Encyclopédie Wikimonde

Dimitry Orlac

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Dimitry Orlac est un peintre et plasticien français né le 11 juillet 1956 à Koper, en Slovénie.

Biographie

D'origine slovène, Dimitry Orlac naît le 11 juillet 1956 à Koper[1]. Il arrive en France en 1958, à la suite de ses parents, réfugiés politiques. Il grandit dans la région parisienne et obtient une licence de philosophie à la Sorbonne. Il produit des œuvres peintes abstraites[2].

Carrière

Le déclic

Il développe un intérêt pour la pratique artistique à la fin des années 1970. Sa rencontre avec Jean Chauvelin, dans la galerie de ce dernier, marque un tournant pour le jeune Dimitry[3]. Jean Chauvelin lui présente plusieurs jeunes artistes qu'il représente, comme Pierre Dunoyer qui deviendra un vrai compagnon de route. Il permet également à Dimitry Orlac de rencontrer des artistes d'envergure tel que Martin Barré.

Les premières œuvres

La première partie de sa carrière, qu'il passe à La Réunion entre 1980 et 1982, est marquée par la série des Encres[4]. Ces œuvres, qui connaissent une grande fortune critique locale, témoignent de l'influence de l'expressionnisme abstrait, et notamment de l'école de New-York, chez un jeune artiste qui se cherche[4]. À partir de ces recherches sur le geste et la matière, Dimitry Orlac crée des œuvres qui tendent vers plus de géométrie, sans pour autant éliminer les effets lyriques de la touche : les effets de coulure et l'utilisation de bombes de peintures participent toujours de cet apprivoisement de la matière picturale, et de la mise à l'épreuve de la toile[2].

Le travail des Néons

Tableau/Néon

Très tôt marqué par l'influence de Kazimir Malevitch, qu'il découvre pour la première fois chez Jean Chauvelin, Dimitry Orlac se tourne rapidement vers l'abstraction géométrique. Il réalise les Pré-néons, puis les Néons, dans les années 1980 lorsqu'il s'installe à Toulouse[5]. Les Pré-néons sont composés de toiles, peintes grâce à différentes peintures (industrielle, bombée, avec des effets de coulure et de réserve). Ces œuvres peuvent être associées à des tiges de fer, ou de plexiglas, sortant des limites du cadre.

Les Néons sont composés de la même façon, mais leur exécution est plus élaborée. Dimitry Orlac se concentre à ce moment-là sur plusieurs problématiques artistiques. Tout d'abord, l'éclatement du cadre, qui est normalement conditionné par le format de la toile, grâce à l'ajout de ces tiges de fer ou de plexiglas qui sortent des limites de la toile[2]. Ainsi, il interroge le tableau, qui est au centre de ses recherches, et notamment ses limites spatiales. Il remet également en question la peinture comme moyen privilégié d'expression picturale. Il utilise tout d'abord des types de peintures qui ne participent pas du cadre académique traditionnel jusqu'à utiliser des éléments totalement différents comme la toile cirée[2]. Ces éléments combinés offrent la possibilité au peintre de s'engager sur la question de la lumière. Le plexiglas est le premier avatar de ces recherches. Puis, il utilise des tubes fluorescents, pour finalement privilégier les néons. Associés à la toile cirée, les néons engendrent un jeu de lumière en dialogue avec le tableau. Ces recherches atteignent leur apogée avec deux œuvres notables : l'exposition Reflets, en mai 1990, à Toulouse, où Dimitry Orlac réalise une véritable mise en scène spatiale où le spectateur se retrouve plongé dans l'exposition ; mise en scène qui atteint son paroxysme dans la Station Bagatelle du métro de Toulouse réalisée en 1992. La station est traversée, au sol comme au plafond, par des tubes de néons incrustés et recouverts de plaques de verre gravées de symboles universels, notamment le signe de l'infini. Le spectateur, quel que soit le chemin emprunté, se trouve obligé de physiquement passer sur, ou sous, ces murs évanescents puisque lumineux[3].

