Encyclopédie Wikimonde

Embuscade de Skikda

Aller à : navigation, rechercher
Embuscade de Skikda

Informations générales
Date 19 août 2008
Lieu Skikda
Issue Victoire d'AQMI
Belligérants
Drapeau de l'Algérie AlgérieFlag of Jihad.svg AQMI
Commandants
Rahmouni Mohammed †
Pertes
11 morts
~ 10 blessés[1]
4 morts[1]
Civils : 1 mort[1]

Rébellion djihadiste en Afrique de l'Ouest

Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 606 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde) <div style="position:absolute;border:none;line-height:0px;top:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;left:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;">
Embuscade de Skikda

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique) <div style="position:absolute;border:none;line-height:0px;top:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;left:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;">
Embuscade de Skikda

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie) <div style="position:absolute;border:none;line-height:0px;top:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;left:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;">
Embuscade de Skikda

L'embuscade de Skikda se déroule lors de la rébellion djihadiste en Afrique de l'Ouest. Le 19 août 2008, un convoi de l'armée algérienne tombe dans une embuscade tendue par Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Contexte géopolitique

Déroulement de l'embuscade

Le 19 août 2008, un convoi de trois véhicules de la police police algérienne patrouille dans la région de Oued Zeguar, près de Skikda, lorsqu'une bombe explose au passage des véhicules.

Des combattants d'AQMI assaillent ensuite les policiers et engagent la fusillade. Plusieurs policiers tués sont dépouillés de leurs armes et de leurs uniformes.

Alertés, des militaire de l'Armée nationale populaire viennent en renfort mais une seconde bombe est actionnée et explose à leur arrivée.

Bilan des combats

Finalement, huit policiers, trois militaires, un civil et quatre jihadistes sont tués. Un officier, le lieutenant-colonel Rahmouni Mohammed, figure parmi les morts et une dizaine d'hommes sont également blessés[1],[2],[3],[4],[5],[6].

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).