Encyclopédie Wikimonde

Ernest-Bernardin Van Eeckhout

Aller à : navigation, rechercher
Fichier:E-B.VanEeckhout2.gif
E.-B. Van Eeckhout, à 49 ans. Compositeur belge (1956).

Ernest-Bernardin Van Eeckhout (1907-1979) est un compositeur, organiste et chef d'orchestre d'origine flamande, né à Malines, le 15 janvier 1907. Il épouse à Woluwé-St-Lambert, le 6 août 1938 Marie-Thérèse Caspers (petite-fille d'André Sodar par sa mère) dont il aura cinq enfants et décède à Woluwe-Saint-Pierre, le 3 mars 1979. Il sera passionné toute sa vie par la musique, la peinture, la sculpture, le dessin et la poésie. Sa devise était: « Aie peu et sois beaucoup ».

Origine

Ernest-Bernardin Van Eeckhout (enregistré sous les prénoms d'Ernest Edouard), naît à Malines, le 15 janvier 1907 de Jean Van Eeckhout (originaire de Muizen-lez-Malines, Hofstade) et de Rosalie Schoeters (native d'Hofstade-lez-Malines). Il constitue la septième génération d'une lignée brabançonne flamande de Van Eeckhout qui firent souche à Weerde (1708), puis à Muizen-Hofstade (1779), avant d'aboutir à Malines (1897).

Quatrième fils d'une famille de 6 enfants, E.-B. V.E. manifeste dès son plus jeune âge, des dons évidents pour la musique. Lorsque l'abbé J. Van Nuffel, (futur Chanoine, puis Monseigneur), alors Maître de Chapelle de St-Rombaut, fonde en 1916, la Chorale St-Rombaut, il recrute aussitôt les quatre frères Van Eeckhout: Armand, Joseph, Léon et Ernest qui n'a alors que 9 ans, pour former, avec quelques autres enfants, le noyau de base de sa manécanterie.

Formation

E.-B. V.E. suit très tôt des cours de solfège et de flûte au Conservatoire de Musique de Malines, alors sous la direction d'Auguste De Boeck. Encore en culottes courtes, le petit Ernest tient déjà bravement le pupitre de flûte dans l'orchestre du Conservatoire dirigé par le directeur. Dans le même temps, il fait des études secondaires gréco-latines au Collège St-Rombaut et y décroche, en juillet 1927, le diplôme d'humanités anciennes. Dès l'âge de 12 ans, le jeune Ernest s'initie au clavier et au pédalier de l'orgue et il remplace volontiers l'organiste titulaire de l'église Notre-Dame au-delà de la Dyle, quand l'occasion se présente. À 15 ans, E.-B. V.E. forme une petite harmonie qu'il dirige et à laquelle il donne le nom d'Aulodia. De fréquents concerts sont donnés par son orchestre dans les Cercles culturels et sportifs de Malines et des environs. En 1923, à l'âge de 16 ans, il décroche déjà le prix de flûte.

Professeur de plain-chant

Très attiré par la beauté du plain-chant grégorien et par la musique ancienne qu'il a si précocement pratiquée sous la baguette du Chanoine Van Nuffel, il va bientôt en devenir un spécialiste. À ce titre, il est, pendant quatre ans, professeur de plain-chant à l'École abbatiale de l'Abbaye bénédictine de St-André-Lophem (Fl. occ.).

Etudes au Conservatoire

Fichier:E-B.VanEeckhout1.gif
E.-B. Van Eeckhout, à 28 ans. (Expo Univ. Bruxelles, 1935).

Il vient ensuite à Bruxelles travailler l'orgue et l'harmonie avec le grand organiste Charles Hens, au Conservatoire de Bruxelles, qu'il suivra d'ailleurs au Conservatoire de Liège quand il y est nommé professeur. C'est au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles qu'il poursuit ses études musicales dans la classe de contrepoint de Raymond Moulaert, puis dans la classe de fugue de Jean Absil. Il travaille enfin l'orchestration avec le compositeur Armand Marsick, revenu en Belgique après avoir été plusieurs années Directeur du Conservatoire de Musique d'Athènes.

Cette formation très complète devait déboucher sur une vie de musicien professionnel très active. E.-B. V. E. a été organiste de la paroisse de la Ste-Famille à Woluwe-St-Lambert, de 1931 à sa mort. Il a assuré également, de 1934 à 1942, les Offices religieux de l'église Notre-Dame du Sacré-Cœur, rue de Tervaete à Etterbeek, puis, en 1943, il est nommé organiste de la Basilique de Koekelberg où il reste jusqu'à la fin de la guerre.

Dans l'intervalle, a lieu l'Exposition Universelle de Bruxelles, en 1935. Ernest-Bernardin Van Eeckhout est nommé, pour la durée de l'Exposition, organiste et Maître de Chapelle de l'Église St-Paul, au Pavillon de la Vie Catholique. Il y assure non seulement les offices religieux, mais aussi des concerts d'orgue quotidiens, chaque après-midi, devant une église comble.

Fondateur de la Chorale de la Ste-Famille de Woluwe-St-Lambert

Au point de vue de la direction musicale, E.-B. V.E, donne, à partir de 1934, de nombreux concerts avec sa Chorale de la Ste-Famille, avec accompagnement d'orgue, de piano, ou d'un ensemble de musiciens professionnels, suivant les œuvres au programme. En ces années-là, le concert le plus marquant est l'exécution, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le 12 avril 1937, de La Création de Joseph Haydn pour solistes, choeurs et orchestre, dont les critiques les plus éminents, comme Paul Tinel, reconnaissent la musicalité extrême et la parfaite mise au point. La guerre de 1940-45 va entraver gravement la progression de la carrière publique du compositeur et chef d'orchestre.

Compositeur prolifique

Fichier:VanEeckhoutparCollon.gif
E.-B. Van Eeckhout, par Jean-Roch Collon (1936).

