Encyclopédie Wikimonde

Famille de Coppier

Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Coppier.

La Famille de Coppier (Copier, Coupier ou Couppier) est une famille savoyarde de la noblesse d'extraction[1], originaire du comté de Genève, qui s'est ensuite implantée en Val d'Abondance, puis dans le duché de Savoie. Cette famille est inscrite à l'ANF depuis 1966[2].

Le comte Amédée de Foras indique dans son ouvrage qu'il n'est « guère possible actuellement de retrouver assez de documents pour rattacher à une souche commune tous les Coppier », distinguant ainsi les différentes familles de Savoie mais aussi celles implantées en Dauphiné[3]. Elle semble, selon l'héraldiste savoyard, avoir retrouvé par deux fois sa qualité de noble, en 1565 et 1829[3].

Histoire de la famille

La famille de Coppier est installée dans le comté de Genève dès le XIIIe siècle[3]. La plupart des membres connus entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle sont notaires[3].

La noblesse des Coppier est contestée au milieu du XVIe siècle par les communiers[Note 1] des Ollières, (« Les communes qui avaient intérêt à faire participer à la Taille le plus grand nombre de communiers possible saisissaient souvent le prétexte le plus futile pour essayer de [faire] cotiser ceux que l'on pouvait supposer être usurpateurs de noblesse »)[3]. Ils sont réhabilités par une lettre patente du du duc Emmanuel-Philibert de Savoie, « vérifiée le 20 décembre suivant (Archives de la Chambres des Comptes de Turin) »[3].

Cette noblesse est à nouveau contestée par le curé des Ollières, sous prétexte de l'exercice d'offices notariaux contraires à noblesse, en 1594[3]. Le comte de Foras, auteur de l'Armorial et Nobiliaire de l'Ancien Duché de Savoie, mentionne que le Président Favre, jurisconsulte incontesté de Savoie, déclare que « les notaires des princes jouissent des privilèges de la noblesse ». Le curé n'avait aucun titre à vérifier la noblesse de ses paroissiens et un autre procès de 1598 justifie la qualité de noble de la famille de Coppier[6].

Amédée de Foras note une « interruption positive de la noblesse » survenue en 1603 en raison de la pratique du commerce dans la vallée d'Abondance, « Ce qui n'a pas empêché cette famille de produire des personnages distingués: François Coppier, chanoine du Chapitre d'Annecy, premier aumônier de Sa Majesté, confesseur ordinaire de la Reine au château royal de Turin en 1727-1728 et son frère Jean-Claude Coppier, docteur en Sorbonne, doyen du Chapitre d'Annecy »[3].

En 1829, la famille de Coppier est à nouveau réhabilitée dans son ancienne noblesse, sous le règne du roi de Sardaigne, Charles-Félix de Savoie[3].

Héraldique

Famille de Coppier

Les armes de la famille de Coppier se blasonnent ainsi : "d'azur à trois coupes d'or[3].

Branches cadettes[réf. nécessaire]

Notes et références

Notes

  1. Les « communiers ou comparsoniers, consorts ou jomarons » sont un regroupement ou encore association de plusieurs familles paysannes[4], « soit dans le cadre d'une paroisse, soit dans la possession ou l'exploitation d'un bien indivis »[5].

Autres références

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, chapitre Savoie, p.67
  2. Annuaire de l'ANF 2017, Albédia, Aurillac, p.35
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3, 3,4, 3,5, 3,6, 3,7, 3,8 et 3,9 Foras, p. 163-167.
  4. Thérèse Leguay et Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-877-47804-5, lire en ligne), p. 43.
  5. Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 413.
  6. Foras, p. 167.
  7. [1]
  8. [2]

Voir aussi

Bibliographie

  • Comte Amédée de Foras, continué par le comte F.-C. de Mareschal, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 2, Grenoble, Allier Frères, 1863-1910, 375 p. (lire en ligne), p. 163-167, « Coppier (de) »
  • Gustave de Rivoire de La Bâtie, Armorial de Dauphiné contenant les armoiries figurées de toutes les familles nobles et notables de cette province, accompagnées de notices généalogiques complétant les nobiliaires de Chorier et de Guy Allard, Lyon, Imprimerie Louis Perrin (réimpr. 1969 (Allier - Grenoble)) (1re éd. 1867), 821 p.
  • Louis de la Roque, Catalogue des chevaliers de Malte, appelés successivement Chevaliers de l'Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes, de Malte - 1099-1800, Alp. Desaide, Paris, 1891,

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).