Encyclopédie Wikimonde

Entreprises chinoises

Aller à : navigation, rechercher

Suite au mouvement de décollectivisation entamé par Deng Xiaoping dans les années 80, un grand nombre d'entreprises chinoises se sont peu à peu adaptées aux contraintes de l'économie de marché, baptisée en Chine « économie socialiste de marché ». En dehors des secteurs classiques (textile, produits manufacturés de basse qualité, contrefaçons), la Chine a récemment fait parler d'elle pour ses acquisitions dans des secteurs de pointe : acquisition de IBM hardware par Lenovo, de Maytag par Haier, ou par des participations (l'équipementier Huawei choisi par Vodafone).

En juin 2005, l'acquisition prévue de Unocal, compagnie pétrolière californienne, n'a pu se faire par CNOOC, la première compagnie pétrolière chinoise, pour des raisons de « sécurité nationale » invoquées par les États-Unis, et ce, malgré l'offre largement avantageuse de 18.5 milliards de dollars proposée par la CNOOC. En effet, la CNOOC est détenue en majorité par l'État chinois.

En 2005 également, la suppression des quotas d'exportation de textile a provoqué une levée de boucliers de la part de l'Union européenne, en infraction aux lois régissant les pays membres de l'OMC, à laquelle la Chine a adhéré le 11 décembre 2001.

Ces exemples montrent le poids croissant de la RPC dans l'économie mondiale, notamment dans des secteurs de pointe autrefois réservés aux pays de l'élite occidentale. .

Hormis les exemples suscités, la majorité des entreprises chinoises modifie en profondeur ses modes de management et de politiques financières, phénomène lié à la croissance du chômage : c'est l'abandon déjà bien entamé du fonctionnement par collectivisation.

Dans ce nouveau contexte économique, les entreprises publiques ont du mal à trouver leur place et rencontrent de plus en plus de difficultés. Leurs pertes ont atteint le chiffre record de 102,6 milliards de yuans (12,75 milliards de dollars) en 2005, soit un augmentation de 56,7 % en base annuelle, selon les chiffres du Bureau d'État des Statistiques (BES). Sur les deux premiers mois de 2006, les pertes des entreprises publiques ou contrôlées par l'État atteignent déjà 26,2 milliards de yuans, soit 3,25 milliards de dollars. L'augmentation des coûts de production, un système de fixation des prix inefficace, la surcapacité et d'importantes lacunes d'ordre technologique sont les principales causes de cette situation, selon Jiang Yuan, statisticien au BES.

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).