Dès 1935, E.-B. V.E. consacre une bonne partie de son temps à la composition musicale. Il produit ses œuvres en concerts et fait exécuter un grand nombre de messes et de musiques religieuses, composées pour chaque solennité, selon la tradition des grands organistes d'autrefois.

En janvier 1944, une Association de bienfaisance monte, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Athalie de Racine. E.-B. V. E. est chargé d'en écrire la musique de scène. C'est Raymond Gérôme qui en assure la mise en scène. Le succès est tel qu'on décide d'ajouter deux représentations supplémentaires.

En 1945, la direction de la K.A.V. (Katholiek Arbeiders Vrouwengilde) demande à E.-B. V. E. d'organiser une grande soirée musicale et culturelle pour fêter le Jubilé de l'organisation. Cette soirée au Palais des Beaux-Arts est si réussie qu'elle est reprise ensuite dans plusieurs villes des Flandres et de Wallonie. Ce succès incite le M.O.C. (Mouvement Ouvrier Chrétien) et son homologue flamand l'A.C.W. (Algemeen Christelijke Werkers) à confier à E.-B. V. E. la direction générale et la régie de la Soirée artistique organisée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le 8 mai 1949 pour le XVe Congrès du Mouvement. Le 29 août de la même année, la C.S.C. (Confédération des Syndicats Chrétiens) et son homologue flamand fêtent leur XVIe Congrès. Une grande soirée artistique clôture les journées de débats. Elle a lieu au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. La mise en scène et la chorégraphie sont confiées au chorégraphe Heiko Kolt, tandis que la composition musicale et la direction d'orchestre sont assurées par E.-B. V.E. C'est le spectacle L'Homme et la Machine qui connaît un grand retentissement. La collaboration de Heiko Kolt et d'Ernest-Bernardin Van Eeckhout va trouver son apothéose dans les festivités grandioses qui marquent, en 1950, au Stade du Heysel à Bruxelles, le Congrès Jubilaire mondial de la J.O.C. (Jeunesse Ouvrière Catholique) et de la K.A.J (Katholiek Arbeiders Jeugd).

Maître de la Chapelle de Bourgogne

En cette même année 1950, la Princesse de Ligne, sur proposition de Paul Collaer, alors Directeur musical de la Radio (N.I.R.) ressuscite l'illustre Chapelle de Bourgogne, vouée à la musique de la Cour de Bourgogne, au temps de Philippe le Bon. La Chapelle de Bourgogne des années 1950, comme celle du XVe siècle, est une Maîtrise qui comprend une manécanterie de jeunes garçons (qui vivent en internat au Château Malou, chaussée de Stockel, à Woluwe-St-Lambert, sous la direction de madame Rachel Royer-Davin), des chantres adultes masculins et des musiciens sur instruments anciens.

E.-B. V.E. est nommé Maître de Chapelle de la Chapelle de Bourgogne, le 3 juillet 1950. Il est chargé de former un chœur d'enfants et de diriger, en costumes inspirés du XVe siècle, des concerts de musique ancienne, en Belgique et à l'étranger. Une prestation de la Chapelle de Bourgogne au festival de musique de Donaueschingen (Bade-Wurtemberg), est particulièrement remarquée. Deux enregistrements de musique ancienne, exécutée par la Chapelle de Bourgogne sous la direction d'E.-B.Van Eeckhout, reçoivent les disques d'or, en 1951-52, pour leur excellence. Ils sont produits par la firme parisienne L'Oiseau-Lyre qui n'édite que des disques rares. La Maîtrise de la Chapelle de Bourgogne solennise d'autre part, pendant plusieurs années, en musique ancienne, une messe mensuelle en l'église de St-Jacques-sur-Coudenberg. De nombreux concerts sont également à mettre à son actif. Mais brusquement, la Chapelle de Bourgogne est dissoute, faute de subsides...

Chercheur passionné

Fichier:E-B Van Eeckhout3.gif
Ernest-B. Van Eeckhout.

Les recherches faites par E.-B. V.E. aux archives de musique ancienne de la Bibliothèque Royale à Bruxelles aux fins de leur exécution en concert, le mettent en rapport avec le grand musicologue, le Docteur A. Tirabassi qui, depuis des décennies, prône une conception nouvelle pour l'exécution des musiques anciennes. Ces musiques où, bien souvent, il n'existe aucune barre de mesure et aucune référence au rythme d'exécution, sont données en public sur un rythme lent, voire monotone qui enlève aux œuvres leur caractère réel. Le Docteur Tirabassi appelle tactus, la pulsation temps par temps qu'il assure être celle des origines. Il avait écrit, dans les années 1920, une thèse à ce sujet et n'était guère suivi que par quelques spécialistes américains. E.-B. V. E., ayant pris connaissance de ces découvertes, en est immédiatement conquis et travaille dès lors avec lui, et jusqu'à la mort brusque de celui-ci, pour la préparation des programmes de ses concerts avec la Chapelle de Bourgogne.

Fondateur de l'Orchestre de Chambre de Woluwé-St-Lambert

En mars 1950, la famille Van Eeckhout s'installe au nouveau Musée communal de Woluwé-St-Lambert, dans l'ancienne propriéte Devos (40, rue de la Charrette), dont Marie-Thérèse Van Eeckhout, née Caspers, vient d'être nommée Conservateur. Une vie artistique intense se crée en ces années-là au Musée communal et E.-B. V. E. fonde l'Orchestre de Chambre de Woluwé-St-Lambert qui, pendant près d'une décennie, donnera de multiples concerts au Cercle d'Art.

Fichier:VanEeckhout-costume.gif
E.-B. Van Eeckhout, à 45 ans. Marie la Misérable (1952).

Compositeur de la musique de Marie la Misérable (1952).

