Encyclopédie Wikimonde

Famille d'Estienne du Bourguet

Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille d'Estienne du Bourguet.

Famille d'Estienne du Bourguet
Image illustrative de l’article Famille d'Estienne du Bourguet
Armes

Blasonnement d'azur à la fasce d'or accompagnée de trois besants d'argent, deux en chef et un en pointe.
Lignées Cohen puis Estienne
Période XVIe siècle-XIXe siècle
Pays ou province d’origine Aix (Provence)


La famille d'Estienne du Bourguet a pour origine la famille Cohen, une famille marchande juive d'Aix-en-Provence qui se convertie au christianisme en 1501 et qui changea son nom "Cohen" en "Estienne"[1] [2].

Elle s'est éteinte en ligne légitime en 1875[3],

une descendance naturelle subsiste issue de Jean Baptiste Poulet, né le 7 janvier 1805 à Paris 12e[4], fils naturel de Marie Philippine Françoise Poulet[5], reconnu sous le nom Dubourguet par Jean-Baptiste d'Estienne du Bourguet, célibataire (1760-1821) par acte déposé à la mairie du 12e arrondissement de Paris en date du 14 avril 1823[5].

Jean Baptiste Dubourguet épousa à Montigny-La-Resle (Yonne) le 4 octobre 1831 Rose Marie Madeleine Darlot, fille de Louis Darlot, laboureur, d'où postérité.

Jean Gallian a donné la généalogie de la famille Cohen [6] et la généalogie de la descendance naturelle Dubourguet se trouve sur geneanet[7]


Origine et histoire

En septembre 1501 une partie de la communauté juive de Provence, se convertit au christianisme[8].

Parmi ces familles, la famille Cohen qui était une famille de marchands juifs installée en Provence, prit le nom Estienne puis d'Estienne lors de sa conversion[9].

La famille Cohen est issue de Gabriel Cohen, qui de son mariage avec Joye de Verdenia (devenue Marie Estienne) aura trois fils[10]:

  • Jacob Cohen mégissier à Aix, devenu Claude Estienne, à l'origine de la famille d'Estienne du Bourguet[10]
  • José Gabriel Cohen, devenu Jean Estienne[10]
  • Peres Gabriel Cohen, baptisé en 1501, devenu Honoré Estienne à l'origine des familles d'Estienne de Saint-Jean et d'Estienne d'Orves[11] [10].

Ses trois fils Jacob Cohen, José Gabriel Cohen et Peres Gabriel Cohen se convertissent au christianisme fin juin 1501 et changent leurs prénoms et leur nom Cohen en Estienne[12] [13].

Filiation

Descendance de Jacob Gabriel Cohen :

  • Jacob Gabriel Cohen dit Claude Estienne[14], mégissier (tanneur) à Aix, fils de Jacob Cohen et de Joye de Verdenia (dite Marie Estienne) fait son testament le 16 octobre 1516. Il épouse en première noce le 15 décembre 1488 Roza Haïm (de Carpentras), dite décédé en 1516 (de religion juive) et en deuxième noce Jaumette (chrétienne ou nouvelle chrétienne) de qui il aura huit enfants (Françoise, Honorate, Anthonone, Annie, Jacques, Philibert, Etienne, Anthonin)[15] [16].
    • Philibert Estienne (fils de Claude Estienne et de sa deuxième épouse Jaumette), né à Aix vers 1500, mort à Aix le 31 mai 1572, bourgeois et marchand mercier à Aix-en-Provence, épousa le 15 mai 1524 Beatrix Autran[17], dont deux fils connus : Joseph Estienne et Etienne Estienne, auteurs de deux branches.

Branche d'Estienne du Bourguet (éteinte en ligne légitime) :

Cette branche a pour auteur Joseph Estienne, seigneur du Bourguet (+ 1603), greffier de la sénéchaussée d'Aix puis conseiller du roi, marié à Honorade de Guérin[18] [19]

Extinction

La famille d'Estienne du Bourguet s'est éteinte en ligne légitime en 1875 avec Guillaume-Auguste d'Estienne du Bourguet[20].

Pierre-Marie Dioudonnat dans Le Simili nobiliaire français (2002) écrit: « La famille d'Estienne du Bourguet qui appartenait à la noblesse provençale s'est éteinte au XIXe siècle. Celle qui subsiste actuellement à Paris sous ce nom portait encore au début du XXe siècle, celui de DUBOURGUET. »[21].


