Encyclopédie Wikimonde

Fabienne Goux-Baudiment

Aller à : navigation, rechercher

Fabienne Goux-Baudiment

Fabienne Goux-Baudiment
Naissance (57 ans)
Nationalité Française
Profession
prospectiviste
Fabienne Goux-Baudiment, est une politologue (Institut d'études politiques de Paris) et docteur en prospective humaine et sociale (Université pontificale grégorienne, 2001) née le 18 juin 1960. Elle est directeur général et fondatrice du cabinet proGective depuis 1994 et elle a présidé la World Futures Studies Federation (2005-2009) et la Société Française de Prospective (2013-2016). Depuis 1995 elle enseigne à l'institut des sciences et techniques d'Angers (ISTIA), elle devient professeur associée en 2012, titulaire de la chaire de prospective et innovation. Elle est également auteur d'ouvrages sur la prospective territoriale et la prospective générale.

Biographie

Née le 18 juin 1960, Fabienne Goux-Baudiment est une prospectiviste, directeur général du cabinet proGective depuis 1994.

Après des études en Science Politique elle a travaillé successivement comme chef de travaux en prospective et stratégie auprès des professeurs Jacques Lesroune et Michel Godet (cycles B et C du Conservatoire National des Arts et Métiers) puis adjoint au directeur général, chargée de la prospective au sein de l'Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique (ADITECH), elle a ensuite été directeur d'études à Futuribles International (1993-94) avant de fonder le cabinet de conseil et de recherche en prospective proGective (1994).

Parallèlement, depuis 1995, elle enseigne la prospective en Master Innovation puis en filière ingénieur à l'institut des sciences et techniques de l'ingénieur d'Angers. En 2012, elle devient professeur associée et occupe la chair prospective et innovation.

En 2005, elle succède à Richard Slaughter et devient la 9ème présidente (2005-2009) de la Fédération mondiale pour la recherche sur le futur (World Futures Studies Federation).

En 2013, elle participe à la création de la Société Française de Prospective et en devient la première présidente (2013-2016)[1].

Elle pratique son activité en France et à l'international[2][3][4]

Contributions au champ de la prospective

Prospective territoriale

Fabienne Goux-Baudiment réalise sa thèse sous la direction du professeur Eleonora Barbieri Masini, à la Faculté des sciences sociales de l'Université pontificale grégorienne (1997-2001). Fortement influencée par l'approche humaniste de la prospective normative de Gaston Berger, elle propose une prospective opérationnelle, tout d'abord à destination des territoires, sur la base des travaux de prospective territoriale[5] qu'elle a déjà réalisés : Limousin-2007, Millénaire3[6], Limousin-2017[7]

Elle distingue prospective des régions, régionale et territoriale, notamment à travers l'approche top-down ou bottom-up. Ce faisant, elle articule étroitement prospective territoriale et gouvernance des territoires.

Elle publie, en complément de sa thèse, quatre ouvrages de référence en prospective territoriale :

  • Quiz pour conduire un exercice de prospective territoriale, avec Ghislaine Soulet et Jacques De Courson, Lyon : CERTU, 2008
  • Quand les villes pensent leurs futurs, avec Frédérique Parrad, Paris: Ministère de l'Equipement, coll. 2001 Plus n°64, 2004, 81 pages
  • Quand les territoires pensent leurs futurs. La Tour-d'Aigues : Editions de l'Aube, avril 2001, 170 pages
  • Donner du futur aux territoires. Guide de prospective territoriale à l'usage des acteurs locaux. Lyon : CERTU, octobre 2000, 276 pages (traduit en italien sous le titre Manuale di « prospective » territoriale)

Une méta-méthode de la prospective

De 1995 au début des années 2000, ses travaux la conduisent à explorer le champ méthodologique de la prospective. Soucieuse de conjuguer intelligence collective et design du futur, elle expérimente (SDAU de Châlons-en-Champagne, Millénaire 3, etc.) et formalise[8] l'Audit des acteurs locaux concernés, une méthodologie identifiant les principaux acteurs d'un territoire et leur proposant un cadre de consultation et de participation, notamment au moyen de l'Abaque de Régnier.

