Encyclopédie Wikimonde

Famille Taudou

Aller à : navigation, rechercher

Taudou
Blasonnement (remaniement 2012) Écu de gueule à la croix cléché d'or, à la bande d'argent, à la pointe de pourpre à la hure de sable et à la croix encrée de sable
Devise usque ad mortem ou Fins a la mòrt (Jusqu'à la mort)
Période IXe siècle au XIIIe siècle
Pays ou province d’origine Languedoc
Allégeance Empire carolingien
Francie occidentale
Royaume de France et de Navarre Royaume de France et de Navarre
Fiefs tenus Seigneurie de Villemagne (actuellement commune de Lagrasse) (Aude)
Fonctions militaires Chevalier

La famille Taudou seigneur de Villemagne, originaire des Corbières, est une famille de la noblesse française qui régnait sur le petit Val de Dagne du IXe siècle au XIIIe siècle. Il subsiste aujourd'hui quelques héritiers, notamment les héritiers directs (lignée agnatique). Cependant ce titre détenu durant plus de trois siècles fut perdu au XIIIe siècle durant Croisade des Albigeois, car ces seigneurs méridionaux n'appliquaient pas les lois du roi (qui divergeaient avec la culture et la morale languedocienne). De plus la famille Taudou s'était converti au catharisme, allant à l'encontre de la foi Catholique du royaume de France.

Histoire

Anoblissement

La légende familiale dit que Pierre 1er Taudou était un paysan et un soldat de l'armée royale, lors des conflits entre le royaume Carolingien et le royaume Wisigoth. Il aurait été anobli par le comte de Carcassonne, Bello de Carcassonne, pour une « preuve de courage » lors d'une bataille. Pendant le combat un ennemi aurait tenté de tuer le comte, Pierre décochant alors une flèche, aurait tué cet attaquant, sauvant ainsi la vie du comte. [1].

C'est de Pierre l'ancien que nous viens la citation « La vie d'un homme est éphémère, mais sa gloire est éternelle ».

Perte du titre

C'est au XIIIe siècle siècle que la famille Taudou perd la seigneurie de Villemagne et que l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse, qui était une des abbayes bénédictines les plus puissantes de France, assimila les terres.

Principales personnalités

  • Antoine Antonin Barthélemy Taudou (24 août 1846-6 juillt 1925), violoniste et compositeur français, chevalier de la légion d'honneur 1903.
  • Élie Taudou (26 Mai 1890-2 octobre 1918), était deuxième canonnier servant au 154e rég. d'artillerie. Il est mort au combat à l'âge de 28 ans et est inhumé à Ypres en Belgique[2]. Il était chevalier de la croix de guerre (1914-1918) pour acte de bravoure (Excellent soldat, d'un sang-froid et d'une bravoure remarquables. Le 1er septembre 1916, le chef de pièce et tous les servants ayant été mis hors de combat, il a continué à servir seul sa pièce, sous un violent bombardement)[3].
  • Jacques Taudou (1207-1244), faydits, il est le fils de Pierre Taudou (1183-1209).
  • Jean Taudou, sixième et neuvième maire de Montlaur. de 1840-1848 et de 1856-1876.
  • Joseph Taudou, onzième maire de Montlaur. de 1876-inconnu.
  • Paul Taudou est le premier maire de Montlaur. Élu en 1791, il sera maire jusqu'en 1816. Lors de la prise de ces fonctions en 1791 il aurait cité Pierre 1er [4]..
  • Paul Henri Auguste Taudou (1906-1998) est maire de Camplong-d'Aude de 1975 à 1989. Il fut chef de la résistance communiste des Basses Corbières[5], sous le nom d'Arthur. La salle des fêtes communale de Camplong-d'Aude, porte le nom de salle Paul Taudou, en honneur à l'ancien résistant et maire du village.
  • Philippe Taudou, cinquième maire de Montlaur. de 1834-1840.
  • Pierre 1er Taudou (VIIIe siècle-IXe siècle), dit Pierre l'ancien est le premier anobli de la famille[réf. nécessaire].
  • Pierre Taudou (1183-1209), il faisait partis des chevalier de Raimond-Roger Trencavel.

Personnalités rattachées à la famille Taudou

Armes, devise

  • Armes : Écu de gueule à la croix cléché d'or, à la bande d'argent, à la pointe de pourpre à la hure de sable et à la croix cathare de sable; le dit écu timbré d'un casque de gentilhomme ancien orné de ses lambrequins de gueule et de pourpre
  • Devise : Fins a la mòrt (Jusqu'à la mort) en occitan.

Particularités

Le sanglier est le symbole de la famille et Singlar (sanglier en occitan) en est le protecteur.

C'est le sanglier qui a inspiré les émaux[Note 1] du blason, gueules[Note 2] et pourpre[Note 3]. Le sanglier symbolise le « courage » et la « puissance », c'est pour cela que ses couleurs sont celles de la famille.

Le sanglier étant un animal puissant et courageux, il se bat jusqu'à la mort, d'où la devise de la famille.

Le plus vieux héritier se fait appeler le sanglier des Corbières ou du Val de dagne et son fils Le marcassin des Corbières ou du val de dagne[réf. nécessaire].

Le Laurier noble et le Buis sont les plantes symbole de la famille.

Cette famille a eu certains de ces membres faisant parti de la Franc-maçonnerie, comme Paul Taudou, le premier maire de Montlaur.

Documents officiels

Lettre de noblesse famille Taudou

Comme beaucoup de familles de petite noblesse méridionales il y a peu de documents officiels. Les lettres de noblesse de la famille sont détenues par les agnats de Camplong-d'Aude. Elles sont en vélin, ce qui les rend extrêmement fragile.

Citations

  • Pierre 1er Taudou (VIIIe siècle-IXe siècle) : La vie d'un homme est éphémère, mais sa gloire est éternelle.
  • Jean étienne Sicret (grand père maternelle de Paul Henri Auguste Taudou), Officier de cavalerie de l'École impériale de cavalerie : Certains vivent d'espoir, moi je vie de souvenirs.

Notes et références

Notes

  1. L'émail (pluriel "émaux") est le terme technique héraldique pour désigner la couleur.
  2. Le gueules est un émail héraldique de couleur rouge.
  3. La couleur pourpre héraldique est un émail héraldique de couleur allant du violet au gris violacé.

Références

"Les notables de l'Aude au moyen-age", Charles Dimurron, auteur auto-édité, 1996.

"Le Languedoc sous la domination française", François Michel Parazols, 1883.

"Atacini, Volques, Romains, Wisigoths. La naissance de la nation Languedocienne", Emmanuelle Peyre, 2001.

  1. Les informations relatives à l'histoire de Pierre Taudou ne sont pas prouvées historiquement et restent une légende familiale racontée par les anciens
  2. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/complementter.php?id=5303915&largeur=1366&hauteur=768
  3. HISTORIQUE DU 154è REGIMENT D’ARTILLERIE A PIED PENDANT LA GUERRE 1914-1918
  4. http://www.annuaire-mairie.fr/ancien-maire-montlaur-11.html
  5. La résistance audoise tome 1 & 2, Lucien Maury, édition 1980.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).