sacré, Éditions Équilibre Aujourd'hui
  • Michèle Marquès, Les voyageurs du temps, M Éditions
  • Estelle Vereeck, Dictionnaire du langage de vos dents, Éditions Luigi Castelli
  • Estelle Vereeck, Langage des dents, l'essentiel, Éditions Luigi Castelli
Bibliographie complémentaire sur le sujet
  • Denis Hervé, La médecine dentaire holistique, 1991

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).