Encyclopédie Wikimonde

Edmond Isidore Legrain

Aller à : navigation, rechercher
Edmond Isidore Legrain
Description de l'image Edmond Isidore Legrain .jpg.
Naissance
Lillebonne (France)
Décès (à 64 ans)
Rouen (France)
Nationalité Française
Pays de résidence Lillebonne (France)
Profession
Industriel
Activité principale
Amidonnier
Autres activités
Adjoint au maire, délégué cantonal et suppléant juge de paix
Distinctions
Officier des Palmes académiques (25/07/1892)
Ascendants
Jean Ratouin

Edmond Isidore Legrain, né le 28 octobre 1846[1] à Lillebonne (Seine-Inférieure, désormais Seine-Maritime, France), est un notable[2] de cette ville. Il s'y distingue par son implication dans le domaine industriel en développant l'amidonnerie familiale. Membre de la chambre de commerce de Bolbec (Seine-Maritime, France), il est choisi comme membre de comités pour des expositions internationales dont celle de Paris (France) en 1900. Par ailleurs, républicain convaincu, il s'engage dans la vie publique : conseiller municipal et maire-adjoint de sa ville, délégué cantonal, suppléant juge de paix. Il décède le 15 novembre 1910[3] à Rouen (Seine-Maritime, France).

Biographie

La famille de son père Nicolas Legrain (29/1/1816-13/2/1881)[4],[5]est originaire de Thevray, petite bourgade du département de l'Eure (France). On y est toilier de père en fils. Louise Emelie Ratouin (27/10/1825-27/11/1912)[6],[7], sa mère, compte parmi ses ascendants de nombreux marins de la région de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Son père, Jean Ratouin, capitaine au long cours, originaire de Libourne (Gironde) est un marin à la carrière particulièrement riche : corsaire, enseigne de vaisseau entretenu[8],[9], capitaine de bricks marchands. Les parents d'Edmond Isidore Legrain se marient au Havre (Seine-Maritime) le 24 juin 1843[10] .

Nicolas Legrain, fils d'un père toilier prématurément décédé lorsqu'il a 7 ans, est déjà installé à Lillebonne lorsqu'il se marie. Il y exerce tout au long de sa vie des métiers en relation avec la chimie. Lors de son mariage, il possède déjà une fabrique de fécule[11]. Spécialisé dans les produits chimiques[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26], il fabrique de la fécule[27] de pomme de terre et de la colle[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26] ainsi que de l'amidon[27],[28],[29] (amidons blancs et grillés[30],[31],[32],[33],[34]) après avoir converti la féculerie en amidonnerie[35]. Parallèlement à ces activités, il est aussi fabricant de farines[27],[28],[24],[25],[26],[30],[31],[32],[33],[34] et acquiert en 1872 un moulin sur la rivière Bolbec dans le quartier de la Bossaye[36]. Très dynamique, il occupe également des fonctions publiques : maire-adjoint[37],[38],[39] et juge de paix[40],[41]. Propriétaire de son amidonnerie, il souhaite très naturellement assurer sa succession et prend son fils Edmond Isidore pour le seconder. Après quelques années de fructueuse collaboration, par acte du 26 mai 1877, le père et le fils créent à Lillebonne la "Société en nom collectif Legrain aîné et fils" exploitant une fabrique d'amidon et un moulin à blé. Sa durée est de 9 ans et son capital de 50000 fr[42]. Deux jours plus tard, Edmond Isidore Legrain se marie à Maromme (Seine-Maritime, France) avec Marie Angélina Henry[43]. Son père Charles Aristide Henry, de commis, devient fabricant d'indiennes[44] reconnu et choisi comme exposant pour l'exposition universelle de 1867 à Paris[45]. Il est aussi un des maires de Maromme[46]. Du nouveau couple formé, naîtront quatre enfants : Edmond[47], Valentine[48], Alice[49] et Germaine[50].

Carrière industrielle

Très vite, Edmond Isidore s'investit dans l'amidonnerie familiale et s'introduit dans les milieux industriels de sa région. Dès 1874, il entre à la Société industrielle de Rouen[51]. Il y est présenté en tant que fabricant d'amidon par François Lamy[52], ingénieur chimiste, dépositaire d'un brevet sur des colorants textiles[53],[54]. Il faut préciser que la Société industrielle de Rouen joue un rôle important à cette époque. En effet, par suite de la perte de l'Alsace et de la Lorraine par la France, elle est créée sur le modèle de la très puissante Société industrielle de Mulhouse qui ne peut plus alors exercer son influence de la même façon. François Lamy, membre de cette Société[55], devient alors membre fondateur de celle de Rouen[56]. Edmond Isidore Legrain reste membre de cette Société rouennaise jusqu'en 1884[57].
Amidonnerie Legrain aîné, rue du Havre, Lillebonne (76). Vers 1900.

