Encyclopédie Wikimonde

Estelle Francès

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Estelle Francès, née Lasserre en 1971. Collectionneuse humaniste et manager culturel investit, Estelle Francès s'engage dans le monde de l'art et de l'action culturelle depuis les années 1990[1].

Elle est également chef d'une entreprise d'ingénierie culturelle, Arroi Art'n'roi. Elle est co-fondatrice avec son mari Hervé Francès de la fondation d'entreprise Francès. Elle préside les associations La Fabrique de l'Esprit et Françoise pour l'œuvre contemporaine en société[2].

Estelle Francès considère l'œuvre d'art comme l'un des piliers d'une vie. Son engagement est de "permettre au plus grand nombre d'être confronté à l'œuvre pour découvrir ses bienfaits inégalés et partager, construire une société ouverte, curieuse, altruiste, respectueuse de l'histoire et tournée vers l'avenir"[3].

Biographie

Estelle Francès est Historienne de l'art[4]. Elle est diplômée de management culturel international à l'ESSEC[5].

Passionnée par l'usage de l'œuvre d'art, ses échos et son décryptage, elle dédie sa vie à la diffusion et à la transmission des bienfaits des œuvres.

En 2004, après une dizaine d'années consacrées au marketing automobile, Estelle Francès prend son indépendance et créée une société d'ingénierie culturelle, Arroi Art'n'roi, (Arroi, le contraire de désarroi qui symbolise, à sa création, le retour sur investissement de l'art et devient du sens à l'œuvre)[6]. Le but est d'accompagner les entreprises dans la construction d'une politique de mécénat et d’investissement philanthropique[7]. Elle propose donc des résidences d'artistes, des expositions ou, par exemple, se positionne comme intermédiaire entre une résidence, une entreprise et un artiste pour l'établissement d'un projet de type "1 immeuble, 1 œuvre"[8]

Depuis 2004, Estelle et son mari constituent une vaste collection d'art contemporain (près de 600 œuvres et 260 artistes issus de 45 pays) aux œuvres parfois choquantes[9]. Le thème de la collection s'oriente autour de l'Homme et ses excès, ses souffrances, ses violences, ses croyances[10]. Le but de cette collection est d'initier le dialogue et de soutenir la création vivante[11]. Une partie de cette collection est mise en vente le 08 novembre 2019 par Sotheby's Paris[12].

La Fondation d'entreprise Francès

De leurs entreprises, Okó et Arroi, nait en 2009 la fondation d'entreprise Francès pour diffuser la collection Francès in situ, avec un espace d'exposition, une maison du XVIIIe siècle entièrement réaménagée, à Senlis, dans les Hauts-de-France et hors les murs en France et à l'étranger[13]. Depuis, la Fondation a accueilli plus de 22 expositions in situ, une quinzaine hors les murs et une rétrospective à Gand, au musée Guislain en 2013[14]. Le thème commun est l'expérience et les échanges entre l'œuvre et le public[15]. Le but de la Fondation est de défendre la création contemporaine mais aussi l’idée que l’art est un vecteur social dont l'importance se fait particulièrement sentir dans des régions où il n'est pas évident d'y avoir accès[6].

En plus de son statut de cofondatrice, Estelle Francès agit en tant que commissaire d’exposition, au sein de la fondation. Son rôle est de créer un dialogue avec une sélection d’œuvres de la collection, sur une thématique choisie pour aboutir sur de nouveaux regards, de nouvelles émotions[16].

Autres fonctions

Estelle est membre de l’association des commissaires d’exposition associés depuis 2011. En 2013, elle siège au sein de commissions de soutien du CNAP [17] et est membre du jury du Salon de Montrouge[18]. Elle est également membre du comité de création du Salon Galeries en 2015[19], membre du Comité de sélection du prix Marcel Duchamp en 2015[20] et membre du Groupe d''Acquisition Art Contemporain du Musée d'Art Moderne - Centre Pompidou (depuis 2016).

Engagements associatifs

Elle crée l'association la Fabrique de l'Esprit - Club pour l'Unesco, en 2013[21], dédiée à l'éducation culturelle et à la pédagogie œuvres à l'appui[4]. En 2017, l'association devient membre du mouvement des clubs français pour l’UNESCO[22].

