Encyclopédie Wikimonde

Famille subsistante Puy-Montbrun

Aller à : navigation, rechercher

Del Puech
Blasonnement Anciennes : « D'argent à l'épi de millet de gueules, tigé et feuillé du même, posé en pal, et au chef d'azur chargé de 3 étoiles d'or»
À partir de 1827 : « D’or au lion de gueules armé et lampassé d’azur ».
Branches del Puech de Cagnac, del Puech de La Bastide, du Puy de la Goussonie, du Puy du Tour, du Puy du Colombier, du Puy de la Bousquetie, du Puy de La Roque, Dupuy de La Riverolle, du Puy-Melgueil[1] etc.
Période XVe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine Albi, Languedoc
Fiefs tenus La Bastide en Abigeois, Canhac, le Colombier
Demeures le Colombier
Fonctions militaires Officiers

La famille actuelle du nom du Puy-Montbrun olim Delpuech, del Puech, Dupuy, du Puy (anciennement en latin de Podio), est une famille noble d'extraction chevaleresque, originaire du Languedoc (Albi), dont la branche subsistante est connue depuis 1817 sous le nom de du Puy-Montbrun[2] [3].

Malgré l'ajout du nom « Montbrun » au XIXe siècle à son patronyme, cette famille ne se rattache pas à la famille du Puy-Montbrun, originaire du Dauphiné, éteinte en 1871[4].

Origine

Originaire du Languedoc (Albi), cette famille francisa son nom « del Puech » en « Dupuy » et « du Puy » à la fin du XVIIIe siècle et la branche du Puy de la Riverolle ajouta « Montbrun » à son nom vers 1817[1] [3].

D'après F. de Saint-Simon, cette famille « ne se rattache nullement » à la maison homonyme du Puy-Montbrun, (du Dauphiné), éteinte en 1741 pour une branche cadette[5] et en 1871 pour la branche aînée du Puy-Montbrun-Rochefort[1].

Selon Henri Jougla de Morenas : « Cette famille qui porte actuellement les mêmes armes que la maison du Puy-Montbrun, qui lui furent reconnues en 1827, était connue jusqu’à la fin du XVIIIe siècle sous le nom de : del Puech, mais elle a repris actuellement le nom primitif de du Puy »[1].

Elle établit sa filiation depuis Hugues du Puy, chevalier, trouvé en 1267, mais celle-ci n’est parfaitement prouvée que depuis Déodat, damoiseau, testant en 1394, allié à Hélis de Lescure [1]. Il était seigneur de la Bastide-Lévis en Albigeois.

Elle donna les branches : del Puech de Cagnac, del Puech de La Bastide, du Puy de la Goussonie, du Puy du Tour, du Puy du Colombier, du Puy de la Bousquetie, du Puy de La Roque, Dupuy de La Riverolle, du Puy-Melgueil[1] etc.

La branche del puech de la Bastide, maintenue noble en 1604 et 1668, fit ses preuves pour les services militaires en 1745 et huit fois pour Saint-Cyr de 1700 à 1788 sous le nom « del Puech »[1].

Selon le Dictionnaire de la noblesse française, la branche de Melgueil fut reçue aux honneurs de la Cour en 1788 sur filiation prouvée devant Chérin depuis 1190[3].

Un rameau éteint de la même branche dit « de la Riverolle » fut créé vicomte héréditaire par lettres patentes de novembre 1827 et autorisé par ordonnance du 6 avril 1828, à substituer Melgueil à La Riverolle[3].

Généalogie simplifiée

Principales personnalités

  • Déodat du Puy-Montbrun (1938 – 1964) est un officier d'infanterie française, grand'croix de la Légion d'honneur.

Armes, blason, devise

  • Jusqu'en 1827 : « D'argent à l'épi de millet de gueules, tigé et feuillé du même, posé en pal, et au chef d'azur chargé de 3 étoiles d'or »[1].
  • A partir de 1827 ( autorisation pour la branche du Puy de la Riverolle par règlement de 1827[1] ) : « D’or au lion de gueules armé et lampassé d’azur » (armes identiques à celles de la famille du Puy-Montbrun du Dauphiné).

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7 et 1,8 Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 5, page 395.
  2. Patrice du Puy de Clinchamps, Dictionnaire et Armorial de la Noblesse, édition Patrice du Puy, tome 5, 2009, page 1693.
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 F de Saint-Simon, E de Séréville, Dictionnaire de la noblesse française, supplément, 1977, page 314 à 315
  4. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 5, page 396.
  5. F. de Saint-Simon, E. de Séréville, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 827.

Article connexe

Article publié sur Wikimonde Plus.