Encyclopédie Wikimonde

Famille de Widranges

Aller à : navigation, rechercher

La famille de Widranges (aussi orthographiée Vidranges) est une famille noble française éteinte, d'ancienne extraction, originaire de Lorraine. Elle revendiquait être issue de l'ancienne chevalerie de Lorraine[1].

Histoire

La famille de Widranges ou Vidranges prit son nom d'un château situé près de Gelucourt, dans le Saulnois. Cette localité porte aujourd'hui le nom de Videlange. Les Widranges font remonter leur origine à Engelbert, chevalier qui vivait en 979 [2] mais la filiation authentique ne commence qu'avec Bertram de Widranges en 1141. Warry de Widranges et son frère Ruprecht firent la croisade de 1237 sous la bannière du comte de Vaudémont [3]. Ruprecht de Widranges mourut à Gaza en Palestine. Jeannin de Widranges se trouva à la bataille de Crécy, sous la bannière du duc de Lorraine.

Au commencement du XVe siècle, Hannibal de Widranges, maître d'hôtel de l'évêque de Metz et bailli de l'évêché, fut injustement dépouillé de ses biens par son suzerain. Vers 1440, il se réfugia auprès d'Isabeau, duchesse de Lorraine et de Bar, et fut nommé gouverneur des princes, ses fils. À partir de cette époque, les Widranges ne cessèrent de s'occuper des emplois élevés dans le duché de Lorraine. En 1540, Jehan de Widranges obtint du duc Antoine de Lorraine la seigneurie de Thanvillé en Aulsais (Alsace). Jehan était conseiller d'Etat et, depuis le 26 avril 1528, secrétaire ordinaire du duc de Lorraine. En 1553, il fut pourvu de la charge de général des Mines de Lorraine. Il mourut le 11 juin 1562 et fut inhumé en l'église Saint-Epvre de Nancy. Il avait épousé Marguerite Mengin, fille d'un président des comptes de Lorraine et en avait eu 5 enfants.

Ce fut Olry qui, en sa qualité d'aîné, hérita de la seigneurie de Thanvillé ; il fut par la suite contrait de la vendre. Olry s'efforça d'obtenir la restitution des biens autrefois enlevés à ses ancêtres par l'évêque de Metz ; en 1571, il obtint du cardinal Charles de Lorraine la promesse formelle que les terres de Widranges, Nullanges et Valtermanges lui seraient restituées. On ne sait pas si cette promesse a été honorée. Lorsque Olry eut quitté l'Alsace, il se retira en Lorraine où il possédait la seigneurie de Dombasle-en-Xaintois, et habita tantôt Nancy, tantôt Villers-lès-Nancy. En 1576 et 1589, il fit partie des États généraux de Lorraine et, en 1584, prit part à la rédaction des coutumes. Il avait épousé, le 16 mars 1563, Barbe de Lisle dont il eut neuf enfants. Il mourut le 17 octobre 1589 et fut inhumé en la chapelle Saint-Nicolas, dans l'église de Saint Epvre de Nancy. Les descendants d'Olry de Widranges continuèrent à s'illustrer au service des ducs de Lorraine et des rois de France.

À la suite de son mariage avec l'héritière du maréchal de Viard, Hippolyte-Ferdinand de Widranges (1773-1825) reçut le titre de comte et de baron du Saint-Empire. Au retour des Bourbons, il fut nommé maire de Ligny-en-Barrois. En 1825, année de sa mort, il est nommé conseiller général de la Meuse. [4].

La famille de Widranges existait encore au début du XXe siècle[5].

Armes

Blason deWidranges.svg D'azur, à trois cygnes d'argent, posés 2 et 1, becqués et membrés d'or.

Notes et références

  1. Attestation délivrée par le duc René II, le 3 juillet 1486
  2. Carticulaire de l'abbaye de Saint-Martin, reg. côté de fidelibus, p.157
  3. Paul Roger, Noblesse de France aux croisades
  4. Claude Drigon, Marquis de Magny, Deuxième registre du livre d'or de la noblesse de France, 1845 p. 334 [[ lire en ligne]].
  5. Son chef était le comte de Widranges qui habitait Bar-le-Duc - C'est à son obligeance que l'on doit la plus grande partie des renseignements sur cette famille

Bibliographie

Une partie de cet article est extraite de l'ouvrage de Maurice Castex, Histoire de la Seigneurie lorraine de Tanviller-en-Alsace, 1886, Chapitre VIII - Widranges - pages 207 à 210.

  • M. de Auria, Armorial de la noblesse de France (Extrait) de Widranges, Paris, 1856, 14 p.
  • Alfred Jacob, Notice biographique et bibliographique sur I.C.H, comte de Widranges, 1881, 24 p.
  • Charles Antoine de Widranges, Souvenir de 1814 par Louis Morin - Extrait des Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences, des arts et des belles lettres du département de l'Aube, t. 78, 1914, 30 p.

Voir aussi

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).