Encyclopédie Wikimonde

Dissidence française

Aller à : navigation, rechercher
La Dissidence Française
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But « Organisation du front de résistance au mondialisme, au capitalisme et à la modernité »
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation
Fondateur Vincent Vauclin
Identité
Siège Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Président Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Méthode Activisme politique
Désobéissance civile
Lobbying
Manifestation
Cybermilitantisme
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Slogan « Les Résistants à l'Empire »
Site web www.la-dissidence.org

La Dissidence Française (DF) est un mouvement politique français fondé en par Vincent Vauclin, et dont l'idéologie emprunte à la fois au nationalisme contre-révolutionnaire, au fascisme, à l'ethno-différentialisme et au Traditionalisme.

Les médias ont classé ce mouvement à l'extrême-droite de l'échiquier politique [1] [2] [3].

Un mouvement radical

Présentation

Fondée en 2011 comme association de fait et officialisée en 2013 comme association loi 1901[4], la Dissidence Française s'est affirmée comme un pôle influent de la droite radicale qui, selon Pierre Birnbaum, semble sortir tout droit des années trente[5].

La Dissidence Française s'appuie notamment sur les réseaux sociaux et n'hésite pas à recourir à la provocation pour accroitre son audience[6].

Depuis mai 2014, le chant officiel de la Dissidence Française est le chant militaire Le combat de demain[7].

Doctrine

Selon sa Charte[8], la Dissidence Française est la communauté de combat qui vise à rassembler ceux qui entendent défendre leur héritage face aux offensives du capitalisme, de la modernité, et du mondialisme cosmopolite. La Dissidence Française entend incarner l'idée aristocratique du dépassement de soi, de la tenue, de l'exemplarité et de l'intransigeance absolue. Elle oeuvre à l'édification d'un Ordre fondé sur la fidélité aux principes ; la hiérarchie ; la concentricité ; la vocation et le serment. Le mouvement prône la restauration de l'État souverain, indépendant tant des influences étrangères que des versatilités démocratiques, garant de l'unité nationale, de la sauvegarde de notre civilisation millénaire, et de l'identité ethno-culturelle du peuple Français. Par ailleurs, la Dissidence Française s'oppose à l'immigration de masse, au libre-échange, et milite pour la restauration urgente des frontières nationales. Fidèle à la doctrine du sang et du sol, la Dissidence Française défend le droit pour chaque peuple de disposer de sa terre. La Dissidence Française appelle à une révolte anthropologique puisant dans le sacré et la transcendance. Enfin, la Dissidence Française promeut l'idée d'une résistance continentale, à la fois géopolitique et civilisationnelle, et s'associe à la démarche eurasiste.

Activisme

Contre le mariage homosexuel

Fichier:DF LMPT.jpg
Militants de la Dissidence Française lors de la Manif pour Tous du 5 Octobre 2014.

La Dissidence Française a participé activement aux mobilisations contre le mariage gay[9] et aux manifestations organisées par Civitas, le Printemps Français, et la Manif pour Tous.

Vincent Vauclin, leader du mouvement, s'illustra notamment en invitant ouvertement les Maires de France à la désobéissance, les exhortant dans une lettre ouverte à refuser de célébrer des mariages homosexuels [10].

Antimaçonnisme

Dans le même temps, en juin 2013, la Dissidence Française lance une campagne intitulée "La France contre la République", dénonçant "la république des partis, des loges et des lobbies", invitant les citoyens français à détruire leurs cartes électorales[11].

Le mouvement témoigne à cette occasion d'un antimaçonnisme virulent[12] [13], incitant le Grand Orient de France, le 4 octobre 2013, à lancer un appel à la vigilance à tous ses ateliers[14], suite à une action menée par la Dissidence Française devant son siège Rue Cadet à Paris.

Solidarité populaire

La Dissidence Française met également en avant sa dimension sociale, organisant régulièrement à Paris des "tournées de solidarité populaire", au cours desquelles ses militants "apportent vivres et réconfort aux Français de la rue"[15].

Appel au putsch

En septembre 2013, Vincent Vauclin fait paraître un essai, Putsch, dans lequel il appelle l'Armée Française à renverser la République Française [16].

Dans un entretien accordé à La Voix de la Russie il annonce que la Dissidence Française va entamer une série d'actions pour "populariser l'idée du putsch"[17].

Le mouvement lance alors une campagne d'affichages et de cybermilitantisme, et réunit une centaine de personnes lors de la manifestation Jour de colère derrière une banderole "Vivement le putsch !"[18].

