Encyclopédie Wikimonde

Flaix FM

Aller à : navigation, rechercher
Flaix FM
Description de l'image Flaixfm logo.jpg.
Présentation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Siège social Barcelone
Propriétaire Groupe Flaix
Site web www.flaixfm.cat
Historique
Création 1er juin 1992
Diffusion
FM Oui Oui
ADSL Oui Oui

Flaix FM est une radio privée musicale catalane qui a vocation d'émettre sur tous les territoires catalans (Pays Catalans). Elle fait partie du Grup Flaix (avec Flaixbac (ca)).

La prog musicale est house, techno, dance.

Histoire

Les débuts

Flaix est née d'une vocation perfectionniste, de la volonté de faire une radio professionnelle et privée ; une station de radio qui occupe une place spéciale, avec une sainte dévotion pour les fréquences, les publicités, les jingles et les indicatifs, avec l'objectif de marquer un style indiscutable tant en musique comme en animation. Ceci a été la vision de Miquel Calçada et de Carles Cuní quand tous deux exerçaient comme animateurs à Catalunya Ràdio.

Lors du Pont d'Immaculada de l'année 1986, le programme A punt de neu – pionnier à Catalunya Ràdio, puis à Flaix FM – a déplacé des masses de fanatiques, environ 5000 skieurs, à la station française de ski de Tignes. Carles Cuní et Miquel Calçada étaient au courant que là-bas, il y avait une station de radio qui avait seulement deux employés, et ils ont demandé s'ils pouvaient leur laisser quelques minutes d'antenne par jour pour se connecter avec l'audience des skieurs.

Cette station locale leur a cédé aimablement les studios pour qu'ils puissent parler avec les leurs un moment. Au bout de cinq jours de cohabitation avec ces 2 hommes qui faisaient de la radio libre, et qui s'organisaient comme ils voulaient, Miquel Calçada a osé poser la question à un million de dollars : « Mais, en réalité, la station est gérée par vous ? ». La réponse n'a été aucune autre que : « Oui, nous allons chercher la publicité et nous vivons de ça ». Une produit fait main par deux personnes qui ne dépendent de personne.

De retour à la maison, ils discutent. « N'y a-t-il pas ici, une station de ski qui possède une station de radio ? » Celle de Baqueira Beret. Tout a été une question de jours. Ils se sont présentés sur les pistes et ont proposé de reprendre la station de radio qui jusqu'à présent n'avait aucune substance. À partir de là, ils ont travaillé à préparer un projet qui s'est finalisé en 1987 : Baqueira leur a laissé la gestion de sa radio…

Entre 1987 et 1991, chaque week-end d'hiver Carles Cuní et Miquel Calçada montaient jusqu'à Vielha (Val d'Aran) pour faire avancer le projet. Et dans la semaine, ils laissaient la station aux mains de deux animateurs.

À un moment de cette lente maturation, il s'est produit un élément clef : le second processus de concession de stations de radio autorisées par la Généralité de Catalogne (Generalitat de Catalunya). Après un dépôt de candidature, impossible de dire si la Generalitat allait accepter ce nouveau projet. Les deux instigateurs ont eu l'idée de demander une fréquence à Terrassa, considérant qu'il serait beaucoup plus difficile d'en obtenir une à Barcelone. C'est comme cela qu'ils obtinrent une fréquence de Terrassa, qui était légalement autorisée pour une partie de la ville seulement…

Les premiers pas à Terrassa

[texte à réécrire] Cette fréquence qu'on leur a concédé à Terrassa dépendait d'une antenne qui devait être placée, littéralement, au fond d'un précipice. Miquel et Carles avaient emporté avec eux beaucoup d'heures de jeunesse aux micros de Ràdio Terrassa et ont voulu commencer ailleurs comme professionnels. C'est ainsi, qu'ils ont loué une ancienne fabrique de textile nommée Hilabor, et avec Justo Molinero, l'as de la radio flamenco, qui leur a laissé un espace à sa tour d'antenne, sur un de ses terrains de la route Terrassa-Martorell. Grâce à ceci les ondes de Flaix sortirent de la banlieue et arrivèrent timidement dans toute la ville de Terrassa et aux alentours.

Le bruit journalier sur le fait que la paire Cuní-Calçada fondaient une nouvelle station a attiré des curriculum de toutes sortes et des cassettes de futurs animateurs cherchant une radio. Ils ont commencé avec deux craks de Ràdio Valira — Ajo Casals et avec Joan Arenyes, puis avec Carles Davó — provenant de RKOR, avec Xavi Serrano — arrivant de Ràdio Ciutat de Manresa et avec Marcel Gorgori — l'homme de l'opéra à Canal 33, qui à partir de maintenant animera les bulletins d'informations de la station.

