Encyclopédie Wikimonde

Didier Wormser

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wormser.

Didier WormserLa page Modèle:Infobox/Pictogramme/egypte-antique.css n’a pas de contenu.
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la France France
Naissance (62 ans)
Colmar
Nationalité française

Didier Wormser, né le 16 août 1956 à Colmar, est un expert français spécialisé en antiquités de l'Égypte pharaonique, de l'Orient ancien et classique. Il a rédigé notamment un livre Chaouabti sur les serviteurs funéraires du Nouvel Empire.

Biographie

Didier Wormser passe son enfance à Colmar. À l'âge de 14 ans il devient président d'une association qui lui permettra d'organiser les premiers concerts « pop » en Alsace avec au début des groupes du circuit underground tel que Magma, Gong & Steve Hillage dont le batteur et percussionniste Benoît et Pierre Moerlen sont respectivement ses premiers professeurs de batterie et amis musiciens. Les années suivantes alors qu'il fréquente le lycée Bartholdi il devient le promoteur de concert avec des groupes déjà célèbres et répondant au noms de Van der Graaf Generator, The Who, Status Quo, Nico, Manfred Mann, Rory Gallagher, Dr Feelgood, Carlos Santana, Scorpions, AC/DC ou encore beaucoup d'autres groupes de rock progressif comme Caravan et Soft machine, Jazz Rock ou fusion comme, Billy Cobham, John McLaughlin trio, Weather Report sans oublier le soutien à ses amis du Hasm Congélateur dont fait partie Gabriel Federow qui deviendra le guitariste de Magma à l'époque où il donnait la réplique au violoniste Didier Lockwood. Notons aussi, qu'il fut le premier organisateur de concert à promouvoir en live, au théâtre de plein air de Colmar, le fameux trio The Police. Mandaté par le producteur Gabriel Ibos, il va parcourir aussi les routes de France avec les précurseurs de la musique électronique venu d'outre-Rhin Klaus Schulze ou encore Ash Ra Tempel. Il écrit dans les revues et quotidiens locaux, Les Dernières Nouvelles d'Alsace ou L'Alsace des articles au retour de ses premiers voyages dans la forêt amazonienne et particulièrement en 1974 un « plaidoyer pour les Indiens amazoniens ».

Dans le même temps, profitant de ses voyages réguliers à Londres où Paris il débute une collection d'amulettes et d'antiquités égyptiennes et se passionne pour l'égyptologie ce qui l'amène à visiter les bibliothèques ou à acheter de nombreuses éditions scientifiques assez rares chez les libraires spécialisés de ces capitales.

À l'âge de 22 ans il s'envole pour les Antilles françaises où il ouvrira en famille plusieurs magasins d'instruments de musique et de sono professionnelle en Guadeloupe, Martinique et Guyane française (FWI). Il démocratisera l'achat d'un piano de la marque « Worms » pour les familles antillaises. Il y rencontrera notamment le pianiste jazz caraïbe Christian Amour fondateur du centre musical « Mavounzy » où se retrouve un bouillant foyer musical avec notamment Gabriel Federow comme professeur de guitare. Tout au long de son séjour il continue à régulièrement et patiemment à enrichir sa collection d'art et d'antiquités égyptiennes.Il contribue en tant que coordinateur auprès du producteur Frank Riahi et du directeur artistique Gabriel Ibos qui lui avait confié deux tournées nationales de Klaus Schulze et Ash Râ Tempel aux albums de Jean François Fabiano "Butterfly Island" ainsi que de l' ami de Peter Tosh " Banky Banks".

En 1989, influencé par ses anciens professeurs du lycée, Pierre Leinen (La Vie des civilisations, Pulibook 2010 ou Simon Fuks, ainsi que son ami de longue date Régis Hubert (conservateur en chef du musée Auguste-Bartholdi), avec lequel il avait entrepris de nombreux voyages d'études notamment au Népal ou encore en Égypte. Il songe ultérieurement à approfondir ses connaissances en archéologie égyptienne. Après avoir été soutenu par Jean-Philippe Lauer et l'ancien ministre de la culture et de la francophonie Jack Lang il reprend ses études à l'École du Louvre où il obtiendra après cinq années les diplômes de premier cycle et ensuite du cycle supérieur de muséologie avec comme spécialité « archéologie de l'Égypte ancienne ». Il aura comme professeurs, Christiane Ziegler, Guillemette Andreu toutes deux successivement conservatrices en chef au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, Olivier Perdu attaché au cabinet d'égyptologie du Collège de France, ancien élève et protégé de Georges Posener et proche de Jean Yoyotte, tous trois spécialistes des époques tardives, Claude Traunecker, Alain Zivie et Jocelyne Berlandini directeurs d'études au CNRS Il rédigera aussi deux mémoires, l'un sur la fabrication et l'industrie du bronze dans l'Égypte antique et l'autre en collaboration avec les égyptologues Elsa Rickal attachée à la conservation des antiquités du musée du Louvre et Yvan Germeur, professeur égyptologie à l'université de Montpellier intitulé La Restauration des objets en bronze du musée des beaux-arts de la ville d'Amiens.