Quelques semaines plus tard, la Dissidence Française fait l'objet d'un reportage diffusé lors du Journal de 20 Heures de France 2 qui révèle que ce mouvement "radical et décomplexé" "flirte dans son discours et ses actions avec l'illégalité" et compte "quelques centaines d'activistes suivis de près par la police"[19].

La Dissidence Française participe également à la manifestation d'hommage à Jeanne d'Arc organisée par Jeune Nation le 11 Mai 2014. Le leader de la Dissidence Française, Vincent Vauclin, s'affiche publiquement aux côtés des nationalistes Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti, ainsi que de l'écrivain Hervé Ryssen [20].

Un reportage de l'émission Spécial Investigation réalisé à cette occasion, intitulé "Violences d'extrême-droite : le retour", et diffusé sur Canal + le 24 Novembre 2014, met en évidence les propos antirépublicains, antisémites, et antimaçonniques proférés lors de cette manifestation controversée, et en particulier les "slogans putschistes" scandés à cette occasion par les militants de la Dissidence Française[21].

Remigration

En 2014, la Dissidence Française prend position pour une "inversion des flux migratoires" (la remigration) et lance début 2015 une "campagne nationale pour la remigration", s'appuyant sur la "réinstauration du droit du sang" et sur la préférence nationale, afin de faire face au Grand Remplacement[22].

Le mouvement entame alors une campagne d'affichages dans plusieurs villes de France[23], et revendique "une opération éclair de collage d'affiches" sur la Cité de l'immigration[24], dénoncée quelques jours plus tard sur Europe 1 par Benjamin Stora, président du conseil d'orientation du musée[25]. Fleur Pellerin, Ministre de la Culture du gouvernement Valls, dénonce sur Twitter "un acte révoltant de vandalisme"[26], également condamné par le Parti Socialiste[27], SOS Racisme[28] et Anne Hidalgo, maire de Paris, qui a "exprimé sa profonde indignation", qualifiant l'action menée par la Dissidence Française "d'acte xénophobe"[29].

Suite au tollé médiatique[30] [31] provoqué par cette action, Vincent Vauclin accorde un entretien dans lequel il revendique cette action, assume ses méthodes et les justifie par "la nécessité de combattre le multiculturalisme" bien qu'il récuse les accusations de "vandalisme" portées par Benjamin Stora et relayées par la presse[32].

Analyses critiques

Pour l'essayiste et sociologue Pierre Birnbaum, dans son ouvrage Sur un nouveau moment antisémite paru début 2015 aux éditions Fayard[33], le programme de la Dissidence Française se réfère aux écrits du penseur italien Julius Evola et semble "sortir tout droit des années trente tant il se réfère explicitement à la tradition fasciste du « sang et du sol », au serment, au culte des « hommes debout au milieu des ruines », au « refus de la mentalité bourgeoise », à la lutte contre les francs-maçons et, dans le vocabulaire d'aujourd'hui, aux « lobbies ». Pour ne laisser aucune doute sur ses orientations idéologiques, Vincent Vauclin ajoute, de manière plus explicite, à travers un vocabulaire à la Dieudonné auquel il a envoyé son opuscule, Putsch, « on fait face à une oligarchie de type tribal où prédomine une certaine communauté. En m'intéressant à la Shoah, je suis remonté à la question de cette domination », autre façon de renouveler le discours des années trente, le « ni gauche ni droite » qui trouve de nos jours dans la démarche « eurasiste » du Président Poutine un dépassement factice tant de la société bourgeoise que du communisme. La référence au 6 Février 1934, la volonté de se saisir du pouvoir et de venger les morts, le retour aux programmes nationalistes ou fascisants des années trente se fait donc jour explicitement durant cette Journée de colère. Nombre d'observateurs s'interrogent sur la signification de cette Journée de colère en la comparant à des manifestations antérieures et, en particulier, à la journée du 6 Février 1934 qui menaçait la République."

Pour Nicolas Lebourg, historien spécialiste de l'extrême-droite et membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean Jaurès, "la Dissidence Française a franchi un palier" en ciblant le Musée de l'histoire de l'immigration et estime que "cette action est l'expression du fossé qui s'est créé depuis les années 90 entre l'extrême-droite et la culture" [34].