Au milieu des années 2000, dans le cadre de sa présidence de la WFSF, sa confrontation avec les multiples écoles de prospective (américaine, australienne, indienne...) la conduit à rechercher une méta-méthode susceptible de construire un pont entre les différentes pratiques méthodologiques de la prospective dans le monde. Cette recherche aboutira à la publication des bases de cette "méta-méthode" en 2014, en français, et en 2016 et 2018 en anglais. Réalisée à partir d'une classification des principales méthodes et outils de prospective utilisés à ce jour dans le monde, la méta-méthode permet de structurer une réflexion ou un exercice de prospective, quelles que soient les méthodes et outils utilisés par le praticien, en trois temps : Comprendre, Anticiper, Proposer. En affirmant ainsi la nécessité pour le prospectiviste de "proposer" (la clé de la "prospective opérationnelle"), elle prend position dans le débat qui anime la communauté depuis plus de 40 ans entre ceux qui estiment que le rôle de la prospective s'arrête à l'observation (école sud-américaine par ex.) et ceux qui sont convaincus qu'il doit aller jusqu'à l'accompagnement de la décision.

La Grande Transition

Parallèlement à ses travaux sur la méthodologie prospective, son principal apport réside dans le cadre contextuel qu'elle va conceptualiser : la Grande Transition.[9][10] Celui-ci vise à faciliter la compréhension des grands changements en cours, en les inscrivant dans une perspective macrohistorique.

Transition et Grande Transition

Une transition est l'espace de temps durant lequel une transformation prend place, comme par exemple celle de la chenille en papillon. Elle est caractérisée par le fait que les deux états (chenille et papillon) s'affrontent pendant cette période : à l'intérieur de la chrysalide, l'animal n'est plus ni chenille, ni encore papillon. C'est donc bien une période de transition de l'un à l'autre, sans certitude d'arriver à l'étape suivante (papillon), d'où la fragilité de l'objet en transition et l'incertitude qui l'entoure, mais également son fort potentiel.

Par extension, on nommera Grande Transition l'évolution systémique qui survient à l'échelle mondiale pendant cette période. [11]

L'humanité a déjà traversé certaines Grandes Transitions par le passé, c'est le cas par exemple du passage du nomade chasseur-cueilleur au sédentaire artisan, agriculteur/éleveur et commerçant, ou de la transmission orale à la transmission écrite.

VUCA

Cette période de Grande Transition est caractérisée par une réalité VUCA (Volatile, Incertain, Complexe et Ambigus), un acronyme défini par l'United State Army War College à l'issue de la guerre la froide pour décrire un monde où l'incertitude et la perte des repères mentaux traditionnels nous laissent désorientés. En reprenant le concept de VUCA, Fabienne Goux-Baudiment montre la continuité de la Grande Transition actuelle tout au long du XXème siècle et explicite ainsi les répercussions de l'affrontement entre un monde multimillénaire en cours de fragmentation et l'émergence d'un nouveau monde, le monde 2.0. Ses travaux, depuis 2015, se concentrent sur le mécanisme de subduction qui explique le phénomène VUCA.

Monde 2.0

En raison de l'ampleur et de la profondeur des changements en cours, une Grande Transition se déroule sur une période séculaire, sinon millénaire. Celle-ci ayant commencé au début du XXème siècle, il est fort probable qu'elle perdure jusqu'à la fin du XXIème siècle. Il est donc impossible de décrire le monde 2.0 tel qu'il sera à l'issue de cette période. Cependant certaines émergences apparaissent d'ores et déjà structurantes et en influenceront probablement la forme :

  • l'Alien Genération : génération née dans l'ère digitale, percevant le monde sous la forme d'un plex.
  • robotique et intelligence artificielle : les relations hommes-machines, la substitution hommes-machines.
  • bio-sciences & techniques : l'impact des neurosciences et les questionnements sur l'humain augmenté.
  • mondialité : si la mondialisation est un processus, la mondialité est un état, qui va de pair avec la prise de conscience que l'humanité est une, que les ressources de la planète sont finies et que celle-ci est désormais l'échelle nécessaire de réflexion.

Publications

Ouvrages

  • Une nouvelle étape du développement de la prospective : la prospective opérationnelle, Rome : Universita Gregoriana, [2002] 2008
  • Quand les villes pensent leurs futurs, avec Frédérique Parrad, Paris: Ministère de l'Equipement, coll. 2001 Plus n°64, 2004, 81 pages
  • Quand les territoires pensent leurs futurs. La Tour-d'Aigues : Editions de l'Aube, avril 2001, 170 pages
  • Manuale di « prospective » territoriale. Bologna (Italie) : éd. Scienter, juin 2000, 128 pages
  • Donner du futur aux territoires. Guide de prospective territoriale à l'usage des acteurs locaux. Lyon : CERTU, octobre 2000, 276 pages