En 2015, Estelle crée la plateforme digitale francoiseartmemo.fr - l'association Françoise pour l'œuvre en contemporaine en société - pour accompagner les artistes sur tous leurs marchés[23]. Cette association favorise la démocratisation culturelle et défend l'art et plus particulièrement les actions de proximité par un référencement des œuvres dans l'espace public (1%) et la rédaction de contenus scientifiques propices à la création de programmes éducatifs[8].

Décorations

En janvier 2013, Estelle et Hervé Francès sont nommés Chevaliers de l’Ordre des Arts et des Lettres par Madame le Ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti[24].

Liens externes

arroi.fr Site de l'entreprise d'ingénierie culturelle Arroi

fondationfrances.com Site de la Fondation Francès

lafabriquedelesprit.fr Site de l'association La Fabrique de l'Esprit®

francoiseartmemo.fr Site de l'association Françoise pour l'œuvre contemporaine en société

Notes et références

  1. « Estelle Frances », sur Carré sur Seine (consulté le 15 octobre 2019)
  2. Julie Crenn, « La Fondation Francès, une collection en dialogue », sur Artpress, Artpress
  3. « Estelle Francès, une collectionneuse engagée », GESTION PRIVÉE MAGAZINE,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 « Belgian Art Prize », sur Belgian Art Prize (consulté le 15 octobre 2019)
  5. « ARROI, et paris Dauphines L'expression du lien entre entreprises et artistes », sur Arroi, (consulté le 15 octobre 2019)
  6. 6,0 et 6,1 « Pour ses 10 ans, la Fondation Francès organise une vente de ses photos chez Sotheby's », sur Toutelaculture, (consulté le 22 octobre 2019)
  7. « Estelle Francès : l’art pour « ouvrir des portes vers des chemins où nous n’irions pas » », sur Humans Of Senlis, (consulté le 15 octobre 2019)
  8. 8,0 et 8,1 « Un autre reg'Art : l'oeil d'Estelle Francès », sur Arroi, (consulté le 22 octobre 2019)
  9. Le 15 décembre 2014 à 07h00, « Sexe, drogue, violence : les expos des Francès font sensation », sur leparisien.fr, (consulté le 15 octobre 2019)
  10. « ESTELLE FRANCES, CO-FONDATRICE DE LA FONDATION FRANCES, «LA RADICALITE DE NOS CHOIX DE COLLECTIONNEURS FAIT NOTRE VISIBILITE » | Communic'art », sur www.communicart.fr (consulté le 15 octobre 2019)
  11. « Estelle Frances », sur Carré sur Seine (consulté le 22 octobre 2019)
  12. (en) « The Bold Vision of Hervé & Estelle Francès, Humanist Collectors », sur sothebys.com
  13. (en) « Estelle Francès, de la collection à la fondation », sur gazette-drouot.com (consulté le 15 octobre 2019)
  14. slash-paris.com, « Fondation d'entreprise Francès », sur slash-paris.com
  15. « La Fondation fête ses 10 ans ! », sur Fondation Francès, (consulté le 15 octobre 2019)
  16. Slash Paris, « Fondation d'entreprise Francès », sur slash-paris.com
  17. 27 rue Saint-Pierre 60300 Senlis France, « Fondation d’entreprise Francès | Centre national des arts plastiques », sur www.cnap.fr, (consulté le 15 octobre 2019)
  18. Salon de Montrouge, « 58eme Salon de Montrouge - 2013 », sur www.salondemontrouge.com (consulté le 15 octobre 2019)
  19. « Galeristes. Le premier salon imaginé par des collectionneurs », sur slash-paris.com
  20. Adiaf, « Prix Marcel Duchamp 2015 - Communiqué de presse », sur adiaf.com, Association pour la diffusion internationale de l’art français.,
  21. « ANDEA | Écoles | Membres de droit », sur www.andea.fr (consulté le 28 octobre 2019)
  22. « Associations accréditées « Club pour l’UNESCO » par le Comité d’accréditation du 11 mars 2019 », sur La France à l’UNESCO (consulté le 15 octobre 2019)
  23. « Mentions légales », sur Francoise Artmémo (consulté le 15 octobre 2019)
  24. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres janvier 2013 - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 15 octobre 2019)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).