Encyclopédie Wikimonde

Floréale Mangin

Aller à : navigation, rechercher

Floréale Mangin, née le 20 mars 1989, est une étudiante française actuellement en classe préparatoire littéraire. Durant sa scolarité au lycée, elle a été présidente de l'Union nationale lycéenne de à et l'un des trois représentants lycéens au Conseil supérieur de l'éducation d'avril 2007 à avril 2009.

Biographie

À peine entrée au lycée, en classe de seconde au lycée Paul-Éluard de Saint-Denis, Floréale Mangin participe activement à une lutte lycéenne au sein de son établissement contre la suppression d'une filière, ce qui l'amène dans la foulée à adhérer en janvier 2005 à l'Union nationale lycéenne (UNL) lors du mouvement lycéen contre la loi Fillon. Elle est d'abord chargée d'animer la fédération UNL de Seine-Saint-Denis, avant d'être élue en décembre 2005 au bureau national de l'UNL en tant que secrétaire nationale aux questions de société[1]. À ce poste, elle a en charge la question des lycéens sans-papiers menacés d'expulsion — notamment dans le cadre de l'investissement de l'UNL au sein du Réseau éducation sans frontières — ou encore la lutte contre le racisme et les discriminations en milieu scolaire. Lors du mouvement contre le contrat première embauche début 2006 dont l'UNL fut une des organisations moteur auprès des lycéens, elle fait partie, aux côtés du président d'alors Karl Stoeckel, des figures lycéennes de la mobilisation. Elle participe notamment pour l'UNL aux réunions intersyndicales et aux négociations avec les partis politiques qui se déroulent au long de la crise du CPE[2].

C'est lors du conseil national de rentrée de l'UNL, en septembre 2006, qu'elle est élue présidente suite à la démission de Karl Stoeckel, devenu étudiant. Elle entend alors placer l'année scolaire sous le signe de la citoyenneté avec les élections de la démocratie lycéenne et l'élection présidentielle, mais également poursuivre la défense du droit à l'éducation pour tous en luttant contre les expulsions de jeunes scolarisés et pour le service public d'éducation[3]. Elle fait partie des acteurs de l'éducation consultés régulièrement par le ministère de l'Education nationale, notamment en octobre 2006 à propos du devenir de la carte scolaire, à la suppression de laquelle l'UNL s'oppose[4],[5], et intervient alors régulièrement comme représentante des lycéens par exemple lors de la polémique à l'occasion de la lecture aux élèves des lycées de la lettre de Guy Môquet voulue par le président de la République[6]. Elle est également auditionnée à plusieurs reprises dans le cadre de travaux parlementaires sur le système éducatif. L'UNL a réalisé sous son mandat en partenariat avec l'institut de sondage CSA une enquête sur le salariat lycéen, au lendemain de la lutte contre le CPE, qui met en évidence la précarité grandissante d'une frange de la population lycéenne contrainte de travailler par nécessité[7],[8],[9].

Elle mène la campagne de l'UNL pour les élections de la démocratie lycéenne jusqu'au Conseil supérieur de l'éducation où l'association demeure majoritaire avec deux sièges de représentants des lycéens sur trois et où elle est elle-même élue pour deux ans[10]. Lors des élections présidentielle et législatives de 2007, elle est le porte-parole de l'UNL pour appeler les jeunes à voter et interpeller les candidats sur les préoccupations de la jeunesse qu'elle rappellera après les résultats[11]. Ces élections sont de fait marquées par une forte participation des lycéens et des jeunes en général.

En juin, elle obtient son baccalauréat avec mention bien. Elle intègre alors une classe préparatoire littéraire après avoir collaboré à la rédaction du Dictionnaire des inégalités scolaires sous la coordination de Jean-Michel Barreau[12]. Dès la rentrée 2007, elle est amenée à réagir aux nombreuses annonces de réformes du ministre de l'Éducation nationale Xavier Darcos, exprimant ainsi le scepticisme de l'UNL par rapport à l'idée évoquée d'un « bac unique » qui verrait la disparition des séries au lycée[13]. Lors du mouvement contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités à l'automne 2007 les lycéens se mobilisent avec les étudiants en revendiquant notamment que la préinscription prévue par le texte ne puisse être de fait un moyen d'instaurer une sélection lors de l'entrée à l'Université. Les lycéens obtiennent l'ouverture de négociations avec le gouvernement à l'issue de plusieurs semaines de mobilisation[14]. Floréale Mangin mène pour l'UNL ces négociations avec les ministres Valérie Pécresse et Xavier Darcos, qui aboutissent à l'inscription dans une circulaire de la garantie formelle que le dispositif de préinscription n'entraînera aucune sélection[15],[16].