Après le décès de son père Nicolas Legrain en 1881, malgré la dissolution de la société créée avec ce dernier[35], il reprend seul la direction de l'amidonnerie qui conserve le nom de « Legrain aîné »[58],[59] et la rachète par licitation en 1882 à ses cohéritiers[60]. Il gère avec maîtrise son entreprise. Aussi, l'amidonnerie de Lillebonne est dite "en pleine prospérité" lors des assises de Caumont tenues à Rouen en juin 1896[61]. Elle est également citée dans le bulletin de la Société normande de géographie édité en 1906 à Rouen[62].

Edmond Isidore Legrain est également très investi dans le développement de sa région. Dès sa création en 1886, il est élu membre de la chambre de commerce de Bolbec[63] (Seine-Maritime, France) et en reste membre jusqu'en 1910[64],[65],[66],[67],[68], année de son décès. Il est à noter que, le jour de l'installation de la chambre nouvelle, Félix Faure, alors député de Seine-Inférieure y fait une allocution remarquée.

Très à la pointe de tout ce qui se fait, en 1896, il est nommé membre du sous-comité de Bolbec, Fécamp et Lillebonne en vue de l'organisation de l'exposition universelle de 1900 à Paris[69]. En 1904, il est à nouveau nommé membre du sous-comité du Havre pour l'exposition universelle de Liège de 1905[70].

Il est donc clair qu'Edmond Isidore Legrain est une personnalité incontournable de la vie industrielle de sa région.

Carrière publique

Nicolas Legrain, père d'Edmond Isidore Legrain
Edmond Isidore Legrain s'engage très tôt dans la vie politique comme son père. Il est conseiller municipal et adjoint au maire de Lillebonne. En 1892, Henri Jouve écrit dans son dictionnaire biographique : « Républicain convaincu, M. Legrain a grandement contribué par son énergie, son dévouement, au succès de son parti aux deux dernières élections municipales de Lillebonne »[2]. Effectivement, en mai 1892, vingt trois républicains sont élus au conseil municipal[71]. D'autre part, la réélection, le 7 août 1892, au conseil général de Seine-Inférieure (canton de Lillebonne) du conservateur sortant est annulée suite aux protestations de plusieurs personnalités dont le "sieur Edmond Legrain". Les promesses d'argent faites lors du déroulement des opérations électorales sont retenues comme motif par le Conseil d'État[72]. Le nouveau scrutin du 25 juin 1893 donne alors vainqueur le candidat républicain M. René Berge[73], gendre de Félix Faure[2]. L'engagement politique de Edmond Isidore Legrain ne faisant aucun doute, c'est vraisemblablement la raison pour laquelle son nom est cité dans l'ouvrage de Mr Boulland de l'Escale relatant le voyage du Président Félix Faure en Normandie en avril 1895[74],[75].

Par ailleurs, il porte un intérêt profond aux questions scolaires, ce qui lui vaut, après dix années de délégation cantonale, d'être nommé officier dans l'ordre des Palmes académiques le 25 juillet 1892[76],[77],[78].

En outre, sa curiosité d'esprit l'amène à suivre avec bonheur et à mettre en valeur les nombreuses découvertes archéologiques faites à Lillebonne. À l'époque gallo-romaine, Juliobona (devenue Lillebonne) est une grande cité, capitale des Calètes, et les fouilles effectuées au cours du XIXe siècle sont particulièrement riches. Afin de participer au développement touristique de sa ville en faisant connaître le théâtre romain[79], le balnéaire, la mosaïque et bien d'autres vestiges de l'antique cité, il devient membre du Touring club de France en 1895[80].

Enfin, l'évidence de sa droiture et de son honnêteté lui permet d'être nommé suppléant Juge de Paix du canton de Lillebonne le 2 septembre 1890 en remplacement de Mr Pigné[81],[82]. Il garde cette fonction jusqu'en 1910[83], année où il donne sa démission. Elle est acceptée le 21 mars 1910[84],[85], quelques mois avant son décès.

