Encyclopédie Wikimonde

Famille de Prudhomme

Aller à : navigation, rechercher

Familles de Prudhomme
Lignées Famille de Prud'homme du Roc (Quercy)
Famille de Prudhomme de Meslay (Touraine)
Famille Prudhomme de La Boussinière (Sarthe et Maine)

de Prud'homme du Roc, de Prudhomme de Meslay et de Prudhomme de la Boussinière sont les noms portés par trois familles du Quercy, de Touraine et de la Sarthe que certains auteurs relient entre-elles.

Seule subsiste de nos jours la famille Prudhomme de La Boussinière mentionnée par Régis Valette comme originaire du Maine et appartenant à la noblesse française avec pour principe de noblesse pour une branche cadette subistante une charge de secrétaire du roi de 1782 à 1790 et mentionnée par d'autres auteurs comme étant une famille de noblesse inachevée, expression faisant toutefois débat.

Origines

D’après Claude Drigon marquis de Magny la famille de Prudhomme de Meslay et la famille Prudhomme de La Boussinière sont issues de la famille de Prud’homme du Roc du Quercy dont la noblesse remonte au début du XIIIe siècle[1].

Ce rattachement n’est pas donné par François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois[2],[3] ni par Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles dans leurs généalogies de la famille Prud’homme du Roc du Quercy, ni par Henri Frottier de La Messelière dans sa généalogie de la famille Prudhomme de la Boussinière qu'il indique originaire de la Sarthe et remontant à Guillaume Prudhomme "paroissien de Mareil-en-Champagne" en 1674[4].

Famille de Prud'homme du Roc

Armes de la famille de Prud'homme du Roc

Selon Claude Drigon marquis de Magny cette famille, dont la noblesse remonte au commencement du XIII siècle, est issue des Prudhomme, comte de Pephrome, en Angleterre et un de ses membres, Jean de Prudhomme, passa en France avec Edouard, prince de Galles, et y fut, ainsi que ses descendants, seigneur du Roc, en Quercy[1].

Selon Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, sa filiation remonte à Jean de Prud'homme, damoiseau, viguier de la ville de Figeac dans le Lot en 1384[5].

Antoine de Prud'homme, seigneur du Roc († 1591) fit construire le château du Roc dans la commune de Fons[6].

Pendant les guerres de religion les membres de la famille de Prud'homme du Roc ont adhéré à la Ligue. Le château du Roc fut encerclé par les possessions protestantes.[réf. souhaitée]

Le dernier membre de la famille de Prud'homme du Roc fut Géraud-Louis de Prudhomme du Roc (1762-1849), chevalier de la Légion d'honneur qui ne laissa que des filles. Il prit le titre de courtoisie de vicomte[7]

Noblesse

Claude Charles de Prud'homme, seigneur de Pépronne et du Roc fut maintenu noble en 1666[8],[9].

La famille de Prud'homme du Roc fut maintenu noble en 1698 sur preuves de 1552 et comparut à Cahors en 1789[10].

Armes
  • d’azur aux 3 tours crénelées d’argent maçonnées de sable 2 et I[10].

Famille de Prudhomme de Meslay

Armes de la famille de Prudhomme de Meslay

Selon Claude Drigon marquis de Magny Vers l'an 1570, Jean de Prudhomme deuxième fils de noble Antoine de Prudhomme, seigneur du Roc, alla se fixer à Meslay, près Fié, dans la province de Normandie, et y devint la souche des Prudhomme de Meslay, branche éteinte en 1781, en la personne de Jean-François de Prudhomme de Borgia, seigneur de Meslay"[1].

La famille de Prudhomme de Meslay qui posséda la seigneurie de Meslay s'est éteinte en 1781 en la personne de Jean-François de Prudhomme seigneur de Meslay.

Selon l'"Armorial du Vendômois" et le "Bulletin de la Société archéologique de Vendomois" de 1866[11],[12], la famille de Prudhomme de Meslay et famille Prudhomme de La Boussinière seraient rattachées.

Albert Révérend dans son ouvrage "Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle" indique qu'il s'agit d'une tradition[13]. Henri Jougla de Morenas dans le "Grand Armorial de France" Tome V classe les familles de Prudhomme de Meslay et Prud'homme de La Boussinière sous une même rubrique comme appartenant à la même famille et la famille de Prud'homme du Roc sous une rubrique différente[10].