Tout naturellement, lorsque les autorités communales de Woluwé-St-Lambert décident d'organiser, en 1952, à Woluwé-St-Lambert, un spectacle dramatique, évoquant la légende locale de Marie la Misérable, elles demandent à E.-B. V.E. de composer la musique de scène du Mystère, commandé pour le texte à Michel de Ghelderode. Le spectacle médiéval de Marie la Misérable, haut en couleurs, faisant appel à des acteurs professionnels pour les principaux rôles et aux habitants de Woluwé-St-Lambert pour la figuration et les mouvements de foule, comprend aussi des chevauchées épiques de grands seigneurs. Le spectacle se déroule en plein air, sur le parvis de la très ancienne église Saint-Lambert (XIIe siècle), du 14 au 22 juin 1952. Les gradins, érigés sur la Place du Sacré-Cœur, sont combles chaque soir. Et le compositeur y participe, comme figurant déguisé en costume d'époque, avec deux de ses garçons. Devant ce succès, le spectacle de Marie la Misérable (Lenneke Mare) sera repris en 1954 et en 1969, en ces mêmes lieux.

Professeur de musique

Durant toutes ces années et les années suivantes, E.-B. V.E. poursuit son métier d'organiste, de chef de la chorale de la Ste-Famille et donne des cours réguliers d'initiation musicale à l'Institut de l'Enfant Jésus, rue Général Leman à Etterbeek et à l'Institut des Dames-de-Marie à Uccle, rue Edith Cavell.

Compositeur de musique de films

De son côté, la Radio (B.R.T.) crée plusieurs œuvres instrumentales d'E.-B. V. E. De 1957 à 1965, E.-B. V. E. compose la musique de dix documentaires et d'un film de long métrage (Vive le Duc!), produits par M. Pierre Levie, échevin de Woluwé-St-Lambert, et en assure l'exécution.

Un véritable artiste

Fichier:Nature morte.gif
Coquelicots (coll. privée).

D'une nature profondément artiste, ayant hérité de son père sculpteur et remarquable dessinateur, des dons innés pour le modelage et la peinture, E.-B. V.E. s'adonne toute sa vie à ses multiples passions: la musique, la sculpture, la peinture et la poésie. Il organise, à maintes reprises, des expositions de peinture appréciées et sculpte plusieurs statues ornant, aujourd'hui encore, l'église de la Sainte-Famille et celle de Notre-Dame du Sacré-Cœur, à Etterbeek. Pour des particuliers, il modèle plusieurs bustes d'enfants qui sont reproduits en marbre ou en bronze. Enfin, signalons qu'il écrivit plusieurs recueils de poèmes, restés inédits.

La fin d'une longue carrière

Fichier:Ernest-Bernardin Van Eeckhout.gif
E.-B. Van Eeckhout, à 66 ans.

Ernest-Bernardin Van Eeckhout meurt brusquement le 3 mars 1979, à Woluwé-St-Pierre (Brabant), à l'âge de 72 ans, 1 mois, 16 jours. Tous les manuscrits de ses œuvres musicales ont été déposés, en 1986, par sa veuve aux Archives du Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles pour y être conservés en FONDS E.-B. VAN EECKHOUT et confiés ainsi à la postérité. Ernest-Bernardin Van Eeckhout était sociétaire et membre coopérateur de la SABAM, depuis le 14 septembre 1945 (n° matricule: C-I-2817).

Ses œuvres musicales

ACB = Archives du Conservatoire de Bruxelles — 00 = Œuvres non numérotées, insérées par ordre chronologique — Sabam = Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs.

01. Missa brevis, perdue (pour 2 voix égales + orgue).

02. Musique de scène pour: Droom van Janneman (1 kinderstem + piano). Texte de Lindemans, durée:10' (10 minutes), Sabam.

03. Deux Motets: 1/ Adoro Te (Motet, 2 et 3 voix égales + orgue), 5, 5'; 2/ Ave Maria (Motet, faux bourdon à 4 voix mixtes + solo ténor), 4'. Sabam, ACB.

04. Trois mélodies: 1/ L'Infidèle (soprano ou ténor). Poème de M. Maeterlinck, 4'; 2/ Dans ma prière du matin (soprano ou ténor + piano). Texte de Ch. Van Lerberghe, 4', 5; 3/ Ma soeur la Pluie, Ch. Van Lerberghe, (soprano ou ténor + piano), 4', Sabam, ACB.

05. Veni Creator, (pour soliste, chœur à 3 voix égales et orgue), 5', ACB.

06. Quatre mélodies: 1/ Ma nuit s'est écoulée (2, 5'); 2/ Quand tu élèves ta lampe dans le ciel (2'); 3/ Je ne puis trouver le repos (7', 5); 4/ La joie est accourue (3', 5), sur des poèmes de R.Tagore, (pour soprano ou ténor et piano), Sabam, ACB.

07. Stabat Mater, (séquence pour 2 ténors et 2 basses, a capella),ACB.

08. Missa Romana, (1/ Messe pour 2 voix égales et orgue; 2/ pour 4 voix mixtes et orgue), 25', Sabam, ACB.

09. Missa Gothica; 1/ (Messe pour 2 voix égales et orgue); 2/ (pour 4 voix mixtes et orgue), ACB.

10. Responsoria contemplativa sacra, (1/ huit répons des défunts pour ténor solo et orgue; 2/ huit répons réécrits pour cor anglais et orgue; 3/ trois répons pour ténor solo, hautbois, cordes, basson), Sabam, ACB.

11. Deux Motets: 1/ O quam suavis est (4 voix mixtes + orgue), 2',5; 2/ Christum Regem (4 voix mixtes et orgue), 4',5, ACB.

12. Te Deum, (hymne pour 4 voix mixtes et orgue + trompettes, trombones, tuba, célesta et harpe, 25', déposé à la Sabam le 15 mars 1979, ACB.

