Encyclopédie Wikimonde

Famille Cambier de Buhat

Aller à : navigation, rechercher

Famille Cambier de Buhat
Image illustrative de l’article Famille Cambier de Buhat
Armes

Blasonnement De sable au chevron d'argent, accompagné de trois croissants de même
Période XVIIe siècle - XIXe siècle
Pays ou province d’origine Valenciennois
Fiefs tenus Calomé, la Motte, Grand Villers, Buat
Charges Mayeur de Wargnies-le-Grand
Échevin de Valenciennes
Conseiller et conseiller-secrétaire du roi près du Parlement de Flandres

La famille Cambier de Buhat est une famille française originaire de Wargnies-le-Grand, près de Valenciennes (Nord). Deux de ses membres furent anoblis en 1744 et 1748 par les charges de conseiller et conseiller-secrétaire du Roi près du Parlement de Flandres. Cette famille s'est éteinte à Nantes en 1888.

Histoire

La famille Cambier de Buhat est originaire de Wargnies-le-Grand, près de Valenciennes (Nord).

Buat, orthographié Buhat par la famille Cambier[1], se trouve à l'ouest de Beaudignies, près du Quesnoy, aux abords du cours d'eau l'Ecaillon. Les cartes de Cassini, datant du XVIIIe siècle, reprennent le lieu-dit Buat. L'Album de Croÿ, t. IX, Comté de Hainaut VI, réalisé de 1598 à 1602, illustre pl. 71 le château de Bvath (sic) avec une vue prise du sud-est, et pl. 69 le village de Capelle avec en second plan le château de Buat, détruit depuis lors[1].

Dès que la famille Cambier prend possession de la terre de Buat, elle modifie le nom en Buhat, sans doute pour se différencier de la famille du Buat[2] n'ayant aucun rapport avec la famille Cambier de Buhat. Un vicomte du Buat, pour la seigneurie de Sassignies, non loin de Buat, figure au tableau des convocations à la première Assemblée générale des Etats de Hainaut pour 1788[3].

La première mention du nom Cambier de Buhat date de 1756 et figure dans un acte de vente par le prince Charles de Rohan-Soubise à Philippe-Noël-Joseph Cambier de Buhat, provenant de son marquisant de Roubaix, la terre et seigneurie vicomtière de la Grande Haye, de Beaurieu et autres fiefs situés à Roubaix, Hem et Croix, en faveur de sa fille Célestine-Séraphine-Victoire-Parfaite Cambier [4],[1].

Paul Denis du Péage, dans ses Mélanges généalogiques (1925), donne une généalogie qui remonte à Amand Cambier (1613-1686), seigneur de Calomé à Bermerain, mayeur de Wargnies-le-Grand, près de Valenciennes, marié en secondes noces à Martine Paien[5].

Amand Cambier fut père de :

  • Nicolas Cambier, sieur de Calomé (1653-1733), receveur et bailli de Wargnies-le-Grand, marié en 2e noces à Marie-Isabelle Desvignes, d'où postérité[5].
  • Pierre-Amand Cambier (1666-1743), juge consul et échevin de Valenciennes, marié en 1700 à Marie-Jeanne Lelièvre, d'où postérité[5].

Amand Cambier était censier à Wargnies-le-Grand près de Valenciennes[6], sa fortune lui permit vers 1680 d'installer son fils, Pierre-Amand, comme marchand de toilettes à Valenciennes. Les revenus de ce dernier lui permirent d'acheter au prix de 105 920 livres le fief et la cense de Buat, à Beaudignies, non loin du Quesnoy[6], à la famille d'Anneux, marquis de Wargnies[1].

Le fils cadet de Pierre-Amand, Pierre-Louis Cambier, né en 1720, écuyer, seigneur de la Motte et de Grand Villers, marié à Marie-Jeanne de Wallers, acheta en 1748 une charge anoblissante de conseiller-secrétaire du roi près du Parlement de Flandres[5],[6]'[7]. Il eut 12 enfants dont deux fils, décédés sans alliances[5]. Son frère, Jacques-Ignace-Joseph Cambier, né en 1718, qualifié de chevalier par Denis du Péage, marié à Marie-Anne-Françoise de Wallers, soeur de Marie-Jeanne, accéda de son côté à la noblesse par une charge anoblissante de conseiller près du Parlement de Flandres le 13 mai 1744[5]'[7]. Il succéda à M. Dubois d'Havelay. Tout comme son frère, il n'a pas de descendance agnatique[5].