La radio est née le 1er juin 1992. À leur manière, et dès le début, ils étaient alternatifs : par la vocation d'explorer des territoires musicaux encore non dévastés par le clonage radiophonique ; pour programmer de la musique noire américaine, d'importation absolue et absolument anticommerciale.

Flaix FM ne voulant pas se transformer comme toutes les autres radios en une radio-formule. C'est-à-dire une machine qui est chargée de faire enchaîner disque sur disque. Flaix FM se veut être une radio d'avant-garde, différente des autres radios, contre la programmation des autres radios. Les fondateurs ont transmis ce sentiment à toute l'équipe dès les débuts.

Le secret de cette grande résistance devant l'adversité se trouve dans toute l'équipe initiale de Flaix. Dans cette radio, on veut ou on ne veut pas, tout le monde s'est impliqué dans l'entreprise et se l'est appropriée, jusqu'à en devenir fou. Car en espérant la terre promise ils ont vécu des années maigres, sèche et arides où seule l'illumination de tous permettait de croire que cette radio était non seulement viable mais, qu'en réalité, elle serait la radio que copieraient toutes les autres radios. Dogme de foi que tout le monde a assumé depuis le premier jour.

La consolidation

Les signes du changement imminent se sont succédé à partir du moment où Flaix est entrée à Barcelone, grâce à une concession que nous avons eu à Sant Feliu de Llobregat et qui nous a permis d'émettre à la capitale. En plus de ces quatre animateurs pionniers s'ajoutait, lors de l'année 1997, une nouvelle génération pour la relève avec : Lluís Mas, Txell Aixendri, Vador Lladó, Jordi Cases et Oriol Carrió pour former une équipe sans complexes ni désorientations.

C'était une époque de transitions, un moment critique et d'attente. Il y avait une base potentielle d'auditeurs nouveaux, mais le marché de la dance était, à première vue, un territoire limité, un territoire trop limité, encore que l'on pouvait y naviguer sans direction définie entre quatre coupures de funky et les hits récents. On ne pouvait pas, on ne voulait pas convertir Flaix FM en une « RAC 105 » miniature. Ailleurs, il y avait toute une gamme de musiques électroniques, de style innovateur, d'expérimentations en dance. On commençait à avoir l'intuition qu'il y avait un potentiel d'audience.

Tous ces nouveaux styles de musiques devaient arriver à faire leur espace dans le grand panorama radio-phonique. Le travail était dur pour la station de radio qui allait s'emparer de ces nouveaux styles innovateurs. Flaix FM devait être cette radio qui allait ouvrir un cycle historique inévitable.

Avec cette consolidation, une nouvelle fournée d'animateurs ont fait partager leurs propres connaissances musicales. Un nouveau réseau de clients spécifiques est apparu : les macrodiscothèques qui tous les week-ends accueillaient des milliers de personnes. Puis la mise en place des autocars nocturnes, qui traversaient toute la géographie du pays catalan. Autocars à Mataró, à Fraga, à Gérone ou à Igualada. Mais ce mouvement noctambule n'a seulement obtenu qu'un écho malsain ou marginal. On n'en parlait uniquement dans les faits divers. Ce sont les années où la spirale de la drogue, du sexe et de la violence ont augmenté rapidement.

À part l'exception du Sonar, aucune émission catalane ne s'était préoccupée d'avoir une incidence sur un marché qui réclamé a cor et à cris un haut-parleur radiophonique. Pendant que la rafale des années 1980 avait rempli les grands magasins de disques à Madrid, les managers et les entreprises de disques les plus importants se maintenaient à Barcelone. Blanco y Negro, Max Music, Ginger Music et, plus récemment, Tempo, Vale Music et Divucsa, voulaient et pouvaient s'investir dans une négociation qui se répercuterait directement sur leur propre base d'acheteurs, et mieux que n'importe quel intermédiaire, le potentiel de Flaix FM.

Le secret de la Mégaradio

La clef du tournant de l'histoire d'amour entre les intérêts du public et de Flaix FM provient exactement de l'absolue conformité des goûts entre les animateurs et les auditeurs : ceux qui ont résisté à l'extrémisme des machines. On a lancé les sophistiquées sessions matinales, pour que tous ceux qui se lèvent tôt puissent le faire sur le son de la house et d'une émission très divertissante : le « Flaix Matí ». Et finalement, avec cette émission qui t'accompagne comme si elle était ton amie, toute une masse flottante de public s'est engagée avec nous dans ce phénomène qui va prendre le nom : « estil Flaix » (style Flaix).