Noblesse

Charles de Prudhomme de Meslay, contrôleur ordinaire des guerres en la Généralité de Touraine fut anobli par lettres en janvier 1655 et reçut un certificat du 28 février 1666 confirmant lesdites lettres et le relevant d'être compris par la déclaration du mois de septembre 1664 qui révoquait les anoblis, depuis l'an 1634[13].

Guillaume-François et Jean-Étienne de Prud'homme de Meslay, ses petits-fils furent condamnés à 2ooo livres d'amende, avec défenses à eux de prendre la qualité d'écuyer par deux jugements du 2 et 6 juillet 1699 rendus par M. de Miromesnil, commissaire départi dans la Généralité de Tours[13].

Par arrêt du Conseil du 6 octobre 1699, le roi maintint Guillaume-François et Jean-Étienne de Prud'homme de Meslay dans leur noblesse conformément au certificat du 28 février 1666 qui exemptait Charles de Prudhomme de Meslay d'être compris par la déclaration du mois de septembre 1664 qui révoquait les anoblis, depuis l'an 1634[13].

Armes
  • D’azur aux 2 épées d’argent montés d’or posées en sautoir, et au chef d’argent chargé de 3 merlettes de sable[10].

Famille Prudhomme de La Boussinière

Armes de la famille Prudhomme de La Boussinière (lettre d'anoblissement de 1825 pour la branche éteinte)

Albert Révérend indique que d’après une tradition, cette famille Prudhomme viendrait d’Angleterre et se serait fixée en Quercy puis dans le Maine où elle a formé deux rameaux, l’un qui a possédé la terre de Meslay et l’autre celle de la Boussinière[14].

Selon Claude Drigon marquis de Magny "En 1666, Guillaume de Prudhomme, quatrième fils de Charles de Prudhomme de Meslay, s'établit à la Verrerie du Plessis, près Mareil en Champagne, et fut la souche des Prudhomme de la Boussinière, seigneurs des paroisses de Brains, Saint-Christophe et autres lieux"[1].

Marie Antoinette d'Andigné dans "Généalogie de la Maison d'Andigné" (1971) écrit que la famille Prudhomme de la Boussinière encore existante au Maine fut anoblie en 1655, révoquée en 1664, rétablie en 1699, puis dérogent et anoblie à nouveau en 1825 [15].

Selon les "Filiations bretonnes" d'Henri Frotier de la Messelière cette famille est originaire de La Sarthe et remonte sa filiation à[4] :

  • Guillaume Prudhomme, paroissien de Mareil-en-Champagne dans la Sarthe, marié à Louise Houdebert, dont Guillaume qui suit[4].
    • Guillaume Prudhomme, notaire de Mareil-en-Champagne, né le 19 avril 1674 à Mareil-en-Champagne « fils d'honorable Guillaume Prudhomme, marchand »[16] et mort le 3 septembre 1762, marié à Marie Cryé, fille de René Cryé, syndic syndic de Joué-en-Charnie et de Marguerite Pichard dont René qui suit[4].
      • René Prudhomme, sieur de la Boussinière, né en 1701 et mort à Brains le 13 septembre 1788, procureur du roi au grenier à sel de Loué en 1736, puis conseiller du roi à l'hôtel de ville du Mans, directeur de la société d'agriculture du Mans, marié au Mans le 20 janvier 1727 à Marie-Jeanne Bainville, mort le 19 avril 1743, dont Jacques-Guillaume René-François (né en 17288) curé du Mans puis évêque constitutionnel du Mans et René-François-Jean qui suit[4].
Branche ainée éteinte[17]
  • René-Jean-François Prudhomme de la Boussinière, né le 20 octobre 1766 et mort le 8 janvier 1863, marié le 3 décembre 1796 à Élisabeth Burrows[4]. Il fut anobli avec règlement d'armories par lettres patentes du 16 avril 1825[14], dont :
    • Marie-Élisabeth-Françoise de la Boussinière, mariée à Charles du Hardas de Hauteville[4];
    • Adolphe-Jacques-François-Marie Prudhomme de la Boussinière, marié le 25 novembre 1832 à Henriette-Matilde de Lancrau de Bréon, mort sans postérité le 10 février 1885[4];
    • Edouard Prudhomme de la Boussinière, mort en 1886, laissant un fils naturel reconnu[4],[17].
Branche cadette subsistante
  • Jacques-François Prudhomme de la Boussinière, né au Mans le 17 novembre 1773 et mort aux Touches en Brains en 1853, marié 1° le 23 février 1808 à Lucie-Louise-Gabrielle-Marie Goislard; 2° à la Flèche le 29 septembre 1819 à Henriette- Augustine-Marie de Kermel, dont quatre postérité[4],[14]:
    • Olivier Prudhomme de la Boussinière, marié à Marie de Kermel, d'où postérité[14];
    • Louis-Ferdinand Prudhomme de la Boussinière (1814-1855), lieutenant-colonel, tué à la bataille de Sébastopol le 18 juin 1855, marié en 1851 à Marie-Léonie Godard de Rivocet, dont une fille[14];
    • Sidonie Prudhomme de la Boussinière[14];
    • Thérèse Prudhomme de la Boussinière[14].