Notes et références

Références

  1. http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/03/16/tracts-et-graffitis-au-musee-de-l-histoire-de-l-immigration_4594120_3224.html
  2. http://www.huffingtonpost.fr/2015/03/16/mussee-immigration-actes-vandalisme-tracts-extreme-droite_n_6876036.html
  3. http://www.ladepeche.fr/article/2015/03/16/2067842-paris-musee-immigration-vandalise-militants-extreme-droite.html
  4. http://www.journal-officiel.gouv.fr/association/index.php?ctx=eJw9yzEOwjAMQFEfBXVlwIntJuYAnIA9qqIgkCxS0oTzgzp0*Hr6yeDRIH3fsGxbzZA!kIf10YpZOeXa1tqWXi69lXKd7nWdIGU4u!AiKjqNpIF59ujdDkoq7IQDKar4GGc6hn9IJCZPElgJIT1f*TbMwAv8ALjPJBo_&cref=%2B18129450130267491994&ACTION=refine&WHAT=culturelle
  5. http://www.fayard.fr/sur-un-nouveau-moment-antisemite-9782213685984
  6. http://www.lesinrocks.com/2015/03/17/actualite/un-groupuscule-cible-le-musee-de-lhistoire-de-limmigration-pour-proner-la-remigration-11605205/
  7. https://www.youtube.com/watch?v=o1GG6E3aF3s
  8. https://dissidenceresistance.files.wordpress.com/2014/03/charte_dissidence_francaise3.pdf
  9. http://www.liberation.fr/societe/2014/10/05/en-direct-manif-pour-tous-le-mariage-homosexuel-c-est-contre-la-nature_1114032
  10. https://dissidenceresistance.files.wordpress.com/2013/02/mariage-gay-lettre-ouverte-aux-maires-de-france.pdf
  11. http://la-dissidence.org/le-mur-de-linsoumission-et-de-la-dissidence/
  12. http://la-dissidence.org/2013/06/22/la-france-contre-la-republique/
  13. https://www.hiram.be/?s=dissidence+fran%C3%A7aise
  14. http://www.gadlu.info/appel-a-la-vigilance-du-godf-face-a-la-france-contre-la-republique.html
  15. http://la-dissidence.org/2015/03/08/20eme-maraude/
  16. http://la-dissidence.org/2013/08/25/putsch-le-nouveau-livre-de-vincent-vauclin/
  17. http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2013_09_20/Le-leader-de-la-dissidence-francaise-appelle-au-coup-d-Etat-1158/
  18. https://dissidenceresistance.files.wordpress.com/2014/01/revuedepresse21.png
  19. https://www.youtube.com/watch?v=wb_AUmAoYw0
  20. http://la-dissidence.org/2014/05/13/hommage-a-jeanne-darc/
  21. https://www.youtube.com/watch?v=S8EAKXhy7xc
  22. http://la-dissidence.org/2015/01/06/une-solution-remigration/
  23. http://la-dissidence.org/category/brigades-de-la-dissidence/actions/
  24. ]http://la-dissidence.org/2015/03/13/au-musee-de-limmigration/
  25. http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/europe-1-dimanche-soir/sons/europe-1-dimanche-soir-sonia-mabrouk-et-patrick-roger-15-03-15-2399935
  26. https://twitter.com/fleurpellerin/status/577221556805492736
  27. http://www.parti-socialiste.fr/communiques/actes-de-vandalisme-au-musee-de-lhistoire-de-limmigration-face-aux-appels-la-haine
  28. http://sos-racisme.org/communique-de-presse/vandalisme-au-musee-de-limmigration/
  29. http://www.lefigaro.fr/culture/2015/03/16/03004-20150316ARTFIG00178-le-musee-de-l-immigration-cible-de-l-extreme-droite.php
  30. http://www.lesinrocks.com/2015/03/17/actualite/un-groupuscule-cible-le-musee-de-lhistoire-de-limmigration-pour-proner-la-remigration-11605205/
  31. http://www.thelocal.fr/20150317/far-right-vandals-target-immigration-museum
  32. http://la-dissidence.org/2015/03/18/musee-de-limmigration-vincent-vauclin-revient-sur-la-polemique/
  33. http://www.fayard.fr/sur-un-nouveau-moment-antisemite-9782213685984
  34. http://www.lefigaro.fr/culture/2015/03/17/03004-20150317ARTFIG00129-quel-rapport-entretient-l-extreme-droite-avec-la-culture.php

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Lien externe

  • Site officiel de la Dissidence Française (http://www.la-dissidence.org)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).