Encyclopédie Wikimonde

Fédération védique de France

Aller à : navigation, rechercher
Fédération védique de France
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). |frameless |upright=1 |alt=Logo de l’association ]]
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
Fondation
Fondation 2015
Identité
Siège Paris
Président Swami Veetamohananda
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Site web http://federationvediquedefrance.fr/

La Fédération Védique de France (FVF) se veut être un interlocuteur représentatif de la culture védique. Elle a pour mission de faire connaître et partager l’esprit et les valeurs essentielles des Védas et d’en approfondir l’étude[1],[2],[3].

Historique

La Fédération Védique de France a été créée en juin 2015[4] et symboliquement rendue publique le 2 octobre 2015, journée de la non-violence et anniversaire du Mahatma Gandhi. La cérémonie inaugurale de la FVF a eu lieu le 2 mars 2017 à l'Unesco, présidée par Son Excellence Madame Ruchira Kamboj, Ambassadrice et Déléguée permanente de l'Inde auprès de l'Unesco, et en présence notamment de Swami Veetamohananda, Président de la FVF, Monsieur Pierre-Sylvain Filliozat, fils du célèbre indianiste Jean Filliozat, lui-même éminent indianiste et sanskritiste, ainsi que les réprésentants des différents membres de la FVF[3],[5]. La Fédération est soutenue par l’ambassade de l’Inde en France et par le Ministère des Affaires étrangères[2],[6].

L'Occident manifeste en effet un intérêt grandissant pour des pratiques issues de la connaissance védique : yoga, médecine ayurvédique, chant védique, méditation... tandis qu'un nombre croissant de personnes pratiquent une spiritualité inspirée de la philosophie des Védas[2]. La communauté hindoue rassemble, quant à elle, 150 000 membres en France[7],[8].

Les membres de la FVF

La FVF regroupe aujourd'hui huit associations de la tradition védique régies par la loi du 1er juillet 1901 ou du 9 décembre 1905 : Association Parisienne de Bhakti Yoga (ISKCON), Brahma Kumaris France, Centre Sri Chinmoy, Centre Védantique Ramakrishna, Embracing The World France (Amma), Fédération Tathâta Vrindham France, International Art of Living (France), Shri Ram Chandra Mission[9].

Les actions de la FVF

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (août 2018)
Motif avancé : section en partie hors sujet. En quoi cette Fédération est à l'origine des 40 000 personnes qui reçoivent l’étreinte ? De quels festivals et rituels français ?

L’action pour la paix dans le monde

La Fédération Védique de France réunit dans des actions communes les forces de ses membres qui ont tous pour objectif le respect des valeurs universelles telles que décrites au paragraphe précédent.

Sri Chinmoy, en développant des centres de méditation dans le monde entier, déclarait : « Il n’y a pas autant de différence que l’on croit entre religion orientale et religion occidentale [...] la véritable spiritualité, elle, ne connaît aucune barrière géographique. Elle œuvre pour la paix dans le monde[10]. »

Le service désintéressé

Le service désintéressé, ou Seva, est également un élément essentiel de la tradition védique et plus particulièrement du Karma Yoga, le yoga de l’action désintéressée. Chaque année, 40 000 personnes en France reçoivent l’étreinte de Mata Amritanandamayi Devi (Amma), qui illustre par son exemple la voie du karma yoga dont elle fait le cœur de son enseignement[11].

Les rituels et les festivals

Ils permettent l’expression de la dévotion et sont observés par la plupart des enseignements védiques. Les chants védiques, les bhajans et la danse y sont à l’honneur. L’inde a su perpétuer ses festivals à travers tous les temps et leur attraction et leur rayonnement ne déclinent pas. Chaque année les festivals de Ratha Yatra et de Ganesh rassemblent à Paris près de 50 000 personnes avec une grande participation d’ISKCON[12].

Le yoga

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (août 2018)
Motif avancé : sen quoi les 10 millions de pratiquants de yoga sont en lien avec la culture védique et cette fédération ?