La famille Prudhomme de La Boussinière posséda les seigneuries de La Boussinière, de Groyes, de Boisvalée, des Touches, de Saint Christophe, de Brains, de Bénéhard, de Monceaux et d'autres lieux.

Hommages
  • En mémoire d'Edouard Prudhomme de La Boussinière (1886) une place et une rue du Mans ainsi qu'une école de la même ville porte le nom "Edouard de la Boussinière".
Armes
  • D’azur aux 2 épées d’argent montés d’or posées en sautoir, et au chef d’argent chargé de 3 merlettes de sable[10].
Noblesse

René-François Prudhomme de La Boussinière acheta en 1782 une charge de Conseiller-Secrétaire du Roi près le parlement de Grenoble qu'il occupa jusqu'en 1790

  • Régis Valette mentionne la Famille Prudhomme de la Boussinière dans son "Catalogue de la noblesse française" comme originaire du Maine et appartenant à la noblesse française avec pour principe de noblesse une charge de secrétaire du roi de 1782 à 1790.
  • Pierre-Marie Dioudonnat écrit : "Ancienne famille du Maine, anoblie en 1655, anoblissement révoqué en 1664. Rétablie dans sa noblesse en 1669, elle perd par dérogeance (...) la Révolution laisse la famille Prudhomme de la Boussinière en état de noblesse inachevée".
  • F. de Saint-Simon dans le "Dictionnaire de la noblesse française" écrit qu'une branche éteinte de la famille Prudhomme de la Boussinière fut anoblie par lettres patentes du 16 avril 1825 et que la branche qui donna un secrétaire du roi en 1782 est de noblesse inachevée, expression faisant toutefois débat.

Note : Selon certains auteur (Alain Texier[19], Régis Valette, Benoit de Fauconpret, le comte de Semainville etc. le non accomplissement de 20 ans d'exercices pour cause de l'abrogation de la noblesse et des charges anoblissantes le 23 juin 1790 n'est pas un obstacle pour rendre héréditaire la noblesse au premier degré concédée sous l'Ancien régime par la charge de secrétaire du roi, et que la Charte de 1814 a rétabli le titre d’écuyer héréditaire existant dans ces familles le 23 juin 1790. Selon d'autres auteurs François Bluche[20], Philippe du Puy de Clinchamps[21] Pierre-Marie Dioudonnat»[22], Fernand de Saint-Simon[23] etc. le non-accomplissement des 20 ans d'exercice ne permet pas de rendre cette noblesse héréditaire et "les familles qui ne pensèrent pas ou ne surent pas faire confirmer leur noblesse inachevée sous la Restauration ne peuvent pas en droit strict être considérées comme des familles nobles ou ayant appartenu à la noblesse"[21].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités

Les familles de Prudhomme comptent notamment:

  • Jean de Prud'homme (marié en 1379), damoiseau, viguier royal de Figeac dans le Quercy;
  • Charles de Prudhomme de Meslay (marié en 1619), contrôleur ordinaire des guerres de la généralité de Touraine, anobli en janvier 1655;
  • Géraud-Louis de Prudhomme du Roc (mort en 1849), cadet gentilhomme au régiment de Perche, sous lieutenant au régiment de Picardie, capitaine, colonel général infanterie, chevalier de Saint Louis, chevalier de la Légion d'Honneur et de l'Empire;
  • Jacques-Guillaume-René-François Prudhomme de La Boussinière (1728-1812), évêque constitutionnel de la ville du Mans
  • René Prudhomme de La Boussinière (1701-1788), échevin de la ville du Mans, directeur du bureau du Mans de la société royale d'agriculture.
  • René-François Prudhomme de La Boussinière (marié en 1765), conseiller-secrétaire du roi près le parlement de Grenoble, subdélégué de l'intendant de Touraine, président de l'élection[24]
  • Louis-Ferdinand Prudhomme de La Boussinière, lieutenant-colonel d'artillerie, officier de la Légion d'Honneur [25]
  • Edouard Prudhomme de La Boussinière, né le 25 mars 1811, proscrit de l'Empire, président d'honneur de l'Université populaire du Mans.
  • Joseph Ollivier Marie Prudhomme de La Boussinière, né en 1864, Lieutenant-Colonel d'artillerie, diplômé de l'École Polytechnique (X 1884), officier de la Légion d'Honneur [26]
  • Christian Prudhomme de La Boussinière (1890-1973), Administrateur de Sociétés, Chevalier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1914-1918, Croix de guerre des théâtres d'Opérations Extérieures
  • Antoine Prudhomme de La Boussinière, conservatoire de Paris, artiste interprète , metteur en scène[27].
  • Aldric de Prudhomme de La Boussinière (1995-), Youtuber, entrepreneur[28].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Deuxième registre du livre d'or de la noblesse de France, Secrétariat du Collège Héraldique, [lire en ligne], p. 147 
  2. François-Alexandre Aubert de la Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes, & l'état des grandes terres du royaume ... On a joint ... le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles, & plus illustrés ..., Chez la veuve Duchesne ... et l'auteur, [lire en ligne (page consultée le 2019-03-17)] 
  3. Franc̜ois Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Étrennes à la noblesse, contenant l'état actuel des maisons des princes souverains de l'Europe, & des familles nobles de France: Pour servir de suite au Calendrier des princes & de la noblesse de France, interrompu en 1769, & aux Étrennes à la noblesse commencées en 1770, Valde, [lire en ligne (page consultée le 2019-03-17)] 
  4. 4,00, 4,01, 4,02, 4,03, 4,04, 4,05, 4,06, 4,07, 4,08, 4,09, 4,10 et 4,11 Filiations bretonnes. 1650-1912, Tome VI, Paris, impr. J. Floch, [lire en ligne], p. 429-430 
  5. Dictionnaire universel de la noblesse de France, [lire en ligne], p. 275 
  6. Dictionnaire universel de la noblesse de France, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=OIkGAAAAQAAJ&pg=PA276&dq=%22VI.+Antoine+DE+PRUD'HOMME%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjH9s32povhAhVlCjQIHV8VBlQQ6AEIKDAA#v=onepage&q=%22VI.%20Antoine%20DE%20PRUD'HOMME%22&f=false)], p. 277 
  7. DU ROC DE
  8. Dictionnaire universel de la noblesse de France, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=OIkGAAAAQAAJ&pg=PA278&dq=%22VIII.+Claude-Charles+de+PRUD'HOMME%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi6vdDqpIvhAhWwJDQIHSeDDO4Q6AEIKDAA#v=onepage&q=%22VIII.%20Claude-Charles%20de%20PRUD'HOMME%22&f=false)], p. 278 