13. Requiem, 1/ (pour 3 voix égales et orgue); 2/ (pour 3 voix égales, orgue et cordes); 3/ (pour 4 voix mixtes, orgue, cordes, hautbois, basson, 2 flûtes [ad lib.], gong,tambour), 31', Sabam, ACB.

14. Magnificat, 1/ (pour 4 voix mixtes et orgue); 2/ (4 voix mixtes, orgue, cordes, 2 flûtes, hautbois, basson, 2 trompettes et timbales [ad lib.]), 6', Sabam, ACB.

15a. O bienheureux mille fois, texte de Jean Racine, extrait de la tragédie Athalie, (pour soprano ou ténor et piano), 60', Sabam, ACB.

15b. Athalie, musique de scène pour la tragédie de Jean Racine, (pour choeurs, orgue et piano), ACB

16. Quinze Motets pour le salut, 1. Jesu Dulcis; 2. Concordi laetitia; 3. Tantum ergo; 4. Christum regem; 5. Ave Maria; 6. Tantum ergo; 7. Panis angelicus; 8. Ave virgo speciei; 9. Tantum ergo; 10. Ave verum; 11. Imperatori angelorum; 12. Tantum ergo; 13. Adoro te; 14. Sancta Maria; 15. Tantum ergo (pour 2 voix égales + orgue), 36', Sabam, ACB.

17a. Sonate pour 2 flûtes et piano, (2 flûtes et piano: poco allegro, lento, rondo), 18', Sabam, ACB.

17b. Slotzang voor Congres vrouwengilde (pour choeurs, orgue et piano), (Koor gemengd en koper ensemble), ACB.

18. Psaumes: 1/ Verhoor mij als ik roep, psaume 4, (pour 4 voix mixtes a capella); 2/ Jahweh is mijn licht, psaume 27, (pour 3 voix égales a capella); 3/ Hoor Jahweh mijn luid geroep, psaume 27, (pour 4 voix mixtes et orgue), ACB.

19. Eveil d'Eole, (poème symphonique pour cordes, flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trombone, grosse caisse et timbales), 11', déclaré à la Sabam, le 18 nov.1952, ACB.

20. Tentation de St-Antoine, septuor à vent (pour flûte, hautbois, clarinette sib, clarinette basse sib, cor, basson, xylophone, 2 harpes, Sabam, ACB.

21. Hommage à St-Joseph, (Cantate pour 2 voix égales et piano à 4 mains). Autres textes sur même musique pour: Salut au drapeau; Hommage à la mère; Hymne au soleil, 10', Sabam, ACB.

22. Missa in honorem sancti Bernardini senensis, (messe à 2 voix égales + orgue ou 4 voix mixtes et orgue), ACB

23. Slavenzang, gecomponeert voor Congres van christ. arbeiders, 8 mei 1949, met uittreksel van Athalie (marche voor 4 gemengde stemmen, orgel, piano, 4 trompetten, 3 trombones, tuba, trommel, grosse caisse), 11', Sabam, ACB.

24. De Mens en de Machine, allegorisch drama gecomp. voor Congres oct.1949, christ. syndicaat (voor koor, soli, orkest, piano, orgel, bewegingen), 45', Sabam, ACB.

25a. Les chômeurs, scène pour Rerum Novarum, 1950, (chorale unisono, orgue, piano, danse), 6',

25b. De arbeid adelt, inbegrepen: Mars der A.C.W., (zang voor strings, fluit, hobo, clarinette, trompette, trombone, horn, basson, percussie), tekst: Claudius, 2', Sabam, 19 avr. 1956, ACB.

26. Wij zijn de fiere werkerstam; Het woord is aan de toekomst, (klein spel voor kinderen voor zang, klavier en bewegingen), ACB.

27. In de Fabriek, musikale choregrafische fresk, Rerum Novarum, 1951 (voor koor, orkest, orgel, piano en bewegingen), tekst, E. Simons, 30', Sabam, ACB.

28. Een meisje kwam eens klagen... (lied K.A.J., zang, klavier), tekst E. P. De Rechter; Ouverture, (pour piano, orgue et cuivres), Sabam, ACB.

29. Missa Antiqua, (pour 4 voix mixtes, soli et orgue), ACB.

30. Marie la Misérable (Lenneke Mare), musique de scène pour le Mystère en 3 actes de Michel de Ghelderode, pour orch., fanfare et chœurs, danse, 1952, 60', Sabam, ACB.

31. L'enfant sous le tilleul, accompagnement musical pour un conte radiophonique de Lucien Charbonnier, 15' (pour flûte, hautbois, violoncelle, basson et célesta), Sabam, ACB.

32. Concerto pour trompette et orchestre à cordes, « dans le style ancien » (orchestre à cordes et trompette solo), Sabam, ACB.

33. Messe solennelle du Jubilé, pour le 25e anniv. de la fondation de la paroisse de la Ste-Famille à Woluwé-St-Lambert, (choeur mixte à 4 voix, 3 trombones, bombardon (ut), 3 violoncelles, contrebasse et orgues), 30', Sabam, 19 avr.1956, ACB.

34. Adagio, (pour cordes, cor anglais, piano ou harpe), 10', Sabam, 19 avr. 1956, ACB.

00. Romelied, pour pèlerinage JOC-KAJ à Rome, 1957, (chant 2 voix, piano, 3 trompettes, 2 tambours), 6', Sabam, ACB.

00. Terre inconnue, film documentaire de Pierre Levie, 1957 (pour flûte, hautbois, clarinette, basson, trompette, tuba et quatuor à cordes), 18', Sabam, ACB.

00. Les Conquérants de la mer, film documentaire de Pierre Levie, 1957 (pour voix, orgue, piano, harpe, 2 flûtes, hautbois, basson, cordes et percussions), 16', Sabam, ACB.