Un cousin de Pierre-Louis Cambier, Nicolas-François Cambier, tenait la cense du marquis de Wargnies et ses 125 hectares[6]; son père, Nicolas Cambier, fermier à Wargnies-le-Grand[8], assuré lui aussi de revenus très confortables lui avait laissé la gérance de la cense du château de Wargnies appartenant à la famille d'Anneux, marquis de Wargnies, avant de se retirer à Valenciennes où il mourut en 1733[8].

Philippe-Noël-Albert Cambier de Buhat, né à Valenciennes en 1765, indiqué comme seigneur de Buhat par Paul Denis du Péage[5], figure en tant que comte de Buhat au procès-verbal de l’assemblée générale des trois ordres du baillage du Quesnoy, et des baillages secondaires de Bouchain, Condé, Mortagne, Saint-Amand et Valenciennes, daté du 15 avril 1789, comme étant présent, représentant également ses cousins de Cambier Desfontaines, absents[3]. Avec son frère, Louis-Pierre-Amand-Guislain Cambier de Buhat, et son oncle, Jacques-François Robillard, il possède le château de Villeblain à Chacrise dans l'Aisne. Sa mère, Marie-Françoise-Placide Robillard, épouse de Pierre-Amand-Joseph-Guislain Cambier de Buhat, mort lors d'une traversée de France vers l'Amérique[5],est décédée à Paris le 14 avril 1776 où elle habitait, rue de la Ville-l'Evêque, quartier de la Madeleine[1]'[9].

Armes

  • De sable au chevron d'argent, accompagné de trois croissants de même[5],[10].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 Pierre M. Cambier, « Origine du "comté de Buhat" de la famille Cambier », Le Parchemin, n° 442,‎ juillet-août 2019, pp. 305-311
  2. Généalogie des branches normandes et perchonnes de la Maison du Buat, seigneurs, barons, comtes et marquis du Buat, Lisieux,  
  3. 3,0 et 3,1 Louis de la Roque et Edouard de Barthélemy, Catalogue des Gentilshommes d'Artois, Flandre et Hainaut et de Picardie qui ont pris part ou envoyé leur procuration aux Assemblées de la noblesse des députés aux Etats Généraux de 1789, publié d'après les procès-verbaux officiels, Paris, E. Dentu, [lire en ligne], p. p. 46 et 47 
  4. Histoire des seigneurs et de la seigneurie de Roubaix, Roubaix, , p. pp. 289-294 (XII. La Haye) et pp. 294-295 (XIII à XVI. Beaurieu) 
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4, 5,5, 5,6, 5,7, 5,8 et 5,9 Paul Denis du Péage, « Mélanges généalogiques, 4e série », Recueil de la Société d'études de la province de Cambrai n° 16,‎ , p. 156-160 (lire en ligne)
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 Fulgence Delleaux, Les censiers et les mutations des campagnes du Hainaut français, Namur, Presses universitaires de Namur, [lire en ligne], p. 161 
  7. 7,0 et 7,1 Du Chambge de Liessart, Eléonore Paul Constant, baron., Notes historiques relatives aux offices et aux officiers du Bureau des finances de la généralité de Lille., L. Leleu, (OCLC 23397178) [lire en ligne (page consultée le 2020-03-31)], p. pp. 146-147 
  8. 8,0 et 8,1 Fulgence Delleaux, Les censiers et les mutations des campagnes du Hainaut français, Namur, Presses universitaires de Namur, [lire en ligne], p. 151 
  9. Archives Nationales, Minutes et répertoires du notaire Denis Trutat, 21 novembre 1772-14 juin 1810 (étude LVIII), Répertoire numérique détaillé, Minutier central des notaires de Paris, Pierrefitte-sur-Seine, 18 juin 2013, p. 51. Inventaire après décès au domicile de Marie-Françoise-Placide Robillard, veuve de Pierre-Amand-Joseph-Guislain Cambier de Buhat, dressé le 9 mai 1776.
  10. Histoire de Cambray et du Cambrésis, Leide, [lire en ligne], p. p. 356 

Bibliographie

  • Paul Denis du Péage, « Mélanges généalogiques, 4e série, Cambier », Recueil de la Société d'études de la province de Cambrai n° 16,‎ , p. 156-160 (lire en ligne)
  • Pierre M. Cambier, Origine du "comté de Buhat" de la famille Cambier, Le Parchemin, n° 442, juillet-août 2019, pp. 305-311

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).