Encyclopédie Wikimonde

Elvire Duvelle-Charles

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Elvire Duvelle-Charles est une réalisatrice et activiste féministe française, née à Paris en 1988. Elle est connue pour son engagement et ses actions au sein du collectif Femen.

Biographie

Elvire Duvelle-Charles est née à Paris d'une mère française et d'un père haïtien[1]. La famille de son père est installée aux Etat-Unis. Sa grand-mère paternelle catholique vit a Brooklyn. Sa grand-mère maternelle est communiste et vit à Ivry, en banlieue parisienne. Son adolescence se passe entre les domiciles de ses parents séparés ; Ivry où elle est perçue comme une blanche riche et Paris où elle est perçue comme une noire pauvre[1].

Elle fait ses études à Paris et à New York où elle suit les cours de la New York Film Academy[2]. De 2009 à 2011 elle travaille en tant que réalisatrice, assistante de production et d'émission[3]. Elle réalise des documentaires notamment sur le logement ou encore sur les montagnes sacrées comme le mont Fuji et le mont des Oliviers[4]. Elle est membre du collectif de scénaristes Virago[2].

Elle découvre les Femen lors de leur action devant le domicile de Dominique Strauss-Kahn, à Paris, le 31 octobre 2011. Quatre Femen se griment en femmes de ménage en chantant le refrain Voulez-vous coucher avec moi. Quand Elvire Duvelle-Charles apprend que Inna Shevchenko fuit l'Ukraine et trouve refuge à Paris, en aout 2012, elle prend contact avec elle. Elle rejoint l'action Femen convaincue par le mode d'action actif du collectif[5]. Elle devient vice-présidente des Femen France [6],. Les Femen installent leur quartier général au Lavoir Moderne, squat dans le 18ème arrondissement de Paris. Dans cet espace, une fresque du dessinateur Luz représente Elvire Duvelle-Charles accroché à Dominique Strauss-Kahn. Une autre fresque de la dessinatrice Coco représente Elvire Duvelle-Charles en train d'étrangler un islamiste. Après l'attentat du 7 janvier 2015 contre Charlie Hebdo, les Femen quitte le Lavoir moderne par crainte des attentats[1].

Activisme

Elvire Duvelle-Charles intervient avec trois autres activistes pendant l’Angélus du Pape place Saint-Pierre à Rome le [7]. Elles arborent sur leurs poitrine nues et dans leurs dos Shut up [Tais-toi] et In gay we trust allusions à In god we trust [en Dieu nous croyons, la devise officielle des États-Unis] écris en lettre capitales noires. Placées au milieu des fidèles sur la place, elles dénudent leurs poitrines à l'arrivée du Pape au balcon ; elles seront contenues par le service d'ordre qui met fin à l'action[8].

Le au forum économique de Davos en Suisse, Elvire Duvelle-Charles fait partie des Femen présentes pour interpeller sur le sort des femmes[9].

Les trois activistes affichent leurs poitrines nues arborant en lettres capitales noires SOS DAVOS et scandent « SOS Davos » et « Poor for being women » (pauvres pour être nées femmes) avant d'être rapidement interceptées par le service de sécurité[10].

Munies de sifflets et fumigène rouge l'action aura duré une quinzaine de minutes en marge de l'évènement économique. Évènement que les trois activistes dénoncent comme un rassemblement d'hommes dans l’opulence, protégés par les forces de l'ordre, et en oubli la réalité du sort des femmes[11].

Le 24 février 2013, Elvire Duvelle-Charles est présente avec Inna Shevchenko et Oksana Shachko[12] au bureau de vote de Milan lors des élections générales d'Italie[5]. Lors de l'arrivée du candidat Silvio Berlusconi, venu pour effectuer son vote, elles s'interposent et scandent « Basta Berlusconi » (« Berlusconi ça suffit »). Elles sont immédiatement interpellées[13].

Le , Elvire Duvelle-Charles participe à l'action de groupe Femen à Notre-Dame de Paris[14] aux côtés de Sarah Constantin[15]. En réaction au renoncement du pape Benoît XVI les militantes féministes frappent les cloches (exposées à l'occasion des 850 ans de la cathédrale) et scandent le slogan « Pope no more ». Les activistes sont rapidement interceptées par un service d'ordre privé ; cette intervention génère de vives réactions négatives dans les médias et dans la classe politique[15]. Pour cet happening très médiatisé les neuf Femen sont poursuivies puis relaxées pour motif faits non-constitués ; les dégradations constatées sur les cloches ne peivent être imputées directement à l'action des Femen[16]. Certains personnels du service d'ordre de l'église seront poursuivis et écoperont d'amendes avec sursis pour violences proférées à l’encontre des trois militantes[14],[17].

