Encyclopédie Wikimonde

Famille Courmes

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courmes (homonymie).

Famille Courmes
Image illustrative de l’article Famille Courmes
Armes enregistrées par Louis Courmes (religieux) à L'Armorial général en 1696

Blasonnement De sinople à la bande d'or[1].
Période XVIe siècle - aujourd'hui
Pays ou province d’origine Blason Grasse Pays de Grasse
Blason Provence Provence
Charges Consul de Grasse
Conseiller général du Var
Député du Var
Maire de Grasse
Fonctions militaires Officiers, aviateur
Récompenses civiles Ordre royal de la Légion d'honneur
Récompenses militaires Ordre national de la Légion d'honneur
Décoration du Lys[réf. nécessaire]
Croix de guerre 14-18
Croix de guerre 39-45

La famille Courmes olim Corme est une famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française originaire de Grasse[2] où ses membres deviennent au XVIIIe siècle négociants et fabricants de savon[3] et font alors partie des familles bourgeoises de la ville[2]. Elle remonte sa filiation prouvée à Luc Corme, capitaine huguenot, qui teste en 1580.[réf. nécessaire]

Etymologie

Marie-Thérèse Morlet, écrit dans son Dictionnaire étymologique des noms de famille que "Courmes est un nom de localité d'origine, canton Le Bar-sur-Loup (Alpes-Maritime), (Corma 1176) et qu'il représente probablement un ancien provençal Corma, cornouille.[4].

Frédéric Mistral dans Lou Tresor dóu Felibrige écrit que Courmo, Courmes est un nom de lieu dans les Alpes-Maritimes et que Courmes est un nom de famille provençale[5].

Famille Courmes subsistante

Au XVIIIe siècle les membres de la famille Courmes deviennent négociants et fabricants de savon à Grasse[3] « Négociants en huile, fabricants de savon, armateurs, achetant et vendant de tout, les Courmes possédaient des entrepôts à Grasse et à Cannes »[6]. Devenus grands bourgeois du négoce à Grasse[2], l'un d'eux est nommé maire de Grasse en 1830 et élu député du Var en 1831. Restés royaliste[7], ils ont appartenu à la haute société grassoise jusqu’à la Monarchie de Juillet[8]. Au XIXe siècle le développement de leurs affaires les pousse hors les murailles de leur ville, ils ont été l'une des deux plus importantes familles d'armateurs grassois de Marseille[9].

