Encyclopédie Wikimonde

Famille Carcassonne

Aller à : navigation, rechercher

La famille Carcassonne du Comtat Venaissin

Articles connexes

Famille Crémieux
Juifs du Pape
Histoire des Juifs en Provence et au Languedoc

Liens externes

Notes et références

  1. Voir, CARCASSONNE, Jacques David Benjamin sur le site de la Base Léonore.
  2. Voir, CARCASSONNE, Casimir Antoine sur le site de la Base Léonore.
  3. Voir, CARCASSONNE, Paul Joseph sur le site de la Base Léonore.
  4. Arrêté du 30 juillet 2015 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès (JORF n°0218 du 20 septembre 2015 page 16632 texte n° 33)
  5. Arrêté du 12 juillet 2007 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès (JORF n°181 du 7 août 2007 page 13219 texte n° 126)
  6. Arrêté du 25 mars 2011 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès (JORF n°0118 du 21 mai 2011 page 8880 texte n° 53)
  7. S'engage dans la politique. Scrutateur dans sa section en 1791, élu officier municipal en novembre 1792, par 2027 voix sur 2365 votants. Le maire de Nîmes, Meynier, riche propriétaire, est proche des Girondins. Après la destitution de la municipalité, il est élu commissaire (il y en a six). Arrêté en juin 1794, qualifié de "fanatique et fortuné", guillotiné le 19 juillet 1794 sur l'Esplanade.
  8. conseiller municipal de cette commune, conseiller d'arrondissement, décoré, en 1814, du "Lys d'argent"
  9. "Mort sous Dresde, officier de l'armée de Napoléon". (L.Simon)
  10. Sa tombe se trouve au cimetière de Nîmes RNi 1808
  11. Dans "Archives Juives, 3-4/1989", Lucien Simon raconte "Sous la Monarchie de juillet, David Carcassonne apparaît comme la personnalité juive dominante de la cité (Nîmes). Il y a encore bien peu de médecins juifs en France quand il soutient sa thèse devant la Faculté de médecine de Montpellier, en 1811, à 22 ans. Dès 1830, il est désigné, par le préfet, conseiller municipal, alors qu'il siège déjà dans une assemblée professionnelle et à l'assemblée de la Caisse d'épargne. Il est ensuite élu au conseil municipal, toujours avec un nombre très confortable de voix, sans interruption jusqu'à la fin du régime. On le trouve aussi au tribunal des prud'hommes dont il sera président, juge au tribunal de commerce, et il prend une place importante dans les milieux viticoles. Considéré comme "constitutionnel", il soutiendra plus tard une réforme électorale avec les républicains."
  12. Voir, CARCASSONNE, Jassuda Léon sur le site de la Base Léonore.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).