Encyclopédie Wikimonde

Famille Le Court de Béru

Aller à : navigation, rechercher

Famille Le Court de Béru
Image illustrative de l’article Famille Le Court de Béru
Armes

Blasonnement D'azur à une aigle bicéphale éployée d'or
Pays ou province d’origine Yonne
Fiefs tenus Béru (Yonne)
Fonctions militaires Général de division

La famille Le Court de Béru est une famille subsistante de la noblesse française, originaire de l'Yonne, anoblie par lettres de relief de dérogeance en 1687[1],[2], ou 1686[3]. Elle acquit en 1627 la seigneurie de Béru dans l'Yonne, dont elle ajouta le nom au sien.

Histoire

  • Henri Jougla de Morenas dans le Grand Armorial de France (1935) fait remonter la filiation de cette famille à François Le Court, écuyer, seigneur de Béru, marié à Marguerite de Martinat, d'où François Le Court, marié en 1655 à Marie Caillat, qui obtint en 1686 des lettres de relief de dérogeance[3].
  • Henri Frotier de La Messelière dans Filiations bretonnes 1650-1912 (1913) fait remonter sa filiation à François Le Court, écuyer, seigneur de Béru, maintenu noble à la Cour des aides en 1686[4].
  • Fernand de Saint-Simon dans le Dictionnaire de la noblesse française (1975)[2] et Régis Valette dans le Catalogue de la noblesse française (2007)[1] écrivent que la famille Le Court de Béru a été anoblie par lettres de relief de dérogeance en 1687.

Personnalités

Propriétés

En 1627, François Le Court acheta la seigneurie de Béru, dans l'Yonne[5].

La famille posséda ou possède les propriétés suivantes[réf. souhaitée] :

  • Château de Béru (Yonne)
  • Château du Plessis-Bouquelon (Eure)
  • Château d'Ouville-l'abbaye (Seine Maritime)
  • Château de Canappeville (détruit) (Calvados)

Armes

  • D'azur à une aigle bicéphale éployé d'or[1].

Divers

En 1975, la justice refusa la demande de la famille Le Court de Béru de l'interdiction du diminutif "Béru" pour l'inspecteur Bérurier, personnage de la série des romans policiers San-Antonio de Frédéric Dard[6].

Alliances

Les principales alliances de la famille Le Court de Béru sont : de Martignat, Caillat (1655), Bogne de Franchy (1692), de Palluau (1749), Hardy, Perrotin de Barmont, de Guériff de Launay, Hercelin, du Tillet (1822), Duval de Lescaudé (1856), Bertera, Le Bas du Plessis, de Benoist de Gentissart (1904), de Chérisey, de la Barre, Le Bœuf d'Osmoy (1921), de Jousselin (1927), de Blocquel de Croix de Wismes, Chodron de Courcel.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Editions Robert Laffont, 2007, page 121
  2. 2,0 et 2,1 E. de Séréville et F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, Editions La Société française au XXe siècle, 1975, page 630
  3. 3,0 et 3,1 Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome III, page 89 ([PDF] lire en ligne)
  4. Henri Frotier de La Messelière, Filiations bretonnes. 1650-1912, volume 2, impr. J. Floch, 1965, page 71
  5. Françoise Vignier, Bourgogne : Nivernais, Berger-Levrault, 1980, page 55 (lire en ligne)
  6. La Gazette du Palais : Supplément au Journal judiciaire quotidien, contenant le jurisprudence et la législation publiées dans le Journal quotidien et le recueil mensuel des sommaires, Volume 95, Partie 2, 1975, page 649.

Bibliographie

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).