00. Yambo Katanga, film documentaire, Jean-Noël Maquet, Kupissonoff, 1958 (pour flûte, hautbois, clarinette, basson, harpe, percussions), 12', Sabam, ACB.

00. Film O.C.A. (Office des Cités Africaines), film documentaire de Pierre Levie, 1958 (flûte, hautbois, clarinette, basson, harpe, timbales), 12', Sabam, ACB.

00. Les jardins de l'enfance, film documentaire, Pierre Levie,1959 (trompette en ut, clarinette sib et basson), 6', Sabam, ACB.

00. Destination Belgique, film documentaire, Pierre Levie,1959 (2 trompettes, 2 trombones, harpe et batterie), 32', Sabam, ACB.

35a. Concerto pour piano et orchestre à cordes + hautbois, percussions, (violons I et II, alto, violoncelle, C. B., piano 20'30, Sabam.

35b. Concerto sur un mode bantou (pour piano et orchestre symphonique) œuvre précédente refaite pour orchestre complet et créée à la B.R.T. par Fernand Terby, 20', Sabam, ACB.

00. Petites ailes sur le continent africain, film documentaire de Pierre Levie, (musique improvisée à l'orgue et flûte solo), ACB.

00. L'Université catholique de Louvain, film documentaire de Pierre Levie,1959 (violon, trompette, clarinette, basson, orgue, guitare, flûte à bec et timbales), 48', Sabam, ACB.

00. VIVE LE DUC!, film pour grand public, 1959, (violon, cornet, trompette, 2 bugles, clarinette, sax alto, trombone, cor en fa, violoncelle, contrebasse, tuba, piano, guitare, vibraphone, grosse caisse, petite caisse, 31'9). E.-B. V. E. en assura la musique et fit même partie de la distribution de ce long métrage de fiction qui fut réalisé par Jean-Marc Landier et Michel Romanoff. Vive le Duc! raconte les tribulations d'un petit village périodiquement victime d'inondations. Afin d'attirer l'opinion publique sur la nécessité de construire un collecteur d'égouts, les habitants décident de monter une pièce de théâtre qui raconte la vie de la sainte patronne du village: Marie la Misérable. S'ensuit une série de péripéties burlesques menées par Francis Blanche, en bourgmestre irascible. Le film a été entièrement tourné dans la commune de Woluwé-Saint-Lambert (Brabant) avec les habitants de la commune. Distribution: Marie Josée Nat, Francis Blanche, Amédée, Charles Janssens, Victor Guyau. Coproduit par Pierre Levie (Bruxelles) et Helga Films (Paris), 1959. Noir et blanc, 35 mm. Version française avec sous-titres néerlandais. On peut se procurer une copie de ce film, sur vidéocassette, à la SOFIDOC S.A., rue Colonel Bourg, 46, 1030 Bruxelles, tél. 705.09.90 ; fax 705.17.44 (http://user.online.be/sofidoc/leduc.htm) Sabam, ACB.

00. Les Poulains, film de Pierre Levie + Les Kraks (le royaume franc de Jérusalem), 16', (pas retrouvé), Sabam.

00. Trésors de l'art mosan, film documentaire, P. Levie,1962 (flûte, hautbois, orgue, harpe et 4 tympanons), 16' 9, Sabam, ACB.

00. Mijn broeder is gestorven, Heer (pour chant et orgue), composé à l'occasion de la mort de son frère, le curé, Joseph Van Eeckhout, fondateur de la paroisse de la Ste-Famille, né à Malines le 16 janv. 1900 et mort subitement à Kraainem, le 17 mars 1964; Mijn broeder is gestorven, Heer (zang voor een uitvaart), ACB.

36. Trois improvisations hébraïques, (pour alto et guitare et pour 2 guitares), 4' 75, Sabam, 8 nov.1965, ACB.

37. Trois miniatures, texte d'E.-B.V. E. (pour chant et guitare), 7'15, Sabam, 8 nov.1965, ACB.

00. Aquarium, film pour l'Université de Liège, Pierre Levie, (flûte, clarinette, cor, basson, contrebasse, harpe, vibraphone), 23'31, Sabam, 7 août 1965.

38. Nieuw-liturgische mis, cfr notice infra à: Ses quatre disques, n° 4.

39. Messe néo-grégorienne, en français, (pour voix à l'unisson et orgue), 10', ACB.

40. Mis Joannes XXIII, en néerlandais, (pour voix à l'unisson et orgue), 10', Sabam, 29 mai 1967, ACB.

41. Peuple de Sion, en français, (chant à 3 voix égales + piano), texte d'E.-B.V.E., 8', Sabam, 29 mai 1967.

42. Oaristys, petite pièce pour piano, 8', Sabam, ACB.

43. Quatuor à cordes, (pour 2 violons, alto, violoncelle), 24', Sabam, ACB.

00. Processionnal d'entrée, en français, (musique liturgie nouvelle pour l'Avent et les 5e, 6e, et 7e dimanches après l'Epiphanie), Sabam, ACB.

44. Uitvaartmis, requiem en néerlandais, (pour 1 voix à l'unisson et orgue), 8', ACB.

45. Trois oiseaux, 3 petites pièces pour hautbois solo: Hirondelle de printemps (0',45), Merle d'hiver (3'), Alouette d'été (1'25), Sabam, 20 janv. 1978, ACB.

46. Balade pour cor anglais ou clarinette, (pour clarinette ou cor anglais et piano), 7', Sabam, 20 janv. 1978, ACB.

47. Suite, (pour cor anglais, 2 violons, alto et violoncelle), 20', Sabam, 15 mars 1979, ACB.

48. Impressions sur 4 poèmes: 1. Recueillement (3'); 2. Vous m'avez dit (2'); 3. Prière pour un enfant (1'20); 4. Prière à Marie (1'30).