La matière

Tableau/Matière

Le leitmotiv qui sous-tend l'œuvre de Dimitry Orlac est synthétisé par l'interrogation suivante : le tableau peut-il être un objet de pensée[2] ? Pour ce faire, il « épuise », selon ses mots, les différents médiums artistiques qu'il entreprend de travailler[2]. Après avoir « épuisé » le thème des Néons à la fin des années 1980, Dimitry Orlac se tourne à nouveau vers la peinture. On pourrait croire, à première vue, à un retour académique vers ce médium classique. Or, dans ses Tableaux/Matières, Dimitry Orlac interroge la peinture afin de savoir avec certitude si elle est le médium essentiel au tableau[5]. Ces Tableaux/Matières sont travaillés avec lenteur et précision, contrairement à l'impression de mouvement que les effets plastiques d'accumulation de peinture donnent. Ces effets de matière sont systématiquement cantonnés dans des formes géométriques (carrés, croix, bandes verticales). Ce vocabulaire formel strictement géométrique, bien que précis puisque tracée à la règle, est cependant placé et associé de manière intuitive dans le cadre de leur propre toile, comme dans l'association possible de ces-dernières. Parallèlement, Dimitry Orlac continue son travail sur l'espace. Il réalise des tableaux, dans la continuité des Matières, présentant, sur un fond monochrome, des traces de peintures marquées par l'empreinte du pinceau, découpées et puis fixées en dehors des limites du cadre de la toile[5],[2].

Les Tableaux/Graphites

Tableau/Graphite

C'est également à cette époque que Dimitry Orlac commence les Tableaux/Graphites, véritable projet de vie. Le premier Graphite est achevé en 1992[6]. Depuis lors, ils représentent la principale et la plus importante réalisation artistique du peintre. Les Graphites, comme leur nom l'indique, sont réalisés par l'accumulation de couche de graphite. Réalisés sur papier marouflé sur toile, puis directement sur la toile, il en existe de plusieurs dimensions : des 30x30 cm au 2x2m[2]. Les Graphites marquent l'aboutissement des recherches ontologiques de Dimitry Orlac.

Ces œuvres ont pour origine ce qu'il crée dans sa jeunesse : les Paroles perdues qui se présentent sous la forme d'une succession de lignes d'écritures[2]. Il s'agit, originellement, de textes personnels, mais les Paroles perdues sont le plus souvent des textes de grands philosophes, tels que Nietzsche ou Heidegger. Les Graphites n'en gardent que l'essence, c'est-à-dire le médium, qui est le graphite. Les Graphites sont donc à la fois une abstraction de l'écriture, mais également des textes philosophiques qui ont marqué le parcours intellectuel de Dimitry Orlac[6].

La recherche ontologique

Il existe un véritable logos dans la recherche intellectuelle et spirituelle du peintre. Il est très influencé par les présocratiques, et notamment par les textes de Parménide[2]. Cette influence grecque se retrouve dans la conception de ses œuvres, et notamment des Graphites. Le temps grec est cyclique, contrairement au temps chrétien qui est linéaire. Il se détache ainsi de l'art de Roman Opalka[7]. Ce dernier conçoit son œuvre avec un début et une fin, qu'il n'a jamais pu atteindre. Chez Dimitry Orlac chaque œuvre existe dans son unité. Chaque nouveau Graphite est donc indépendant du précédent comme du suivant. Cependant, l'œuvre, comme la personnalité de l'artiste, est teintée de culture chrétienne. Sa connivence intellectuelle et artistique avec Malevitch le rapproche également de l'art de l'icône[2]. Le Graphite tend, en effet, à un la représentation d'un infigurable ontologique, tout comme l'icône qui est une représentation figurée d'un impalpable divin. Le tableau est un don de l'artiste au monde. Ce don trouve sa parfaite forme à travers le Tableau/Graphite. Très influencé par la philosophie nietzschéenne, l'œuvre est conçue comme un lieu pour l'être[2]. Ce lieu doit permettre à l'être de s'épanouir, en dehors des contingences du monde qui l'entoure, afin d'atteindre l'état de surhomme. Il y a ici une idée de transsubstantiation, non plus de Dieu à l'Homme mais de l'Homme à l'Homme.

