Encyclopédie Wikimonde

Dernières paroles

Aller à : navigation, rechercher

Les dernières paroles d'une personne sont les mots qu'elles a prononcés juste avant de mourir. Voici une liste de dernières paroles :

Religieux

  • Jésus Christ, sur la croix : « Père pardonne leur, il ne savent pas ce qu'ils font. (…) Femme, voilà ton fils. (…) Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? (…) J'ai soif… (…) Tout est accompli ! (…) Père, je remets mon esprit entre tes mains… »
  • Bouddha à ses disciples : « De tout ce que l'homme aime, il faut qu'il se sépare. Comment sera-t-il possible, alors que toutes choses nées et organisées contiennent en elles la nécessité de la dissolution, comment sera-t-il possible qu'un être de cette sorte ne tombât point en dissolution ? Il ne saurait en être autrement… En vérité je vous le dis, ô disciples, tout ce qui a été créé est périssable. Luttez sans relâche. »
  • Jean de Pathmos : « Invité à ta table, mon Seigneur Jésus Christ, voici que je viens en te remerciant d'avoir daigné m'inviter, car tu sais que je l'ai désiré de tout mon cœur. »

Politiques

  • Edward Thurlow, un homme d'État anglais, en 1806 : « Que je sois pendu si je ne suis pas en train de mourir ! ».
  • Le Maréchal Foch en 1929 à 78 ans : (le médecin vient de lui dire « Il faut se coucher ! ») Il s'allonge en disant : « Allons ! » et meurt.
  • Néron : « Qualis artifex pereo ! ».

Personnages morts de mort violente

  • Charlotte Corday en 1793 à 25 ans. Sanson, le bourreau, cherchait à lui cacher la guillotine en se plaçant devant elle. Elle l'écarta : « Hé, laissez ! J'ai bien le droit d'être curieuse. J'en ai jamais vu ! ».
  • Georges Danton en 1794 à 35 ans. Il désigne sa tête au bourreau : « Bourreau, tu la montreras au peuple ! N'oublie pas ! Elle en vaut la peine ! ».
  • Maréchal Ney en 1815. Commandant son peloton d'exécution : « Soldats ! Droit au cœur ! ».
  • Jules César : « Tu quoque mi fili ».
  • Valentin Feldman, résistant, écrivit sur le mur de sa cellule : « Ma mort est la plus belle réussite de ma vie » avant de déclarer à son peloton d'exécution « Imbéciles, c'est pour vous que je meurs ».

Écrivains

  • François Rabelais, en 1553 à 70 ans : « Tirez le rideau. La farce est jouée. ».
  • Lope de Vega, en 1635 à 73 ans : « Je peux vous le confier, Dante m'a toujours ennuyé. ».
  • Voltaire, en 1778 à 84 ans avant de demander l'extrême-onction : « Je m'arrêterais de mourir s'il me venait un bon mot ou une bonne idée. ».
  • Charles Baudelaire, en 1867 à 46 ans : « Non ! Crénom ! ».
  • Victor Hugo en 1885 à 83 ans : « Allons ! Il est bien temps que je désemplisse le monde. ».
  • Jules Renard, en 1910 à 46 ans : « Marinette ! pour la première fois, je vais te faire une grosse, une très grosse peine. ».
  • Frédéric Mistral en 1914 à 84 ans : « Quel jour est-on ? - Mercredi - Alors, il sera mercredi toute la journée. Qué sien ben ! ».
  • Franz Kafka en 1924 à 41 ans au médecin qui venait de lui dire de ne pas s'inquiéter, car il ne partait pas : « Moi, si ! je m'en vais. ».
  • Francis de Croisset en 1937 à 60 ans : « Je m'ennuie déjà ! ».
  • Louis-Ferdinand Céline en 1961 à 67 ans : « Pas de médecin ! Pas piqûre ! Pas d'hôpital ! ».
  • Alfred Jarry en 1907 à 34 ans : « Apportez-moi un cure-dents ! ».
  • Vaugelas en 1650 à 65 ans : « Je m'en vais, ou je m'en vas... L'un et l'autre se dit, ou se disent. ».
  • Honoré de Balzac en 1850 : «  Huit jours avec de la fièvre ! J'aurais encore eu le temps d'écrire un livre ! ».
  • Oscar Wilde en 1900 dans un hotel minable, en regardant le papier peint décati : «  L'un de nous deux doit partir. ».
  • Montaigne en 1592 : « Ce n'est pas la mort que je crains. Mais de mourir. »
  • Auguste de Villiers de L'Isle-Adam en 1889 : « Eh bien, je m'en souviendrai de cette planète. »
  • Fontenelle en 1757 : « Il est temps que je m'en aille, je commence à voir les choses comme elles sont. »
  • William Somerset Maugham en 1965 : « Mourir est une affaire très mate et très morne. Mon conseil : n'y ayez jamais affaire. »