La carrière d'Edmond Isidore Legrain parle d'elle-même et montre combien son empreinte s'inscrit dans la vie publique de sa ville.

Notes et références

  1. Acte de naissance n° 161 Archives départementales de Seine-Maritime 4E 09129 1846 Lillebonne
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Henri Jouve, Dictionnaire biographique comprenant la liste et les biographies des notabilités du département de la Seine-Inférieure, Paris, Henri Jouve, (notice BnF no LN22 120, présentation en ligne), p. Legrain (Edmond)
  3. Acte de décès n° 1612 Archives départementales (76) 1910 Lillebonne
  4. Acte de naissance n° 5 Archives départementales (27) Thevray 1816 8MI4135
  5. Acte de décès Archives départementales (76) Lillebonne 1881 4E 09164
  6. Acte de naissance n° 673 Archives départementales (76) Le Havre 1825 4E 08657
  7. Acte de décès n° 111 Archives départementales (76) Lillebonne 1912 4E 20372
  8. Jean Ratouin participa à la bataille navale d'Arromanches (Calvados) contre des navires anglais les 7 et 8 septembre 1811. Capitaine de la canonnière n° 203, il fut honoré pour sa bravoure par l'empereur Napoléon qui le nomma par décret enseigne de vaisseau.
  9. « Rapport du ministre de la marine à S. M. l'EMPEREUR », Journal de l'Empire,‎ , p. 4
  10. Acte de mariage Archives départementales (76) Le Havre 1843 4E 08710
  11. Selon le contrat de mariage, reçu par Me Marcel, notaire au Havre, le 1er juin 1843, cité dans la déclaration de mutation par décès de Nicolas Legrain en date du 6 août 1881 chez Me Fauvel, notaire à Lillebonne. Archives départementales (76), cote 3Q/29/267
  12. Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde, Didot Bottin, , p. 1510
  13. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne), p. 1302
  14. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne), p. 1302
  15. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne), p. 1302
  16. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne), p. 1302
  17. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6293219w/f630.image)), p. 1790
  18. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63706673/f717.image)), p. 1790
  19. Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark;/12148/bpt6k6322511m/f797.image)), p. 1790
  20. 20,0 et 20,1 Firmin Didot frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6314697t/f806.image)), p. 1990
  21. 21,0 et 21,1 Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6370933b/f813.image)), p. 2029
  22. 22,0 et 22,1 Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6324391k/f748.image)), p. 2029
  23. 23,0 et 23,1 Firmin Didot Frères, Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Firmin Didot Frères, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6313031p/f686.image)), p.2031
  24. 24,0, 24,1 et 24,2 Firmin Didot et Bottin réunis, Annuaire et almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62900873/f750.image)), p.2031
  25. 25,0, 25,1 et 25,2 Firmin Didot et Bottin réunis, Annuaire et almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6319812z/f665.image)), p.2064
  26. 26,0, 26,1 et 26,2 Didot-Bottin, Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6361552b/f660.image)), p.2099
  27. 27,0, 27,1 et 27,2 Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départements de la France et des principales villes du monde, Paris, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63610835/f569.image)), p. 1574
  28. 28,0 et 28,1 Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départements de la France et des principales villes du monde, Paris, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6267994p/f606.image)), p. 1670
  29. Almanach du commerce du Havre, Le Havre (76), , p.363
  30. 30,0 et 30,1 Didot-Bottin, Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63146987/f736.image)), p.2135
  31. 31,0 et 31,1 Didot-Bottin, Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63225121/f831.image)), p.2196
  32. 32,0 et 32,1 Didot-Bottin, Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6290581b/f819.image)), p.2408
  33. 33,0 et 33,1 Didot-Bottin, Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532176b/f917.image)), p.2446
  34. 34,0 et 34,1 Didot-Bottin, Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, , p.2480
  35. 35,0 et 35,1 Selon la déclaration de mutation par décès de Nicolas Legrain précitée
  36. Selon acte reçu Me Ruffin notaire au Havre cité dans la déclaration de mutation par décès de Nicolas Legrain référencée précédemment.
  37. « Cour d'assises de la Seine-Inférieure », Gazette des tribunaux,‎ , p. 502 (vue 4) ([data.decalog.net/enap1/liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18490318.pdf lire en ligne])