La cristallisation des recherches de Dimitry Orlac : les Tableaux/Graphites

Cette recherche, essentielle, est rendue possible par la recherche esthétique qui y est associée. L'idée chez Dimitry Orlac ne prime pas sur la forme. Le tableau est au centre des réflexions de l'artiste. Le graphite, comme tous les médiums utilisés précédemment, a pour but cette quête de la beauté avec une remarquable économie de moyens plastiques et chromatiques. L'accumulation de ces couches de graphites confère un effet lumineux unique au tableau, changeant selon la luminosité de l'espace environnant l'œuvre. Le scintillement du graphite est comparable à celui de la surface de l'eau. Le Tableau/Graphite synthétise également la conception de la place de l'artiste dans l'histoire de l'art[2]. Métaphoriquement, la conception de l'art par Dimitry Orlac peut se rapprocher de l'océan. L'océan est soutenu par des sédiments, qui portent en eux tout le passé artistique (principalement de la culture occidentale ici). La surface représente les Graphites. Et les courants marins peuvent être vus, à la fois comme les différents courants qui ont traversé l'œuvre de Dimitry Orlac, mais aussi comme les effets de matières rendus possibles par l'utilisation du graphite par couches.

Dimitry Orlac continue ses recherches artistiques en développement principalement des œuvres ayant pour base les Tableaux/Graphites et les Paroles perdues[2].

Expositions²

Expositions personnelles

  • 2000 "99x33x33" - Centre national de l'estampe et de l'art  imprimé. Chatou.

"99x33x33" - Action incluse dans « Donald judd »- Musée d'art Moderne et contemporain de Nice.

"99X33X33" - Muséum of contemporary Art. Zagreb

  • 1999 "99X33X33" – Action Incluse dans "Jaume Plensa" _ Muséum Moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien  – Vienne (Autriche)

"99X33X33" – "Following and to be followed" avec Steven Parrino – Le Consortium/L'Usine – Dijon. ( France)

"99X33X33" – Institut d'Art Contemporain – Villeurbanne. ( France)

"99X33X33" – Spiftung Für Konstruktive und Konkrete Kunst – Zurich (Suisse)

  • 1998 "Don't Panic Everything is for sale" – Espace Réservé/Galerie Rivolta -Genève (Suisse)

"Tableau/Graphite" – Maerz Galerien –Mannheim (Rfa)

"The Only Door" – Musée d'Art Moderne – Ljjubljana (Slovénie)

  • 1997 "Tableau/Graphite 1992/…." – Musée Municipal –Ljubljana (Slovénie)

"Tableau/Graphite 1992/…." – Musée d'Art Contemporain – Zagreb (République de Croatie)

  • 1996 "Krajina Dreams; Part. 1 : Full Metal Jacket" – Centra Culturel Français –Ljubljana (Slovénie)

"Tableau/Graphite 1992/…." – Espace Privé – Galerie Rivolta – Genève (Suisse)

"Tableau/Graphite : 10.08.1994 : 14h45 - 17.10.1994 : 17h21" – Centre Léonard de Vinci - Enac - Toulouse (France)

"Transparence" - Galerie Hoffmann - Friedberg (Rfa)

  • 1994 "O le Début - O the Beginning" avec Fernando Pinheiro - Galerie de Arte Municipal - Albufera (Portugal)

"Contre-temps" - environnement lumineux - Hôtel Dieu Saint Jacques - Toulouse (France)

  • 1993 "Tableau/Graphite" - Galerie Lola Gassin - Nice (France

"Tableau/Graphite" - Stiftung für konkrete Kunst - Reutlingen (Allemagne)

"Tableau/Graphite" - Galerie Rivolta -Lausanne (Suisse)

"Black série, Néon/installation - Noir, Rouge, Blanc -Tableaux" - Centre National d'Art Contemporain - Galerie de l'Opéra - Kharkov (Ukraine)

  • 1992 "Noir, Rouge, Blanc - Tableaux" - Galerie Rivolta - Lausanne (Suisse)

