Encyclopédie Wikimonde

Famille Barrand

Aller à : navigation, rechercher

La famille Barrand est une ancienne famille franc-comtoise originaire d'Avoudrey dans le Doubs. Le patronyme se décline aussi Barrand dit Gauthier, Barrand-Gauthier voir Gauthier, Colin-Barrand[1].

Elle compta parmi ses membres des officiers supérieurs, des ingénieurs, des industriels, des prêtres, des notaires, des officiers de santé. Plusieurs membres de cette famille ont été décorés de l'Ordre national de la Légion d'honneur depuis le 19ème siècle.

Origines

Estienne Barrand né vers 1475 reçoit l'office de maire d'Avoudrey de la seigneurie de Vercel. Avec son fils Richard, qui est présent le 13 novembre 1592 à la mise en place des Us et coutumes d'Avoudrey[2], ils occupent cet office pendant plus de cinquante années.

Nouant des alliances matrimoniales avec d'anciennes familles de l'élite comtoise telles les Vernerey la Côte, les Bouhelier, les Pourcelot de Passonfontaine[3], les Barçon, la famille Barrand fait souche sur Avoudrey et les villages environnants.

En 1755, un de ses notables, Claude Étienne, quitte Avoudrey pour Crosey-le-Grand puis s'établit en 1775 avec son épouse et ses enfants sur les terres de Luxiol, près de Baume-les-Dames. Le couple donne naissance à la branche des Barrand de Luxiol. D'autres membres s'installent en Haute-Saône avant de quitter le Vieux continent au XIXe siècle pour émigrer aux États-Unis à Fort Wayne (Indiana) où l'on retrouve une branche de cette famille[4].

En 1791, la famille Marrelier vend aux frères Barrand de Longemaison et des Laves tous ses biens, possession autrefois des Granvelle à Flangebouche.

À la révolution, plusieurs membres de la famille participent aux mouvements contre-révolutionnaires, alliant la cause monarchiste, sous le nom de "la petite Vendée"[5]. Jean François Barrand dit Gauthier de Flangebouche est guillotiné sur la place publique de Maîche le 14 octobre 1793[6], Simon Barrand est aussi guillotiné le 21 septembre 1793 sur la place publique d'Ornans pour avoir participé aux émeutes d'Avoudrey.

En 1881, Eléonore Goguillot, céda l'imposante demeure des Goguillot-Sergent de Fangebouche avec un petit oratoire dédié à Notre-Dame-des-Sept-Douleurs par testament à Ferdinand Barrand, son neveu, ingénieur des Ponts et Chaussées, à condition qu’il le transforme en un hôpital destiné à accueillir des orphelins et des vieillards sans ressources, originaires principalement de Flangebouche. Cet hôpital Saint-Joseph ouvrit ses portes vers 1890[7]. Ce même Ferdinand Barrand, directeur du contrôle de la voie et des bâtiments au Ministère des travaux publics de France, s'est signalé par des travaux remarquables qui ont affirmé sa grande compétence technique dans le domaine. Il a notamment dirigé le contrôle des chemins de fer[8].

Un autre membre de la famille, François Joseph Louis Auguste Jérôme Olivier Barrand[9], s'illustre par sa carrière militaire et contribue aussi à la notoriété de la famille Barrand. En 1905, en tant que commandant du bureau militaire du ministère des Colonies, il préside au pavillon de Flore, une commission mixte composée d'ingénieurs, d'Officiers de marine et de fonctionnaires du gouvernement de l’Indochine au sujet de la navigation sur le canal d'Haïphong à la mer[10]. Terminant sa carrière au grade de Général de Brigade des troupes coloniales, il se fait connaître par ses écrits relatant des cas concrets de tactiques militaires[11].

Au XXe siècle, certains membres de la famille de Luxiol se spécialisent dans la fromagerie[12] et implantent leurs entreprises en Franche-comté[13], en Bourgogne et jusqu'en Charentes[14].

La famille Barrand est apparentée à la Famille d'Espinay Saint-Luc, à la Famille de Coëtlogon, à la Famille Goullet de Rugy.

Membres

  • Simon Barrand (1722-1793) Né à Avoudrey (Doubs) le 30 décembre 1722 et décédé à Ornans (Doubs) le 21 septembre 1793. Guillotiné sur la place publique d'Ornans le 21 septembre 1793 pour avoir participé au soulèvement de la "Petite Vendée" et des émeutes d'Avoudrey.
  • Jean François Barrand dit Gauthier (1750-1793) Né à Flangebouche (Doubs) le 28 décembre 1750, il participe à l'émeute contre-révolutionnaire dont il a été un des principaux chefs et investigateurs. Arrêté et fait prisonnier au fort de Joux, il est guillotiné en place publique à Maîche le 14 octobre 1793.
  • Étienne Victor Barrand (1759-1832) Né à Crosey-le-Grand (Doubs) le 29 avril 1759 et décédé à Paris le 13 janvier 1832, horloger rue du Faubourg Saint Honoré en 1805. Il fit un mouvement pour un bronze de Ravrio Antoine André pour Napoléon 1er (cadran signé Barrand)[15].
  • Louis François Auguste Ferdinand Barrand (1852-1948)[16], Né à Pontarlier (Doubs) le 12 avril 1852 et décédé à Bourg la Reine (Hauts de Seine) le 5 mai 1948, Ingénieur des Ponts et Chaussées, chevalier de la Légion d'honneur (décret du 11 juillet 1891), puis officier (décret du 8 janvier 1913) et enfin commandeur (décret du 2 février 1922)[17]. Son fils épouse la fille du Baron Chadenet.
  • François Joseph Louis Auguste Jérôme Olivier Barrand (1856-1932)[18] Né le 5 décembre 1859 à Pontarlier (Doubs), il intègre l'école Polytechnique le 1er octobre 1879. Au début de la première guerre mondiale, promu au grade de Lieutenant Colonel, il prend le commandement du 82e régiment d'Infanterie[17]. Brillante carrière militaire. Il terminera sa carrière au grade de Général de Brigade des troupes coloniales. Il décède le 11 novembre 1932 à Port-Lesnay (Jura).
  • Alfred Jules Barrand (1889-1950) Né le 4 octobre 1889 à Luxiol (Doubs), blessé lors du conflit de 1914-1918, invalide de guerre, promu Chevalier de la Légion d'honneur[17].
Lieutenant-colonel Barrand[19]

Références

  1. « Requête pour ajout du nom BARRAND à celui de COLIN », Journal Officiel de la République Française,‎ , p. 23
  2. Archives départementales du Doubs, 2MI EC / R363 page n°029 à 056 / 190
  3. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  4. « Généalogie famille Barrand », sur geneanet.org
  5. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  6. Archives départementales du Doubs, "Extrait du Procès du 14 octobre 1793", Côte: L 2632.
  7. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  8. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  9. « Ecole Navale / Espace tradition / Officiers célèbres », sur ecole.nav.traditions.free.fr (consulté le 18 juillet 2018)
  10. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  11. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  12. « fromagerie Doubs »
  13. « Les fromageries d'antan », sur La terre de chez nous,
  14. « fromagerie Charentes "Barrand" »
  15. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  16. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  17. 17,0, 17,1 et 17,2 « Base Léonore », sur www.culture.gouv.fr
  18. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  19. « La Dépêche coloniale illustrée », La Dépêche coloniale illustrée,‎ , p. 14 (lire en ligne)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).