  38. « Affaire Riancourt » (Archives départementales (76) JPL 3_118), Journal de Rouen,‎ , p. 7
  39. Louis Saurel, « L'horrible meurtre de Lillebonne », Almanach Vermot,‎
  40. « Un arrêté du Gouvernement provisoire de la République, en date du 19 avril 1848 », Journal de Rouen,‎ , p. 2
  41. Archives Nationales BB8 - 812 (1849)
  42. Archives commerciales de la France, Paris, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55741741/f12.image)), p. 27
  43. Acte de mariage n° 92 Archives départementales (76) 3E 00999 1877 Maromme
  44. Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, EHESS, , p. 626 et p.714
  45. « Liste des exposants de la classe 27, fils et tissus de coton », Le Moniteur de l'Exposition Universelle de 1867,‎ , p. 2 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62637866/f2.image))
  46. « Les anciens Maires de Maromme »
  47. Acte de naissance n° 44 Archives départementales (76) 4E 09161 1878 Lillebonne
  48. Acte de naissance n° 188 Archives départementales (76) 4E 09163 1880 Lillebonne
  49. Acte de naissance n° 242 Archives départementales (76) 4E 12512 1883 Lillebonne
  50. Acte de naissance n° 185 Archives départementales (76) 4E 12515 1886 Lillebonne
  51. Bulletin de la Société industrielle de Rouen, Rouen, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122577t/f229.image)), p.222. Séance du 7 août 1874 ; scrutin d'admission
  52. Edmond Isidore Legrain devient par son mariage en 1877 le beau-frère de François Lamy.
  53. (en) The commissioners of patents'journal 1872, London, Office of the commissioners of patents, , p.738 ("1091. François Lamy, fils, of Deville les Rouen, in the republic of France, for an invention of "Improvements in the production of a puce garnet colour or colours from naphtylamine and its derivatives " - Dated 12th April, 1872")
  54. (en) Specifications and drawings of patents issued from the United States Patent Office for december 1872, Washington, , p.523 (Patent No.134,076. Dyeing Fabrics with Naphtylamine Colors. François Lamy, Fils, Deville-les-Rouen, France.) December 17, 1872
  55. Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, tome XXXIX, Mulhouse (France), (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96117327/f799.image)), p.676 Séance du 18 août 1869 (M.François Lamy présenté par M.Horace Koechlin)
  56. Bulletin de la Société industrielle de Rouen, Rouen, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122337t/f165.image)), p.163
  57. Bulletin de la Société industrielle de Rouen, Rouen, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122588j/f127.image)), p.126. Résumé des séances ; séance du 11 janvier 1884
  58. L. Tedesco et J. Fritsch, Annuaire de la distillerie française, Paris, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5743378q/f473.image)), p. 472 (adresses des fabricants d'amidon)
  59. J. Fritsch, Annuaire de la distillerie, de la féculerie & de la vinaigrerie pour la France, la Belgique et la Hollande, Paris, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5743404r/f38.image)), p. 38 (adresses des fabricants d'amidon)
  60. Selon la déclaration de mutation par décès de Edmond Isidore Legrain en date du 27 avril 1913 par Léon Dumesnil, clerc de notaire à Rouen (76) : achat par le défunt d'un immeuble à usage d'amidonnerie et maison d'habitation à titre de licitation suivant acte Lemazurier notaire à Lillebonne (76) en date du 25 mars 1882. Archives départementales (76) référence : 3Q/38/3131
  61. J. Thomy, Canonville-Deslys, Rapport sur le mouvement scientifique, industriel et agricole / Assises scientifiques, littéraires et artistiques.II. Rouen. 1896, Rouen, Cagniard, , p.107
  62. Bulletin de la Société normande de géographie Tome XXVIII, Rouen, Cagniard, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6544767b/f68.image)), p.36
  63. « Bolbec, Installation de la Chambre », Le journal des chambres de commerce et d'industrie,‎ , p. 379 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57620852/f19.image))
  64. Almanach national, Annuaire officiel de la République française pour 1887-1888, Paris, Berger-Levrault, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208149p/f1262.image)), p.1259
  65. Almanach national, Annuaire officiel de la République française pour 1891, Paris, Berger-Levrault, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208150m/f1215.image)), p.1212
  66. Almanach national, Annuaire officiel de la République française pour 1895, Paris, Berger-Levrault, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081510/f1255.image)), p.1248