49. Trois petits Préludes nus, (pour piano): 2'50 ; 2'15 ; 2'.

50. Le Lac (pour piano); Trois humoresques, (pour piano): 2'50 ; 3' ; 4'15, ACB.

51. Suite pour hautbois et piano (ou orgue), 1/ Chapelle romane (3'); 2/ Sicilienne (4'30); 3/ La Chartreuse de Valbonne (6'45), Sabam, 20 avril 1978, ACB.

52. Les toupines du Sautadet [La Roque-sur-Cèze, Gard, France], (pour 2 pianos), 9', Sabam, 20 janv. 1978, ACB.

53. Méditations, volume I: 10 morceaux (39'); volume II: 10 morceaux (33'20), (pour chant et piano), textes français d'E.-B. V.E., Sabam, 20 janv. 1978, ACB.

54. Petit Hors-d'Œuvre, (pour cordes, flûte et piano), 6'15, Sabam, 20 janv. 1978, ACB.

00. Trois chansons, signées du pseudonyme, Benny Born: 1/ Mon cœur en partance; 2/ Mélancolique à fleur de peau (3'45); 3/ Tic et Tac (3'30), (pour chant et piano), Sabam, 20 janv. 1978, ACB.

55. Te Deum (Opus n°12, élaboré pour choeurs, soliste, orgue, cuivres, harpe et célesta), 40', Sabam, 15 mars 1979, ACB.

56. Poème écologique; Ecologisch gedicht, textes d'E.-B.V.E., = opus n°24, (refait pour grand orchestre, orgue, piano, harpe et choeurs), 50', Sabam, 12 fév. 1980, ACB

57. Ouverture pour harmonie, (pour bois, cuivres et percussions), ACB.

58. Marche, (pour 2 trompettes, 4 cors, 2 trombones, 1 tuba, petit tambour, grand tambour + chant), paroles non écrites.

59. Ballet pour 2 flûtes à bec soprano et percussions, musique de scène pour la pièce Le comédien pris à son jeu d'Henri Ghéon, (pour voix, flûtes à bec, toms, cymbales, petite caisse, timbales), ACB

60. Allegro pour piano, présenté au Concours Reine-Elisabeth, pour le morceau imposé, ACB.

61. Missa in honorem N-D di Loreto, texte latin, (pour 4 voix mixtes et orgue), ACB.

00. La Brabançonne, harmonisée et orchestrée (pour cordes, flûte, trompette, clarinette et clavier), ACB.

00. Prière du soir (pour soliste, voix mixtes et orgue), ACB.

00. Koraal (pour chœurs, orgue et piano), ACB.

00. Saint-Nicolas (chanson traditionnelle, harmonisée par E-B Van Eeckhout, pour 4 voix mixtes et piano ou orgue), ACB.

[Signé:] Ern.-Bernardin van Eeckhout, cantor Dei mirabilis. « Le chant d'une âme hantée par l'Infini » Sabam: n° matricule = C/I/2817. (Copié d'après un manuscrit inédit de l'auteur).

Ses quatre disques

1. — LA CHAPELLE DE BOURGOGNE-[I]. L'Oiseau-Lyre LD 80 [LP, mono, France]. [Musiciens de la cour de Bourgogne]. — FACE 1: Messe attribuée à Gilles Binchois (c.1400-1460) pour ténor, baryton et basse: Gilles Binchois, MS Bruxelles; Messe n°2: 1. Kyrie; 2. Gloria; 3. Credo; 4. Sanctus; 5. Benedictus; 6. Agnus Dei I ; 7. Agnus Dei II. — FACE 2: Chants et pièces profanes (XVe et XVIe siècles): 8. Heinrich Isaac, Canzona: La Martinella; 9. Thomas Créquillon, Quand me souvient; 10. Gérard Turnhout, chanson en canon: En regardant; 11. Anonyme, Glogauer Liederbuch, 1460, Piece; 12. Bauernschwanz; 13. Das Yeger horn; 14. Gepenst licht mij so vast und quelt; 15. Johannes Ockeghem, Ma maîtresse; 16. Heinrich Finck, O schönes Weib. Interprètes: choristes et musiciens de la Chapelle de Bourgogne Bernard de Pauw, ténor; René Graindorge, cor anglais, Corneille Pirnay, basson, L. Pecheny, basson, — Bernardin Van Eeckhout, maître de chapelle & directeur. [1955 ou avant]. Commentaire: disque souvent reféré comme étant le vol.I des Musiciens de la Cour de Bourgogne, bien que ce titre n'apparaisse pas sur la pochette. La pochette du disque représente Philippe III le Bon (1396-1467), duc de Bourgogne de 1419 à 1467, d'après un suiveur de Rogier van der Weyde (v.1450), Musée des Beaux-Arts à Dijon.

