Encyclopédie Wikimonde

EmètAnalyse

Aller à : navigation, rechercher
Fichier:Couverture livre.jpg
L'emètanalyse : Une approche analytique et intégrative Poche – 7 mars 2005 de Bruno Dal-Palu  (Auteur), Myriam Dal-Palu  (Auteur)

EmètAnalyse

L'EmètAnalyse est une méthode de la relation d'aide développée par Bruno Dal Palu en 1989. Son nom fut déposé à l'INPI en 1993 et renouvelé depuis.

Son champ d'appartenance éthique et théorique est psychanalitique, notamment lacanienne [1].

Historique

Au fondement de la démarche de B.Dal Palu, l'EmètAnalyse était une méthode intégrative "qui ne ramènerait pas au pire"[2] , référence à la critique de Jacques Lacan qui avait jeté l'anathème sur les psychothérapies: l'EmètAnalyse a, en partie, été conçue pour relever le défi en vue d'infirmer cette assertion.

Prenant appui sur ces critiques semblant parfois justifiées, cette nouvelle approche de l'être humain dans sa souffrance psychique et relationnelle "s'est organisée en une école de “panser” autrement les blessures psychiques ou relationnelles de l'être humain en vue d'en penser différemment son développement" [3].

Objectif

L'objectif de cette approche est de permettre à chacun de trouver "sa vérité"[4]  en tenant compte que, dans le meilleur des cas, il n'y a de vérité que relative en fonction de la perception, l'histoire propres au Sujet.

Dans un même temps, l'EmètAnalyse intègre le fait qu'il existe une vérité qui la transcende, notamment en référence à des lois qui réglementent le lien social ou des lois naturelles qui régentent notre environnement.

Le but est donc d'exercer une pratique relationnelle et thérapeutique qui encourage le Sujet à être ce qu'il est, quels que soient les cadres de référence (affectifs ou professionnels).

Concepts

Si l'EmètAnalyse s'inscrit dans une précédence historique de la psychothérapie, elle est fondée, quant à son éthique et ses théories de l'inconscient, sur la psychanalyse, plus particulièrement sur une théorie post-lacanienne et, pour sa pratique de relation d'aide, sur une approche phénoménologique, en utilisant comme techniques de changements les outils des thérapies brèves et paradoxales(notamment la PNL, l'I.A.T., la CNV et les Accords Toltèques).

Par ailleurs, l'individu est considéré à la fois comme singulier par son histoire et pluriel par sa structure.

Son champ d'appartenance théorique va de la psychanalyse (notamment lacanienne) à l'analyse systémique en passant par l'analyse transactionnelle  et d'autres outils de psychothérapies brèves .

== Notes et références ==Cet article « EmètAnalyse » est issu de Wikimonde Plus.
  1. Elisabeth Roudinesco en fait état comme d'un nouveau courant de psychothérapie en France "d'orientation post-lacanienne", in Le thérapeute, le patient et l'Etat, Paris, Fayard, 2004, p. 68.
  2. Jacques Lacan, « "La psychothérapie a quelques effets mais ramène au pire." », Paris, Seuil,‎ , p. 19.
  3. Bruno Dal Palu, « L'EmètAnalyse, une nouvelle psychothérapie intégrative », coll. Essentialis,‎ 2005., p. 7-8. (lire en ligne)
  4. Le Séminaire XX, « Le radical Emèt signifie "vérité" en Hébreu. Il est anecdotique de noter que Lacan avait déjà évoqué le radical de l'EmètAnalyse en soulignant aussi l'impossibilité pour un humain de dire la vérité: "Emet, le terme hébreu a, comme tout usage du terme vérité, origine juridique. De nos jours encore, le témoin est prié de dire la vérité, rien que la vérité, et qui plus est, toute, s'il peut – comment, hélas, pourrait-il?" », Encore, Paris, Seuil,‎ , p. 85. (lire en ligne)