Encyclopédie Wikimonde

Flash-sideway

Aller à : navigation, rechercher

Le terme flash-sideway (ou flashsideway) est utilisé par les producteurs et les fans de la série télévisée Lost afin de désigner des scènes, au cours d'un épisode, se déroulant dans une réalité alternative. Sideway se traduit littéralement par « de côté ».

Définition

Dès la première saison, la série Lost impose à chaque épisode des flashbacks, le plus souvent sur un personnage en particulier. À partir du dernier épisode de la saison 3, les scénaristes proposent des flashforwards au lieu de flashbacks ; un flashforward, terme alors peu connu en France mais assez employé outre-Atlantique, correspond à une scène se déroulant dans le futur par rapport à l'action principale, soit dans une vision d'un protagoniste, soit directement dans la narration. Ce mot sera plus tard popularisé par la série homonyme, FlashForward.

Lors de la sixième et ultime saison de la série, apparaissent alors des flash-sideways, une nouvelle technique narrative. Ce terme, un néologisme, n'a pas d'orthographe précise et peut s'écrire indifféremment avec ou sans tiret. Damon Lindelof, producteur exécutif de la série Lost, explique préférer ce terme à « réalité alternative », afin que les téléspectateurs ne pensent pas que « l'une des réalités n'existe pas, ou que l'une d'elles existe et l'autre est son alternative »[1].

Explications

Au début de la saison 6, le téléspectateur croit que ces scènes correspondent à la vie terrestre des personnages dans une autre dimension. En effet, l'explosion atomique survenue à la fin de la saison précédente aurait du créer une nouvelle trame temporelle, dans laquelle l'île serait au fond des flots en 2004, et où donc le crash du vol Oceanic 815 ne se produirait pas. En réalité, il apparaît au cours des épisodes que cet univers est l'Au-delà, une sorte de passage avant la mort définitive, que les personnages rejoignent après leur décès. Ils ont inconsciemment fait le choix de s'y retrouver, car l'île était la période la plus significative de leur vie. Lorsqu'ils en prennent conscience, il se réunissent dans une église, et "poursuivent leur route".

Cet univers ressemble fort au nôtre, puisqu'il a été construit par les personnages eux-mêmes en se fondant sur leurs souvenirs. Beaucoup d'entre eux y mènent d'ailleurs une existence plus heureuse que la précédente. Leurs désirs inassouvis semblent avoir été comblés. Ainsi Jack Shephard est-il père d'un garçon de treize ans, David, qu'il a conçu avec Juliet Burke. De même, John Locke est il installé avec Helen. Sawyer, quant à lui, n'est plus un bandit, mais un inspecteur de la police de Los Angeles.Desmond Hume - ce qui est plus curieux- a obtenu ce qu'il désirait pendant sa vie terrestre, vivre avec Penny, il ne rencontre celle-ci que bien plus tard dans l'au delà.

Ce monde pourrait être assimilé à ce que la théologie catholique nomme le purgatoire. Benjamin Linus, personnage ayant beaucoup de sang sur les mains,ne suit pas les autres dans l'église, en prétendant qu'il n'est pas encore prêt. Il semble ne pas s'être encore purgé de tous ses pêchés. Les autres personnages, plus purs, entrent au ciel plus rapidement[6 1].

Dans cet univers, le temps n'a plus aucune signification. Ainsi les personnages sont morts à des dates très différentes, et apparemment très tardives pour certains; mais ils s'y retrouvent tous au même moment. De plus, ils apparaissent à l'âge qu'ils avaient lors de leur séjour sur l'île. Cet au delà est donc à la fois hors de l'espace et hors du temps [6 1].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. 1,0 et 1,1 épisodes 17 & 18

Cet article « Flash-sideway » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).