"Parcours - 7 ans de réflexion - Néons et Tableaux" - Galerie Jacques Girard - Toulouse (France)

"Black séries - Néons/installations - Noir, Rouge, Blanc - Tableaux" - Centre d'Art Contemporain Ukrainien – Ex Musée Lénine - Kiev (Ukraine)

"Difficilement il quitte, ce qui près de l'origine à site : le point - Tableau" - Centre Culturel franco-italien - Gênes (Italie)

  • 1991 "Tableaux" - Centre Culturel Universitaire - Atheneum - Dijon (France)

"Black séries et Tableaux" - Galerie Piero Cavelini - Brescia (Italie)

"Negro, Rosso, Bianco - Tableaux" - Galerie Piero Cavelini - Milan (Italie)

  • 1990 "Reflets - Environnement lumineux - " - Centre Culturel Léonard de Vinci        Enac -Toulouse (France)

"Hommage à Piero della Francesca - Tableaux" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Black and White" - Mission West Galleru. New-York (USA)

"Pastels, dessins et multiples" - Atelier Rouan - Toulouse (France)

"Black séries - Reflets et environnement lumineux" - La Halle aux Blés - École des Beaux Arts - Clermont-Ferrand (France )

"Noir, Rouge, Blanc - Tableaux" - Centre Régional d'Art Contemporain de Midi-Pyrénées - Labège (France)

  • 1989 "Black séries - Tableaux/Néons" - Brandt Pakhus Galerie - Copenhagen (Danemark)

"Black séries - Tableaux/Néons" - Galerie Lola Gassin - Nice (France)

"White series – néons work" - Mission West Gallery. New-York (USA)

  • 1988 "Black séries - Tableaux/Néons" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Black séries - Tableaux/Néons" - Galerie Zoographia - Bordeaux (France)

  • 1987 "Ainsi en un tableau" - Présentation de Brice Fauche à l'Atelier -Toulouse (France)

Expositions collectives

  • 2015 "Hommage à Malevitch" - Cities Museum of Ljubljana. Mestna Galerija. Ljubljana.Slovénie.

"Nouvelles curiosités" - Musée Calbet. Grisolles. Collection des Abatoirs. Toulouse

  • 2014 "Weiss" - Galerie Linde Hollinger, Ladenburg. RFA

"Petits Formats"- Galerie Oniris. Rennes

  • 2013 "Les artistes de la galerie" - Galerie Oniris. Rennes

"Kunstler der Galery" - Galery Linde Hollinger. Ladenburg. RFA .

  • 2012 The présence and présent. Part 2 - Museum of contempory Art Metelkova. Ljubljana.  Slovénie.

"Les artistes de la galerie" - Galerie Oniris. Rennes

"Kunstler der Galery" - Galery Linde Hollinger. Ladenburg. RFA .

  • 2011 "Petits formats. Les artistes de la Galerie" - Galerie Oniris. Rennes

"The presence and present"- Museum of Contemporary Art Metelkova. Ljubljana. Slovénie.

"Instants suspendus/Negre/Orlac/Rivière" - Centre culturel Municipal. Gentilly.

  • 2010 "Portrait de l'artiste en motocycliste" - Musée de la Chaud de Fond. Suisse.

"Artist is a collector : Olivier Mosset." - MOCA/ Tucson. Arizona. USA.

"Nemours – Orlac – Perrodin" - Galerie Oniris. Rennes.

"Petits Formats. Les Artistes de la Galerie" - Galerie Oniris. Rennes.