Son mandat arrivant à terme lors du VIe congrès national, elle laisse la place à Florian Lecoultre[17] le 23 mars 2008 et décide de poursuivre son engagement en tant qu'étudiante, les élèves de classes préparatoires disposant du double statut lycéen et étudiant. Elle est ainsi élue le 26 mars au conseil d'administration du CROUS de l'académie de Créteil sur la liste « UNEF et associations étudiantes »[18], puis le 14 juin au conseil d'administration de La mutuelle des étudiants (LMDE)[19].

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Michel Vakaloulis, Interview de Floréale Mangin, blog Génération militante, 15 mai 2007.
  2. « Floréale Mangin, nouvelle présidente de l'Union Nationale des Lycéens (UNL) », Le Parisien, 19 septembre 2006 ; repris par le site web de l'Union locale CGT-Roissy.
  3. « L'Union nationale lycéenne change de président », Le Nouvel Observateur, 17 septembre 2006.
  4. « Carte scolaire : consultation des partenaires », actualité du 12 octobre 2006 du site web du ministère de l'Éducation nationale.
  5. « Les lycéens de l'UNL inquiets du projet de suppression de la carte scolaire », dépêche AFP, 21 mai 2007, repris par le site web de l'UNL.
  6. « Guy Môquet : faut-il lire sa dernière lettre ? – Table ronde », L'Humanité, 20 octobre 2007.
  7. Enquête de l'institut de sondage CSA pour l'UNL sur le salariat lycéen, présentation du rapport d'enquête sur le site web de l'UNL.
  8. Martine Laronche, « Près d'un lycéen sur cinq a exercé un emploi en cours d'année scolaire », Le Monde, 18 décembre 2006.
  9. « Les lycéens ne travaillent pas que l'été », lci.fr, 19 décembre 2006.
  10. « Nominations : Représentants des élèves des lycées au Conseil supérieur de l'éducation », Bulletin officiel du ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche n°17, 26 avril 2007.
  11. « Dossier : après l'élection, les attentes des syndicats étudiants », letudiant.fr.
  12. Jean-Michel Barreau (coord.), Dictionnaire des inégalités scolaires, ESF Éditeur, coll. « Pédagogies », août 2007 (ISBN 2-7101-1883-1).
  13. « Les réactions de l'UNL sur le BAC unique », interview lors du journal télévisé de TF1, 14 septembre 2007.
  14. Julien Martin, « Mouvement social : les lycéens emboîtent le pas à leur aînés », Rue89, 13 novembre 2007.
  15. Alexandre Duyck, « Lycées : Vers une sortie de crise », Le journal du dimanche, 2 décembre 2007.
  16. « Orientation des futurs bacheliers vers l'enseignement supérieur en vue de la rentrée 2008 : modalités spécifiques aux lycées » (http://www.education.gouv.fr/bo/2008/5/MENE0800082C.htm), Bulletin officiel du ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, n°5, 31 janvier 2008.
  17. « Discours d'investiture de Florian Lecoultre, nouveau Président » (http://www.unl-fr.org/actu_view.php?id=272), site web de l'UNL, 23 mars 2008.
  18. « Composition du CA : les élus étudiants » (http://www.crous-creteil.fr/spip.php?article21), site web du CROUS de Créteil.
  19. « Vos Représentants à la LMDE » (http://www.lmde.fr/lmde/lmde_equipe.asp), site web de la LMDE.


Précédé par
Karl Stoeckel
Président de l'UNL Suivi par
Florian Lecoultre

Cet article « Floréale Mangin » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).