Encyclopédie Wikimonde

Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives

Aller à : navigation, rechercher
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives
Cadre
Forme juridique Loi 1901
But Immigration
Zone d’influence France Tunisie
Fondation
Fondation Février 1974
Identité
Siège Paris
Président Tarek Ben Hiba
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

La Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), anciennement Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT)[1], est une association française non gouvernementale qui regroupe des associations diverses qui ont en commun une double référence géographique : une référence au pays de résidence la France et au pays d'origine la Tunisie.

La Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) est une association régie par la loi de 1901. Créée en 1974 sous le nom d’Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT), elle existe officiellement depuis 1982. C’est en 1994 que l’association prend le nom de FTCR. La fédération développe des activités et des réflexions autour de thèmes comme la citoyenneté, la laïcité, les droits de l'homme, l’immigration, étrangers en situation irrégulière, sida etc.

Historique

1974 - 1994 : L'UTIT

1974 - 1982 : Association de fait

L’Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT), première association issue de l’immigration tunisienne en France[2], fut créée en février 1974 à Paris[2]. Elle est née par la volonté de quelques militants politiques issus de la gauche radicale tunisienne. Sa création intervient dans un contexte de développement du racisme anti arabe et de changement profond de la politique d’immigration sur fond de crise économique et de mobilisations contre ces politiques et notamment contre les circulaires Fontanet-Marcellin.

Durant cette période, elle développe essentiellement des actions de mobilisation et de sensibilisation sur les questions en lien avec la Tunisie notamment autour des problèmes de répression, de la démocratie et des commémorations diverses… Elle a évolué progressivement vers une plus grande autonomie vis-à-vis des groupes politiques et surtout, à travers les aspects concrets des revendications de l’immigration (alphabétisation[3], logement, sans-papiers, discrimination et racisme)

Sur le plan de l’organisation, l’année 1978/1979 marque la transformation de l'UTIT en union d’associations et l’élargissement de son activité au-delà de Paris et sa région avec la constitution de quelques associations UTIT dans d’autres localités et régions comme Chalon-sur-Saône, Nîmes, Marseille, Lyon, Montbéliard, Aix, la Corse, Villeneuve-d'Ascq.

1982 - 1994 : Association régie par la loi de 1901

La promulgation de la loi n° 81-909 du 9 octobre 1981, relative au contrat d'association en ce qui concerne les associations dirigées en droit ou en fait par des étrangers permet à l’association de déposer ses statuts en 1982 entrant ainsi dans le cadre réglementaire de la loi 1901[4], et optant pour le financement par le Fonds d’Action Sociale (FAS).

C’est durant cette période qu’elle a évolué vers l’ancrage au fur et à mesure, dans son environnement immédiat à savoir l’immigration, dans un premier temps, et la société française, plus tard.

1994 - Aujourd'hui : La FTCR

En 1994, après une longue période de réflexion et de débat, l’association a décidé de modifier ses statuts pour prendre le nom de Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des Deux Rives (FTCR), officialisant son cheminement vers un ancrage dans la société française tout en marquant un attachement au pays d’origine et soulignant la centralité de la question de citoyenneté dans ses valeurs[5].

La Fédération a mis l’accent sur un important travail de réflexion sur les thèmes de laïcité, citoyenneté, étrangers en situation irrégulière et a été une des premières associations à s’interroger sur la place de l’islam en France.

Elle prend notamment position lors de la Loi du 20 novembre 2007 relative à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile[6] ainsi que lors du projet de loi asile-immigration en 2018.