Ouvrages collectifs

  • "Point de vue de Fabienne GOUX-BAUDIMENT", avec Pierre Beretti et Alain Bloch (ed.), Homo numericus au travail, Edition Economica, 2016, pp. 40-43
  • "Le DRH et le robot", avec Edgard Added (ed.), DRH, le choc des ruptures, Paris : Les Belles Lettres, janvier 2015, pp. 225-231.
  • "De l'attitude à l'action prospective : une méta-méthode" avec Jean-Luc Guyot , Sébastien Brunet (ed), CONSTRUIRE LES FUTURS - Contributions épistémologiques et méthodologiques à la démarche prospective, Namur : Presses Universitaires de Namur, juin 2014, pp. 93-148
  • Quiz pour conduire un exercice de prospective territoriale, avec Ghislaine Soulet et Jacques De Courson, Lyon : CERTU, 2008
  •  "La prospective, outil de création et de gestion du changement. Apprivoiser la complexité, agir dans l'incertain." avec Lilli Monteventi Weber et al, Campagnes-ville : le pas de deux. Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2008, pp. 227-237
  •  "Beyond dreaming of democracy", avec Democracy and Futures, Helsinki: Committee for the Future of the Finish Parliament, 2006, pp. 77-88
  • "Inventing the future", avec Christopher Jones, P. Corsi , H. Christofol ,S. Richir , H. Samier, Innovation Engineering: The power of intangible networks, Hermes, London, 2005, pp 3-24.pp.77-94
  • “La gouvernance locale”, avec la Caisse des Dépôts et Consignations (collectif), Prospective et développement territorial. La Documentation Française, 2003, 77-94
  • «La guerre des savoirs n'aura pas lieu», avec Cerisy – Expertise, débat public : vers une intelligence collective. La Tour-d'Aigues : Editions de l'Aube, Septembre 2001, pp.375-394
  • «La prospective territoriale : des repères pour l'action collective», avec Cerisy - Prospective pour une gouvernance démocratique. La Tour-d'Aigues : Editions de l'Aube, 2000, pp.229-239
  •  "Impacto de la globalizaciòn sobre los poderes pùblicos territoriales en Francia" avec Competitividad & Desarrollo Social, Retos y Perspectivas. Santiago de Cali (Colombie): Facultad de Ciencias de la Administraciòn, Universidad del Valle, 1998, pp. 457-471
  •  "Los prospectivistas como constructores de democracia y de sentido" avec Edgar Ortegon , Javier E. MedinaA Vasquez (compiladores), Prospectiva : construccion social del futuro. Santiago de Cali (Colombie): Facultad de Ciencias de la Administraciòn, Universidad del Valle, 1997, pp. 301-311

Notes et références

Cet article « Fabienne Goux-Baudiment » est issu de Wikimonde Plus.
  1. Erick Haehnsen, « 3ème édition du Printemps de la prospective le 20 mars 2015 », sur latribune.fr, (consulté le 16 aout 2017)
  2. (ko) « Le futur du mariage », sur http://news.chosun.com, (consulté le 16 aout 2017)
  3. (ko) « le futur du mariage », sur http://www.techholic.co.kr, (consulté le 16 aout 2017)
  4. « La prospective par Fabienne Goux-Baudiment », sur http://www.ires.ma, (consulté le 16 aout 2017)
  5. Virginie Lasserre, « Entretien avec Fabienne Goux-Baudiment, prospectiviste », sur http://www.territoires-ville.cerema.fr, (consulté le 16 aout 2017)
  6. Cédric Polère, « Interview de Fabienne Goux-Baudiment » [PDF], sur http://www.millenaire3.com, (consulté le 16 aout 2017)
  7. Georges Chatain, « Le Limousin se dote d'une stratégie pour échapper à la marginalisation », sur lemonde.fr, (consulté le 16 aout 2017)
  8. Paul Lecroart et Laurent Perrin, « Démocratie participative et aménagement régional », sur https://www.iau-idf.fr, (consulté le 7 septembre 2017)
  9. « Les tendances de 2012 », sur www.sudouest.fr/archive, (consulté le 17 aout 2017)
  10. Pierre Beretti, « Les questions sociales ne peuvent se résoudre qu'en entreprise », sur lesechos.fr, (consulté le 6 septembre 2017)
  11. « Préparons nous à la Grande Transition », sur http://www.drome.cci.fr/menu-haut/espace-medias/le-magazine-de-la-cci/, (consulté le 5 septembre 2017)