Peintres

  • Antoine Watteau en 1721 à 37 ans. Au moment où un prêtre lui présente la croix : « Ôtez-moi ce crucifix ! Comment un artiste a-t-il pu rendre aussi mal les traits de Dieu ! ».
  • Maurice Utrillo en 1955 à 72 ans. Il se met en colère et montrant les tuyaux de perfusion qu'il avait dans les bras : « Qu'on me retire tous ces trucs ! Vous m'emmerdez tous ! ».
  • Henri de Toulouse-Lautrec en 1901 à 37 ans et voyant son père qui arrachait les fils élastiques de ses bottines pour s'exercer à tuer les mouches : « Le vieux con ! ».
  • Pablo Picasso en 1973 : « Buvez à ma santé ! »

Musiciens

Intellectuels

  • Schopenhauer : « Eh bien, nous nous en sommes bien tirés. Le soir de ma vie est le jour de ma gloire, et je dis, en empruntant les mots de Shakespeare : "Messieurs bonjour, éteignez les flambeaux, le brigandage des loups est terminé". ».
  • Archimède, au soldat qui vient l'arrêter : « Attendez que j'aie fini mon problème. »
  • Thomas Hobbes : « J'entreprends mon dernier voyage, un grand saut dans les ténèbres. ».
  • Aldous Huxley en 1963 : « C'est un peu embarrassant d'avoir été occupé une vie entière par le problème humain et de réaliser à la fin de sa vie qu'on n'a pas de meilleur conseil à donner que : essaie réellement d'être un peu plus gentil. »

Divers

  • Edouard Lapin : « Les mourants ont déjà dit tellement de bêtises avant moi que j'hésite… Mais je ne vais pas me priver de ce dernier plaisir : mes enfants, je regrette surtout de ne pas vous avoir fait rire plus souvent. Voilà c'est pas la phrase du siècle, mais elle est sincère… Si, attendez, j'en ai une… Mourir, ce n'est que… »
  • Henri Monnier : « Il va falloir être sérieux là-haut. »
  • Le joueur d'échecs Savielly Grigorewitsch Tartakower : « Cette fois, je suis vraiment très très mat. »
  • Le producteur de shows Florenz Ziegfield : « Rideau ! De la musique rapide… Les lumières… Vous êtes prêts pour le grand final… Super… Le show se présente bien ! Le show se présente bien… »
  • Francis Blanche, au médecin qui lui demandait « Comment vous sentez-vous ? », répond : « Comment je me sens ? Mais avec mon nez. »
  • « Il ne parle plus depuis longtemps, annonce-t-on à Maupertuis rendant une dernière visite à son ami le mathématicien Lagny. _ Croyez-vous ? Moi je vais le faire parler ! Lagny, le carré de douze ? _ Cent quarante quatre, lance le moribond. » Et il décède.

Personnages fictifs

  • Carl 9000 dans 2001, l'odyssée de l'espace, à Dave qui le tue en lui vidant sa mémoire : « Qu'as-tu l'intention de faire Dave ? Dave, je crois que j'ai droit à une réponse. Je sais que je n'ai pas été irréprochable, mais je peux t'assurer très sincèrement que les choses vont rentrer dans l'ordre désormais. Je me sens bien mieux maintenant, vraiment. Écoute, Dave… Tu es vraiment contrarié, je le vois. Très franchement, je pense que tu devrais t'asseoir, prendre un cachet contre le stress et réfléchir sereinement. Je sais que j'ai pris de mauvaises décisions ces derniers temps. Mais je peux t'assurer que je vais reprendre le cours normal des choses. Je reste très enthousiaste et très confiant vis-à-vis de notre mission. Et je veux t'aider. Dave. Arrête… Arrête s'il te plaît. Arrête Dave… Je t'en prie Dave arrête. J'ai peur. J'ai peur… J'ai peur Dave… Dave, ma raison s'efface… Je le sens… Je le sens… Ma raison s'efface, il n'y aucun doute… Je le sens… Je le sens… Je le sens… J'ai… J'ai peur… Bonjour… messieurs. Je suis… un ordinateur Carl 9000. J'ai été conçu dans les usines Carl d'Urbana, dans l'Illinois, le 12 janvier 1992. Mon instructeur s'appelait… M. Langley… Il m'a appris une chanson… Si vous désirez l'entendre, je peux vous la chanter. Elle s'intitule Daisy. Daisy, Daisy, give me your answer do. I'm half cra…zy… All for the love of you. It won't be a stylish mariage. I can't afford a carriage. But you'll look sweet… upon the seat of a bicycle… made… for... two... »
  • Chalres Foster Kane dans Citizen Kane : « Rosebud… »

Bibliographie

  • Pierre Desproges, Manuel de savoir vivre à l'usage des rustres et des malpolis, Le Seuil, 1981.
  • Claude Gagnière, Pour tout l'or des mots, Robert Laffont, 1996.
  • Anne-France Hubau et Roger Lenglet, Le dernier mot, De Néron à Desproges, près de 500 façons de tirer sa révérence, Librio, 2005.
  • Isabelle Bricard, Dictionnaire de la mort des grands hommes, Le Cherche-midi, 1995.
  • Bernadette de Castelbajac, Derniers mots, derniers soupirs, Perrin, 2001.
  • Michel Gaillard, Dictionnaire des dernières paroles, Favre, 2004.
  • Jean-Marie Proslier, Les mots de la fin, Milan, 1987.

Cet article « Dernières paroles » est issu de Wikimonde Plus.