2. — LA CHAPELLE DE BOURGOGNE-II. L'Oiseau-Lyre LD 81 [LP, mono, France]. Musiciens de la cour de Bourgogne. — FACE 1: Motets du XVe siècle: 1. Pierre de la Rue (+1518): Salve Regina, à 4 voix mixtes (Bibl.Roy. Bruxelles, Ms 9126); 2. Gilles Binchois (+1460): Virgo prefulgens, à 3 voix mixtes (Bibl. du Chapitre,Trente, n°1545); 3. Gilles Binchois: Kyriale feriale, à 3 voix mixtes (Bibl.du Chap., Trente, n°1557); 4. Jean de Castro: Jubilate, à 3 voix mixtes (Trium vocum Cantiones, Cologne, 1598); 5. Josquin Des Prés (1450-1521): Quam pulchra es, à 4 voix égales (Catal.Fetis, n°1681); 6. Virgo gloriosissima, à 4 voix égales (Bibl.de Cambrai, Ms n°17); 7. Antoine Brumel (ca 1500): Mater patris et filia, à 3 voix égales (Odhecaton, Petrucci, 1501); 8. Loyset Compère (+1518): O vos omnes, à 3 voix mixtes (Bibl.Roy.Bruxelles, Ms n°228); 9. Anonyme: Vitrum nostrum gloriosum, chanson à boire, à 4 voix mixtes (Georg Fosters Liederbuch, Nurnberg 1540). — FACE 2: Chansons instrumentales (XVe-XVIe siècles): 1. Clemens non papa (ca 1510-ca 1556): Die winter is verganghen (2 ténors, basse); 2. Anonyme XVe s.: Fontaine a vous dire le voir, (alto, 2 ténors) (Escorial VIII 24); 3. Anonyme XVe s.: La plus grant chiere de jamais (alto, ténor, basse) (Bibl. Munic. Dijon, n°517); 4. Thomas Morley (1557-1603): Philomela (2 soprani, alto; 5.-6. Loyset Compère (+1518): Garisez moi (alto, 2 ténors) (Liber Fridolini Sichery, (Stiffsbibl. St.Gallen); 7. Johann-Hermann Schein (1586-1630): Der kuhle maien (2 soprani, alto); 8. Josquin Des Prés (1450-1521): Si je perdu mon amy (2 ténors, basse) Liber Fridolini Sichery; 9. Antoine Brumel (ca 1500) Vrai Dieu d'amour (3 soprani) Liber Fridolini Sichery; 10. Guillaume Dufay (1400-1474): Mon chier amy, ballade (alto, ténor, basse) Bodleian Libr. Oxford. Ms Canonici misc.213; 11. Anonyme XVIe s.: Fantaisie à deux voix, Bicinium (2 altos) Tultnemend Kabinet. Amsterdam 1646; 12. Giovanni Giacomo Gastoldi (1556-1622): Musica a due voci (Soprano, alto) Il primo libro della musica a due voci, 1598. [Interprètes]: La Maîtrise de la Chapelle de Bourgogne. Maître de Chapelle: Bernardin Van Eeckhout. Le chœur des flûtes à bec de la Chapelle de Bourgogne : Silva Devos, Louis Devos, Ch. Kœnig. La Chapelle de Bourgogne a repris vie en 1950. Elle vise principalement à étudier et à faire connaître la musique entendue autrefois à la Cour des Ducs de Bourgogne. Elle se place sous la présidence de S. A. la Princesse de Ligne; Direction musicale: Paul Collaer; Directeur du Comité d'études: Dom Kreps, O. S. B.; Maître de Chapelle: Bernardin Van Eeckhout. Editions de l'Oiseau-Lyre, Distribution Ducretet-Thomson, haute fidélité, enregistré à Bruxelles, gravé et pressé à Paris. OL-LD 81, Microsillon 33 tours, [1955 ou avant]. — La pochette représente le tombeau de Philippe II le Hardi (1342-1404), duc de Bourgogne de 1363 à 1404, entrepris en 1386 par Jean de Marvilli (+1389), continué par Claus Suter (+1405-6), achevé par Claus de Werve, en 1411. Musée de Dijon, provenant de la Chartreuse de Champmol. Reproduit avec l'aimable autorisation du Conservateur du Musée de Dijon. La notice historique est de Paul Collaer, directeur de la Chapelle de Bourgogne. < http://www.medieval.org/emfaq/cds/lol81.htm >

Critique: Carl de Nys. La discothèque idéale: B. Les Franco-Flamands, Polyphonie a capella, Ed. Univ., Paris, 1960, p.85: « Une des réalisations les plus importantes qui a l'intérêt de donner en deux faces un tableau d'ensemble de la polyphonie de cette époque; la seconde face de chacun des deux disques étant consacrée à des pièces profanes de la même époque, avec instruments. La fabrication date déjà, mais la technique d'enregistrement demeure remarquable. »

3. — ADAGIO pour cordes et cor anglais (Opus n° 34, 19 avril 1956), 33 tours pressé à faible tirage pour le compositeur par la compagnie Discophone, 12, avenue Albert-Elisabeth, Bruxelles IV.

4. — NIEUW-LITURGISCHE MIS (Opus n° 28). — FACE 1/ Kyrie, Gloria, Sanctus (Ernest-B. Van Eeckhout), 45 t. n° 111 389. 1E.; — FACE 2/ Agnus Dei, Credo (Ernest-B. Van Eeckhout), n° 111 389. 2E., 9', nederlandse tekst. — Notice figurant auu dos de la pochette: « De nieuwe liturgische voorschriften wekken een bloei van de kerkzang. Nu het volk opnieuw in de uitvoering betrokken wordt, voelt men sterker dan vroeger de nood aan een aangepaste muziek. De muzikale werken van Ernest-Bernardin Van Eeckhout en zijn ervaring als koorleider zijn een voldoende waarborg en aanbeveling voor deze nieuwe mis. De muziek van deze mis leunt sterk aan bij de rijke traditie van het gregoriaans; ze zal uitgevoerd worden met een muzikaal accent op de eerste noot van iedere twee- of drieledige groep, doch met inachtneming van het woordaccent. Hoewel niet zonder versieringen zijn al te rijke neumen vermeden, zodat de uitvoering kan geschieden door de gemiddelde kerkgemeenschap. In verband hiermee zal men opmerken dat de zangdelen voor het volk aanmerkelijk eenvoudiger zijn dan die voor de voorzangers. We wensen dat deze mis spoedig in vele kerken moge weerklinken in dienst van een vernieuwde liturgische beleving. » Fraterskoor van de Abdij te Tongerlo, o. l. v. D. A. Freund. Aan het orgel: S. L. Denhaene. Uitgave: Apostolaat voor kerkelijk Leven, Tongerlo (A.). Uitvoering: Fraterkoor van de Norbertijnenabdij te Tongerlo. Opname: Walter Thuy, Belsele, Sabam, 18 oct.1965.

