Encyclopédie Wikimonde

FertilityCare

Aller à : navigation, rechercher

La méthode ou système FertilityCare (terme complet : Creighton Model FertilityCare System, abrégé en CrMS) est une méthode de planification familiale naturelle, permettant d'encourager ou d'éviter la conception.

Terminologie

La méthode Fertilitycare et la NaProTechnologie sont une nouvelle voie dans le domaine de la régulation des naissances, de l'infertilité des couples (Stérilité humaine) et plus largement, de la santé reproductive. Ce système est, selon les propres termes du Dr Thomas Hilgers qui en est l'auteur, « une réponse au challenge de Humanae Vitae », l'encyclique de Paul VI.

Fertilitycare a fait ses preuves depuis 40 ans, dans de nombreux pays. La NaProTechnologie quant à elle, depuis 20 ans, a permis à de nombreux couples infertiles de concevoir des enfants, en évitant dans certains cas des fausses-couches prévisibles.

Historique

En 1968, le pape Paul VI publie l'encyclique Humanae Vitae « sur le mariage et la régulation des naissances ». Cette encyclique, encore aujourd'hui mal acceptée même par certains catholiques, comprend un appel aux hommes de science : « Nous voulons maintenant exprimer nos encouragements aux hommes de science, qui "peuvent beaucoup pour la cause du mariage et de la famille et pour la paix des consciences si, par l'apport convergent de leurs études, ils s'appliquent à tirer davantage au clair les diverses conditions favorisant une saine régulation de la procréation humaine". Il est souhaitable, en particulier, que, selon le vœu déjà formulé par Pie XII, la science médicale réussisse à donner une base suffisamment sûre à une régulation des naissances fondée sur l'observation des rythmes naturels. Ainsi les hommes de science et, en particulier les chercheurs catholiques, contribueront à démontrer par les faits que, comme l'église l'enseigne, "il ne peut y avoir de véritable contradiction entre les lois divines qui règlent la transmission de la vie et celles qui favorisent un authentique amour conjugal" »[1].

Le Dr. Thomas Hilgers est d'abord très étonné par le contenu de cette encyclique qu'il ne comprend pas tout de suite, mais il prend très au sérieux l'appel du pape, et oriente ses travaux de recherche en conséquence, alors qu'il est étudiant à l'université de Creighton (Omaha, Nebraska, États-Unis).

Il prend alors connaissance des travaux du Dr. Billings, à qui il vouera toujours une très grande reconnaissance pour ses découvertes fondamentales dans le domaine de la régulation naturelle des naissance, et de la connaissance de la fertilité féminine. C'est en 1972 que la méthode Billings commence à être enseignée aux États-Unis. Le Dr. Hilgers s'en inspire beaucoup pour le repérage des jours de fécondité par l'analyse de la glaire cervicale.

Principe

La méthode FertiliCare est fondée sur la connaissance du cycle naturel féminin (cycle menstruel) et le repérage des périodes de fécondité (par l'auto-observation de la glaire cervicale)[2]. Elle a aussi une dimension thérapeutique.

Les anomalies détectées grâce à la vérification quotidienne de la présence et de l'aspect de la glaire cervicale peuvent aider à diagnostiquer des déficiences hormonales[2] (en particulier au niveau des œstrogènes et de la progestérone). Les médecins formés à la méthode peuvent vérifier et corriger ces anomalies qui sont souvent causes de stérilité ou de fausses-couches.

Il y a aussi quelques chirurgiens travaillant en lien avec FertilityCare. Eux aussi peuvent intervenir dans certains cas de stérilité, en particulier quand une précédente fécondation in vitro a provoqué des adhérences au niveau des trompes de fallope.

En pratique

Dans les pays où le système est intégralement développé (présence de médecins et d'instructeurs certifiés), le processus commence normalement par un rendez-vous avec un instructeur certifié dans le système FertilityCare/NaPro, si possible un médecin. Le couple va livrer une vision aussi complète que possible de son historique de santé et d'autres informations, incluant des symptômes qu'ils peuvent avoir identifiés. Si besoin, un examen gynécologique pour la femme ou des tests de sperme pour l'homme peuvent être requis.

Le couple est alors invité à commencer à remplir quotidiennement le tableau d'auto-observation de la femme. Comme ce travail est crucial pour tout le processus, il doit être accompagné par un instructeur, par des rendez-vous directs, ou par un suivi à distance par téléphone, fax ou emails. Les instructeurs eux-mêmes suivent des cycles réguliers de formation pour être sûrs de maintenir toujours les meilleurs standards de formation possible.

Des analyses hormonales peuvent être menées pour identifier des difficultés touchant à la fertilité. Après deux cycles d'analyse, un deuxième rendez-vous est normalement pris avec le médecin, et des après analyse des résultats, des prescriptions de nouvelles analyses par ultrasons ou par opération peuvent être étudiées. Le diagnostic peut mener à constater des anormalités fonctionnelles ou structurelles, ou une combinaison des deux. Puis on peut envisager le traitement direct pour compenser des carences, par exemple en progestérone, ou bien une opération.

Extension géographique

Début 2012, il y a au moins un instructeur pour le système dans les pays suivants :

  • Europe : France, Irlande (depuis 1988[2]), Royaume-Uni, Allemagne, Pologne, Croatie, Slovénie, Slovaquie
  • Amérique : États-Unis, Canada
  • Asie : Singapour, Taïwan, Malaisie
  • Océanie : Australie

Notes et références

  1. Humanae Vitae § 24
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 The Women's Health Council, Infertility treatments for women: a review of the bio-medical evidence, p.87

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Dr. Thomas Hilgers, Reproduction humaine: Fertilitycare, General Books LLC, 2010 (ISBN 9781159929862)
  • Dr. Thomas Hilgers, Creighton Model FertilityCare System: An Authentic Language of a Woman's Health and Fertility, Pope Paul VI Institute Press, 2001 (ISBN 9780962648540)
  • Dr. Thomas Hilgers, The Creighton Model Fertilitycare System: A Standardized Case Management Approach to Teaching. Basic teaching skills, Livre 1, Pope Paul VI Institute Press, 2002 (ISBN 9780962648557)

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).