Encyclopédie Wikimonde

Article soupçonné de non-pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Eudaric

Aller à : navigation, rechercher
alternative à l'image
Shield Arm Blazon

Eudaric est un nom essentiellement porté en Martinique, c'est un nom de personne d'origine celte[réf. nécessaire] et germanique, formé sur les racines Eud (heureux)[Quoi ?] et Ric (roi, puissant). D’abord un prénom, Eudaric était transmis à chaque premier né. Puis avec la sacralisation du nom par les celtes[Quoi ?] et par la suite les goths chrétiens, ce prénom deviendra un patronyme[1].

La famille Eudaric descend de la grande famille royale et sacrée des Amales. Selon la tradition orale, ils sont d'ascendance divine, affiliés au dieu polymorphe, dieu du savoir et de la victoire, "Odin". Au IVe siècle, la famille se convertit au christianisme. Malgré sa conversion, elle conserve une certaine sacralité[Quoi ?], et est confrontée au IXe siècle aux persécutions dû à la haine entre Vikings et Chrétiens[Quoi ?][2].

Après avoir été béni par Wulfila, et devenant par conséquent la cible d'Athanaric, ils sont contraints à l'exil en 370. Installée à Césarée, la famille ne retrouve pas son rang, obligée de servir nobles et évêques romains de Palestine[3]. Au Ve siècle, le seul descendant migre vers le sud de l’Égypte, au niveau de la première cataracte du Nil. Avec l’influence grandissante de l’islam dans la région, une partie de la famille se convertit à l’islam et ne persiste pas à garder le nom Eudaric.

Devenue commerçante, la branche chrétienne remonte le Nil et rejoint la région d’Ifriqiya au VIe siècle, puis débarque finalement dans le sud de l’Espagne et y restera près d’un siècle. Arrivé en Espagne, la famille est décimée par la peste. Mais le nom Eudaric à consonance celte[Quoi ?] devint un atout dans une Espagne sous domination Wisigoth[Quoi ?]. Les survivants de la peste s’attirèrent ainsi les faveurs des différents gouverneurs et rois, de Chinthila à Rodéric[4].

Au début du VIIIe siècle, avec la conquête musulmane de la péninsule Ibérique et la chute de Tolède, ils fuient vers le nord de l’Europe [5].

Plus aucune trace écrite n'est retrouvée, jusqu'au XVIIIe siècle. Au début du XVIIIe, 2 frères portant le patronyme Eudaric s'installent sur l'île de Saint-Thomas avec une petite communauté juive.

Notes et références

  1. Personal Ancestral File (P.A.F)
  2. Scandinave Germanic Tribe Lehmann
  3. Rita Ben Haim Sartzov
  4. Nateshowsky Works 2001
  5. National Arian History by Wilhelm Frijs Neergaard, Leur présence, au Danemark, serait attéstée par une inscription sur une pierre runique

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).