  • 2009 "Das quadrat im der stiftung" - Stiftung für Konkrete Kunst. Reutlingen (Rfa)

"Portrait de l'artiste en motocycliste" - Cnac- Le Magasin. Grenoble (France)

"Fleuves" - Cnai. Chatou (France)

"Accrochage" - Galerie Linde Hollinger. Ladenburg (Rfa)

"Collection des Abattoirs-Toulouse" - Château de la Falgière. Aussillon (France)

  • 2008 "Clinch/Cross/cut" - Team 404. New Jersery. Bâle (Suisse)
  • 2006 "Dérivée-CNEAI" - Villa Arson - Nice
  • 2005 "Hall 8" - Parc des expositions. Toulouse
  • 2004 "Das Unberkannte Meisterwerk" - Zollverein. Essen (Rfa)

"Das unberkannte Meisterwerk" - Galerie im Bûrgerhaus. Neunkirchen (Rfa)

"Das Unberkannte Meisterwerk" - "Le chef d'œuvre inconnu" - Curated par Stefan Pietryga . Kunsthaus. Potsdam (Rfa)

"404 Yellowpages" - Curated par John Armleder. Mamco. Musée d'art moderne et contemporain. Genève (Suisse)

  • 2003 "404 Yellowpages" - Curated par John Armleder. Kunsthalle Palazzo. Liestal/Basel(Suisse)

"404 Yellowpages" - Turmgalerie 333. Helmstadt (Rfa )

"Papiers choisis" - Hotel de Rochegude. Albi (France)

"Vanitas" - De Markten. Bruxelles (Belgique)

"Vanités Contemporaines" - Musée d'art Roger Quillot. Clermont-Ferrand

"Sur plusieurs Tableaux 2" Collection des Abattoirs – Château de Taurines

  • 2002 "Rives" - Ville de Douai (France)

"En gros et en détail" - Stiftung für Konktrete Kunst. Reutlingen (Rfa)

"Vanités Contemporaines" - Centre d'art Contemporain. Soissons (France)

"Vanités Contemporaine" - Centre d'art. Quimpérlé (France)

  • 2001 "1980-2000. The eye and it's truth" - Muséum of Modern Art. Ljubljana.(Slovénie)

"Rencontres d'art contemporain - Autour de la lumière" - Cavalaire-sur-mer. (France)

"Triennale internationale de dessin" - Muséum of Modern Art – Rijeka (Croatie)

  • 1999 "La collection des Abattoirs" - Galerie Municipale du Château d'eau. Toulouse (France)
  • 1998 "Groupe Invité" – Musée de Radenska (Slovénie)

"Der Tanz der Danz" - Stiftung für Konkrete Kunst. Reutlingen (Rfa)

"Commerce" – Galerie Gaxotte – Porrentruy (Suisse)

  • 1997 "Chaud" – Centro Cultural de Lagos (Portugal)

"Hors-cadre" – Espace Ecureuil – Toulouse (France)

"Kunst 97 Zurich" – Galerie Lindner – Vienne (Autriche)

"Kunst Wien 97" – Galerie Lindner – Vienne (Autriche)

"Groupe Galerie" – Maerz Galerien – Mannhein (Rfa)

"Francfort ArtFair 97" - Maerz Galerien – (Rfa)

"Transparence" - Galerie Hoffmann – Friedberg  (Rfa)

  • 1996 "25 ans de Galerie" - Galerie Rivolta - Lausanne (Suisse)

"Projet Unidufour II" - Musée d'Art et d'Histoire - Genève (Suisse)

  • 1995 "Art Jonction Cannes" - Galerie Lola Gassin - Cannes (France)

"Monochromes" - Galerie Rivolta - Lausanne (Suisse)

  • 1994 "Art et Langage" - Collection du FRAC Midi-Pyrénées - Université du Mirail - Toulouse (France)

"A vos Papiers" - Musée Ostrowsky - Moscou (Russie)

"Biennale d'Osaka" - Osaka Foundation of Art - Osaka (Japon)

"Ryman, Serra, Honneger, Trelett, Charlton, Devade, etc ..." - Lieu d'Art Contemporain - Hameau du Lac     (France)

"International Konkrete Kunst" - Muséum't Coopmashüs Franeker - Franeker (Hollande)

"Monochromes" - Galerie Zoographia - Bordeaux (France)

"Choix de l'Artothèque" - Moulins de l'Albigeois - Albi (France)

  • 1993 "Des Artistes dans le Métro" - Centre Culturel de l'Aérospatiale - Toulouse (France)

"Intérieurs" - Centre d'Art Contemporain - Castres (France)

"Quelle chaleur ! Papiers et Multiples" - Espace d'Art Contemporain Cimaises et Portiques - Albi (France)

"Arts Ephémères" - Environnement lumineux - Partage des Eaux - Seuil de Naurouze (France)

  • 1992 "Choix de Galeriste" - Galerie Jacques Girard - Toulouse (France)

"Autour d'une Passion 4 - Coignet, Knifer, Moutashar, Orlac, Perrodin, Verjux" - Château de Fraïssié des Corbières (France)

"Géométrie" - Choix du Musée de Cholet - Exposition itinérante en Grèce - Institut Français de Thessalonique (Grèce)

"Axe Rouge 6" - 10 ans d'Architecture - Musée des Augustins - Toulouse (France)

"Axe Rouge 6" - FAUST 92 - Parc des Expositions - Toulouse (France)

"Axe Rouge 6" - SIA (Semaine Internationale de l'Architecture 92) - Parc de la Villette - Paris (France)

"30 x 30 Project" - Fondation IDAC - Zoetermeer (Hollande)

"Des Artistes pour la Roumanie" - Musée National d'Art - Bucarest (Roumanie)

  • 1991 " Artfair Kunstrai 91 - Objets multiples" - Galerie L'Idée - Amsterdam (Hollande)

"L'Art Postal" - Musée de Laon - Laon (France)

"30X30 Project" - Galerie L'Idée – Amsterdam (Hollande)

"FIAC 1991, Art Lux" - AB Galerie - Le Grand Palais - Paris (France)

"Art Lux" - AB Galerie - Ex. Galerie du Génie - Paris (France)

  • 1990 "Salon de Montrouge" - Centre Culturel - Montrouge (France)

"Groupe Galerie" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Autour du monochrome, Mosset, Nanmi, Orlac, Perrodin" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Objets multiples" - Galerie l'Idée - Zoetermeer (Hollande)

"Neon Art II" - Neo Neon Gallery. New-York (Usa)

"New Paintings" - Tower Gallery. New-York (Usa)

  • 1989 L'Art dans la rue - 40e anniversaire d'Amnesty International - 4x3 Giraudy - Toulouse (France)

"40 ans d'Amnistie International" - Musée d'Art Moderne - Réfectoire des Jacobins – Toulouse (France)

"FACT 1989" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"L'Europe des Créateurs" - Stand Kanaland - Le Grand Palais - Paris (France)

"1er Salon des Anonymes" - Galerie Nikki Diana Marquardt - Paris (France)

"Groupe Galerie" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Néon Art" - Néo Neon Gallery - New York (Usa)

"Regard sur la Sculpture" - Lycée Polyvalent Pierre d'Aragon - Muret (France)

  • 1988 "Bassmadjian, Bugarin, Fischer, Orlac" - Mission West Gallery - New York (Usa)

- "I.G.I. International Art Fair" - Galerie Sollertis - New York (Usa)

"International Néon Artists" - Néo Néon Gallery - New York (Usa)

"Art Jonction - Foire Internationale d'Art Contemporain" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Paintings" - Tower Gallery - New York (USA)

"Groupe Galerie" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"Dessins" - Galerie Sollertis - Toulouse (France)

"La Chute du Carré" - Folie de FAUST - Sculpture monumentale - Faust d'Or - Parc des   Expositions - Toulouse (France)

  • 1987 "Matières" - Galerie Fersen - Antibes (France)

"Grands et Jeunes d'Aujourd'hui" - Le Grand Palais - Paris (France)

  • 1985 "9e Biennale de la Jeune Peinture" - Enac - Nice (France)

"Toulouse Jeune Génération" - Musée d'Art Moderne - Réfectoire des Jacobins - Toulouse (France)

  • 1983 "Groupe Galerie" - Galerie des Couteliers - Toulouse (France)

"L'Art Contemporain dépoussière le Musée" - Musée de La Ferté-Macé (France)

"Abstraction" - Galerie Actuel Art - Saint Malo (France)

