Encyclopédie Wikimonde

Ethnoscénologie

Aller à : navigation, rechercher

L'ethnoscénologie se définit, sur le modèle des ethnosciences, comme l'étude interdisciplinaire de l'esthétique des incarnations de l'imaginaire. La discipline a été fondée en 1995 à l'Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis et à l'UNESCO par les professeurs Jean-Marie Pradier, Jean Duvignaud et André Marcel d'Ans : le premier alors enseignant au département théâtre de l'Université Paris VIII et animateur du Laboratoire des comportements humains spectaculaires organisés (CHSO), devenu depuis Laboratoire d'ethnoscénologie (composante de l'EA1573, EDESTA, Paris 8 Université) ; le second sociologue du théâtre ; le troisième anthropologue ; en concertation avec deux praticiens, Cherif Khaznadar, alors directeur de la Maison des cultures du monde à Paris, et Françoise Gründ, directrice artistique de la même institution présidée par Jean Duvignaud ; avec dès le départ la participation de plusieurs universitaires français et étrangers - notamment brésiliens, comme Armindo Biao[1].

Tous, ouverts sur les pratiques culturelles du monde autres que le théâtre, cherchaient à se couper de tout ethnocentrisme et notamment du théâtrocentrisme, en considérant que les formes de créativité extrathéâtrales pouvaient être aussi porteuses de réflexions et plaisirs esthétiques, d'inventivités techniques et artistiques, de savoirs pédagogiques, etc., propres à former l'esprit des étudiants et des enseignant-chercheurs en arts du spectacle.

15 ans plus tard, l'ethnoscénologie vient d'organiser son sixième colloque international, elle réunit dans son réseau des théoriciens de toutes disciplines scientifiques (sociologie, anthropologie, histoire, neurologie, biologie, psychologie, sciences et technologie des activités physique et sportives, ethnomusicologie, ethnochoréologie, etc.) et des praticiens de multiples nationalités (français, colombiens, brésiliens, autrichiens, mexicains, etc.) dans une même volonté de mieux comprendre ce qui constitue la complexe dimension esthétique des arts du spectacle vivant et de toutes pratiques qui ne se réclament pas des arts mais qui n'en constituent pas moins des pratiques performatives, spectaculaires et symbiotiques dignes d'intérêt pour la connaissance comme pour la création.

Ainsi, l’ethnoscénologie est-elle une démarche transdisciplinaire de création artistique et critique scientifique, qui se développe dans le domaine des arts du spectacle en interaction avec le cadre universitaire. Il s’agit d’une approche du spectaculaire humain, à la fois théorique et pratique, inscrite dans des projets de recherche, reconnus par des institutions (par exemple au Brésil, le Ministère de l’Éducation et de Science et Technologie depuis 1995, ainsi que l’Association Brésilienne de Recherche et d’Études Doctorales d’Arts du Spectacle, au sein de laquelle existe depuis 2007 un groupe de travail, avec une trentaine de chercheurs de toutes les régions du pays. Tel et si bien qu'ont déjà eu lieu au Brésil, trois colloques internationaux, dont deux à Salvador de Bahia (1997 et 2007) et un à Belo Horizonte, Minas Gerais (2009), mais aussi des cours réguliers dans plusieurs universités (notamment aux universités fédérales de Bahia et du Pará), des publications, des conférences et des spectacles qui sont l’occasion du développement du réseau brésilien d’ethnoscénologie, bien connecté à celui de France).

Note

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus