Encyclopédie Wikimonde

Didier Mignot

Aller à : navigation, rechercher

Didier Mignot, né le 18 avril 1962 au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), est un homme politique français, maire du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) de 2008 à 2014.

Biographie

Issu d'une famille de militants communistes, Didier Mignot a toujours vécu au Blanc-Mesnil.

Étudiant en seconde technique, il adhère aux communistes et devient membre du bureau national de l'Union nationale des comités d'action lycéens à la fin des années 1970. Après avoir obtenu un bac technique F7, Didier Mignot décroche un diplôme d'État de technicien de laboratoire à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Il travaille par la suite à l'hôpital Avicenne de Bobigny[1]. où il milite à la CGT. En 1998, il est l'un des leaders du mouvement de grèves dans les hôpitaux.

Après cinq années passées comme responsable CGT à l'hôpital Avicenne, il est élu conseiller municipal du Blanc-Mesnil puis adjoint au maire en décembre 2004. Il remplace alors Daniel Marcillat et prend en charge la jeunesse et les sports. Parallèlement, depuis l'an 2000, il est secrétaire de la section locale du Parti communiste.

Aux municipales de mars 2008, le maire sortant Daniel Feurtet conduit la liste d'union de la gauche (PCF-PS-Verts-LO) qui remporte une courte victoire, avec seulement 45 voix d'écart sur la liste du concurrent Thierry Meignen (UMP). Le 21 mars suivant, Didier Mignot est élu nouveau maire du Blanc-Mesnil par le Conseil municipal.

En mars 2010, il est candidat aux élections régionales en Île-de-France sur la liste du Front de Gauche menée en Seine-Saint-Denis par Marie-George Buffet.

En 2012, il porte plainte contre la SNCF, la RATP et RFF en raison des retards du RER B[2].

Le 26 mai 2013, il annonce sa candidature pour conduire la liste de rassemblement de la gauche aux élections municipales de mars 2014. Il échoue de peu (209 voix d'écart) face à son adversaire, Thierry Meignen (UMP)[3]. La ville était détenue par le PCF depuis 1935, à l'exception des quatre années d'Occupation.

Il revient à son poste de technicien de laboratoire[1].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Jean-Gabriel Bontinck, Didier Mignot (PC), entre hôpital et politique au Blanc-Mesnil, leparisien.fr, 30 juin 2014
  2. Sophie Amsili, RER B : un maire porte plainte, europe1.fr, 14 décembre 2012
  3. Mathias Destal, Blanc-Mesnil : un tract foireux envoie le maire UMP devant la justice, marianne.net, 17 février 2015

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).