  • 1982 "Groupe Galerie" - Galerie d'Art Vivant - La Roche Guyon (France)
  • 1980 "Nouvelle génération" - Musée National d'Art Moderne - Belgrade (Yougoslavie)

"L'encre" - Galerie/Editions Cercle d'Art - Paris (France)

Commandes publiques

  • 2011 " Et si…" - CMP de Sarrebourg ( France)
  • 2002 "Re-fléchir" - Ville de Douai (France)
  • 2001 "Plan Lumière- Vec luci, More light"  - Ville de Ljubljana ( Slovenie)
  • 2000 "2030 : La Réponse…" -  6 sculptures - Terr@dome– Cité de l'Espace – Toulouse
  • 1998 "Grand Prix National d'Art Dramatique" – Sculpture en aluminium et marbre. (Slovénie)
  • 1994 "In Memoriam de Quoi" - Environnement sculptural lumineux – Ensemble d'habitation "Le Vivier/Maçon" - Ville de Cugnaux (France)
  • 1992 "Ce qui est en haut est en bas" - Environnement sculptural lumineux – Station Bagatelle - Métro de Toulouse (France)

Bourses

- 1998-2002        

Aide à la création –Ministère de la Culture (Slovénie) - Projet 99x33x33

- 1999                

Aide à la création – Kultur Kontact Austria (Autriche) -  Projet 99x33x33

- 1998                

Aide à la création – Ministère de la Culture (France) – Projet 99x33x33

- 1992                

FIACRE - Ministère de la Culture (France)

- 1991                

Bourse de Recherche à l'Etranger - Allemagne - Conseil Régional Midi-Pyrénées

Collections publiques

2014     FRAC Bourgogne

2011     Moderna Galerija / Museum of Modern Art. Ljubjana. Rep. De Slovénie.

2010     MOCA / Tucson. Arizona. USA.

Musée de la Chaud de Fond. Suisse.

2009     Centre National des Arts Plastiques. Fnac. Paris

2002     Muséum Stzuki. Museum of Modern art. Lodz (Pologne)

1999     Musée d'Art Moderne – Fondation Ludwig Wien – Vienne –(Autriche)

1997     Collections publiques Assurances  – Triglav (Slovénie)

1994     Artothèques du Lycée Jean Jaurès - Conseil Général du Tarn - Albi (France)

Espace d'Art Moderne et Contemporain – Les Abattoirs - Toulouse

1993     Stiftung für Konkrete Kunst - Reutlingen (Allemagne)

Ville de Toulouse

1992     FRAC Midi-Pyrénées

Musée National d'Art - Bucarest (Roumanie)

Musée d'Art et d'Histoire - Cholet (France)

1991     Université de Dijon

Le Consortium - CAC Dijon

Musée d'Art Contemporain – Kiev (Ukraine)

1984     Ville de Rodez

1981     Centre Hospitalier - Saint Paul. La Réunion

1980     Musée National d'Art Moderne - Belgrade (Yougoslavie)

Références

  1. Dimitry Orlac
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10, 2,11, 2,12 et 2,13 Julie Lesbats, Les Grandes Caractéristiques de l'art de Dimitry Orlac, le philosophe qui peint, mémoire de recherche, Paris IV-Sorbonne, 2015
  3. 3,0 et 3,1 Rey Pierre et alt., Quinze Artistes dans le métro, Toulouse, Presses de la Société d'imprimerie Artistique à Lavaur (81), juin 1993
  4. 4,0 et 4,1 S.I., « La peinture gestuelle de Dimitry Orlac », Le Journal de l'Île de la Réunion, 9 octobre 1980
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 Pierre Rodrigo, « Trois expositions de Dimitry Orlac, Néons, pastel et monochromes : avoir lieu », Le Journal de Toulouse, 5 mars 1990
  6. 6,0 et 6,1 Patrick Beurard-Valdoye, Igor Zabel, Dimitry Orlac, Tableaux/Graphite 1992./ …, 18 octobre 1996
  7. Bernard Lamarche-Vadel, Denys Riout , David Shapiro, Opałka 1965/1-[l'infinité], Tours, La Différence, Centre de création contemporaine, 1986

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 227 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).