Maurice d'Armagnac Delcer de Puymège dans « Les vieux noms de la France méridionale et centrale »[10]donne les grandes lignes de la généalogie de cette famille[source insuffisante]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le capitaine huguenot Luc Corme (teste en 1580 et mort avant 1620), marié à Jehane Henric. Dont :
    • Antoine Corme, maître cordonnier, décédé avant mars 1638, marié le 30 décembre 1604 à Honorade Albarne. Dont :
      • Nicolas Courmes, né le 8 août 1616, marié le 28 décembre 1643 à Lucrèce Pons. Dont :
        • Honoré Courmes, bourgeois de Grasse, (1661-1733), marié le 9 décembre 1683 à Jeanne Guidal (1659-1724). Dont :
          • Nicolas Courmes, procureur au siège, né le 26 septembre 1684, marié le 26 août 1708 à Marie-Anne Blacas. Dont :
            • Anne Courmes, née en 1719, mariée le 22 juillet 1748 au capitaine Charles-Étienne d'Antelmy.
          • Claire Courmes (1694-1758), mariée le 6 février 1713 à Jacques Isnard, négociant en cuirs, blé et huille[11] (1691-1772). Dont :
            • Françoise Isnard (1722-1805), mariée à Antoine Court de Fontmichel (1718-1786).
            • Maximin Isnard (1731-1799), marié à Anne-Therese Fanton d'Andon, dont baron Maximin Isnard.
        • Gaspard Courmes, marchand et bourgeois de Grasse, né le 6 novembre 1664 et mort en 1749, marié le 2 mars 1699 à Françoise Ferron-Vidal (1682-1748), inhumé dans la crypte de la Cathédrale Notre-Dame-du-Puy de Grasse. Dont :
          • Marie-Françoise Courmes, née le 2 mars 1690.
          • Claude Courmes, négociant et bourgeois de Grasse, né le 27 janvier 1703, marié le 3 mars 1727 à Marie-Marguerite Pons. Dont :
            • Pierre-Gaspard Courmes (1731-1802), négociant et bourgeois de Grasse, consul de Grasse, administrateur du département du Var (1792), recteur des Pénitents blancs de Grasse (1770-1783-1789)[12], marié en 1762 à Marie-Marguerite Dheran. Dont :
              • Claude-Marie Courmes (1770-1865), bourgeois de Grasse, négociant et fabriquant de savon, armateur. Conseiller général (1811-1833) et député du Var (1831-1834), maire de Grasse (1830-1835)[13],. Marié en 1801 à Marie Marguerite Justine Isnard (1779-1851), nièce du Baron Maximin Isnard. Dont :
                • Claude-Joseph Courmes (1809-1890), négociant établi à Marseille, marié en 1843 à Marie-Baptistine Mottet[14]. En 1834 il se bat en duel au pistolet avec M. Guérin, procureur du roi à Grasse qui eut le bras traversé d'une balle[15]. Dont :
                • Madeleine Françoise Courmes, née le 4 octobre 1801, mariée en 1822 au docteur Fortuné Maure, maire et conseiller général de Grasse, député du Var puis des Alpes-Maritimes, morts tous deux le 23 août 1880[14].
                • Antoinette Courmes, morte en 1881[14].
              • Antoine Joseph Matthieu Courmes (1777-1858), bourgeois, négociant et consul de Grasse, il acheta avec son frère, en 1813, l'ancien hôtel particulier de Cabris[14], marié à Justine Boulay. Dont :
                • Françoise-Clémence Courmes, née le 3 décembre 1814, marié le 26 avril 1835 à Claude Mottet, industriel parfumeur. Dont :
                  • Marie Mottet (1845-1917), mariée le 22 avril 1867 Honoré à Ernest de Geoffroy marquis du Rouret, capitaine de frégate, chevalier de la Légion d'honneur.
                • Léonie Courmes (1824-1899), mariée en 1843 à Joseph Luce (1809-1893), son voisin, habitant l'Hôtel particulier de Villeneuve tout proche, riche banquier et maire de Grasse[17]. Ils sont les parents de Jean Luce, collectionneur et photographe distingué[18].
                • Claude-Leon Courmes, bourgeois, négociant et armateur grassois à Marseille[19], né le 28 juin 1813, marié à Laurencine Eugénie Aube. Dont :
                  • Arthur Antoine Louis Courmes, né le 29 juillet 1848, capitaine d'infanterie, il est fait chevalier de la Légion d’honneur, le 13 janvier 1907[20]. Marié à Euphémie Louise Gabrielle Segond. Dont :

Armoiries

Blason de la famille Courmes

En 1696, Louis Courme, (fils de Pierre Courmes, fils de Honoré Courmes)[réf. nécessaire] « bénéficier en l'église-cathédrale de Grasse » (religieux) fit enregistrer à l'Armorial général de France le blason de sinople à la bande d'or[1]