Elles comparaissent à nouveau pour cette action le parquet ayant fait appel[17]. La cour d'appel de Paris confirme le verdict et relaxe les Femen poursuivies pour cette action au titre d'une plainte déposée pour dégradation de bien en réunion[18].

En juin 2013, Elvire Duvelle-Charles est surnommée « Femen d'Essaouira » suite à son action au Maroc où elle pose poitrine nue sur une terrasse surplombant la ville. En lettre capitale noire sur le torse, elle porte l'inscription "il y aura des millions d'activistes seins nus. Nous serons des millions du Maroc à la Tunisie[19], !" et brandit une affiche « Free Femen»[5]. Cette action sera remarquée et lui vaudra de nombreuses réactions désapprobatrices[20].

Elvire Duvelle-Charles et Annie Assouan, toutes les deux de nationalités françaises interviennent en mars 2014, lors des élections municipales à Istanbul[21]. Elles abordent sur leur poitrine le slogan « Interdisons Erdogan ». Elles dénoncent ainsi le blocage des réseaux sociaux Twitter et Youtube par le premier ministre turc Erdogan[22].

Elvire Duvelle-Charles fait partie des trois Femen présentent le 10 février 2015 au palais de justice de Lille pour l'arrivée de Dominique Strauss-Kahn[23]. Celui-ci comparait auprès de douze autres personnes pour proxénétisme aggravé en réunion dans le cadre du procès dit du Carlton[24]. Les activistes féministes perturbent l'arrivée de la berline noire du prévenu[25]. Seins nus arborant leur slogan en lettres capitales noires sur leurs poitrines ; elles scandent «macs-clients déclarés coupables» [24]. Elles sont rapidement interceptées par les forces de l'ordre et sont poursuivies pour exhibition sexuelle. En mars 2016, elles sont relaxées par la justice[23].

Le , elle fonde le collectif C.L.I.T, avec Sarah Constantin,[26] qui a pour objectif principal la dénonciation de la culture du viols et de la violence envers les femmes en particulier dans le milieux du rap. Le projet prétend aussi révéler l'inégalité de traitement entre homme et femme sur le web[27]. Les deux Femen postent, sur Youtube, le titre C.L.I.T - Saint-Valentin, illustré par un clip parodique, en réaction à la relaxe judiciaire du rappeur Orelsan, le , par la Cour d'appel de Versailles, alors poursuivi par cinq associations féministes (dont les Chiennes de garde et le Mouvement français pour le planning familial[28]) pour dénoncer ses propos jugés sexistes, ainsi que la misogynie et la violence faite aux femmes dans ce titre et dans le milieu du rap plus largement, à travers Booba ou Kaaris.