Collectionneur d'antiquités égyptiennes depuis ses jeunes années, membre de la société française d'égyptologie, de l'association des fouilles de Tanis, il ouvre une galerie au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés rue des Beaux Arts « L'étoile d'Ishtar ». Connu dans son domaine par les professionnels, collectionneurs et aussi les conservateurs des musées internationaux dont il devient un des fournisseurs, il est membre de la Compagnie nationale des experts (CNE), de l'International Association of dealers in Ancient Art (IADAA), Syndicat national des antiquaires (SNA). Il est nommé par arrêté interministériel du 30 mai 2000 renouvelé le 1 aout 2013 (publié dans le bulletin officiel du ministère de l' Economie et des Finances, du ministère du commerce extérieur, du ministère du redressement productif et du ministère de l' Artisanat, du Commerce et du Tourisme) « assesseur de la commission de conciliation et d'expertise douanière ». Il publie régulièrement des fascicules et livrets ayant attrait à sa spécialité comme celui sur les Chaouabtis : serviteurs funéraires du Nouvel Empire qui est disponible dans les bibliothèques universitaires (université de Leyde) ou de l'école du Louvre ou encore Les Pendentifs et talismans de Pazuzu à l'occasion d'une exposition temporaire typologique. Il est par ailleurs le président de la section " antiquités" de la commission d' admission des objets de la Biennale des antiquaires.

Bibliographie

  • D. Wormser, La Fabrication des antiquités égyptiennes en bronze, l'école du Louvre (mémoire, sous la direction C. Ziegler conservateur en chef du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre.), Paris, 1994 Bibliothèque de l'école du Louvre.
  • E. Rickal, Yvan Guermeur, Didier Wormser, La Restauration des bronzes du musée d'Amiens, l'école du Louvre (mémoire de muséologie de l'École du Louvre), Paris, 1995, Bibliothèque de l'école du Louvre.
  • Didier Wormser, Dr O. Perdu, L'industrie du bronze de la fin du Nouvel Empire à l'époque saïte, Institut national de l'histoire de l'art. Association des professeurs d'archéologie et d'histoire de l'art des universités, France.
  • Didier Wormser, Chaouabtis : serviteurs funéraires du Nouvel Empire, 2007, Ed. Antiquitates, Paris.
Sources, articles et interview de D.Wormser 
  • Didier Wormser « Antinéa ». Édition du 15 juin 1973 – L'Alsace. Mulhouse.
  • Lucien Naegelen. Didier Wormser. Pourquoi il est difficile de présenter des spectacles à Colmar. Colmar-Hebdo, supplément culture du journal L'Alsace, Mulhouse. 6/03/1974
  • Norbert Sparrow, Didier Wormser : De l'organisation des concerts pop à Colmar. L'Alsace lundi. 1974, Mulhouse.
  • L. Naegelen.Des momies et des amulettes à acheter. Juillet 1989. Article paru dans le quotidien L'Alsace, Mulhouse.
  • Harry Bellet, Les montagnes russes du commerce des antiquités égyptiennes. Article paru dans l'édition Le Monde, quotidien national du 03.01.1998. Paris.
  • L'archéologie a le vent en poupe - Le Journal des arts - n° 97, 21 janvier 2000, Paris), www.artclair.com Le Journal des arts ›
  • L'archéologie en culottes courtes - Le Journal des arts - n° 112, 6 oct. 2000, www.artclair.com Le Journal des arts.
  • Les atouts de Cultura, article du Le Journal des arts - n° 133 - 28, 28 sept. 2001, www.artclair.com Le Journal des arts.
  • Le salon aux deux visages - Le Journal des Arts - n° 222 - 7 oct. 2005, www.artclair.com › Le Journal des arts
  • Remue-ménage dans le marché de l'égyptologie - L'Œil - n° 573, octobre 2005 (mensuel). ww.artclair.com L'Œil. Paris.
  • Didier Wormser, Plaidoyer pour les indiens rouges d'Amazonie. Édition du 6 novembre 1972, journal L'Alsace. Mulhouse.
  • Didier Wormser, Les dents du requin. Édition du 7 janvier 1973 – Les Dernières Nouvelles d'Alsace.
  • Armele Malvoisin, "Parures antiques à la mode". Édition du 9 septembre 2011 - www.artclair.com Le Journal des arts.
  • Marie-Ange Horlaville, "Les trésors de l'Orient Ancien". emission 'NEC PLUS ULTRA' - http://www.youtube.com/watch?v=t-MFlDEz7vU TV5 MONDE.

Cet article « Didier Wormser » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).