Durant la journée, on te bombarde énergétiquement en pénétrant dans tes oreilles pour te faire écouter de la musique électronique : les grands remix et les CD les plus écoutés au rythme des saisons en cycles immuables. Dans les oreilles d'un consommateur qui a envie d'écouter sa musique préférée en voiture ou au bureau, avec l'ordinateur comme s'il s'agissait d'un sampleur.

Vous ne savez pas, vous ne savez pas ni le nom du groupe, ni du remix en question. On sait, on sait, en échange, qui est cet animateur qui non seulement présente les disques mais qui en plus fait des commentaires caustiques, avec des détails personnels, avec tout un style qui provoque véritablement l'intérêt des auditeurs

Quand quelqu'un se pose la question comment s'appelle cet animateur qu'il écoute chaque jour, quand ce quelqu'un ce préoccupe de mémoriser ces interventions et ne peut éviter de les répéter aux autres personnes et souhaite un jour se retrouver en tête à tête pour savoir comment il est, si ce quelqu'un s'intéresse à savoir quel est le jour où son DJ préféré fera une session dans un discothèque… on est en train de parler maintenant d'un style propre, d'une équipe de personnes, remarquant absolument toutes les individualités, qui procure une sensation de famille médiatique. Flaix FM n'a, certainement, rien à voir avec une radio conventionnelle, mais il s'agit tout de même d'une radio-formule.

Si, dans des hypothèse extravagantes, Flaix avait radié les effets sonores, les pauses publicitaires et les autres éléments sans animateurs, à la fin on aurait obtenu une session permanente de musique dance, nuits maquina, jours house. Peut être quelques spécimens auraient continué de l'écouter. Mais en réalité ce qui a fait la gloire de Flaix c'est l'absolue conviction que toute l'équipe parle chaque jour à ses auditeurs comme s'ils se connaissaient réellement, provoquant une association vivace avec un type de musique festive. La personnalité de chaque animateurs, qui garantit uniquement avec sa voix la qualité et la sincérité de ce qu'il veut vous faire écouter. L'effet final, le résultat de ce cycle, n'est autre que « l'estil Flaix ». Chacun des éléments — les animateurs, la musique, les auditeurs et la publicité — combine les cartes d'un effet de communication catharsique qui donne, à la fin, la touche esthétique.

À Barcelone

Le 1er juin 1999, le président de la Generalitat de Catalunya, Jordi Pujol, a inauguré l'amplification des studios du Groupe Flaix, coïncidant avec le 7e anniversaire de la station.

Trois nouveaux studios d'enregistrement, et la duplication de l'espace disponible à son siège central du Passeig de Gràcia, au cœur de Barcelone. L'unique station de radio privée qui émet intégralement en catalan depuis ses débuts reçoit chez elle le maximum de représentants institutionnels avec la nouveauté d'un petit grand changement dans son image corporative. D'un autre côté, la station de radio corrige son nom initial, Flash FM, par celui de Flaix FM, une adaptation linguistique qui va servir maintenant à introduire de nouveaux logos, couleurs et une nouvelle signalétique de la station.

Cette année-là, le département de Promotion et de Communication a créé un paquet complet d'activité nommé « Flaix Tour », un type de fête interactif qui inclut, à part l'intervention des DJ de Flaix, toutes les variantes spectaculaires que demande ces évènements de masse : des gogos jusqu'aux performances, décorations stratosphériques et projections.

Cette année-là aussi s'est produit l'évènement le plus féroce de la radiodiffusion catalane. Un local avec une capacité de 22000 personnes, 4000 mètres carrées de superficie, 75000 kilowatts de potentiel sonore et 600000 watts de lumière. La scène la plus parfaite du Barcelone olympique : le Palau Sant Jordi. S'y sont rejointes toutes les tribus de dance pour faire réalité la devise de cette rencontre finale : « Nous transformons le Palau Sant Jordi en la plus grande discothèque de la planète Terre ». On parle, évidemment, du premier MegaAplec Dance, qui a eu lieu le vendredi 14 mai 1999 et qui a duré de 18 h à h du matin. L'entrée coûtait 1000 pessete. Mais tous sont revenus et sont rentrés, s'exalter et remuer devant une telle intensité musicale. 25000 personnes sont passées par les guichets durant ces douze heures d'activité frénétique. Le Sant Jordi a vraiment été une discothèque globale. Toute la piste centrale a été convertie en un piste de danse, dans les gradins, se sont installés les spectacles multimédias.