La vidéo est censurée dès le lendemain par le réseau social pour le motif de « contenu sexuellement explicite[29] ». YouTube la remet en ligne le mais avec un accès restreint aux plus de dix-huit ans[30].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Aurélie Charon, « Elvire, 27 ans, Clichy », sur www.franceinter.fr,
  2. 2,0 et 2,1 « ELVIRE DUVELLE-CHARLES, la sextrêmiste », sur www.entre-gens.com, (consulté le 28 septembre 2016)
  3. « Elvire Duvelle-Charles - Réalisatrice chez Tentative de fugue », sur www.yatedo.fr (consulté le 28 septembre 2016)
  4. « Montagnes Sacrées (Les) – HD | Carrere Group Droits Audiovisuel », sur carreregroupda.com (consulté le 28 septembre 2016)
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 Amanda, « Elvire Duvelle-Charles, la «femen d’Essaouira» », sur H24info, (consulté le 22 juin 2016)
  6. « Entretien avec une Femen : -La nudité est notre armure- », sur www.mensup.fr (consulté le 19 novembre 2016)
  7. (it) « Femen: «Il Cav è il politico più sessista» », Lettera 43,‎ (lire en ligne)
  8. « Quatre Femen surgissent nues pendant l'Angelus du pape », sur www.rtl.fr,
  9. (de) Inna Khrusch, « Polizei in Davos erteilte ein Stadtverbot für FEMEN-Aktivistinnen », UNN - Ukrainische Nationale Nachrichten,‎ (lire en ligne)
  10. « Les Femen se dénudent à Davos », sur Le Point, (consulté le 10 octobre 2016)
  11. « Les Femen se déshabillent devant le Forum de Davos », Le Monde (consulté le 10 octobre 2016)
  12. (it) « Berlusconi contestato a seno nudo Tre donne di Femen: «Basta Silvio» », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne)
  13. « Des militantes des Femen s'en prennent à Berlusconi », sur Libération.fr (consulté le 22 juin 2016)
  14. 14,0 et 14,1 « Dégradation d'une cloche de Notre-Dame: les neuf Femen relaxées », sur www.lavoixdunord.fr,
  15. 15,0 et 15,1 Carole Boinet, « Les Inrocks - Qui est Sarah Constantin, la Femen derrière l’action du 1er Mai? », sur Les Inrocks, (consulté le 20 novembre 2016)
  16. « Dégradations d’une cloche de Notre-Dame : relaxe confirmée pour huit Femen », sur Le Monde.fr, (consulté le 10 octobre 2016)
  17. 17,0 et 17,1 « Galvanisées par un succès judiciaire, les Femen promettent de "continuer" », sur http://www.lexpress.fr, (consulté le 29 juin 2016)
  18. Lucie Aubourg, « Relaxe confirmée pour les Femen qui avaient sonné les cloches de la cathédrale de Notre-Dame de Paris | VICE News | French », VICE News,‎ (lire en ligne)
  19. Kao, « Une femen topless au Maroc! », (consulté le 29 juin 2016)
  20. Leila Assam - Lemag, « La "femen d'Essaouira" enflamme le web marocain ! » (consulté le 29 juin 2016)
  21. Sara Gates Law student et Former Journalist, « Topless Activists Face Jail Time In Turkey », sur The Huffington Post, (consulté le 6 décembre 2016)
  22. « Municipales en Turquie: les Femen manifestent dans un bureau de vote d'Istanbul », sur LExpress.fr, (consulté le 20 novembre 2016)
  23. 23,0 et 23,1 Carole Boinet, « Les Inrocks - Femen relaxées au procès Carlton : "Nous souhaitons passer de la femme-objet à la femme-sujet" » (http://www.lesinrocks.com/2016/03/23/actualite/trois-femen-relaxees-proces-carlton-11814528/), sur Les Inrocks, (consulté le 11 décembre 2016)
  24. 24,0 et 24,1 Le Point,, « Procès du Carlton : trois Femen accueillent DSK aux cris de "macs-clients déclarés coupables" » (http://www.lepoint.fr/societe/proces-du-carlton-trois-femen-accueillent-dsk-aux-cris-de-macs-clients-declares-coupables-10-02-2015-1903762_23.php), (consulté le 25 août 2016)
  25. « Des Femen perturbent l'arrivée de DSK au palais de justice de Lille » (http://www.liberation.fr/societe/2015/02/10/des-femen-perturbent-l-arrivee-de-dsk-au-palais-de-justice-de-lille_1199330), sur Libération.fr (consulté le 21 juin 2016)
  26. Cheek Magazine, « C.L.I.T: Quand deux militantes féministes se mettent au rap pour en dénoncer la misogynie », ChEEk Magazine,‎ (lire en ligne (http://cheekmagazine.fr/culture/clit-saint-valentin-video/))
  27. « Quand YouTube censure une vidéo sexiste... à l'encontre des hommes » (http://madame.lefigaro.fr/societe/quand-youtube-censure-des-propos-sexistes-a-lencontre-des-hommes-110316-113379), sur madame.lefigaro.fr (consulté le 25 août 2016)
  28. « Orelsan de nouveau en procès avec les Chiennes de garde » (http://next.liberation.fr/musique/2013/03/22/orelsan-encore-en-proces-avec-les-chiennes-de-garde_890478), sur Libération.fr, (consulté le 5 décembre 2016)
  29. BFMTV, « C.L.I.T. - Saint-Valentin: la parodie du morceau d'Orelsan, de nouveau accessible sur Youtube » (http://people.bfmtv.com/musique/ic-l-i-t-saint-valentini-la-parodie-du-morceau-d-orelsan-de-nouveau-accessible-sur-youtube-958383.html) (consulté le 25 août 2016)
  30. « Youtube supprime un clip dénonçant les clichés sexistes du rap, puis rétropédale » (http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/video-un-clip-denoncant-les-cliches-sexistes-du-rap-censure-par-youtube-10-03-2016-5614615.php), sur http://www.leparisien.fr,

Liens externes

  • Les vidéos d'Elvire Duvelle-Charles sur Vimeo (http://vimeo.com/elvireduvellecharles)
  • (en) Elvire Duvelle-Charles (http://www.imdb.com/name/nm4730609/) sur l’Internet Movie Database

Cet article « Elvire Duvelle-Charles » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).