En 2014, l’ONU proclame le 21 juin, Journée Internationale du Yoga : « Le yoga, une science ancienne [...] qui cultive les moyens de maintenir un comportement équilibré dans la vie quotidienne et donne des armes pour avancer[13]. » En 2016, l’Unesco inscrit le Yoga sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[14].

On estime qu'en France, les pratiquants de yoga sont actuellement plus de deux millions, leur nombre augmentant chaque année[15]. La Fédération Védique de France apporte également sa participation à ces journées d’actions de terrains qui visent à développer la connaissance du yoga et sa pratique.

Autres pratiques issues de la connaissance védique

L’occident s’intéresse de plus en plus aux sciences développées par les sages védiques : l’ayurveda (médecine traditionnelle), le vastu (architecture), ou d’autres sciences comme les mathématiques védiques et l’astrophysique, qui aujourd’hui reconnaît la cosmogonie védique. La FVF a proposé sur la saison 2016-2017 des conférences mensuelles à l'Espace 104, rue de Vaugirard à Paris 7e[16].

Qu'est-ce que les Védas

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (août 2018)
Motif avancé : section hors sujet. Volonté de rendre l'article admissible ?

Le mot Véda provient de la racine sanskrite VID qui signifie « connaître ». Les Védas, écritures sacrées de plus de 5000 ans, contiennent le Sanatana Dharma – la loi éternelle en sanskrit – ou Tradition Primordiale que l'on connait davantage en Occident sous le nom d'hindouisme[17].

D’autres textes ont découlé de cette même source qu’est le Sanatana Dharma : les Upanishads, les Brahma Sutras et les six systèmes de philosophie (darshana), le Ramayana, le célèbre Mahabaratha avec la Bhagavad-Gita ou encore les Puranas, les Yoga Sutras de Patanjali, et l’Ashtavakra Gita entre autres.

Le but des Védas est de guider l'être humain afin qu'il s'oriente vers son vrai soi et atteigne le Graal de la réalisation de Soi[18],[3].

Leur introduction en Occident

C’est au début du XIXe siècle que l'Europe découvre la tradition védique. Le Français Anquetil-Duperron recueille, traduit et publie une cinquantaine d’Upanishads[19]. Elles inspirent des intellectuels et des savants par leur mystère et leur sagesse. Elles influencent notamment la philosophie d'Arthur Schopenhauer[8].

Mais c’est surtout à Swami Vivekananda, disciple de Sri Ramakrishna, que nous devons en Occident la découverte de la tradition védique. Ses interventions au Parlement des Religions à Chicago en 1893, et notamment son discours d’introduction au Vedanta, ont un impact considérable[20]. Son œuvre est diffusée au public français par l’écrivain Romain Rolland qui publie « La Vie de Vivekananda », 2e tome de son Essai sur la mystique et l’action de l’Inde vivante, et par l’orientaliste Jean Herbert qui réalise une traduction de plusieurs des œuvres de Vivekananda[21].

A partir du second tiers du XXe siècle, différents maîtres indiens viennent en Occident sur les traces de Vivekananda. Ainsi les valeurs et pratiques issues de la connaissance des Védas se répandent-elles largement dans le monde entier[2]. La Bhagavad-gita est, aujourd’hui, une des Écritures les plus lues au monde[8],[22].

Philosophie et pratique de la tradition védique

Le but de l’existence humaine est de découvrir notre véritable nature, la joie sans contraire, la conscience « divine » qui imprègne toute chose, l’énergie primordiale dont chaque chose est une manifestation particulière... Cette réalisation est occultée par l’identification à l’ego limité et conditionné, qui nous fait ressentir l'autre comme un étranger et nous prive de l'Ultime. Le problème unique est l'ignorance de notre nature véritable. « Percevoir l’Unité qui sous-tend tout ce qui existe est non seulement l’essence de la spiritualité mais aussi le moyen de mettre fin à toute souffrance[11]. »

Méditation et maîtrise du mental

La méditation est le cœur des Védas, parce qu’elle permet notre connexion à la vrai nature de l’être, à ses possibilités de transcendance vers le divin. La méditation, le chant de mantras et le hatha-yoga permettent la maîtrise de l'intellect, de trouver un équilibre intérieur, de réaliser une vie plus harmonieuse. Le yoga est une discipline de soi dont l'objectif est notre développement : il nous amène vers la paix avec soi-même, avec le monde, la nature et Dieu[8],[23].