Descendance naturelle sous le nom Dubourguet

  • Jean-Baptiste d'Estienne du Bourguet (né le 25 février 1760 à Aix-en-Provence et mort le 25 février 1821 à Aix-en-Provence) reconnu « par acte déposé à la mairie du 12e arrondissement de Paris en date du 14 avril mille huit cent vingt-trois » Jean-Baptiste Théodore Poulet, fils naturel de Marie Philippine Françoise Poulet[5], né le 7 janvier 1805 à Paris 12e[4].
    • Jean Baptiste Théodore Poulet puis Dubourguet (« le comparant n’a pris le nom de Dubourguet que depuis qu’il a été reconnu par acte déposé à la mairie du 12e arrondissement de Paris en date du 14 avril mille huit cent vingt-trois »)[5], « apprenti-horloger, âgé de 26 ans et plus. Né à Paris et que depuis qu’il est sorti du service militaire il n’a acquis de domicile ni pris de résidence nulle part, attendu qu’il n’a fait que voyager et qu'il désire prendre son domicile à Montigny où il réside depuis quelques temps »[5], marié à Montigny-La-Resle (Yonne) le 4 octobre 1831 avec Rose Marie Madeleine Darlot, fille de Louis Darlot, laboureur et de Marie Madeleine Lombard[5]. Ensuite épicier à Montigny-La-Resle (Yonne)[22]. Dont :
      • Edme Théodore Dubourguet, né le 24 septembre 1832 à Montigny-La-Resle (Yonne)[22]. "Employé, demeurant à Paris, rue Bellefond". Marié à Eugénie Merle[23]. dont:
        • Eugène Dubourguet, né le 3 mars 1860 à Montigny-La-Resle (Yonne)[23].
      • Jean-Baptiste Théodore Dubourguet, né le 22 décembre 1833 à Montigny-La-Resle (Yonne)[24], mort le 24 Janvier 1834 à Champignelles (Yonne).
      • Honorine Louise Dubourguet, né le 1er mars 1835 à Montigny-La-Resle (Yonne)[25], morte à Montigny-La-Resle le XX 1835.
      • Amable Sébastien Dubourguet, né le 6 février 1836 à Montigny-La-Resle (Yonne)[26]. Marchand de faïences, domicilié 21 rue St Jacques, Paris 5e, marié le 9 Septembre 1862 à Paris 5e à Marie Elise Ciolino[27].
      • Marie Elisabeth Dubourguet, née le 19 novembre 1837 à Montigny-La-Resle (Yonne)[28].
      • Marie Séverine Dubourguet, née le 22 octobre 1840 à Montigny-La-Resle (Yonne)[29].
      • Léon Dubourguet, né le 26 mai 1845 à Montigny-La-Resle (Yonne) (jumeau du suivant)[30].
      • Jules Dubourguet, né le 26 mai 1845 à Montigny-La-Resle (Yonne) (jumeau/cadet du précédent). Fabricant d'encrier puis marchand de bois, demeurant à Paris, 23 rue Michel Lecomte, marié 1) le 14 mai 1870 à Paris 6e à Nelly Eugénie Jupin[31]; 2) le 29 mai 1912 à Paris 3e avec Emma Emerance Dantin (veuve Desbiens)[32].