N.B.: Le Kyrie a paru, en 1977, dans une brochure intitulée Zingt Jubilate de l'Interdiocesane Commissie voor Liturgische Zielzorg. Gezangen en Gebeden voor de Eredienst. Uitgeverij De Garve Brugge, blz. 126, nr 34, Kyriale IV (Heer ontferm U). Voir le site: http://www.averbode.be/zingtjubilate/index.php?pageID=291 — Dans le même ouvrage, on trouve p. 408, nr 506, le psaume 23 (22) Mijn Herder zijt Gij, mis en musique par Joseph Van Eeckhout, le frère d'Ernest-Bernardin.

Aperçu de ses concerts (1934-1969)

Archives conservées: (A) Affiche; (C) Carte d'entrée; (P) Programme

1934 mars 26: Eglise de la Ste-Famille: La Passion de H.-F. Muller (P).

1935 juill. 14: Expo universelle (Bruxelles, 1935), Palais de la Vie Catholique: Panis Vitæ (AC)

1936 mars 01: Salle Amicitia, Woluwé-St-Lambert (Chorale de la Ste-Famille): Panis Vitæ (CP) 1936 avril 05: Salle Amicitia, rue St-Henri: Panis Vitæ (C) 1936 déc. 15: Salle Fétis, Place Verheyleweghen, 1 (C)

1937 avril 12: Palais des Beaux-Arts: La Création de Haydn (AC)

1943 avril 02: Palais des Beaux-Arts: La Samaritaine (P) 1943 juin 07: Palais des Beaux-Arts: La Samaritaine (P)

1944 janv. 14: Palais des Beaux-Arts: Athalie de Jean Racine (CP)

1949 mai 08: Palais des Beaux-Arts. Congres van christelijke arbeiders (P) 1949 oct. 29: Palais des B.-A. XVIe Congrès Général de la Conféd. des Syndicats Chrétiens (P)

1953 avril 26: Eglise de la Ste-Famille (A) 1953 nov. 29: Eglise de la Ste-Famille (A)

1955 janv. 05: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert (A) 1955 janv. 18: Taverne Royale 1955 mai 19: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert 1955 déc. 29: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert (A)

1956 avril 19: Eglise de la Ste-Famille: Messe solennelle du Jubilé 1956 avril 26: L'Atelier 1956 juin 02: Dames de Marie, rue Edith-Cavell, Uccle 1956 oct. 04: Ouverture du Cercle d'Art, Musée communal, 40 rue de la Charrette, Woluwé-St-Lambert. 1956 déc. 04: Dames de Marie, Uccle: Concert d'initiation musicale (P) 1956 déc. 28: Hôtel communal de Woluwé-St-Lambert (A)

1957 janv. 22: Dames de Marie, Uccle 1957 fév. 26: Dames de Marie, Uccle 1957 mai 21: Dames de Marie, Uccle 1957 oct. 15: Dames de Marie, Uccle 1957 déc. 17: Dames de Marie, Uccle

1958 janv. 14: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert (A) 1958 mars 18: Dames de Marie, Uccle 1958 mars 25: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert (A) 1958 mai 29: École secondaire Saint-Stanislas, 115 avenue de Nerviens, Etterbeek 1958 nov. 25: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert (A) 1958 déc. 09: Dames de Marie, Uccle (C) 1958 déc. 11: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert

1959 mai 12: École secondaire Saint-Stanislas, 115 avenue de Nerviens, Etterbeek 1959 mai 21: Hôtel communal de Woluwé-Saint-Lambert

1965 oct. 18: Tongerloo. Disque 45 tours: Nieuw-Liturgische Mis

1969 juin 4-15: Woluwé-St-Lambert, Place du Sacré-Cœur, Marie la Misérable (A)

Aperçu de ses sculptures

Fichier:JosephVanEeckhout.gif
Joseph Van Eeckhout (1964). Modelage d'E.-B. Van Eeckhout

1— Adam et Eve, en plâtre; en bronze vert. — 2. Bach, buste de Jean-Sébastien Bach (0, 40 m x 0, 50 m), terre cuite. — 3. Winston Churchill au cigare, en bronze patiné vert. — 4. Christ pendu à un bras (plâtre patiné). — 5. Tête de Christ gravée sur linoleum. — 6. Mongole, buste en plâtre, patiné vert et or. — 7. N-D de Banneux, terre cuite émaillée, chapelle privée à Strombeek. — 8. N-D des catéchistes (en bois), à Crainhem (1938-1948). — 9. Sacré-Cœur, 1 m 50, N-D du Sacré-Cœur, rue de Tervaete, Etterbeek. — 10. St Christophe, 1m 20, église de la Ste-Famille à Woluwé-St-Lambert. — 11. St Curé d'Ars, terre cuite, 1946. — 12. La Ste-Famille. — 13. St-Georges terrassant le dragon. Modelage. — 14. St-Isidore, terre cuite pour M. le doyen Stoffijn (Eglise St-Lambert). — 15. St-Joseph, 1961, en pierre blanche; Ste-Famille à W.-St-L. — 16. St-Joseph et Jésus sur un banc, 1 m 50, N-D du S. Cœur, Etterbeek. — 17. Ste-Rita, 1 m 20, en pierre blanche, 1961, Ste-Famille à W.-S.-L. — 18. Ste Thérèse de l'Enfant Jésus, pierre blanche, Ste-Famille à W.-St-L. — 19. Ernest-Bernardin Van Eeckhout, buste. Autoportrait en plâtre. — 20. Joseph Van Eeckhout, buste (1964), 1 plâtre et 1 bronze. — 21. Marie-Thérèse Van Eeckhout-Caspers, plâtre. — 22. Marie-Thérèse Van Eeckhout, dite Tessa, buste en marbre blanc. — 23. Godelieve Van Eeckhout, dite Yoghi, buste en bronze vert.

Cet article « Ernest-Bernardin Van Eeckhout » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).