Non-violence et végétarisme

La tradition védique encourage la tolérance envers les autres idées religieuses qui constituent chacune, selon elle, des voies d’accès à la spiritualité. L’une des valeurs humaines essentielles qu’elle prône est l’ahimsa, la non-violence envers tous les êtres, y compris ceux qui appartiennent au royaume animal. De ce fait, elle s'accompagne souvent du principe d’une alimentation végétarienne[24].

Références

  1. « Fédération Védique de France | Méditation et Yoga | Santana Dharma », sur Fédération védique de France (consulté le 8 août 2017)
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 « En France, la tradition védique s’organise », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 8 août 2017)
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 « Bénédictines de Sainte Bathilde », sur www.benedictines-ste-bathilde.fr (consulté le 15 août 2018)
  4. « Annexe au Journal Officiel de la République Française - Lois et Décrets », sur journal-officiel.gouv.fr, (consulté le 28 août 2017)
  5. India at UNESCO, « Vidéo de la cérémonie inaugurale de la FVF à l'Unesco », sur youtube.com, (consulté le 16 juillet 2018)
  6. Isabelle de Gaulmyn, « Hindouisme : offensive de charme en France à travers la tradition védique », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2018)
  7. « RFI - L’hindouisme se répand en France », sur www1.rfi.fr (consulté le 18 novembre 2017)
  8. 8,0, 8,1, 8,2 et 8,3 « Les Védas à l'Unesco : interview avec Ruchira Kamboj Swami Veetamohananda », Heartfulness - Relaxation et méditation,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2018)
  9. « Membres de la Fédération Védique de France », sur federationvediquedefrance.fr/ (consulté le 8 août 2017)
  10. « Les mouvements néo-hindous en Occident : entre ambitions universelles et affirmation identitaire », sur shareslide.org (consulté le 18 novembre 2017)
  11. 11,0 et 11,1 « Tradition de l’Inde – ETW France – Amma », sur www.etw-france.org (consulté le 18 novembre 2017)
  12. (en-US) « ISKCON - The Hare Krishna Movement », sur www.iskcon.org (consulté le 18 novembre 2017)
  13. « L’Assemblée générale proclame le 21 juin, Journée internationale du yoga », sur www.un.org (consulté le 14 octobre 2017)
  14. « Le yoga - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO », sur ich.unesco.org (consulté le 14 octobre 2017)
  15. « Le yoga, un véritable art de vivre », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017)
  16. « Publications et articles », sur federationvediquedefrance.fr (consulté le 13 octobre 2017)
  17. Abdoullatif, « René Guénon - Sanâtana Dharma. - esprit-universel.overblog.com », esprit-universel.overblog.com,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017)
  18. « Les Védas », sur www.omvaisnava.com (consulté le 18 novembre 2017)
  19. « Anquetil Duperron, un pionnier du voyage scientifique en Inde », sur persee.fr (consulté le 13 octobre 2017)
  20. « Vivekananda : Chicago 3 », sur pages.intnet.mu (consulté le 13 octobre 2017)
  21. « L'enseignement de Swami Vivekananda », sur Radio Gandharva Gana (consulté le 18 novembre 2017)
  22. « Présentation de la Bhagavad Gita, un des textes fondant le Vedanta », sur www.chinmayafrance.fr (consulté le 18 novembre 2017)
  23. (en-US) « The Technique », sur Vedic Path Meditation (consulté le 18 novembre 2017)
  24. « Je suis ce que je mange : les Védas et le lacto-végétarisme : Yoga & Vedas », sur yoga-et-vedas.com (consulté le 18 novembre 2017)

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).