Bibliographie


Notes et références

  1. Provence historique: revue trimestrielle, Volume 49, 1999, page 300. (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=YutnAAAAMAAJ&dq=%22Claude+Estienne%22&focus=searchwithinvolume&q=%22Estienne%22)
  2. Perpignan, l'histoire des Juifs dans la ville (XIIe-XXe siècles), Association Amitié judéo-chrétienne (Perpignan, France), 2003, page 69. (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=wCVMAQAAIAAJ&dq=Cohen+Estienne+Aix&focus=searchwithinvolume&q=+Estienne)
  3. Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence,1994, page 274 (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=kFxmAAAAMAAJ&dq=encyclop%C3%A9die+de+la+fausse+noblesse+et+de+la+noblesse+d%27apparence&focus=searchwithinvolume&q=Estienne)
  4. 4,0 et 4,1 Archives de la Ville de Paris, Etat-civil reconstitué, V3E/N page 23/51 : naissance de Jean Baptiste Théodore Poulet le 7 janvier 1805 à Paris 12e.
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4 et 5,5 Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1831, folio 129/202 : acte de mariage le 4 octobre 1831 de Jean Baptiste Théodore Dubourguet fils naturel de Jean-Baptiste d’Estienne Dubourguet, homme de lettres, ancien capitaine de vaisseaux, chevalier de Saint-Louis, demeurant et décédé à Aix, et de Marie Philippine Françoise Poulet, demeurant et décédé à Paris avec Rose Marie Madeleine Darlot, sans profession, âgée de vingt ans, née et demeurant chez son père à Montigny, fille de Louis Darlot, laboureur et de Marie Madeleine Lombard.
  6. Jean Gallian : Généalogie de la famille Cohen et des branches d'Estienne
    • Provence historique: revue trimestrielle, Volume 49, 1999, page 300. (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=YutnAAAAMAAJ&dq=%22Claude+Estienne%22&focus=searchwithinvolume&q=%22Estienne%22)
  7. [1]
  8. Danielle Iancu-Agou, in CNRS-UMR 8584 Nouvelle Gallia Judaica.
  9. L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe-XVIe siècles): exils et conversions, Peeters Publishers, 2005. (https://books.google.fr/books?id=9inGk3D-hcYC&pg=PA263&dq=Testament+de+Claude+Estienne++m%C3%A9gissier+dAix++(16+octobre+1516)&hl=fr&sa=X&ved=0CCEQ6AEwAGoVChMIm9Dv77LlyAIVUvRjCh2HJw5R#v=onepage&q=Testament%20de%20Claude%20Estienne%20%20m%C3%A9gissier%20dAix%20%20(16%20octobre%201516)&f=false)
  10. 10,0, 10,1, 10,2 et 10,3 L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe-XVIe siècles): exils et conversions, Peeters Publishers, 2005. (https://books.google.fr/books?id=9inGk3D-hcYC&pg=PA263&dq=Testament+de+Claude+Estienne++m%C3%A9gissier+dAix++(16+octobre+1516)&hl=fr&sa=X&ved=0CCEQ6AEwAGoVChMIm9Dv77LlyAIVUvRjCh2HJw5R#v=onepage&q=Testament%20de%20Claude%20Estienne%20%20m%C3%A9gissier%20dAix%20%20(16%20octobre%201516)&f=false)
  11. Jean Gallian Généalogie de la famille d'Estienne.
  12. Béatrice Leroy, Jean Pierre Barraqué, Véronique Lamazou-Duplan, Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule ibérique, France et Italie au Moyen Âge: études offertes à Béatrice Leroy, Atlantica, 2006, page 281. (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=yqhtAAAAMAAJ&dq=%22Claude%2C+Honnorat+et+Jean+Estienne+sont+issus%22&focus=searchwithinvolume&q=%22Lorsque+fin+juillet+1501%2C+d%27apr%C3%A8s%22)
  13. Claire Dolan, Le notaire, la famille et la ville: Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle, Presses Univ. du Mirail, 1998, pages 197-198. (https://books.google.fr/books?id=N61A6QGzaaEC&pg=PA197&dq=%22Philibert+Estienne%22&hl=fr&sa=X&ved=0CBwQ6AEwAGoVChMImfDl-MXcyAIVBOdjCh2o-gAi#v=onepage&q=%22une%20certaine%20Marguerite%20de%20Saint-Jacques%22&f=false)
  14. Provence historique: revue trimestrielle, Volume 49, page 300 (https://books.google.fr/books?id=YutnAAAAMAAJ&q=%22Claude+Estienne%22&dq=%22Claude+Estienne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjy-eaY85_SAhUUWmMKHcwwCe04FBDoAQhIMAg)
  15. L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe-XVIe siècles): exils et conversions, tableau généalogique page 263. (https://books.google.fr/books?id=9inGk3D-hcYC&pg=PA263&dq=Testament+de+Claude+Estienne++m%C3%A9gissier+dAix++(16+octobre+1516)&hl=fr&sa=X&ved=0CCEQ6AEwAGoVChMIm9Dv77LlyAIVUvRjCh2HJw5R#v=onepage&q=Testament%20de%20Claude%20Estienne%20%20m%C3%A9gissier%20dAix%20%20(16%20octobre%201516)&f=false)
