Encyclopédie Wikimonde

Fait religieux dans les écoles en France

Aller à : navigation, rechercher

Les faits religieux dans les écoles françaises sont les évènements qui se produisent lorsque des élèves ou des enseignants mettent en avant leur religion pour demander de ne pas respecter une consigne commune car cette dernière, selon eux, enfreindrait une de leur croyance. Ce phénomène qui était marginal en France depuis l'adoption de la loi de séparation de l'Église et de l'État de 1905, prend de l'ampleur depuis la fin du XXe siècle. Afin de lutter contre ce phénomène qu'il considère lié à la montée du communautarisme, l'État a décidé à la rentrée 2013 de renouveler son exigence d'une stricte laïcité à l'école en faisant afficher dans chaque établissement une charte de la laïcité.

Charte de la laïcité de 2013

Son texte

Les commentaires

Critiques des responsables religieux

  • Joel Mergui président du consistoire « certains pourraient s'appuyer sur certains articles pour ne plus donner ce qu'ils donnaient auparavant ». En cause : l'article prévoyant que personne ne peut déroger aux règles de l'école au nom de ses convictions religieuses. Certains craignent que les absences lors des fêtes religieuses ne soient plus tolérées. D'après M. Mergui, la communauté juive craint que de « nouvelles peurs dans la société » n'entraînent un glissement vers une « laïcité d'exclusion » comme cela s'est manifesté, selon lui, lors des débats sur l'abattage rituel. « Il ne faudrait pas que la communauté juive soit une victime collatérale de ces nouvelles peurs », a-t-il ajouté, en référence implicite aux crispations autour de l'islam[1]. Il est donc contre une strict application de la charte [2]
  • Dalil Boubakeur considère que cette charte stigmatise l'islam [3]

Satisfaction générales des autres responsables

[4][5][6]

Les différents faits religieux

Le port de signes ostentatoires

le port des signes ostentatoires n'est plus autorisés depuis la loi du 15 mars 2004 . Ils sont tolérés en revanche au cours des examens, comme le précise la circulaire d'application de cette loi. Ainsi, par exemple,en juin 2013, un cinquantaine de garçons portant la kippa venant d'une école privée juive ont passé les épreuves du Brevet des collèges dans le collège Pablo Neruda de Gagny [7]

Les exigences alimentaires à la cantine

La cantine étant un service facultatif, l'état n'a aucune obligation de fournir des repas compatibles aux exigences religieuse

Les lois liées aux mœurs

Les demandes d'horaires spécifiques

Les refus de mixité

Conflit dans certains cours

ces points sont définis par les spécialiste sous le titre "les questions socialement vives" [8]

Les évènements historiques

Le conflit israélo-palestinien

[9]

La shoah
La guerre d'algérie

[10]

Notes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).