Associations membres

  • La FTCR regroupe des associations qui conservent leur indépendance juridique et financière. Elle regroupe ou a regroupé les associations suivantes :
  • L’Association des Tunisiens du Nord de la France – Villeneuve d’Ascq (ATNF)
  • L’Association France-Maghrébine du Rhône – Lyon (AFM)
  • Le Centre Interculturel Franco-Maghrébin – Chalon- s/Saône (CICFM)
  • L’Union des Citoyens des Deux Rives – Nîmes (UCDR)
  • Le Cercle des Tunisiens des Deux Rives – Marseille (CTDR)
  • Citoyennes des 2 Rives (C2R)
  • L’Union des Tunisiens pour une Action Citoyenne – Paris (UTAC)
  • PARI/Filigranes
  • Arts et Cultures des Deux Rives – Paris (ACDR)
  • Droit et Immigration Europe Maghreb (DIEM)

Réseau associatif

La FTCR est membre de réseaux d’associations et entretient des partenariats associatifs avec : la Ligue de l'enseignement, le CNAJEP), l'Observatoire des Droits à la Santé des Etrangers (ODSE)[7], le Centre d'information et de documentation jeunesse (CIDJ), le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'homme (REMDH)[8], Réseau Européen Contre le Racisme (ENAR), Réseau Ligues laïques, Migreurop[9], Solidarités laïques, Demain le monde, Forum Social des Quartiers Populaires (FSQP), etc.

Elle est, par ailleurs, très active au niveau européen dans le cadre CAIE, de Migreurop ou du forum des migrants.

Activités

L’association tient à son siège social une permanence santé, une permanence juridique et une permanence d’accueil et d’accompagnement des personnes victimes de traitements discriminatoires Elles sont gratuites et ouvertes à tous.

Elle publie, depuis le milieu des années 1980, une brochure appelée l’indispensable pour les voyageurs et immigrés maghrébins (IVIM) distribué au départ des ports et aéroports français et tirée à 60 000 exemplaires depuis 2008 et qui contient des informations pratiques, des adresses et téléphones utiles ainsi que des informations sur la santé et la prévention.

La FTCR a été très active sur des thèmes comme le droit de vote des étrangers aux élections locales, les droits des étrangers en situation irrégulière, la lutte contre le racisme et la xénophobie, la laïcité, l’égalité hommes-femmes et les problèmes de répression et de démocratie en Tunisie.

Elle est mobilisée dans la lutte pour la liberté d’expression et les droits de l’homme en Tunisie. Elle soutient les mouvements sociaux comme celui du bassin minier de Gafsa en 2008[10].

La Fédération a organisé plusieurs séminaires et a édité plusieurs publications consacrées au thème de la laïcité et notamment en 2005 à l’occasion du centenaire de la loi de 1905. Elle fut l’une des premières associations à mettre en œuvre une réflexion sur la question de l’islam en France en mettant en place des cycles de conférences : La République et ses musulmans, Islam(s) d’ici…

L’association organise ou soutient régulièrement des concerts, des soirées hommages (soirée hommage au poète palestinien Mahmoud Darwich), la nuit de la poésie…

Publications de la FTCR

La FTCR édite le bulletin d’information PasseMuraille et la revue texte à l’appui. Elle publie régulièrement des livres comme La République et ses musulmans, Cent ans après, vivre la laïcité, etc.

Sources

Notes et références

  1. « L'Union des travailleurs immigrés tunisiens est créée en 1974 et contribue à la création de la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) en 1994 », Ahmed Boubeker, Abdellali Hajjat, Histoire politique des immigrations (post)coloniales : France, 1920-2008, Éditions Amsterdam, 2008.
  2. 2,0 et 2,1 L'immigration de A à Z, Mohsen DRIDI p. 341
  3. « Réseau Alpha, le portail de l'apprentissage du français à Paris », sur Réseau Alpha (consulté le 21 août 2018)
  4. « Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux Rives », sur <keywords> (consulté le 18 août 2018).
  5. « La FTCR fustige le retour des anciennes pratiques destouriennes vis-à-vis de l’immigration tunisienne », Webdo,‎ (lire en ligne)
  6. https://www.monde-diplomatique.fr/revues/passemuraille
  7. http://odse.eu.org/
  8. (fr) « Site officiel de REMDH », sur www.migreurop.org (consulté le 29 juin 2010)
  9. (fr) « Site officiel du Réseau euro-méditerrenéen des droits de l'homme », sur fr.euromedrights.org (consulté le 29 juin 2010)
  10. https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2012-5-page-155.htm#re33no33
  11. Notice du fonds en salle des inventaires virtuelle des Archives nationales

Liens externes


Cet article « Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).