  16. Béatrice Leroy, Jean Pierre Barraqué, Véronique Lamazou-Duplan, Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule ibérique, France et Italie au Moyen Âge: études offertes à Béatrice Leroy, Atlantica, 2006, page 286. (https://books.google.fr/books?id=yqhtAAAAMAAJ&q=%22Claude+Estienne%22&dq=%22Claude+Estienne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjy-eaY85_SAhUUWmMKHcwwCe04FBDoAQhMMAk)
  17. Gabriel Audisio, Religion et identité: actes du colloque d'Aix-en-Provence octobre 1996, Publications de l'Université de Provence, 1998, page 101. (https://books.google.fr/books?hl=fr&id=VPbYAAAAMAAJ&dq=%22Etienne+estienne%22&focus=searchwithinvolume&q=%22n%C3%A9ophytes.+Etienne+%C3%A9pouse+d%27abord+Marguerite+de+Saint-Jacques%22)
  18. Claire Dolan, Le notaire, la famille et la ville: Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle, Presses Univ. du Mirail, 1998, page 197. (https://books.google.fr/books?id=N61A6QGzaaEC&pg=PA197&dq=%22Etienne+Estienne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiX-OCW_Z_SAhUM3mMKHXLkCHcQ6AEIHDAA#v=onepage&q=%22Etienne%20Estienne%22&f=false)
  19. Henri Gourdon de Genouillac, Nobiliaire du département des Bouches-du-Rhône, 1863, page 80. (https://books.google.fr/books?id=kVtIRsouUgEC&pg=PA80&dq=Philibert+Estienne+du+Bourguet&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiMxMjQgaDSAhVM8GMKHUZYBsgQ6AEIGjAA#v=onepage&q=Philibert%20Estienne%20du%20Bourguet&f=false)
  20. Gustave Chaix d'Est-Ange Dictionnaire des familles francaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, 1918, tome XVI, pages 277 à 279 : Famille d'Estienne du Bourguet.
  21. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili nobiliaire français, 2002, page 204.
  22. 22,0 et 22,1 Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1832, folio 23/202 : acte de naissance le 25 octobre 1832 d'Edme Théodore Dubourguet.
  23. 23,0 et 23,1 Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1860, folio 24/277 : acte de naissance le 3 mars 1860 d'Eugène Dubourguet.
  24. Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1833, folio 31/202 : acte de naissance le 22 décembre 1833 de Jean-Baptiste Dubourguet.
  25. Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1835, folio 41/202 : acte de naissance le 1er mars 1835 d'Honorine Louise Dubourguet. (https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53482206c9584/daogrp/0/41)
  26. Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1836, folio 49/202 : acte de naissance le 8 février 1836 d'Amable Sébastien Dubourguet. (https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53482206c9584/daogrp/0/49)
  27. Etat-civil en ligne de Paris : 1862, mariages Paris 5e V4E 514, folio 2/31 acte n° 688 : acte de mariage le 9 septembre 1862 d'Amable Sébastien Dubourguet avec Marie Elise Ciolino.
  28. Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1837, folio 59/202 : acte de naissance le 20 novembre 1837 de Marie Elisabeth Dubourguet. (https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53482206c9584/daogrp/0/59)
  29. Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1840, folio 18/207 : acte de naissance le 22 octobre 1840 de Marie Séverine Dubourguet. (https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53482206d66aa/daogrp/0/18)
  30. Etat-civil en ligne de L'Yonne, Montigny-La-Resle, 1845, folio 45/207 : acte de naissance le 27 mai 1845 de Léon Dubourguet et Jules Dubourguet, jumeaux. (https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53482206d66aa/daogrp/0/45)
  31. [ Etat-civil en ligne de Paris : 1862, mariages Paris 6e V4E 760, folio 25/31 acte n° 302 : acte de mariage le 14 mai 1870 de Jules Dubourguet avec Nelly Eugénie Jupin.]
  32. Etat-civil en ligne de Paris : 1912, mariages Paris 3e 3M 219, folio 6/22 acte n° 521 : acte de mariage le 29 mai 1912 de Jules Dubourguet avec Emma Emerance Dantin

Cet article « Famille d'Estienne du Bourguet » est issu de Wikimonde Plus.