On ne peut pas dire que les légions d'étudiants, accompagnés, si mineur, de tutelle parentale, n'ont pas résisté à crier. Ce potentiel d'appel hors de ses limites a démontré jusqu'à quel point la révolution démocratique a fait son chemin. Quand tous les yeux se sont fixés, attendant, le travail qui régissait une salle de mix et posant des disques sur deux platines et tout le monde voulait voir quel allait être le résultat. Les temps ont définitivement changé. Et ce MegaAplec fut seulement le premier ! Trois autres ont eu lieu après, par lesquels sont passés des personnes de renommée mondiale comme : Erick Morillo, Funkstar De Luxe, Frank'o Moiraghi, Robbie Rivera, Mauro Picotto, Joey Negro, Judge Jules, Ferry Corsten, Sven Väth, Frank T.R.A.X., Barthezz, et beaucoup d'autres qui ont contribué à faire du Megaaplec un grand évènement international.

Quelques émissions

Actuelles

  • Flaix Matí
  • Formula Flaix
  • Extra Flaix (2005 -)
  • Interactua (2005 -)
  • Flaix Club
  • Calibre 45
  • Flaix History
  • Matinee World (2006 -)
  • Résidence FG (2006 -)
  • Oxigen (2006 -)
  • Galeria electronica (2007 -)
  • Life Style (2007 -)
  • Maxi Flaix (2007 -)
  • Fresco Sessions (2007 -)

Anciennes

  • Xavi Escolano House
  • Trance Techno Trax
  • NRG 4U (2005-2006)
  • Decibèlia Flaix
  • Swing Flaix
  • Gènesi Flaix
  • Extra Flaix (2003 - 2004)
  • Zona Oasi
  • Selecció Bàsica
  • Flaix Nit D'Estiu
  • El que més trenca
  • La Repassada
  • World DJ Connection (2006-2007)

Historique des slogans

  • 2004 : La Mégaradio.
  • 2005 : La radio DJ
  • 2006 : L'emissora del Ritme (La radio du rythme)
  • 2012 (janvier-septembre): El Poder del Ritme
  • 2012 (septembre-): L'emissora dance de Catalunya (La radio dance de la Catalogne)

L'équipe de Flaix FM

Fondateurs et administrateurs

  • Miquel Calçada
  • Carles Cuní

Directeur de programmation

  • Didier Auzy

Son et production

  • Leandre Adrogué
  • Miquel Vílchez
  • Albert Parera

Animateurs

  • Sergi Domene
  • Georgina Altarriba
  • Carles Herèdia
  • Claudi Antoni Domènech
  • Jordi Vèliz
  • Víctor Cortés
  • Miquel Fontova
  • Ernest Codina
  • Eduard Naranjo
  • Àlex de Guirior
  • Txell Aixendri

Anciens animateurs

  • Raquel Aturia
  • Carles Perez
  • Ajo Casal
  • Joan Arenyes
  • Carles Davó
  • Xavi Serrano
  • Marcel Gorgori
  • Lluís Mas
  • Txell Aixendri
  • Vador Lladó
  • Jordi Cases
  • Oriol Carrió
  • Xavi Escolano
  • Silvia Maristany
  • Lola Estevan
  • Sergi Duran
  • Joan Cruz
  • David Gausa
  • Dani BPM
  • Frank Trax
  • DJ Dave
  • Laura Trigo

Studios

  • passeig de Gracia, 55, 9e - Barcelona

Fréquences

Un réseau vaste qui couvre près de 6 millions d'habitants de la population catalane.

    • Barcelone 105.7
    • Gérone 99.6
    • Tarragone 102.1
    • Manresa 105.9
    • Tortosa 102.9
    • Lleida 104.1
    • Vic 105.9
    • Castellón 96.3
    • Puigcerdà 106.6

Compilations

  • Zona Oasi
  • Els Numeros 1 De Flaix FM (2001)
  • Flaix Matí vol. 3 (2001)
  • Decibèlia Flaix (2001)
  • Flaix History (2002)
  • Mega Aplec Dance 2002 (2002)
  • Mega Aplec Dance 2003 (2003)
  • Decibèlia Flaix Compilation (2003)
  • Flaix History vol. 2 (2003)
  • Zona Oasi vol. 2.
  • Flaix Sessions
  • Flaix History vol. 3 (11/2004)
  • Flaix FM la Compilació (04/2005)
  • Flaix History vol. 4 (11/2005)
  • Flaix History vol. 5 (11/2006)
  • Flaix FM 15 anys : Els Megacrac (12/2007)

Voir aussi

Sources

  • Web Flaix FM, Annuari Flaix

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).