  67. Almanach national, Annuaire officiel de la République française pour 1900, Paris, Berger-Levrault, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208152c/f1332.image)), p.1325
  68. Almanach National, Annuaire officiel de la République Française pour 1896 p. 1282, 1898 p. 1381, 1901 p. 1351, 1902 p. 1433, 1903 p. 1406, 1905 p. 1402, 1906-1907 p. 1371, 1908 p. 1313, 1910 p. 1348, Paris, Berger-Levrault
  69. « Par arrêté du ministre du commerce, de l'industrie, des postes et des télégraphes, en date du 30 octobre, les comités départementaux pour l'Exposition universelle de 1900 sont constitués conformément aux listes ci-annexées...Seine-Inférieure », Journal officiel de la République française,‎ , p. 6711 et 6712 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62407110/f12.image))
  70. « Par arrêtés en date des 6 et 8 juin 1904 du commissaire général du gouvernement français pour l'exposition de Liège, ont été nommés membres des comités départementaux... Seine-Inférieure », Journal officiel de la République française,‎ , p. 3395 et 3396 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62766773/f8.image))
  71. « Chronique locale, les élections municipales dans la Seine-Inférieure », Journal de Rouen,‎ , p. 2
  72. M. N. Panhard, Recueil des arrêts du Conseil d' Etat, Paris, L. Larose, (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5736029v/f407.image)), p. 398
  73. « Partie non officielle (...), Ont été élus le 25 juin 1893 », Journal officiel de la République française,‎ , p. 3376 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6257062b/f8.image))
  74. A.Boulland de l'Escale, Le voyage de m.le Président de la République en Normandie, Paris, H. Geffroy, (présentation en ligne), p. 63
  75. Un des héritiers de la famille Legrain possède un vase de Sèvres offert, dit-on, par un Président de la République. Ayant été fabriqué vers 1886, peut-être a-t-il été donné comme "vase récompense" par le Président Félix Faure à Edmond Isidore Legrain ? Les caractéristiques du vase sont les suivantes : Manufacture de Sèvres, modèle : "Vase de Marseille", description : vase vert avec dorure H : 0.343 D : 0.61 m, inscription marque et date imprimées en couleur sous la pièce S 85 / doré à Sèvres RF 86. Il résulte des recherches menées aux archives de la manufacture de Sèvres (92, France) que le modèle et les inscriptions sont authentiques. Malheureusement, il ne reste aucune trace d'achat ou de fabrication de ce vase dans les ateliers de Sèvres.
  76. « Le ministre de l'Instruction publique et des beaux-arts, (...) Arrête : Sont nommés Officiers d'académie : », Journal officiel de la République française,‎ , p. 3967 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62694683/f7.image))
  77. « Rubans Violets », Le XIXe Siècle,‎ (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7560496j/f2.image))
  78. « Les Palmes académiques - Officiers d'Académie », Le Temps,‎ (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k233404p/f3.image))
  79. « Notes archéologiques », Revue Mensuelle du Touring-Club de France,‎ , p. 79 (Théâtre de Lillebonne), p.80 Thermes de Lillebonne) (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6506690r/f33.image))
  80. « Liste des candidats (juin 1895) », Revue mensuelle du Touring-Club de France,‎ , p. 524 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6507124b/f36.image))
  81. « PARTIE OFFICIELLE. Paris, le 2 septembre 1890. Le Président de la République française, sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice et des cultes, décrète : art.1er.- Sont nommés... », Journal officiel de la République française,‎ , p. 4450 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6449796c/f2.image))
  82. « Juges de Paix (...) Suppléants », Le XIXe Siècle,‎ (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7560347q/f3.image))
  83. « Seine-Inférieure, arrondissement du Havre, Justices de paix, Lillebonne » dans la Revue du Notariat, Agenda et Annuaire des cours et tribunaux, Paris, 1891 p. 554, 1892 p. 564, 1893 p. 566, 1894 p. 560, 1895 p. 562, 1896 p. 564, 1897 p. 566, 1898 p. 568, 1899 p. 588, 1900 p. 584, 1901 p. 578, 1902 p. 588, 1903 p. 590, 1904 p. 584, 1905 p. 590, 1906 p. 622, 1907 p. 624, 1908 p. 624, 1909 p. 630, 1910 p. 630
  84. « Le Président de la République Française, sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice, décrète : (...) Lillebonne », Journal officiel de la République française,‎ , p. 2522 (lire en ligne (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456944/f2.image))
  85. Archives Nationales BB/8/1835


Cet article « Edmond Isidore Legrain » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).