Hommages

  • Boulevard Courmes 06530 Saint-Cézaire-sur-Siagne : Anciennement le jardin Courmes[23], ce boulevard porte le nom de Magdeleine-Françoise Courmes en souvenir de son aide pour « faire monter l'eau courante » jusqu'à Saint-Cézaire. Elle était la fille de Claude-Marie Courmes et l'épouse de Fortuné Maure.
  • Rue Courmes 83000 Toulon : Un pharmacien du nom de Courmes descendant de Claude-Marie Courmes[réf. nécessaire] fit preuve d'un grand dévouement lors de l'épidémie de choléra.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Charles d'Hozier, Armorial général de France. Provence, Grasse, vol. 29, p. 273.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Hervé Court de Fontmichel, Le Pays de Grasse, Grasset, 1963, p. 30
  3. 3,0 et 3,1 Collection de documents inédits sur l'histoire de France, Volume 4,Numéro 5,Partie 18, Imprimerie nationale, 1908, page 623.
  4. Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille, Librairie Académique Perrin, coll. « Présence de l'histoire », 2005, p. 249
  5. Frédéric Mistral, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français : embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne , Ed. Marcel Petit, 1979, page 643.
  6. Chantal Raybaud, Cannes: un siècle de tradition maritime Editions Serre, 1987 p. 26é.
  7. Hervé Court de Fontmichel (en collaboration avec Michel Vovelle) Deux notables provençaux sous la Révolution française in Provence historique, Aix-en-Provence, 1967, p. 199
  8. Frédéric d'Agay, Les notables du premier empire, Var, CNRS, 1987, p. 211
  9. jean marie Cresp, GRASSE Capitale de la Provence Orientale, TAC éditions, 1992, p. 59
  10. Maurice Albert Léo d'Armagnac Delcer de Puymège, Les Vieux noms de la France méridionale et centrale À la Vieille France, 1981, p. 295
  11. Pierre Bonnet, Thorenc et Goethe, J.-B. Baillière, 1961, page 42.
  12. Maurice Agulhon, « Pénitents et Francs-Maçons de l'ancienne Provence », Arthème Fayard 1968. p. 158
  13. Site de l'Assemblée Nationale, base sycomore : députés français depuis 1789 : fiche Claude-Marie Courmes (1770-1865).
  14. 14,0, 14,1, 14,2, 14,3 et 14,4 Bulletin annuel, Société Fragonard, Grasse, [lire en ligne], p. 43-44 .
  15. L'ami de la religion journal ecclésiastique politique et littéraire. Tome quatre-vingt-deuxième, 1834, p. 61.(lire en ligne)
  16. Robert Maestri, Commandant Lamy, un officier français aux colonies, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 24.(lire en ligne) (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=w2IFAQAAIAAJ&focus=searchwithinvolume&q=Courmes)
  17. Hélène Costa, une Provençale passionnée Le musée provençal du costume et du bijou, 2017, p. 37, p. 65
  18. Alain Sabatier, Les photographe des Alpes-Maritimes, Jean Luce photographe et collectionneur, 2009 (lire en ligne)
  19. Jean-Marie Cresp, Grasse capitale de la Provence orientale, Tac Motifs, 1992, p. 59, p. 65
  20. « Cote LH/611/49 », base Léonore, ministère français de la Culture
  21. P. R. Reid, Colditz : The Full Story, Zenith Press, 1984, p. 304 (lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=5lFuBgAAQBAJ&printsec=frontcover&dq=P.+R.+Reid,+Colditz+:+The+Full+Story.&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj235y18MzdAhWMDiwKHTXFDngQ6AEIKjAA#v=onepage&q=courmes&f=false))
  22. Leonce Petitcolin, Les fortes têtes, 1940-1944, La forteresse de Colditz, édition France-empire, 1985
  23. Jean Gondet, Saint-Cézaire sur Siagne, histoire d'un village de Provence 1965.

Annexes

Bibliographie

  • Maurice Albert Léo d'Armagnac Delcer de Puymège, Les Vieux noms de la France méridionale et centrale (Les Vieux noms de France), À la Vieille France, 1981.
  • Hervé Court de Fontmichel, Le Pays de Grasse, Éditions Grasset, 1966 (ISBN B0000DUOXY).
  • Hervé Court de Fontmichel (en collaboration avec Michel Vovelle) Deux notables provençaux sous la Révolution française in Provence historique, Aix-en-Provence, 1967.
  • Frédéric d'Agay, Les notables du premier empire, Var, CNRS, 1987.

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).