  9. Annales ecclésiastiques et politiques de la ville de Figeac en Querci, diocèse de Cahors, A. Manavit, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=6PnS0hByMw4C&pg=PA467&dq=%22Claude+Charles+de+Prudhomme,+lors+de+la+recherche+des+nobles%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjFkaKHo4vhAhViIDQIHR2XDjUQ6AEIKDAA#v=onepage&q=%22Claude%20Charles%20de%20Prudhomme%2C%20lors%20de%20la%20recherche%20des%20nobles%22&f=false)], p. 467 
  10. 10,0, 10,1, 10,2, 10,3 et 10,4 Grand Armorial de France, tome V, 1948, page 387.
  11. « Armorial du Vendômois De Armand de MAUDE » (https://books.google.fr/books?id=MrdXAAAAcAAJ&pg=PA38&dq=charles+de+prudhomme+de+meslay&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj2vfGuvYbhAhWQz4UKHR2-C6EQ6AEIMjAC#v=onepage&q=charles%20de%20prudhomme%20de%20meslay&f=false)
  12. « Bulletin de la Société archéologique de Vendomois de 1866 » (https://books.google.fr/books?id=CtoVAAAAYAAJ&pg=PA214&dq=charles+de+prudhomme+de+meslay&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj2vfGuvYbhAhWQz4UKHR2-C6EQ6AEILTAB#v=onepage&q=charles%20de%20prudhomme%20de%20meslay&f=false)
  13. 13,0, 13,1, 13,2 et 13,3 Armorial général, ou Registres de la noblesse de France, Paris, Firmin-Didot, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?pg=PA699&lpg=PA699&dq=%22ayant+anobli+Charles+de+Prud%27homme-de+Mesl%C3%A9,+leur+ayeul,+Contr%C3%B4leur+ordinaire+des+Guerres+en+la+G%C3%A9n%C3%A9ralit%C3%A9+de+Touraine%22&sig=ACfU3U1EGBSWXdDZAV_gx0nJW10oCGo4Tg&id=Iy5alqLYltcC&hl=fr&ots=lAbrIN8W-n#v=onepage&q=%22ayant%20anobli%20Charles%20de%20Prud'homme-de%20Mesl%C3%A9%2C%20leur%20ayeul%2C%20Contr%C3%B4leur%20ordinaire%20des%20Guerres%20en%20la%20G%C3%A9n%C3%A9ralit%C3%A9%20de%20Touraine%22&f=false)], p. 699-700 
  14. 14,0, 14,1, 14,2, 14,3, 14,4, 14,5, 14,6 et 14,7 Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle : titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830. Tome V, Paris, Champion, [lire en ligne], p. 438 
  15. Généalogie de la maison d'Andigné, Paris, Champion, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=poHA9Obs2aMC&q=%22La+famille+Prud%27homme+de+la+Boussini%C3%A8re+existe+encore+au+Maine%22&dq=%22La+famille+Prud%27homme+de+la+Boussini%C3%A8re+existe+encore+au+Maine%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjoxozXlInhAhVx5-AKHYYmBBYQ6AEIKTAA)], p. 438 
  16. Registres paroissiaux et d'état civil de la Sarthe : Mareil-en-Champagne 1673-1741 folio 20/558 19 avril 1774.
  17. 17,0, 17,1 et 17,2 Le Simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, , p. 442 
  18. 18,0 et 18,1 Fernand de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 824.
  19. Alain Texier, Qu'est-ce que la noblesse ? Tallandier, 1988, pages 237 à 238, 443 à 448
  20. François Bluche, Pierre Durye, L'anoblissement par charges avant 1789, ICC), 1998 pages 54, 102-103.
  21. 21,0 et 21,1 Philippe du Puy de Clinchamps, La noblesse, L'intermédiaire des Chercheurs et Curieux, 1996, p. 70.
  22. Le Simili-Nobiliaire de France, Sedopols, , p. 16 .
  23. F. de Saint-Simon, Dictionnaire la noblesse française, 1975, page 1136.
  24. « 15- René Prudhomme de la Boussinière, 1775 - Société d'Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe », sur www.sciences-et-arts72.fr (consulté le 15 mars 2019)
  25. « Bulletin des lois de la Republique Francaise, Volume 11 ;Volume 1855 » (https://books.google.fr/books?id=1VpfAAAAcAAJ&pg=PA1023&dq=prud%27homme+de+la+boussini%C3%A8re+lieutenant+colonel&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjvh_nfyIbhAhVFzYUKHbGsBgIQ6AEIPzAE#v=onepage&q=prud'homme%20de%20la%20boussini%C3%A8re%20lieutenant%20colonel&f=false)
  26. « Base Leonore »
  27. « Agence Callback »
  28. « Agentgb », sur YouTube (consulté le 15 mars 2019)

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.